^ Publicité ^

1er média web de réinformation en environnement, écologie, nature et sciences de la Terre, depuis 2001

rss
6 368
Partager
par email
Mercredi 26 novembre 2014
72 connectés / 11 975 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité ^

Soutenez notre-planete.info

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ?

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité ^

Sondage Novembre 2014

^ Publicité ^

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

L'Europe ne protège pas suffisamment sa population contre les aliments radioactifs

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualitésProposer un article

6 368 lectures / 8 commentaires23 septembre 2011, 12 h 34

cuisine© C. Magdelaine / notre-planete.info

Après l'accident nucléaire de Fukushima, les normes relatives à la contamination radioactive des denrées alimentaires ne garantissent pas une protection suffisante de la santé – foodwatch et la Section allemande de l'IPPNW réclament une réduction significative des valeurs limites actuellement en vigueur.

Les normes européennes et japonaises relatives à la contamination radioactive des denrées alimentaires ne garantissent pas une protection suffisante de la santé. Les populations sont exposées à des risques inutilement élevés pour la santé. C'est la conclusion du rapport « Les normes relatives à la contamination radioactive des denrées alimentaires en Europe et au Japon : un nombre calculé de morts par irradiation » que l'association de protection des consommateurs foodwatch et la section allemande de l'Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire ont présenté le 20 septembre à Berlin. Le rapport s'appuie sur une expertise de Thomas Dersee et Sebastian Pflugbeil de la Société allemande de radioprotection.

Selon foodwatch et la section allemande de l'IPPNW, l'Union européenne, le gouvernement fédéral allemand et le gouvernement japonais n'informent pas assez leurs citoyens sur le fait qu'il n'existe pas de niveaux maximaux totalement « sûrs » en matière de contamination radioactive des aliments. Toute exposition à un rayonnement ionisant, aussi petit soit-il, représente un risque pour la santé et peut éventuellement entraîner des maladies graves telles que le cancer. En définissant un niveau maximal, on fixe donc un nombre de décès qui paraît acceptable. En appliquant les méthodes de calcul de la Commission internationale de protection radiologique (CIPR), il est possible d'établir que les normes européennes actuelles sont associées, pour la seule Allemagne, à un surcroît d'environ 150 000 cancers mortels par an dus à la consommation d'aliments contaminés – en supposant que toute la population consomme exclusivement des denrées alimentaires dont la teneur en radionucléides atteint les niveaux maximaux admissibles. Si cette teneur s'élevait en moyenne à seulement 5 % des niveaux maximaux, il faudrait encore prévoir un surcroît d'au moins 7 700 décès par an en Allemagne. Foodwatch et IPPNW ne disposent pas de preuves que des aliments fortement contaminés sont actuellement vendus sur le marché européen.

Les valeurs limites actuellement en vigueur dans l'UE sont comprises entre 200 et 600 becquerels de césium par kilogramme de nourriture. Elles sont en totale opposition avec le Décret allemand relatif à la radioprotection qui préconise une dose maximale individuelle de 1 mSv par an, toutes voies d'exposition confondues, en cas de fonctionnement normal des
centrales nucléaires. Elles tolèrent quant à elles une possible dose efficace de 33 mSv par an pour les adultes et même de 68 mSv pour les enfants et les jeunes. Même en Biélorussie et en Ukraine, des pays qui ont été directement touchés par la catastrophe de Tchernobyl, les normes appliquées sont plus strictes que dans l'Union européenne – des aliments contaminés qui n'ont plus le droit d'y être commercialisés peuvent donc être légalement vendus dans l'UE.

Puisque l'Europe dispose de suffisamment de denrées alimentaires largement moins contaminées, il n'est pas nécessaire d'autoriser la consommation d'aliments fortement contaminés. Foodwatch et la Section allemande de l'IPPNW réclament par conséquent une réduction significative des valeurs limites qui devraient passer de 370 (ou 200 pour les produits importés du Japon) à 8 becquerels de césium par kilogramme pour les aliments pour nourrissons et les produits laitiers et de 600 (ou 500 pour les produits importés du Japon) à 16 becquerels de césium par kilogramme pour tous les autres aliments. Ces valeurs limites sont conformes aux dispositions du Décret allemand relatif à la radioprotection qui préconise une dose de rayonnement maximale de 0,3 mSv (pour les rejets de substances radioactives provenant des centrales nucléaires dans l'eau et dans l'air). Cette revendication est formulée en sachant qu'une valeur limite – aussi faible soit-elle – est toujours associée à un certain nombre de victimes, ce qui devrait suffire à remettre en cause le fonctionnement des centrales nucléaires et la construction de nouvelles installations.

Thilo Bode, secrétaire général de foodwatch, a déclaré que "les valeurs limites actuellement en vigueur dans l'Union européenne et au Japon sont scandaleusement élevées, servent des intérêts économiques et exposent inutilement les populations à des risques considérables pour la santé. En vertu des droits fondamentaux européens, et notamment du principe de précaution et du droit à l'intégrité physique, les institutions européennes se doivent d'agir : elles doivent considérablement réduire les valeurs limites pour garantir un niveau de protection convenable aux citoyens."

Le pédiatre Winfrid Eisenberg (IPPNW) a ajouté que "la radioactivité nuit aux cellules humaines. Même les plus petites doses de rayonnement peuvent conduire à des mutations génétiques, affaiblir le système immunitaire ou provoquer un cancer – cela est particulièrement vrai pour les enfants et les jeunes. Plus un enfant est jeune, plus il grandit vite, plus il y a de divisions cellulaires, et plus le risque de lésions radio-induites est grand. Un embryon est extrêmement plus sensible aux rayonnements que tout autre être humain. D'un point de vue médical, les normes de radioprotection européennes sont injustifiables."

Foodwatch et la Section allemande de l'IPPNW recommandent aussi au gouvernement japonais de réduire considérablement les valeurs limites appliquées aux isotopes à longue vie du césium. Concernant la contamination en iode 131, les deux organisations réclament une tolérance zéro : en raison de la demi-vie relativement courte de cet isotope, aucun aliment contaminé en iode 131 ne devrait être consommé. Jusqu'à la désintégration de l'isotope, de nombreux aliments contaminés pourront être stockés ou congelés, avant de pouvoir ensuite être consommés.

De plus, il est recommandé d'harmoniser le système normatif européen afin d'appliquer les mêmes normes aussi bien en temps normal qu'en cas de catastrophe. En cas de catastrophe, la
Commission européenne a aujourd'hui la possibilité – comme elle l'a fait dans le cas de Fukushima – d'assouplir les normes alimentaires applicables sans aucun contrôle parlementaire.

Références

Auteur

Foodwatch

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de notre-planete.info. Elles contribuent au débat

8 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Jean le 23/09/2011, 16:35
C'est bien peu de choses par rapport à ce qui nous attend en 2013:

http://au.ibtimes.com/articles/213249/20110914/solar-flare-could-unleash-nuclear-holocaust-across-planet-earth-forcing-hundreds-of-nuclear-power-pl.htm
alerte
Paul, Paris le 24/09/2011, 11:36
A quand les huttes en plomb pour nous protéger de la radioactivite naturelle?alerte
Mireille Conflans le 24/09/2011, 11:38
Vous semblez résignés. Dans l'acceptation. Et bien, non, je ne veux pas de ces aliments contaminés par une radioactivité grandissante. Si je peux les éviter, je le ferais, en triant, comme je le tente depuis Tchernobyl. Je boycotais déjà les produits alimentaires issus des zones les plus irradiées qui me sont connues. Conserves, poissons issus de la mer du nord, lait des pays de l'est ou de l'UE.
Pour l'instant, nous avons en France, des produits de qualité, et il est bon de consommer local ou national pour nous comme pour la planète. alerte
Christian Weinzorn, Colmar le 24/09/2011, 11:55
Réaction à l'article sur l'Europe et au commentaire de Marcel Gerin

......Sans sous-estimer les cancers ,malformations et autres maladies dues aux rejets volontaires ou non de divers nucléotides dans la nature(la chaîne alimentaire),n'oublions pas les Tchernobyl ou Fukushima permanents représentés par tous les pesticides de l'agriculture,les traitements des aliments,voire l'action de bon nombre de médicaments,et on n'en parle pas assez l'environnement magnétique artificiel dans lequel nous vivons. Je m'arrête là!
Le bio ,c'est bien,mais il ne protège pas de tout. J'ajoute Hélas. alerte
Pierre Allemand le 26/09/2011, 23:52
Des études sérieuses ont montré que l'inculture scientifique du public et la surestimation des risques liés au nucléaire étaient proportionnels.

http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1871503&http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1871503

http://www.sms.cam.ac.uk/media/1083337;jsessionid=24318FACA80319A17E5841ADF99EDF23

http://mediasite.video.ufl.edu/mediasite/Viewer/?peid=e16374d0980344fa911266bf40b60314.

Nos amis allemands nous ont malheureusement montré qu'ils étaient capables, en toute démocratie, de prendre des décisions dont les conséquences ont été terriblement désastreuses. Ne les suivons donc pas dans cette voie.

Le danger présenté par la consommation régulière d'alcool ou de tabac est infiniment plus important que celui qu'on croit percevoir dans les pesticides synthétiques. Celui que présente les pesticides naturels présents dans toutes les plantes n'est généralement pas connu et encore moins reconnu. Sachons garder le sens des priorités.alerte
Taki23 le 28/09/2011, 15:18
A Pierre Allemand
"Un train peut en cacher un autre". Ok pour l'alcool et le tabac, mais cet argument n'empêche pas le reste. Rapprochez-vous du personnel travaillant dans les vergers et vous constaterez que les leucémies et autres maladies de sang atteignent des taux particulièrement élevés, dus à +- une trentaine de traitements par an, tous genres confondus.alerte
Arcticman le 28/09/2011, 15:50
@ Pierre Allemand

Ce genre d'études parle de la perception qu'ont les gens d'un danger potentiel les uns (sceptiques) sous-estiment celui du changement climatique, d'autres le surestiment, l'appartenance à un groupe (les libéraux par exemple ou les verts) est d'ailleurs déterminante dans ce processus, l'orientation politique étant bien souvent une conséquence du niveau social. C'est la même chose pour le nucléaire. Néanmoins cela ne rend pas le danger réel moins réel Tchernobyl et Fukushima sont là pour le rappeler, ne serait ce que sur le plan économique et financier. alerte
Sahiba le 28/09/2011, 16:03
On ne peut pas produire plus "propre"!
Parce que il faut produire beaucoup et moins cher pour vendre beaucoup, même si il faut jeter.....produire!
Partant de ce principe, que voulez vous (individuellement) changer...?
Les syndicats, les support-aires d'équipes, les manifestants de grèves,....la masse bien organisée, motivée et bien informée pourrait faire changer bien des choses mais il faudrait-aussi qu'elle soit constante et qu'elle abandonne le SPORADIQUE!
Éradiquer l'égoïsme...et ça c'est totalement utopique!
------Sachons garder le sens des priorités------
-----nous avons en France, des produits de qualité, et il est bon de consommer local ou national--------
--------Si je peux les éviter, je le ferais, en triant, comme je le tente depuis------
Jugez ......?
. alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus