^ Publicité ^

1er média web francophone en environnement, écologie, nature
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
9 989
Partager
par email
Mardi 30 septembre 2014, 18 688 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité ^

Sondage Septembre 2014

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

La déforestation se poursuit toujours mais à un rythme moins soutenu

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualités

9 989 lectures / 4 commentaires25 mars 2010, 15 h 41

tronc pourri© C. Magdelaine / notre-planete.info

La déforestation mondiale, due pour l'essentiel à la conversion des forêts tropicales en terres agricoles, a reculé au cours des dix dernières années mais se poursuit à un rythme alarmant dans de nombreux pays, a indiqué jeudi 25 mars l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

D'après les principales conclusions de l'enquête la plus exhaustive de la FAO sur les forêts intitulée « Evaluation des ressources forestières mondiales 2010 », portant sur 233 pays et territoires, quelque 13 millions d'hectares de forêts par an ont été convertis à d'autres utilisations ou ont disparu pour causes naturelles dans le monde de 2000 à 2010, contre 16 millions d'hectares par an dans les années 1990.

Le Brésil et l'Indonésie, qui ont accusé la plus forte perte de forêts dans les années 1990, ont vu leurs taux de déforestation considérablement baisser. Des programmes ambitieux de plantation d'arbres dans des pays comme la Chine, l'Inde, les Etats-Unis et le Viet Nam - associés à une expansion naturelle des forêts dans certaines régions - ont ajouté plus de 7 millions d'hectares de nouvelles forêts chaque année.

Ainsi, la perte nette de superficies boisées est tombée à 5,2 millions d'hectares par an de 2000 à 2010, contre 8,3 millions d'hectares par an dans les années 1990.

La superficie totale des forêts de la planète représente un peu plus de 4 milliards d'hectares, soit 31% de la surface émergée. La perte annuelle nette de forêts (c'est-à-dire lorsque la somme de toutes les pertes de forêts dépasse les gains) durant la décennie 2000-2010 correspond à un territoire plus ou moins équivalant au Costa Rica.

Les plus fortes pertes en Amérique du Sud et en Afrique

L'Amérique du Sud et l'Afrique ont accusé les plus fortes pertes annuelles nettes de forêts entre 2000 et 2010 (respectivement 4 millions et 3,4 millions d'hectares). On enregistre également des pertes nettes pour l'Océanie, dues en partie aux graves sécheresses qui ont frappé l'Australie depuis 2000.

L'Asie, en revanche, a affiché un gain net d'environ 2,2 millions d'hectares par an durant la dernière décennie, essentiellement grâce à des programmes de boisement de grande envergure en Chine, en Inde et au Viet Nam, qui ont augmenté leurs superficies boisées de près de 4 millions d'hectares par an au cours des cinq dernières années.

Toutefois, la conversion des terres forestières à d'autres utilisations s'est poursuivie à des rythmes élevés dans de nombreux pays.

En Amérique du Nord et en Amérique centrale, les superficies boisées sont demeurées relativement stables, tandis qu'en Europe, elles ont continué à s'étendre, quoiqu'à un rythme plus lent.

Pour la première fois, nous sommes en mesure de montrer que le taux mondial de déforestation a régressé grâce à des efforts déployés de façon concertée, aussi bien sur le plan local qu'international ", indique Eduardo Rojas, Sous-Directeur général de la FAO responsable du Département des forêts. " Les pays ont non seulement amélioré leurs politiques et législations forestières, mais ils ont aussi assigné l'utilisation de forêts aux communautés locales et aux populations autochtones, ainsi qu'à la conservation de la biodiversité et autres fonctions environnementales. Il s'agit là d'un message particulièrement encourageant pour 2010 - l'Année internationale de la biodiversité. »

Selon lui, " le taux de déforestation demeure toutefois très élevé dans de nombreux pays et les superficies de forêts primaires - les forêts non perturbées par l'activité humaine - continuent à diminuer. Ces pays doivent par conséquent redoubler d'efforts pour une meilleure conservation et gestion ''.

deforestation mondeChangement net de superficie forestière par pays, 2005-2010 (ha/an)
© FAO

Forêts et changement climatique

Les forêts jouent un rôle important dans l'atténuation du changement climatique et constituent un immense puits de carbone. Lorsqu'une forêt est abattue et convertie à d'autres utilisations, le carbone est alors relâché dans l'atmosphère.

" Le recul du taux de déforestation et la création de nouvelles forêts ont contribué à abaisser le niveau élevé d'émissions de carbone issues de la déforestation et de la dégradation des forêts ", souligne Mette Løyche Wilkie, la Coordonnatrice de l'Evaluation (FAO).

" Mais nous devons regarder vers l'avenir car les grands programmes de plantation en Chine, Inde et Viet Nam, représentant l'essentiel des gains récents de terres boisées, devraient s'achever en 2020. Cela signifie que nous disposons d'une petite fenêtre d'opportunité pour mettre en place des mesures efficaces et permanentes de réduction des taux actuels de déforestation et de dégradation des forêts. Faute de quoi, nous risquons d'assister au brusque retour des taux élevés de pertes nettes de forêts et des émissions de carbone forestier des années 90 ", ajoute-t-elle.

Principales conclusions

Citons quelques-unes des principales conclusions du rapport:

  • Le Brésil a vu disparaître en moyenne 2,6 millions d'hectares de forêts par an durant les dix dernières années, contre 2,9 millions d'hectares par an dans les années 90, tandis que l'Indonésie affichait respectivement des chiffres de 0,5 et 1,9 million d'hectares par an.
  • Les forêts primaires représentent 36 pour cent des superficies boisées totales de la planète, mais ont perdu plus de 40 millions d'hectares depuis 2000, due en grande partie à la transformation des forêts primaires en "autres forêts naturellement régénérées» à cause de la coupe sélective ou d'autres interventions humaines.
  • Les superficies boisées dans les parcs nationaux, les zones de réserves naturelles et autres aires protégées ont augmenté de plus de 94 millions d'hectares depuis 1990. Elles s'établissent désormais à 13 pour cent de la superficie forestière totale.
  • Les forêts constituent un des principaux puits de carbone au monde. Elles emmagasinent quelque 289 gigatonnes (Gt) de carbone dans les arbres et la végétation. La quantité de carbone stockée dans la biomasse forestière, le bois mort, la litière et le sol est supérieure à l'ensemble du carbone présent dans l'atmosphère. A l'échelle mondiale, les stocks de carbone dans la biomasse forestière ont reculé d'environ 0,5 Gt par an durant la période 2000-2010, essentiellement du fait d'une réduction de la superficie boisée totale.
  • Feux, ravageurs et maladies créent des dégâts croissants aux forêts dans certains pays. En moyenne, un pour cent de toutes les forêts serait touché de façon significative chaque année par les incendies. Les attaques d'insectes forestiers endommagent quelque 35 millions d'hectares de forêt tous les ans. Durant la dernière décennie, les forêts ont également payé un lourd tribut aux phénomènes météorologiques extrêmes tels que tempêtes, blizzards et séismes.
  • Depuis 2000, 76 pays ont formulé ou actualisé leurs politiques forestières et 69 pays - pour l'essentiel en Europe et en Afrique - ont promulgué des lois forestières ou amendé leurs législations depuis 2005.
  • La collecte des données pour l'Evaluation des ressources forestières mondiales est de plus en plus exhaustive et précise. De nouvelles données et informations sur le boisement et l'expansion naturelle des forêts recueillies au cours des 20 dernières années ont permis d'estimer de façon plus rigoureuse les taux de déforestation et les pertes naturelles. A cet égard, la nouvelle estimation mondiale se référant à la période 1990-2000 (près de 16 millions d'hectares par an) est supérieure aux prévisions antérieures (13 millions ha), car elle comprend désormais la déforestation dans les pays qui ont affiché un gain net global de superficies boisées.
  • Une enquête par télédétection, pilotée par la FAO, portant sur quelque 13 500 sites sur une période de 15 ans, offrira d'ici fin 2011 un tableau encore plus précis des taux de déforestation mondiaux et régionaux.

Notes

Les évaluations des ressources forestières mondiales de la FAO sont publiées tous les cinq ans. Plus de 900 spécialistes de 178 pays ont participé à l'édition 2010 de l'Evaluation, dont le rapport intégral paraîtra en octobre 2010.

Auteur

Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de notre-planete.info

4 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

ALGERIE le 25/03/2010, 17:35
trois causes principales sont:*La surexploitation des ressources naturelles *La dégradation du couvert végétal dont la déforesation pour les besoins d énergie *Làccroissement démographique voi-ci une photo prise par fekir mohammedalerte
Thierry pays basque le 27/03/2010, 13:24
bonjour il faut boycoter les pays qui font l'huile de palme en leur imposant une taxe dont on se servira pour replanter les forêts et imposer à ses pays avec l'ONU des réserves pour repeupler la nature et ses animaux. Le jour ou on comprendra que le profit va nous tuer qui en profitera quand il y aura plus personne pour en bénéficier de tous ce pognon pourri.alerte
Aetos le 27/03/2010, 17:46
les causes : surpopulation humaine et surconsommation des ressources, il est évident, vital, urgent de cesser de nous reproduire pendant un moment et consommer moins/mieux/utile/intelligent pour une planète vivable/vivante !alerte
Ndobo Eric martial le 29/03/2010, 13:36
L'évaluation de la FAO laisse envisager de belles perspectives pour les forêts du monde entier. Si la déforestation baisse dans le monde et que les hommes consentent enfin à reboiser c'est la preuve qu'ils ont pris conscience de l'importance de la forêt. Il faut juste que l'asymptote ne change pas de dierection et que d'ici la prochaine évaluation qu'on constate un gain net de forêt. En tout Wangari Matai peut dormir tranquille.alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus