^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

1er site français en environnement
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
15 136
Partager
par email
Jeudi 24 avril 2014, 6 451 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Tchat environnement et sciences

Vous devez être membre du site et connecté
pour afficher le tchat et y participer

Marre de la PUB dans
votre boîte aux lettres ?

Imprimez et collez notre étiquette STOP PUB sur votre boîte aux lettres et respirez !

Sondage Avril 2014

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Maltraitances animales et pillage de la biodiversité au Maroc

Dernières actualitésAlerte mailFlux RSS / webmasters

15 136 lectures / 52 commentaires07 avril 2008, 11 h 25

Maltraitances animales et pillage de la biodiversité au MarocCouleuvre de Montpellier, Malpolon monspessulanus, 01 mars 2008
Environs proches de l'oued Massa (Maroc)
crédit : Michel Aymerich
Pour une alternative écologique et moderne aux spectacles de serpents et autres pratiques basées sur la maltraitance animale et l'exploitation de la biodiversité au Royaume du Maroc.

Un nombre non négligeable d'espèces animales au Maroc ont disparu ces dernières décennies (Oryx algazelle, Gazelle dama, Guépard, Autruche à cou rouge, etc.). D'autres ont vu leurs effectifs baisser dramatiquement et sont à terme menacées de disparition si rien n'est entrepris. Parmi elles, plusieurs espèces de serpents qui à l'instar de nombreuses autres espèces animales sont menacées par l'extension des activités humaines caractérisées par la destruction croissante de nombreux écosystèmes.

Là où leurs habitats demeurent encore relativement intacts, les serpents sont victimes de la destruction directe par les bergers et par les habitants, et ce sans distinction aucune. La plupart du temps, il n'est pas tenu compte du fait que sur les 25 espèces que compte le pays, seules 8 sont potentiellement dangereuses et qu'aucune n'attaque les hommes. C'est même tout le contraire. Il n'est pas tenu compte non plus du fait que plusieurs espèces sont rarissimes et que d'autres sont en train de disparaître. Les serpents sont en effet tant les victimes de la peur de la Nature que des forts préjugés sévissant à leur égard et de la prétention arbitraire et « préécologique » de décider quelles espèces peuvent vivre et quelques espèces doivent mourir...

Les Aïssaoua, quant à eux, sont les principaux responsables de la raréfaction de la sous-espèce marocaine du Cobra d'Egypte ou Cobra d'Afrique du Nord, Naja haje legionis, et de cette remarquable relicte tropicale (d'affinités subsahariennes) qu'est la Vipère heurtante, Bitis arietans. Ils sont également responsables de la raréfaction de la sous-espèce récemment décrite par la science de la Couleuvre de Montpellier, Malpolon monspessulanus saharatlanticus. Un serpent remarquable à plus d'un titre que l'on retrouve jusque dans le sud de la France, dont les mâles peuvent atteindre l'âge respectable de 25 ans et dont observations et études en cours tendent à démontrer que les représentants de cette espèce ont un comportement social plus complexe qu'on ne l'imaginait…

Les Aïssaoua, en effet, détruisent par captures les dernières populations viables des espèces mentionnées dans les quelques sanctuaires devenus aujourd'hui bien rares. Pour combien de temps encore ?

L'activité de capture des serpents à des fins de commercialisation par les Aïssaoua représente, en effet, un des facteurs principaux d'appauvrissement écologique durable des derniers sanctuaires abritant les espèces remarquables mentionnées, laquelle provoque un déséquilibre entraînant toute une série de dommages écologiques collatéraux : tendance, par exemple, à la raréfaction des espèces de mammifères régulés par les serpents. Il en résulte des milieux stériles et morts, des terres désenchantées, parce que vidées de leurs habitants légitimes.

A l'autre bout de la chaîne, les montreurs de serpents de Marrakech et d'ailleurs (ceux des "grands" hôtels d'Agadir, par ex.), assimilés à tort aux Aïssaoua. Ici aussi nulle écologie, nulle morale, nulle transmission d'un savoir, mais un spectacle douteux à tous égards indigne des temps actuels caractérisés par la sixième extinction des espèces et d'une ville de la qualité de Marrakech !

Dans l'Appel au boycott des spectacles de serpents et autres pratiques basées sur la maltraitance animale et l'exploitation de la biodiversité au Maroc, récemment mis en ligne sur le site Internet de l'association GEOS et popularisé par la presse écrite et télévisée, nous écrivions :
« À Marrakech, la Place Jemaa-El-Fna doit une partie de sa renommée aux traditionnels spectacles de "charmeurs de serpents". Ces spectacles sont reproduits dans de nombreuses autres places et hôtels du Maroc. La perpétration de ces douteuses pratiques moyenâgeuses induit la maltraitance des cobras, des vipères heurtantes, des couleuvres de Montpellier et autres serpents, lesquels sont remplacés par d'autres victimes ophidiennes après quelques mois ou semaines, car tous voués à une mort programmée. Cette consommation parasitaire de la biodiversité entraîne aussi bien de trop nombreuses captures qu'un maintien dans des boîtes infectes (sans eau, sans nourriture et au mépris de toute hygiène) et un trafic dans des conditions abominables provoquant une grande mortalité des serpents détenus »

Afin de lutter contre ce processus destructeur et ces spectacles hérités d'un autre âge*, nous proposons une série de mesures articulées entre elles susceptibles de les freiner puis de les stopper. Parmi ces mesures, nous proposons que les Aïssaoua (et assimilés) soient amenés à adopter des activités nouvelles, lesquelles pourraient, par ailleurs, offrir à ceux-ci des revenus durables et supérieurs à ceux qu'ils perçoivent.

Deux rencontres avec les représentants des montreurs de serpents de Marrakech nous ont permis de leur exposer quel but nous voulons atteindre et par quels moyens nous proposons d'y parvenir :
  1. Abolir les spectacles de serpents*, comme tous les spectacles animaux basés sur la maltraitance animale et le pillage de la biodiversité.
  2. En finir avec la vente d'animaux vivants ou morts dans le souk de Marrakech, comme dans tous les autres souks et autre lieux visités par des touristes ou non. Les « herboristes », par ex., lesquels vendent pour les besoins en sorcellerie des animaux morts ou vivants. Parmi ces animaux, des espèces très menacées et condamnées à la disparition à brève échéance si rien n'est entrepris. Notamment la hyène rayée, mais aussi la panthère, dont il existe encore quelques individus dans le Haut Atlas, le lynx caracal, le serval, le varan gris...
  3. Aider les montreurs de serpents à se recycler après une formation adéquate dans des activités aussi bien utiles que bénéficiant d'un prestige enfin mérité, telles qu'intervenir dans les écoles, entreprises et autres lieux afin de présenter les 25 espèces de serpents du Maroc à l'aide de matériel approprié (photos, brochures…) ; Ces montreurs pourraient également gérer collectivement sous la forme d'une coopérative un vivarium leur appartenant installé sur la Place Jemaa el Fna comprenant 4 pavillons**. Dans le premier pavillon, on pourrait présenter (mais cela reste à l'étude, étant donné les risques de maltraitance) quelques espèces de serpents vivants dans des terrariums très bien entretenus respectant leurs besoins vitaux. Dans les pavillons 2 et 3, il pourrait y avoir dans un une exposition permanente de photos des reptiles du Maroc, et dans l'autre des photos de quelques arachnides (scorpions, araignées...), ainsi qu'une vente de brochures et d'affiches. Et enfin dans le quatrième pavillon, des exposés pourraient être réalisés par les ex-montreurs (« charmeurs »), lesquels présenteraient en différentes langues à des heures indiquées sur une affiche les espèces de serpents. Ils expliqueraient, par ex., comment différencier une vipère d'une couleuvre, quelle conduite à tenir en cas de morsure par un serpent venimeux (ce qu'il faut faire, mais aussi ne pas faire), ils transmettraient à leur public des éléments de base sur leur biologie, etc.
  4. Suggérer aux autorités du pays et à celles de Marrakech de favoriser l'émergence d'un nouveau concept pour l'ensemble de la Place Jemaa el Fna, lequel s'inspirerait de ce qui se fait par exemple maintenant à Barcelone***, et qui exclurait tout spectacle animal quel qu'il soit… La place pourrait, par exemple, accueillir des groupes musicaux, des groupes de danse de tout le pays comme des pays voisins (Mauritanie, Sénégal, Mali, etc.).
  5. Proposer une alternative à ceux des Aïssaoua qui vivent de la capture des serpents (ils ne doivent pas être confondus avec les montreurs de serpents). Cette alternative consisterait à les recycler en gardes de zones protégées (Parc National, par ex.) et également à les employer en tant que guides naturalistes dans ces zones… Les Aïssaoua pourraient, après avoir reçu une formation adéquate, être employés dans un cadre associatif ou coopératif. Ils accompagneraient de petits groupes de visiteurs naturalistes motivés afin de leur montrer diverses espèces animales. Tous seraient tenus par une charte strictement respectueuse des espèces et des écosystèmes. Un exemple d'une telle charte peut être consulté sur le site du GEOS...
  6. Enfin, œuvrer, comme cela a été suggéré, à créer au moins un Parc National. Nous pensons principalement à la région située à l'ouest de Guelmin, laquelle sert de principal lieu de capture par les Aïssaoua et d'approvisionnement des montreurs de serpents. Cette région est l'un des derniers sanctuaires des cobras et vipères heurtantes, mais aussi de mammifères, tels que le serval et le caracal. On y trouve également des chats gantés, des lièvres, des aigles de Bonelli et encore quelques (rares) gazelles de Cuvier...

Une police de l'écologie

Parallèlement à la série d'activités nouvelles, proposées aux Aïssaoua, nous proposons que soit mise en place une police de l'écologie, formée de gardes bien payés et hautement motivés, sélectionnés parmi les candidats ayant fait leurs preuves dans le domaine de la protection des espèces et des écosystèmes.

Le Maroc est mûr pour de tels changements. Beaucoup de marocains aimeraient se débarrasser de cette image qui leur est collée à la peau d'un pays ne sachant pas guérir des séquelles du Moyen-Âge et refusent par conséquent tout réductionnisme culturel. Chaque culture nationale est diversifiée et dynamique, elle comprend toujours des éléments contradictoires, réactionnaires et axés sur le progrès, lesquels ne font pas toujours bon ménage. C'est le moins qu'on puisse dire.
Quant aux touristes, nombreux, plus nombreux qu'on n'aurait pu le penser, sont ceux qui voient d'un mauvais oeil ces spectacles et ces pratiques insensibles à la souffrance d'êtres vivants à qui on ne veut accorder aucun droit parce qu'ils ne sont pas des êtres humains. Des pratiques qui par ailleurs contribuent sérieusement à appauvrir la biodiversité alors même que le monde est plongé dans une crise écologique sans précédent, laquelle menace, et l'est déjà à plus d'un titre, d'être la plus grande catastrophe à laquelle la vie est confrontée.

Notes

* Les spectacles des prétendus "charmeurs" sont interdits en Inde depuis déjà 1972.
** Ce vivarium pourrait reposer soit sur une structure stable soit sur une structure démontable...
*** Rappelons qu'à Barcelone, capitale de la Catalogne (Espagne), il existait dans un passé récent sur la Place del Pi des spectacles d'animaux où l'on présentait des singes magots. Si en Espagne où malgré l'opposition de beaucoup d'espagnols, les corridas demeurent une honte pour l'Europe, les catalans ont ainsi montré qu'il y a des traditions qui peuvent être avantageusement jetées aux poubelles de l'histoire...

Auteur

avatar Michel Tarrier

52 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Commentaires 1 à 25 sur 52

avatar hakim casablanca - 07/04/2008, 16:55

vous parlez des serpents de Marrakech comme si c'était le problème le plus grave que puisse connaître un pays et partant l'équilibre planétaire. Vous en faites trop peut-être pour justifier votre exitence mais les serpents de Marrakech sont l'affaire des marrahchis qui ne sont pas obligés de vous suivre dans cette course à la perte de temps. Je trouve toujours bizzare que des gens s'intéressent à des bêtes et pleurent sur leur sort alors qu'elles assistent à la maltraitance des humains sans mot dire. C'est grave. On ne peut pas faire confiance à des personnes insensibles à la douleur humaine. alerte

avatar christelle- Ile de Ré - 07/04/2008, 18:08

Il y a d'autres moyens de gagner sa vie sans détruire la nature et ses animaux. C'est trop facile! Pourquoi s'en prendre toujours aux animaux? Et pourquoi l'homme ne ferait-il pas la même chose avec son semblable? Je suis révoltée par tant de cruauté!!!alerte

avatar fab dijon - 07/04/2008, 18:36

en gros hakim cela n est pas grave si les serpents et autres animaux disparaissent du maroc !alerte

avatar Maroc - 07/04/2008, 19:21

Je vous prie de bien vouloir présenter notre revue écologique à vos lecteurs http://membres.lycos.fr/mohammedbedalerte

avatar abadi-tunisie - 07/04/2008, 21:08

c'est bien de critiquer la cruauté de l'homme dans la distruction du ecosystéme, en chassant abusivement ,en plus ils vendent les espeses proteges dans les souks pour les touristes europeens , comme les tortus , les carcasses des tortues de mer les cameleons, les aigles , leschardonnerés, ect...
comme on a critiqué ces horreurs, il faut critiquer cruauté de l'etat sioniste qui tue chaque jours des enfants et des innocents palestiniens et au sud libanais seulement parceque ils veulent leurs independence .il faut etre juste parceque dieux aime la justice .
Il est tout simplement la justisse.alerte

avatar Mustapha LAMIRI - Rabat - 07/04/2008, 21:27

Bonsoir Si HAKIM,

Comme vous le savez, l'être humain peut s'exprimer, il peut réagir quand il souffre, il y a des ONG, des syndicats......Quant aux animaux, ils n'ont pas le choix, une fois entre les mains des humains, ils subissent le bien et le MAL. Heureusement qu'il y a des gens comme Monsieur Michel AYMERICH, qui défendent les maltraitances de ces animaux.

Mes sincères salutations

Mustapha LAMIRI
E-mail : lamiri_mustapha@yahoo.fr
alerte

avatar un rbatti de Rabat - 07/04/2008, 22:04

moi je suis contre le fait qu'on intérdise les spectacles des serpents parceque cela fait des traditions de la beauté des traditions du maroc , on peut faire des spectacles de charmeur de serpents sans maltraiter les animaux , pour ceux qui disent qu'il faut interdire les spectacles de serpents je leurs dis qu'il faut dans ce cas intérdire aussi le fait d'avoir des animaux de compagnie (chiens,chats...)parceque c'est la meme chose sans oublié que meme si on interdit ces spectacles ils le feront clandistinment donc le probléme ne se reglera jamais . Mais parcontre je suis pour la cration d'une police de l'écologie et aussi de punir sévérment mais alors séverment ceux qui maltraitent les animaux avec des peines sévére de 2 a 5 ans de prison par exemple, il faut avant tout une décision politique et une volonté réel du gouvernement marocain pour protégé ces animaux, moi je sais pas pourquoi l'etat marocain ne réintrodiut pas les animaux qui ont disparu du maroc (lion d'atlas, panther...) ??? alors qu'au maroc il ya beaucoup de parc naturel ...pour ma part j'ador les animaux et j'esper que le gouvernement marocain va faire quelque chose..alerte

avatar Michel Aymerich, Agadir - 08/04/2008, 02:15

Déjà ce soir 604 lectures, dont 7 commentaires. Parmi les 7, il y en a deux assez inquiétants, car manifestement malintentionnés. Non seulement ils ne tiennent absolument par contre des PROPOSITIONS contenues, mais encore mélangent TENDANCIEUSEMENT tout!

Donc pour certains, il n'y a rien à redire, absolument rien. En plus, selon l'un d'eux "les serpents de Marrakech sont l'affaire des marrahchis..." Tiens donc, ils sont capturés dans les régions de Guelmin et de Tantan, mais ce serait uniquement l'affaire des marrakchis!!!

Eh bien touristes d'Europe, touristes d'Amérique, touristes d'Asie, touristes d'Australie, touristes africains, touristes et visiteurs marocains enfin, sachez que tout ne peut continuer comme avant et que le Maroc est cité dans un récent rapport comme le pays de la Méditerranée où la biodiversité est la plus menacée.

Il y a selon certains plus important. Eh bien qu'ils s'y consacrent. Toutes les causes justes, les plus urgentes comme les moins urgentes se rejoindront. Non?

Mais une question: que viennent-ils perdre leur temps sur ce site ceux qui sont convaincus qu'il y a mieux à faire? Que viennent-ils perdre leur temps à lire et à faire semblant d' "argumenter" ? que viennent-ils perdre leur temps sur un site consacré à ce qui touche à la biodiversité, à la pollution, au réchauffement climatique, en bref aux questions écologiques? Il ne s'agit pas ici en premier lieu de la Palestine. Et d'ailleurs pourquoi pas du Dharfour? Ou de toute autre région du monde où des représentants de l'espèce humaine souffrent, voire meurent? Et puis sur un site consacré à la biodiversité, ne conviendrait-il pas, si l'on tient absolument à parler des enfants de parler des milliers de victimes PAR JOUR du manque d'eau potable? de la pollution de l'eau? Etc.

Peut-être que plus de respect pour la biodiversité (TOUTE la biodiversité, sans discriminations...) pour laquelle l'eau est un élément indispensable permettrait d'empêcher la mort journalière de milliers d'enfants? A propos, il y a combien de jours dans une année?

Allez sur le Forum et apportez vos arguments. La biodiversité du Maroc ne se laisse pas découper en tranches arbitraires. Les serpents y ont aussi toute leur place. Et je rappelle que s'il s'agit aussi d'attirer l'attention sur ces oubliés que sont les serpents de Marrakech et d'ailleurs, il ne faut en aucun cas oublier les singes magots et les animaux du souk (rapaces, caméléons, fouettes-queue, tortues, écureuils, etc.)
alerte

avatar Extrem-Sud. - 08/04/2008, 07:40

Amis musulmans vous semblez avoir oublié cette phrase qui se trouve dans le Coran, XL, 79.

"Les animaux sont un bienfait du ciel. "alerte

avatar dominique RUY - 08/04/2008, 08:48

Bon sang mais c'est dingue ça!!!!! il FAUT des gens concernés par tous les problèmes du monde: les serpents, les hommes, les araignées que sais je ...si il y a menace!!!! sinon comment saurions nous cela, tranquillement assis devant nos écrans , si loin de ces questions?
Moi même sans les articles de Michel, jamais je n'aurais réalisé le mal que l'on faisait aux serpents à Marrakech : inconscience? bêtise? NON NON et NON : MANQUE D'INFORMATION !!!!!!! En revanche il faut aiser les gens à vivre en même tempq sinon on ne sortira pas de la gueguerre...
alerte

avatar Rachid Semlali Rabat - 08/04/2008, 10:36

Il est certes bon de dénoncer la maltraitance envers les animaux, seulement il faut toutes les dénoncer. De même qu'il ya des fermes de crocodiles, on pourrait faire appel à des erpétologues qui veilleraient et encadreraient l'élevage des serpents ménacés d'extinction.
Je pense que priorité doit être d'abord et avant tout, l'éradication de la maltraitance envers les humains ! C'est autant sinon beaucoup plus grave que le problème des Aïssaoua et des charmeurs de serpents. Je sais, c'est une utopie ; cependant est-il interdit de rêver ou d'espèrer ?
Enfin que penser des sévices et autres torures infligés à ces malheureuses créatures que sont les agneaux, les veaux et autres porcelets qui sont castrés ainsi que les poulets pour en faire des chapons, les oies qui sont gavées, les langoustes ou les homards ébouillantés vifs ? On a tendance à les oublier parce qu'ils rehaussent les plaisirs de la table !
Belle morale que voilà
Salut à tousalerte

avatar Simo - 08/04/2008, 11:46

Les ONG me font rire des fois.
C'est comme le mec rassasié qui conseille un autre autre qui meure de faim de ne pas manger dans le restaut sous pretexte que la vignegrette était trop salée.

Non mais je rêve ou quoi ?!

Comment peut on dire au gens de boycoter les charmeurs de serpents alors que c'est leurs seul gain de pain.

Franchement ça c'est typiquement le discourt d'un bourge qui cherche à se donner une raison de vivre en défendant les sérpents !!

Madame ces gens n'en pas de quoi vivre ni de quoi se payer une cigarette. Il est certain qu'il faut préserver l'écosystème mais il faut d'abord préserver l'Homme et penser à ces gens et à ces gamins qui n'ont pas de quoi se payer un Doliprane qui n'ont pas de quoi soigner leurs dents. Faites un tour dans les douares entre Marrakech et Ouarzazate et vous allez voir à quel point les gens vivent dans la misère !!!alerte

avatar Simo - 08/04/2008, 11:57

Madame quand on a faim et quand on est au bord de la misère on préfère sacrifier l'autre et à sauver sa peau.

C'est fcile aussi de dire "ouai mais au Maroc la richesse est mal partagée quoi"

Madame s'il y des pays riches c'est tout simplement car ils ont appauvri d'autres.
Par contre si on partage les richesses du monde entier là il y aura une justice et une paix.

Aïe aïe aïe !!alerte

avatar Jidé Belgique - 08/04/2008, 12:19

Décidément, les aveugles continuent à scier la branche sur laquelle ils sont assis.
Ne savez-vous donc pas que détruire votre environnement vous condamne à une mort programmée?
Bien sûr qu'il faut aider les "abandonnés" par leurs dirigeants à retrouver une certaine dignité, qui me contredira, mais les appels de Michel Aymerich pour arrêter de détruire non seulement les serpents, mais sauvegarder toute la biodiversité du Maroc, le pays le plus menacé à ce niveau est exemplaire.Car sans équilibre dans ses écosystèmes, le Maroc est appelé à devenir un désert complet, sans serpents, sans arbres, sans plus la moindre vie, et les habitants n'auront plus que des cailloux à sucer.
Réveillez-vous.
Votre aveuglement vous conduit à l'enfer sur Terre.alerte

avatar Michel Aymerich, Agadir - 08/04/2008, 14:05

Monsieur Simo,

Avez-vous vraiment lu cet article?

J'ai de la peine à le croire!

Sinon, vous auriez lu les PROPOSITIONS contenues, lesquelles OFFRENT une alternative bien meilleure en termes de gains (PLUS, pas moins, d’ARGENT).

Je reproduis ici quelques unes de ces propositions, puisque vous semblez vouloir jouer à l'aveugle et ne pas les lire dans le cadre de l’article.

A propos, vous désinformez les lecteurs en écrivant ou en suggérant que les montreurs de serpents gagnent très peu. C'EST FAUX!
OK? Ils gagnent BIEN PLUS que de nombreux salariés. Placez vous à une terrasse de café et tentez une évaluation. Allez, soyez honnêtes, au moins avec vous-mêmes, vous verrez...

Et puis, si vous lisez l'article, vous verrez qu'il ne s'agit pas prioritairement de mettre des gens au chômage, mais de les amener à se recycler dans des activités qui leur rapporteront plus, et RAPPORTERONT PLUS également à la ville de Marrakech, laquelle souffre bien plus qu'on ne veut se l'avouer des spectacles indignes basés sur la maltraitance d'ANIMAUX SAUVAGES (c'est la différence avec les animaux domestiques, dont parle un intervenant sur ce forum). Bien des touristes ne VEULENT PLUS revenir là-bas. C’est aussi pourquoi, la ville aurait à gagner à développer un autre concept. J’en parle également dans l’article. Lisez-le, c’est la moindre des choses…

PROPOSITIONS CONTENUES DANS L'ARTICLE:
"Aider les montreurs de serpents à se recycler après une formation adéquate dans des activités aussi bien utiles que bénéficiant d'un prestige enfin mérité, telles qu'intervenir dans les écoles, entreprises et autres lieux afin de présenter les 25 espèces de serpents du Maroc à l'aide de matériel approprié (photos, brochures…) ; Ces montreurs pourraient également gérer collectivement sous la forme d'une coopérative un vivarium leur appartenant installé sur la Place Jemaa el Fna comprenant 4 pavillons**. Dans le premier pavillon, on pourrait présenter (mais cela reste à l'étude, étant donné les risques de maltraitance) quelques espèces de serpents vivants dans des terrariums très bien entretenus respectant leurs besoins vitaux. Dans les pavillons 2 et 3, il pourrait y avoir dans un une exposition permanente de photos des reptiles du Maroc, et dans l'autre des photos de quelques arachnides (scorpions, araignées...), ainsi qu'une vente de brochures et d'affiches. Et enfin dans le quatrième pavillon, des exposés pourraient être réalisés par les ex-montreurs (« charmeurs »), lesquels présenteraient en différentes langues à des heures indiquées sur une affiche les espèces de serpents. Ils expliqueraient, par ex., comment différencier une vipère d'une couleuvre, quelle conduite à tenir en cas de morsure par un serpent venimeux (ce qu'il faut faire, mais aussi ne pas faire), ils transmettraient à leur public des éléments de base sur leur biologie, etc.
Suggérer aux autorités du pays et à celles de Marrakech de favoriser l'émergence d'un nouveau concept pour l'ensemble de la Place Jemaa el Fna, lequel s'inspirerait de ce qui se fait par exemple maintenant à Barcelone***, et qui exclurait tout spectacle animal quel qu'il soit… La place pourrait, par exemple, accueillir des groupes musicaux, des groupes de danse de tout le pays comme des pays voisins (Mauritanie, Sénégal, Mali, etc.).
Proposer une alternative à ceux des Aïssaoua qui vivent de la capture des serpents (ils ne doivent pas être confondus avec les montreurs de serpents). Cette alternative consisterait à les recycler en gardes de zones protégées (Parc National, par ex.) et également à les employer en tant que guides naturalistes dans ces zones… Les Aïssaoua pourraient, après avoir reçu une formation adéquate, être employés dans un cadre associatif ou coopératif. Ils accompagneraient de petits groupes de visiteurs naturalistes motivés afin de leur montrer diverses espèces animales. Tous seraient tenus par une charte strictement respectueuse des espèces et des écosystèmes. Un exemple d'une telle charte peut être consulté sur le site du GEOS...
Enfin, œuvrer, comme cela a été suggéré, à créer au moins un Parc National. Nous pensons principalement à la région située à l'ouest de Guelmin, laquelle sert de principal lieu de capture par les Aïssaoua et d'approvisionnement des montreurs de serpents. Cette région est l'un des derniers sanctuaires des cobras et vipères heurtantes, mais aussi de mammifères, tels que le serval et le caracal. On y trouve également des chats gantés, des lièvres, des aigles de Bonelli et encore quelques (rares) gazelles de Cuvier..."
alerte

avatar Eléonore Visart Belgique - 08/04/2008, 14:48

Un grand merci à Michel Aymerich pour son excellent exposé, que je ne puis qu'approuver du fond du coeur.
Quelques réflexions: une affirmation me fait à chaque fois sursauter: ..."il faut respecter les traditions! " Les traditions ont bon dos, c'est également au nom des traditions qu'il y a cette horrible corrida, ces combats de coqs, ces chasses aux palombes et j'en passe...Combien de temps faudra--t-il encore pour que les êtres que l'on appellent humains se rendent compte que tant qu'ils massacreront, exploiteront les animaux, ils ne trouveront pas la paix et c'est tant mieux!!

Nous sommes à l'aube d'une nouvelle "humanité" qui sent intuitivement que nos rapports avec la nature et les animaux doivent être revus complètement et nous nous devons embrasser, comme le souligne A.Einstein, dans notre compassion toute la nature, dont nous faisons intégralement partie. alerte

avatar Christianne DEBERNARD Lubersac 19 - 08/04/2008, 15:11

Je ne répondrai qu'a Hakim de Casablanca.

Je très fière et très heureuse d'avoir pu aider, Michel, Amal et les autres qui combattent les montreurs de serpents. Ce que j'ai fait est peu, mais je me sens en paix avec moi-même. Sachez Monsieur qu'en tant que Présidente d'association de protection animale, ainsi que d'un service juridique pour lequel j'oeuvre afin d'aider les personnes à se sortir de la "......" je suis en mesure de vous affirmer que lorsqu'il y a un problème social, il y a toujours un problème d'animaux et inversement.alerte

avatar Simo - 08/04/2008, 15:46

Ce n’est pas que je dénigre le travaille que vous faites mais je connais la mentalité de certaines ONG, L’OIE à titre d’exemple.
Une bande de mafieux qui gardent précieusement leur trésor. Une bande de retraités qui ne cherchent qu’à se payer
des voyages dans des pays exotiques. Que se soit l’OIE, la FAO, médecins sans frontière ou autres, tous ils demandent
du financement, mais lorsque vous voulez offrir vos services en tant que médecin véto etc... « Envoyez nous votre CV on vous contactera »

Préserver l’écosystème passe par développer les régions nécessiteuses. Passe par le commerce équitable. Passe par donner des solutions alternatives.

- A cause des accords de pêche signés entre le Maroc et l’UE on a perdu pas mal d’espèces marines
- A cause des accords de pêche signés entre le Maroc et l’UE plusieurs pêcheurs marocains sont en chômage.

Pourquoi autoriser des pêcheurs européens à piller les côtes Marocaine au lieu d’acheter directement des pêcheurs Marocains ?

J'ai lu votre article mais y'en a marre des discours de ce genre avec tout mes respects.
Si on veut préserver l'écosystème il faut que l'Europe, l'Amérique, la chine cessent leurs politiques de capitalistes aveugle.

Quand "Total" fait des ravages écologiques en Afrique personne ne parle. C'est normale elle crée un million de poste directe et indirecte.

Vous comprenez pourquoi je suis révoltéalerte

avatar un rbatti de Rabat - 08/04/2008, 15:52

tien il ya quelqun qui me parle de instein qui non seulement avait des théorie qui s'est avéré fausse aprés mais qui aidé dans ses recherche dans la mise en point de la bombe a tomique qui a tué des centaines de milliers d'hommes et qui va peut etre anéantire le monde un jour,dois je rapeler la maltraitance des taureaux dans la corrida en espagne? et celle des animaux d'engraissemenr dans tout l'europe ? il n'ya que les occidentaux qui qui ont contribué a la dégradation de l'envirenement usines, produit chimique....),bref j'ai dit et je redis on ne peut pas empecher les spectacles de charmeur de serpents parcequ'ils le feront clandistinment....et ce sera comme verser l'eau dans le sable mais il faut créer une police de l'ecologie ce sera tres pratique et punir les laches qui maltraitent les animaux , pour ma part vous pouvez pas imaginer combien ca me fait mal le fait de voir un animal soufre et les millions d'animaux de compagnie qui subisent le pire (animaux ,chats,oiseaux dans les cages..) !!! ps: je remercie Michel Aymerich de s'interesser aux probléme que la faune et la flor rencontrent au maroc c'est touchant,mais je vois pas qu'est ce qu'on peut faire ??????????
pourquoi ne pas envoyer une lettre explicatif au 1 ér ministre marocain ??
alerte

avatar Simo - 08/04/2008, 15:56

Faut pas considérer cela comme attaque perso
Je dis bravo à ceux qui travaille de manière honnête mais y en a marre des discours videsalerte

avatar Petitjean Nancy belgique - 08/04/2008, 19:18

la défense de la nature, des animaux et la lutte contre toutes souffrances qu'elles soient animale, humaines, végétales est internationnale on peut comprendre ça, non?alerte

avatar driss Safi - 08/04/2008, 20:25

Je trouve regrettable que cette discussion prenne une autre tournure, il etait question au départ de préserver un patrimoine ni plus ni moins, je ne suis pas contre le fait que la misère pousse les Aissaouas à approvisionner les spectacles de jamma el fena, mais à quel prix ? si les serpents disparaissent, d'autres espèces prolifèreront tels que les rats ou les campagnols et ceux-là ne pourraient que nuirent à l'éco-système et surtout aux humains.Autre fait important, pour préserver leur sois-disant pouvoir de aissaoui, il prennent le soin d'arracher les crocs du malheureux serpent, or sans ses crocs, il ne peut survivre que quelques temps, j'ai été témoin du fameux scénario où certains charmeurs qui pour se donner une apparence plus humaine devant les touristes étrangers, s'emploient à faire gober de force un oeuf au serpent, sachant que ce geste reste bien inutile puisque sans son venin, la digestion ne se fera pas. Non, je ne pense pas que lutter pour préserver notre eco-système soit une perte de temps, en préservant cette équilibre, nous augmentons nos chances de survie et celles de nos générations futures. Aussi, il serait sain de donner un sens noble à cette tâche et ne pas se lancer dans des élucubrations hors sujet. Si en tant que citadin je ne vois que du béton et de l'acier, je dois savoir d'abord que sans cet éco-système qui compose ma campagne, je n'aurais pas de quoi me nourrir, alors en fermant les yeux sur tout ce qui se passe, outre l'abbatage des arbres de mes forêts, la destruction de la faune et de la flore, j'ai bien peur un jour de me reveiller dans un désertalerte

avatar Marc Véchambre France - 08/04/2008, 20:34

Bravo Michel ,Amal et toutes les composantes mondiales de la protection Animale
De tous les Animaux , il n'ya que les Animaux humains qui sont capables de barbarie
Marcalerte

avatar un rbatti de Rabat - 08/04/2008, 20:55

si vouls voulez écrire au 1er ministre parcequ'il le faut absolument et il ne faut pas ui parler uniquement de serpents ce sera bête mais de la flors et la faune en general et d'une possibilité de réintroduire les animaux qui ont disparu du maroc (lion d'atlas,panther...) dans les parcs naturels que compte le royaume voici l'adresse du 1er ministre marocain Mr Abbas El Fassi : Fax : 212 037 768 656
Palais Royal
(quartier) :Touarga
(ville) : Rabatalerte

avatar schollaert Ath - 08/04/2008, 22:32

Traditions, traditions, faut les changer, ces horreurs de traditions, les animaux ne sont pas de objets,ce sont des êtres vivants qui méritent comme nous amour et respect, et qui ont le droit de vivre leur vie sans être utilisé, ou employé, ils ne sont pas là pour être a notre service!!! amicalement Dominiquealerte

Commentaires 1 à 25 sur 52

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus