^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

1er média web francophone en environnement, écologie, nature
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
8 928
Partager
par email
Mercredi 27 août 2014, 11 788 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Sondage Août 2014

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Éco-citoyen : gérer sa consommation d'électricité

Dossier mis à jour le 04/03/20148928 lectures

Éco-citoyen : gérer sa consommation d'électricité© C. Magdelaine / www.notre-planete.info

Pourquoi économiser l'électricité ?

  • Pour faire des économies, le coût de l'électricité ne cesse d'augmenter tandis que la consommation en électricité spécifique[1] a été multipliée par 2 entre 1985 et 2008 (ADEME).
  • Pour limiter les émissions en gaz à effet de serre induites par la production d'électricité, même si, en France, elle majoritairement d'origine nucléaire.
  • Pour limiter la construction d'infrastructures dédiés à la fourniture d'électricité qui défigurent les paysages et sont coûteuses.
  • Pour limiter les tensions sur la production qui nous obligent à importer de l'électricité à prix fort et/ou utiliser des centrales thermiques polluantes pour subvenir à nos besoins lors de pics de consommation.
© Commission Européenne

L'éclairage

En général, pour l'éclairage, il faut privilégier tant que possible la lumière naturelle et favoriser son entrée dans les pièces. En ce qui concerne la consommation électrique, il faut la diminuer au maximum.

Veiller à éteindre les lumières inutiles

En effet, l'éclairage représente en moyenne 12,8 % de la facture d'électricité d'un ménage français (CEREN, 2008).

Préférer les ampoules à basse consommation d'énergie

Ces lampes à basse consommation s'inspire des néons sous des tailles plus petites, on les appelle lampes fluorescentes, ou lampes fluorescentes compactes (LFC) ou encore fluo compacte.

Ces ampoules éclairent autant qu'une lampe incandescente classique de 60 W pour une puissance de 11 W avec une durée de vie multipliée par 6. Vous ferez ainsi jusqu'à 80% d'économies pendant sa durée de vie...
En effet, les ampoules classiques, transforment seulement 5% de l'électricité consommée en lumière – le reste s'évapore en chaleur...
Les ampoules à basse consommation d'énergie, qui réclament souvent quelques secondes après l'allumage pour être pleinement efficaces, doivent être installées dans les pièces les plus régulièrement et longtemps éclairées.

Attention : n'utilisez pas ce type d'ampoules sur des variateurs de courant.

À des fins de confort et de précaution, il est conseillé de maintenir une distance de 30 cm avec la lampe, lors des utilisations prolongées (par exemple lampe de bureau ou lampe de chevet).

Pas de panique ! Si vous cassez une lampe basse consommation, vous ne courez pas de danger, car elle ne contient que 0,005 % de mercure mélangé au gaz inerte contenu dans le tube. Certaines LBC sont équipées d'un manchon qui évite la dispersion du mercure en cas de casse. Prenez malgré tout quelques précautions : aérez, ramassez les morceaux avec un balai et non un aspirateur, mettez-les dans un sac fermé et portez ce sac en déchèterie.

Depuis septembre 2012, les distributeurs ne peuvent plus se réapprovisionner en lampes à incandescence classiques et en lampes halogènes de classe D à G. Ces lampes ne sont plus fabriquées mais les stocks existants peuvent encore être vendus. Ne subsisteront alors plus que des lampes performantes, classées A (et B ou C pour les halogènes).

Opter pour des lampes de type LED pour les lampes de poche

Les lampes de poche à LED consomment entre 5 et 10 fois moins d'énergie qu'une lampe classique pour une durée de vie comprise entre 50 000 à 100 000 heures. Pensez à vos lampes de poche qui usent les piles en seulement quelques heures et qui sont munies d'une lampe dont la durée de vie ne dépasse pas quelques dizaines d'heures.

Tester les nouvelles lampes LED pour le logement

Encore mieux que les lampes fluorescentes pour léclairage : les lampes LED. Cela fait quelques années que les LED se font discrètement une petite place dans le rayon des lampes. Si les premières étaient assez décevantes avec un éclairage bien trop faible et des prix dissuasifs, les dernières générations de lampes LED sont tout à fait compétitives et ne contiennent pas de mercure. Il existe maintenant des lampes LED dont l'éclairage équivaut à 75 W (1055 lumens) pour une consommation de seulement 12W et une durée de vie de 25 000 heures !
Les LED ont enfin leur place dans nos logements et devraient s'imposer progressivement, notamment parce qu'elles éclairent instantanément avec une belle lumière blanche plus naturelle.

Eviter les lampes halogènes

Très à la mode il y a quelques années, elles sont trop gourmandes en énergie (de 25 à 50 fois plus que les lampes basse consommation).

Ne pas abuser pas des abats jours

Leur couleur sombre peut absorber 50 à 80 % de la lumière, obligeant à multiplier les sources lumineuses.

Ne pas oublier la lumière naturelle !

Eviter les rideaux trop occultants ou penser à les ouvrir pour laisser rentrer la lumière naturelle : bonne pour le moral et pour aseptiser une pièce !

Les appareils électroménagers

Consommation moyenne des appareils électroménagers

Voici quelques chiffres sur le coût moyen annuel d'un appareil électrique hors abonnement avec le tarif de base :

Source : SIPPEREC, chiffres 2003
Type d'appareilCoût moyen
Cuisson60 euros
Sèche-linge catégorie C50 euros
Réfrigérateur-congélateur catégorie A33 euros
Lave-vaiselle catégorie A25 euros
lave-linge catégorie A19 euros
Téléviseur17 euros
Ordinateur13 euros
Chaîne hi-fi6 euros
Aspirateur2,3 euros
Fer à repasser4,3 euros

L'électroménager : les gestes au quotidien

lave-vaisselle© C. Magdelaine / notre-planete.info

Acheter des appareils mentionnant une étiquette européenne de classe énergétique au moins "A"

Ils sont plus économes et respectueux de l'environnement pour un prix souvent identique. Depuis septembre 1999, les appareils de classe E, F et G sont interdits à la vente. Enfin, des appareils de classe énergétique A++ font leur apparition, réduisant la consommation et donc la facture d'électricité de 20% par rapport à une classe A+, ils sont troutefois beaucoup plus chers à l'achat et donc finalement plus coûteux malgré leur consommation réduite.

Eviter tant que possible le sèche-linge

Cet appareil, qui n'a pas toujours son utilité si vous avez de l'espace pour sécher le linge, consomme deux fois plus d'électricité qu'un lave-linge et a tendance à abîmer le linge. Un essorage, même à 600 tr/mn suffit. En France, plus de 30 % des foyers en possède un aujourd'hui et ce chiffre augmente régulièrement (de 8 % entre 2009 et 2010).

Laver son linge à 30°C

Laver son linge à basse température est aujourd’hui tout aussi efficace dans une grande majorité des cas. La performance des lessives et des machines à laver offre désormais la possibilité d’obtenir un linge propre à 30°C, si les conditions de lavage à cette température sont respectées.

Longtemps, la température « élevée » de l’eau pour optimiser le lavage du linge a été le meilleur des conseils. A tel point que le programme à 40°C est le plus populaire en France avec 45,6% des charges de linge lavées à cette température.

Baisser la température moyenne de lavage ne serait-ce que de 3°C permet d’économiser environ 11% de l’énergie utilisée aujourd’hui pour le lavage machine :

  • laver à 60°C consomme 1,3kWh,
  • laver à 40°C environ 0,7kWh,
  • à 30°C la consommation descend à 0,4kWh !

Toutefois, il est nécessaire de laver à haute température (60°C) les textiles très sales, ayant été en contact avec une personne malade ou pour assurer un nettoyage en profondeur des textiles utilisés dans la cuisine

Eviter le lave-vaisselle

Un lave-vaisselle, c'est pratique et c'est facile. Pour autant, il faut souvent rincer une première fois la vaiselle avant de la disposer dans la machine dont l'efficacité est parfois douteuse.
Enfin, dans un foyer qui comporte peu de personnes, il s'agit plus d'un gadget dont la fabrication, le transport et la mise en décharge n'est pas sans conséquences sur notre environnement...

Eteindre les appareils électriques qui restent en veille

De plus en plus d'appareils se mettent en veille plutôt que de s'éteindre comme avant. Or, la veille ne sert à rien, si ce n'est à éclairer nos intérieurs la nuit. Vous pourrez tout à fait débrancher TV, radio, magnétoscope, chaine HI-FI, ordinateurs... (par contre, vous pouvez perdre la mise à l'heure de vos horloges intégrées). Ce petit geste vous permettra d'économiser environ 7% du montant de votre consommation électrique (CEREN, 2003).

Le multimédia et les appareils portatifs

ordinateur© C. Magdelaine / notre-planete.info

En 2008, l'audiovisuel et l'informatique repésentaient déjà plus d'un tiers de la consommation d'électricité spécifique ! (CEREN, REMODECE)

Pour tous les achats de ce type, la démarche est simple et relève du bon sens. L'achat doit répondre à un vrai besoin et pas seulement à un gain de confort souvent peu significatif.

La consommation d'électricité due aux TIC (technologies de l'information et de la communication) augmente de façon soutenue : 10 % par an environ sur les 10 dernières années.

Eviter les appareils portatifs

Ils ont envahi notre quotidien et remplissent un tas de fonctions futiles : agenda électronique, console de jeux, lecteur multimédia, smartphones... Certes ils sont sympas et égayent le quotidien de l'Homme moderne mais ils sont obsolètes très rapidement, utilisent des piles ou une batterie à recharger et contiennent des composants dangereux pour notre environnement. De plus, ils consomment beaucoup ! Sur l'année, un smartphone consomme plus qu'un réfrigérateur : 350 kwh / an contre 150 à 200 kwh / an !
Enfin, leurs composants, comme le coltan, entretiennent de l'esclavagisme dans certains pays d'Afrique.

Eviter les appareils qui nécessitent de l'energie

Quasiment tous les téléphones fixes sont maintenant raccordés au secteur pour assurer diverses fonctions souvent peu utiles. Est-ce bien nécessaire ? Il existe encore quelques téléphones simples, sans connexion électrique séparée et qui fonctionnent parfaitement ! En général, il faut veiller à refuser les appareils qui utilisent de l'énergie à des fins superficielles.

Modérer la taille de son écran de télé et d'ordinateur

Alors que les écrans LCD se généralisent, la taille de nos écrans ne cesse d'augmenter au détriment de la consommation électrique. Les gains obtenus par ailleurs en éteignant les veilles sont largement perdus dans cette course au gigantisme.
Enfin, certains consommateurs poussent la futilité à multiplier les écrans pour une même source, comme deux écrans pour un PC par exemple...

Enfin, contrairement aux idées reçues, un téléviseur LCD ne consomme pas moins qu'un vieux téléviseur cathodique (186 Kwh contre 124 kwh par an en moyenne). Les téléviseurs à écran LCD consomment 1,8 fois plus, ceux à écrans plasma 3,5 fois plus que les téléviseurs à tube cathodique dont les écrans sont plus petits. Pensez-y avant de changer d'écran !

Les ordinateurs

Les ordinateurs portables consomment 50 à 80 % d'énergie en moins que les ordinateurs fixes.

Ne pas confondre économiseur d'écran et économiseur d'énergie !
La fonction du premier était d'augmenter la durée de vie des écrans cathodiques. Quant au second, il assure une importante économie d'énergie quand l'ordinateur est en mode veille. Attention à certains économiseurs d'écran faisant appel à des graphismes « 3D ». Ils sollicitent énormément la carte graphique de l'ordinateur et peuvent consommer autant, sinon plus que le mode actif. Il vaut mieux s'en passer !

Eteindre complètement les appareils

De nombreux petits appareils multimédias sont branchés en permanence, la plupart du temps en veille lorsqu'ils ne sont pas utilisés mais ils continuent de consommer : c'est ce qu'on appelle les « veilles cachées ». On pense qu'ils ne consomment rien ou presque, et pourtant ! Par exemple les deux box Free (v.4) consomment chacune près de 20 watts en veille, soit 40 watts ! Elles peuvent être débranchées toutes les nuits pour faire des économies.

De même, un ordinateur éteint mais qui reste branché continue à consommer de l'électricité. Pour y remédier, il faut débrancher le matériel après usage ou connecter l'ensemble du matériel informatique à une multiprise à interrupteur.

En savoir plus

Notes

  1. Électricité spécifique définition : électricité utilisée par des équipements qui ne peuvent fonctionner qu'avec de l'électricité. Elle ne peut pas être remplacée par d'autres sources d'énergie. L'électricité consommée pour le chauffage, la production d'eau chaude ou la cuisson n'est pas de l'électricité spécifique, puisque d'autres énergies peuvent être employées.

Source

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus