^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

1er site français en environnement
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
3 488
Partager
par email
Lundi 21 avril 2014, 6 862 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Tchat environnement et sciences

Vous devez être membre du site et connecté
pour afficher le tchat et y participer

Marre de la PUB dans
votre boîte aux lettres ?

Imprimez et collez notre étiquette STOP PUB sur votre boîte aux lettres et respirez !

Sondage Avril 2014

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Mesures de la performance des bâtiments basse consommation : premiers résultats

Dernières actualitésAlerte mailFlux RSS / webmasters

3 488 lectures / 7 commentaires21 février 2013, 10 h 14

maison_bois© C. Magdelaine / notre-planete.info

A l'occasion du Salon Be Positive (Be+) organisé à Lyon du 19 au 21 février, l'ADEME a communiqué les premiers résultats de campagnes de mesures de la performance énergétique de bâtiments neufs. Ils permettent de tirer quelques enseignements sur le fonctionnement énergétique réel des premiers Bâtiments Basse Consommation (BBC) sans toutefois prétendre afficher des résultats à valeur statistique.

Une cinquantaine de bâtiments sont actuellement en cours d'étude. Les résultats révèlent notamment que les techniques actuelles permettent d'atteindre de bonnes performances énergétiques sur tous les usages (hors usages privatifs de l'électricité).

Mais ces campagnes de mesures apportent surtout un éclairage sur les pistes d'améliorations techniques à tous les niveaux du montage d'une opération.

Les bâtiments suivis par l'ADEME Rhône-Alpes montrent que les bilans énergétiques par usage sont sujets à des variations importantes. Par exemple sur l'usage du chauffage, à zone climatique équivalente, les écarts peuvent varier du simple au double. Cela peut s'expliquer par l'étanchéité à l'air réelle, par les apports internes (notamment les consommations électrodomestiques), par les niveaux de température intérieure, par les réglages des équipements de production de chaleur et de ventilation...

Mais au-delà de ces disparités, et c'est le plus important, les campagnes de mesures démontrent également qu'il est possible de faire beaucoup mieux.

Trois facteurs d'amélioration

  • La conception des installations, notamment par un meilleur dimensionnement des équipements de production de chaleur (chauffage, eau chaude sanitaire), la conception des schémas hydrauliques, la limitation des pertes de réseau, la conception des installations d'eau chaude sanitaire solaire qui peuvent avoir un fonctionnement inapproprié et empêcher des niveaux de performance élevés, ou encore la conception d'installation de ventilation double flux à faibles pertes de charges et à haut rendement... ;
  • le réglages et entretien des équipements, en particulier par la limitation des températures de chauffage, le changement régulier des filtres de ventilation double flux et une utilisation des équipements en fonction des besoins... ;
  • la mise en œuvre des équipements, en obtenant par exemple des installations de ventilation étanches à l'air.

Ces retours d'expérience mettent enfin en évidence qu'un suivi énergétique est indispensable pour obtenir et maintenir un bon niveau de performance des bâtiments.

Auteur

ADEME

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de notre-planete.info

7 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

avatar Jean-luc Bocquet - 21/02/2013, 19:02

Continuons ainsi. On va dans la bonne direction.
Pour les panneaux solaire, si possible, attendre encore un peu. Il en arrive sur le marché une génération beaucoup plus performante.
Méfiance avec les marchés de dupes des compagnies électriques.
Attention à la bonne aération l'hiver des locaux en maintenant les VMC double flux performantes.
Penser à installer un puits canadien en fond de fouille de tranchée EDF.
Proscrire la gaine plastique annelée car vous aurez des pertes de charge et vous injecterez un air pollué.
Vous pouvez malgré tout le faire si vous raccordez votre puits sur une entrée de chauffe eau à pompe à chaleur, installé dans un local distinct de votre lieu de séjour.
On peut aussi améliorer le système de récupération de calories dans les eaux grises à travers un système d'échangeur eau/air en inox, air qui pourra être ramené sur la pompe à chaleur du chauffe eau. (Ou ailleurs)
Ne plus les rejeter à l'égout tel quel.
Elles contiennent un fort potentiel énergétique.
Ne pas oublier de baisser la hauteur des plafonds.
Équiper aussi les passages entre salon et salle à manger, escaliers, avec des portes coulissantes que l'on fermera, suivant besoins, l'hiver.
Vous pouvez aussi installer des systèmes de récupération de calories entre tuiles et isolation des combles asservis avec un ventilateur. ( Ensuite, même topo que pour l'échangeur eau/air.
Il y a malgré tout un inconvénient : La maison devient une usine à gaz.
Énergétiquement elle est performante, mais à moins de faire la maintenance des différents dispositifs soi-même il n'est pas dit qu'elle le soit financièrement.
Elle peut aussi se transformer en maison tueuse si elle est insuffisamment aérée.
Penser à construire des murs à forte inertie thermique pour l'été. (Ou enduits à la chaux blanche colorée).
En ces temps d'éventuelle menace climatique de style réchauffement, menace qui semble se préciser, ne pas confondre inertie thermique et isolation... Il faut impérativement que la maison possède les deux.
Pensez à installer un water sec.
Et si le cœur vous en dit... un digesteur. Là il ne faudra compter que sur vous même...
Et bien sûr penser aussi à ne pas défigurer le paysage et le bâti local en implantant des bâtiments à l'architecture incongrue.alerte

avatar BOBNESTAMARLEY - 22/02/2013, 20:47

Nous somme un des dernier pays d'Europe a comprendre ceci .Je prend l'exemple de l'isolation par l'extérieur,ce qui nous fait gagner de l'énergie due au fait que nous utilisons le mur comme radiateur . Les pays du nord de l'Europe on 50 ans d'avance.alerte

avatar Jacques-marie Moranne - 28/02/2013, 09:17

3 questions :
1. Quel est le surcoût à la construction (disons pour 100 m2 habitables) ?
2. Quoi faire sur un pavillon construit il y a 60 ans en traditionnel, pour quel retour sur investissements ?
3. Comment distingue-t-on, pour réaliser les travaux, une entreprise sérieuse d'un margoulin ?alerte

avatar Jean-luc Bocquet - 03/03/2013, 21:57

Bonsoir J-M
Déjà il faut se préoccuper des contraintes architecturales fournies par le PLU.
Ensuite il y a deux possibilités :
Isolation traditionnelle par l'intérieur.
Ou isolation par l'extérieur.
Les deux sont des travaux conséquents et onéreux.
Pour l'isolation intérieure, il te faudra traiter les murs.
Tu as le choix entre du doublage du placo polystyrène 100 + 10 ou mieux encore 130 + 10 ou du placo sur rails avec une isolation derrière de ton choix suivant tes propres critères de santé.
Toujours au moins 100 mm d'épaisseur.
Il te faudra changer tes fenêtres. Bois, bois alu, ou PVC.
Installer une VMC double flux.
En Pologne on trouve d'excellentes fenêtres. En fait, c'est là que bon nombre de nos fabrications nationales se montent... Parle-en à ton artisan.
A l'étage il te faudra isoler les combles, ou, s'il n'y en a pas, isoler le plancher.
2 couches de laine de verre croisée. Au moins 200 mm. D'autres isolants existent. billes de verre soufflé, vrac, laine de bois etc...
Pour les panneaux de bois pouvant remplacer le placo, fabricant autrichien ou allemand, je ne sais plus le nom. C'est très cher...
Avec cette méthode subsisteront les ponts thermiques dus aux cloisons intérieures qui se raccordent sur les murs extérieurs. .
L'autre méthode, par l'extérieur est beaucoup plus performante car plus de pont thermique, plus de phénomène de maison étouffante l'été.
En revanche, il faut que les débords de toiture le permettent.
Ensuite, les combles, les menuiseries même topeau.
Dans tous les cas, j'insiste, il te faudra prendre un maître d'œuvre. Même s'il te prend deux mille euros, le jeu en vaut la chandelle.
Il saura coordonner les différents corps de métier. Il disposera de tous les appareils nécessaires aux contrôles des pertes thermiques et autres.
C'est très important, car certains artisans dans les coins par exemple ne sont pas toujours très regardants vis à vis de la bonne exécution des raccords des isolants.
Ce qui engendre des points de rosée qui comme tous points de rosée ont tendance à se déplacer avec les tâches de moisi ou autres joyeusetés que l'on connait.
Essayer aussi de traiter le sol.
Voilà. Bon courage !alerte

avatar Jean-luc Bocquet - 03/03/2013, 22:04

J-M
J'oubliais aussi :
Isolation par l'extérieur veut dire pas d'emmerdes avec la plomberie, avec l'électricité et possibilité de continuer à vivre dans son habitation comme si de rien n'était. (Ou presque...)alerte

avatar Jean-luc Bocquet - 03/03/2013, 22:15

J-M
En ce qui concerne les retours personnels d'investissement, c'est une œuvre de longue haleine dont le calcul est risqué, brouillé même, par ces temps d'incertitude d'évolution du coût de l'énergie et par ta condition de retraité... Lol !
Voir avec ta sensibilité écologique.
A calculer avec un thermicien indépendant. (Non inféodé à une entreprise)alerte

avatar Jacques-marie Moranne - 11/03/2013, 11:06

Merci JL

Lu hier dans je ne sais plus quel journal : compter 10 à 30 k€ par logement (ce qui me semble être un bon ordre de grandeur).
... auxquels il faut rajouter, si l'on procède par l'intérieur (ce qui sera obligatoire pour certains logements type immeubles haussmanniens), la valeur marchande de la perte de surface résultante (de l'ordre de 1%)

Si je considère qu'il y a de l'ordre de 20 millions de logements en France (je dis cela au pif), cela signifie un investissement global de 200 à 600 milliards d'Euros.

A titre de comparaison, l'Etat cherche actuellement 1,5 Milliard d'Euros supplémentaires ... et semble déjà avoir du mal à le trouver : il ne faudra donc pas trop compter sur son aide (qui de toutes façons serait la nôtre).

... et je doute que la majeure partie de la population (qui d'ailleurs n'est déjà pas propriétaire) en ait les moyens.alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus