^ Publicité ^

1er média web francophone en environnement, écologie, nature
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
16 472
Partager
par email
Mardi 23 septembre 2014, 558 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité ^

Sondage Septembre 2014

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

La chasse à l'ours blanc, un loisir en plein essor qui ne soucie ni la France, ni le WWF

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualités

16 472 lectures / 75 commentaires21 février 2013 ; révision : 25 juillet 2013, 18 h 33

ours_RussieUn ours polaire au repos sur un îlot de glace dans l'océan Arctique au nord de la Terre Franz Josef en Russie
© Gordon Wiltsie / NGS

Incroyable mais vrai ! Alors que l'ours blanc voit sa population décliner dramatiquement à cause du réchauffement climatique et des pollutions, l'Homme le chasse, non pas pour se nourrir mais pour le loisir et pour l'industrie du luxe. Les prix des articles issus de l'ours blanc flambent, les agences de tourisme spécialisés dans la chasse sont surbookées. Chronique d'un délire humain soutenu par la France et le WWF...

L'ours polaire (Ursus maritimus) figure parmi les plus gros mammifères marins vivant sur terre avec un poids qui peut atteindre 680 kg ! Cela ne l'empêche pas d'être un excellent sprinteur et un excellent nageur. Il vit pour l'essentiel sur la banquise arctique, sur les glaces de mer et en mer ouverte. Il se répartit actuellement sur 5 pays : Les Etats-Unis, le Canada, la Russie, le Groenland (Danemark) et la Norvège.

Menacé par la fonte toujours plus importante de la glace de mer en été, par les pollutions dues aux activités humaines, le domaine vital de l'ours polaire et sa population régressent dramatiquement. « Depuis quelques années, les ours blancs semblent diminuer en taille, une diminution des natalités et une augmentation des mortalités sont également observées (Stirling et Parkinson, 2006). Des études démontrent également que la présence de polluants dans leur environnement affectent leur croissance (Kovacs et al., 2011). » indique Julie Langevin dans son essai universitaire sur la question.

Selon la Liste rouge de l'UICN, l'ours blanc est classé comme espèce vulnérable, en raison d'une « diminution suspectée d'au moins 30% de sa population en seulement 45 ans » ! La population sauvage d'ours blancs est estimée entre 20 000 et 25 000 individus regroupés en 19 populations connues et réparties sur un territoire de 15 millions de km2 en hiver et de 3 millions de km2 en été.

Non satisfait de lui nuire indirectement par ses activités, l'Homme le persécute via de véritables safaris de luxe dénoncés dans un communiqué par une coalition courageuse de 13 associations de protection de l'environnement[1] : « la chasse à l'ours blanc bat son plein. Les agences de tourisme cynégétique du Nunavut, des Territoires du Nord-Ouest et du Manitoba au Canada sont surbookées jusqu'en 2014. Pour répondre à la demande, le Territoire du Nunavut augmente les quotas de chasse dans la Baie d'Hudson sans tenir compte de l'avis défavorable du Groupe des Spécialistes de l'Ours Polaire de l'UICN. »

Et pourtant l'ours blanc fait fondre les cœurs. Les gouvernements, les ONG (comme WWF), les grandes marques (comme Coca-Cola) l'exploitent comme emblème et martyr du réchauffement climatique pour augmenter honteusement leur notoriété ou leurs ventes, donnant tout son sens au greenwashing. « Pourtant en pratique, quand il s'agit de venir dès maintenant à son secours, il y a un monde fou aux abonnés absents. Les faux-amis oublient les menaces immédiates et historiques qui pèsent sur l'espèce entière comme en témoigne le commerce international légal des ours blancs, sanguinaire mais florissant. » s'indigne la Coalition Ours Polaire.

La chasse à l'ours blanc : un business florissant

« L'ours blanc est la "cible absolue". Ça change de l'éléphant. Ça fait changer d'air. C'est le challenge du siècle aux confins du monde. » ironise la Coalition.

Au Yukon (Canada), la chasse et la pêche sportive ont rapporté à elles seules 45 % des revenus générés par le tourisme. Une manne financière entretenue par des agences peu scrupuleuses comme Northwoods Adventures qui propose de chasser « le plus prestigieux des trophées. Le grand ours blanc est plus que rarement présent dans les collections de trophées de chasse que ceux provenant des jeux dangereux d'Afrique ». Sous couvert de chasse traditionnelle, en immersion avec les Inuits, cette agence justifie la chasse à l'ours blanc parce qu'il est décrit comme un « carnivore qui tue régulièrement des Hommes ».  Un safari d'une autre époque réservé aux riches sans scrupules : 18 500 dollars (plus de 14 000 euros) pour 14 jours de chasse.

Outre le prestige (très relatif) du chasseur, les ours blancs alimentent un marché immonde : « griffes, pelisses, mâchoires, crânes, dents, trophées de chasse, spécimens vivants s'arrachent à condition d'y mettre le prix. Dans le cœur de Paris, un ourson blanc naturalisé s'affiche à 20 000 euros, l'adulte 40 000 euros et la peau 18 000 euros. Chaque année, ceux qui vendent la peau de l'ours blanc sont responsables de la capture ou de l'abattage de 800 individus. » indique la Coalition Ours Polaire.
Par exemple, une peau d'ours blanc a été vendue en juillet 2013 pour la somme astronomique de 22 000 dollars canadiens (environ 16 000 euro).

La base de données de l'UNEP-WCMC CITES 2012 sur le commerce indique qu'entre 2001 et 2010, 32 350 spécimens d'ours polaires (morts ou vivants, et leurs différentes parties) ont été commercialisées au niveau international, y compris 4 327 peaux, 3 080 morceaux de peau, ainsi que plus de 5 700 griffes et dents.

Au commerce légal, il convient d'ajouter le trafic illégal aiguisé par la boulimie de l'Asie et du Moyen-Orient pour les parures animales. Un des foyers virulents du braconnage sévirait en Russie dans la mer de Béring.

Le Canada : seul pays au monde qui exporte des parties d'ours blanc

Le Canada qui compte environ 15 000 ours blancs, est le seul pays qui autorise l'abattage annuel de 600 ours polaires afin d'alimenter la chasse de subsistance, la chasse sportive, mais aussi le commerce international. Ainsi, en 2011, les parties de 441 ours polaires ont fait l'objet de transactions commerciales internationales.

"En Chine ou en Russie, le prix peut atteindre 100 000 USD pour l'acquisition d'une peau car cet animal est rare. Cet engouement est inquiétant. Au Canada, il encourage une hausse des quotas de chasse au sein de populations d'ours polaires déjà fragilisées. Le commerce international des ours polaires et de leurs parties représente une menace sérieuse pour l'espèce. Il doit être interdit et la CITES offre cette possibilité" souligne Céline Sissler-Bienvenu, directrice d'IFAW France, porte-parole de la Coalition.

« Le Canada est le seul pays au monde qui continue à exporter des parties d'ours polaire (...) Parallèlement, les quotas de chasse pour la population d'ours polaires de l'ouest de la baie d'Hudson ont triplé en 2011, en dépit des avertissements du Groupe des spécialistes de l'ours polaire et du gouvernement fédéral du Canada, puis ont été revus à la hausse en 2012. » ajoute IFAW France

Malheureusement, ce trafic est en plein essor. Entre 2007 et 2012, le nombre de peaux d'ours polaires proposées lors de ventes aux enchères de fourrures au Canada a plus que triplé et les prix d'achat ont doublé !

Dans le même temps, les publications scientifiques se succèdent pour prédire un avenir noir aux ours blancs. Le dernier article paru début février 2013 dans Conservation Letters est signé par un spécialiste canadien en collaboration avec 11 scientifiques internationaux. Il presse la communauté internationale d'agir maintenant pour sauver l'espèce. La régression de la banquise arctique plonge l'ours polaire dans le cycle irréversible de la pénurie alimentaire. Les difficultés d'accès aux ressources vitales diminuent sa robustesse et ses capacités de reproduction.

Pour une protection plus élargie de l'ours blanc

Les Etats-Unis - soutenus par la Russie - ont rédigé une proposition visant à transférer l'ours polaire de l'annexe II à l'annexe I[2] de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction), dont la 16e Conférence des parties (CoP 16) s'est tenue en mars 2013 à Bangkok en Thaïlande.
Ce transfert permettrait d'accroître le niveau de protection de cette espèce en interdisant le commerce international de ces individus ou de leurs parties, sans entraver sa chasse de subsistance traditionnelle des Inuits ou le commerce éventuel des spécimens d'ours polaires à l'intérieur de chaque pays de l'aire de répartition.

Or, cette proposition avait déjà été refusée à Doha au Qatar en mars 2010 ; les 27 pays de l'Union Européenne présents avaient voté contre !

Aujourd'hui, les positions évoluent mais seulement 11 pays de l'Union Européenne soutiennent la proposition des Etats-Unis (avec l'absence notable de la France).

La France refuse de protéger l'ours blanc

Delphine Bato, la ministre de l'Ecologie a expliqué à l'AFP que la France ne soutiendrait pas cette proposition, sur la foi des "informations scientifiques disponibles" au vu de l'état de la population. De plus, elle a déclaré : "transférer l'ours polaire à l'Annexe I serait sans effet sur la chasse et sur la fonte de la banquise qui constitue la véritable menace pour cette espèce", mais pénaliserait les Inuits qui exportent des articles d'artisanat, ajoutait-elle.
Cette déclaration irresponsable montre une nouvelle fois le manque de pertinence, de cohérence et d'intérêt du gouvernement pour les questions environnementales. En effet, la fonte de la banquise est une réalité qui n'est déjà plus possible d'enrayer, il est donc particulièrement odieux de pousser au bord de l'extinction l'ours blanc, sous prétextes d'impératifs économiques très discutables[3]. Et quand bien même, l'économie ne devrait en aucun cas être un motif de génocide !

Le WWF refuse de protéger l'ours blanc

Même son de cloche au WWF, qui se démarque de la Coalition Ours Polaire, estimant que le déclin de la population est d'abord dû au changement climatique, a indiqué Stéphane Ringuet, en charge de la question des espèces sauvages au WWF-France lors d'une rencontre avec la presse. Le WWF, rappelle que « la perte d'habitat due au réchauffement climatique, et non au commerce international, est le premier facteur du déclin anticipé » des ours.
Une position décevante et peu courageuse pour le WWF, plus enclin à exploiter l'image de l'ours blanc avec Coca Cola dans une campagne dénuée de sens que de demander sa protection élargie. Un bel exemple de greenwashing pour le célèbre emblème au Panda.

La proposition de « mise au placard » d'une partie de l'Union Européenne

La Coalition Ours Polaire nous informe que « l'Union Européenne fait circuler une contre-proposition dite de compromis. Il s'agirait dans les 3 ans qui viennent d'approfondir les connaissances sur les populations d'ours polaires, d'examiner tous les risques actuels et à venir qui pèsent sur l'espèce et d'évaluer dans ce contexte l'impact du commerce international. A l'issue de ce processus, l'Union Européenne pourrait soutenir une proposition d'inscription en Annexe I lors de la session plénière de la CITES en 2016. »
Pour Nikita Ovsyanikov, scientifique russe membre du Groupe des spécialistes de l'ours polaire de l'UICN "la proposition de l'UE n'a rien d'un compromis : c'est un aveu de défaite. Elle ne réduit en rien le commerce légal non durable au Canada. Pire, elle alimentera le trafic et le braconnage des ours polaires de Russie."
Trois ans de plus de perdus pour l'ours polaire, alors que l'urgence est criante... Contrairement à certaines idées reçues, là encore, les Etats-Unis sont devant et l'Union Européenne, si prompte à se donner en exemple et moraliser les autres pays est derrière...

La Coalition pour les Ours Polaires souhaite que la France rejoigne sans tarder les Etats-Unis, la Russie, l'Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Belgique, la Pologne, la Lituanie, la Roumanie, l'Autriche et les autres pays favorables à l'interdiction du commerce international des ours polaires. Cette mesure ne freinera pas la fonte de la banquise arctique mais elle contribuera à la protection de l'espèce.

Echec de la protection de l'ours polaire à la Cop 16 de la CITES

Finalement, la proposition visant à reclasser l'ours polaire dans l'Annexe I de la CITES a été rejetée le 7 mars 2013 par les délégués de la CITES, notamment à cause de l'opposition acharnée du Canada, de la Norvège et de l'Union Européenne.

La déception est immense, notamment pour les américains et les russes qui collaborent étroitement pour protéger l'ours polaire. "Nous sommes évidemment déçus que les membres de la CITES n'aient pas réussi à donner une plus grande protection aux ours polaires en limitant le commerce de peaux et d'autres parties du corps", a déclaré le secrétaire américain adjoint à la Sécurité Intérieure des Etats-Unis, David J. Hayes qui a ajouté : "Nous continuerons à travailler avec nos partenaires afin de réduire la pression du commerce des parties d'ours polaires sur cette espèce arctique emblématique, alors même que nous prenons conscience de la menace à plus long terme que le changement climatique fait peser sur les ours polaires."
"L'avenir déjà inquiétant de l'ours polaire s'est encore assombri aujourd'hui. La poursuite de la chasse à l'ours polaire en vue d'alimenter le commerce international n'est pas durable. Les membres de la CITES ont le devoir de protéger les espèces de cette menace", affirme Dan Ashe, Directeur de l'United States Fish and Wildlife Service et chef de la délégation américaine à la CoP 16.
Une amertume partagée en Russie : "Actuellement confrontés à une situation environnementale critique, les ours polaires sont en proie à un déclin des populations, à un taux de reproduction peu élevé, à un faible taux de survie des oursons ainsi qu'à une mortalité élevée en général. Le maintien du commerce international représente une menace supplémentaire qui pourrait bien conduire à la disparition définitive de l'ours polaire", prévient Nikita Ovsyanikov, scientifique russe et membre du Groupe des spécialistes de l'ours polaire de l'UICN.

Sans surprise, les scientifiques prédisent que les 2/3 des ours polaires pourraient disparaître d'ici à 2050.

Notes

  1. Associations membres de la Coalition Ours Polaires : IFAW France, Robin des Bois, Fondation Brigitte Bardot, One Voice, Sea Sheperd France, 30 Millions d'Amis, la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), l'ASPAS, AVES France, L214, le CRAC, Ecologie sans Frontière, les Amis de la Terre.
  2. L'Annexe I de la CITES interdit le commerce international. Les autorités scientifiques des pays d'importation des trophées de chasse non destinés au commerce peuvent refuser de délivrer un permis si elles estiment que la chasse nuit à la survie de l'espèce.
  3. Le « Polar Bear Watching » (observation d'ours polaire) génère plus de recettes que la chasse. L'artisanat Inuit propose des créations remarquables à l'effigie de l'ours polaire, sans utiliser aucune partie d'ours polaire. Les Inuits, grâce à l'autonomie récente du Groenland et à la fondation du Territoire du Nunavut au Canada, ont d'autres perspectives pour assurer leur développement que le commerce international d'ours polaires ou de parties d'ours polaires. Ils sont désormais impliqués dans la gestion des ressources halieutiques, géologiques et touristiques de leurs territoires et des mers adjacentes.

Sources

Auteur

avatar Christophe Magdelaine / notre-planete.info - Tous droits réservés

75 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Commentaires 1 à 50 sur 75
Ketikat le 21/02/2013, 14:15
c'est désèpérant !

les chasseurs ne pouront plus cette fois trouver des excuses dans la nécessité de controler le développement anarchique de l'espèce chassée, maintenant c'est la protection des inuit !

Il existe bien d'autres façon de protèger un peuple et d'autres peuples à protèger et cet impératif semble à géométrie variable

Quelle hypocrisie pour justifer la barbarie ! C'est vraiment à désespérer de l'être humain ..........alerte
Simone Kirk le 21/02/2013, 14:51
Révoltantalerte
Andrea le 21/02/2013, 14:52
Sans vouloir être raciste ni faire des procès d'intention, encore une fois et s'il fallait encore le souligner (voir les ailerons de requins, la chasse aux espèces rares de papillons en Amérique du Sud, les cornes de rhinocéros, ... etc, etc ... et la liste ne cesse de s'allonger) certains peuples asiatiques se montrent les plus avides, les plus destructeurs, et les fossoyeurs de notre planète de par leur appétit immodéré de possession et de profit, et de par leurs croyances obscurantistes, rétrogrades et invérifiées ...

Mais aucune voix officielle ne se lève pour arrêter ces massacres qui engagent l'humanité entière ...alerte
Strange le 21/02/2013, 15:07
Christophe effectivement nous ne pouvons que déplorer l'attitude du WWF qui refuse de prendre en compte la défense de l'ours blanc mais en quoi le WWF est concerné pour la campagne de Coca cola je ne comprends pas?
" Le WWF, rappelle que « la perte d'habitat due au réchauffement climatique, et non au commerce international, est le premier facteur du déclin anticipé » des ours. Une position décevante et peu courageuse pour le WWF, plus enclin à exploiter l'image de l'ours blanc avec Coca Cola dans une campagne dénuée de sens que de demander sa protection élargie."
Quelle exploitation le WWF fait-il de la campagne de ce marchand de soda?alerte
Kristall2002 le 21/02/2013, 15:21
Merci Christophe de nous sensibiliser une nouvelle fois sur ce sujet.
Les inuit tuent les ours oui ! Mais pas vraiment pour les manger, c'est pour préserver leur garde manger. En effet le Phoque est de loin la nourriture préférée de ces peuples, d'autres les tuent simplement parce qu'ils fouillent dans les poubelles.
Pour se donner bonne conscience : il faut se dire que les chasseurs et tout le système qui s'en enrichit commettent là une bonne action !! De toute manière les Ours sont appelés à disparaître dans le contexte actuel du réchauffement planétaire. On va donc affirmer que c'est mettre fin par anticipation aux atroces douleurs, que pourraient ressentir ces ours, que de mourir de faim, suivis de près par les Inuit, car plus de glace, plus de banquise mais aussi plus de phoques plus de krill ni de plancton donc plus aucune source nutritionnelle.
On peut encore espérer nourrir les ours et les Inuit avec les plats préparés (Fin…s) mais les autres espèces, surtout maritimes comment va-t-on faire. Il faudrait peut-être doper notre production de farine animale qui contient suffisamment de conservateurs, d'anti-douleurs, d'anti-inflammatoires, et des soupçons de pesticides, pour compenser cette alimentation déficitaire et ainsi empoisonner à long terme tous ces êtres qui ne demandent qu'à vivre paisiblement.
Par voie de conséquence empoisonner uniformément les êtres vivant sur terre pour arriver à une forme de suicide collectif qui ferait bien plaisir à certaines sectes adepte de la chose.
Désolé j'avais besoin de cracher un peu de venin sur ces êtres humains qui n'ont de soucis que de s'enrichir pour rien d'autre que d'être riche et de tuer pour le simple plaisir de tuer. Comment pouvons-nous accepter que ce soit nos frères les hommes qui font çà et à ce titre, ne sommes nous pas coupables de quelque chose ?alerte
Christophe Magdelaine le 21/02/2013, 15:24
Strange : merci de suivre le lien proposé dans l'article au sujet du WWF et de Coca-Colaalerte
Mx5 le 21/02/2013, 16:04
Que personne s'inquiète, lorsqu'il n'y aura plus d'ours polaires, cette belle bande d'encu...., n'auront qu'a peindre des noirs en blanc. Comme il font avec leur gazon jauni qu'il peinture en vert.
Désolé pour le ton et le manque de contenu, mais je suis dépassé.alerte
Andrea le 21/02/2013, 16:04
De toutes façons, au train où vont les choses, et il est déjà beaucoup trop tard pour inverser le cours de nos dévastations, l'humanité va disparaître ; et c'est ce que notre planète peut espérer de mieux pour elle dans un bref délai.

Le plus rapidement possible sera le mieux afin qu'elle puisse se débarasser de cette espèce invasive dont je ne suis pas fière de faire partie ...

De même également, c'est la planète qui aura le dernier mot : elle l'a suffisamment prouvé au cours des temps géologiques...
C'est Sa loi et celle de la nature, et aucune loi humaine ne peut n'y pourra s'y opposer.

Quelle trace et quelle image laisserons nous dans quelques milliers ou quelques millions d'années ?

Notre espèce n'aura existé que pendant quelques secondes à l'echelle de la formation de la Terre ...

Vanité humaine, vanité, tout n'est que vanité et désolation ...

Et le pire c'est que nous nous en rendons compte, aspirés par ce tourbillon que nous avons provoqué et qui entraîne avec nous tellement d'êtres vivants, certains à peine même découverts, innocents, et qui sont autant de yeux qui nous regardent en disparaissant ...alerte
Strange le 21/02/2013, 16:24
Ok Christophe effectivement je n'avais pas fait le rapprochement Coca Cola reverse des fonds au WWF merci ! Alors nous pouvons nous demander ce que fait le WWF des fonds versés par cette firme puisque pour ces derniers la chasse n'est pas responsable de la disparition de l'ours (même si elle n'est pas la seule responsable)Ils font des voyages "organisés" pour leur rendre visite aux ours blancs?alerte
Kristall2002 le 21/02/2013, 16:25
Andréa ilfaut arréter de s'attarder sur cette fatalité morbide . Pensez un seul instant que pour une fois on est certain de quelque chose :riche ou pauvre sauveur ou meurtrier on va tous en mourir un jour , ce n'est pas jouissif çà ?alerte
Christophe Magdelaine le 21/02/2013, 16:30
Ce qui est certain c'est que peu de grosses structures sont véritablement investies en terme d'écologie et de respect du vivant, l'attrait pour l'argent est toujours plus fort. Un triste constat.alerte
Andrea le 21/02/2013, 17:02
Kristall2002 :

Il n'y a aucune plaisir à assister à une extinction massive des espèces vivantes telle que celle que celle que nous provoquons actuellement ...

Aucune mort n'est une victoire ni encore moins une jouissance perverse ...

La seule victoire sur le chaos, c'est la vie qui anime chaque cellule, et nous nous devons de protéger cette chose unique et précieuse par tous les moyens ; enfin, c'est ce notre "humanité" aurait dû faire si elle avait su être à l'écoute de sa propre génétique ...

Et les générations qui nous suivront, s'il y en a quelques unes, nous haïront et nous maudiront pour notre incurie.

Nous endossons là une très lourde responsabilité, sachons le, et l'heure n'est plus aux plaisanteries.alerte
JP19 le 21/02/2013, 17:46
Un simple rappel qu'on ne redira JAMAIS assez: le WWF a un conseil d'administration ou les chasseurs sont majoritaires ! Le WWF n'a rien d'écologique: ils ont une démarche de GESTIONNAIRES de la nature (comme les chasseurs). Ils ont même été jusqu'à donner leur aval à la chasse à l'éléphants en Afrique, disant que ce serait une source de revenus pour les populations locales il y a quelques années ! Ils sont très "border line" et se planquent derrière leur sympathique mascotte du panda !!! Alors faites-le savoir !alerte
Ludovic le 21/02/2013, 18:38
Il me semble que vous ne maîtrisez pas bien le sujet : le plus gros risque pesant sur l'ours blanc n'est pas la chasse, mais la perte de son habitat dû à la fonte de la banquise. Pourquoi fond-t-elle ? A cause du réchauffement climatique. Annexe 2 de la Cites. Et oui, il y a des critères d'évaluation qu'il serait intéressant de rappeler au lieu de parler de "délire humain".
Il serait de bon ton, au lieu de raconter n'importe quoi, de soutenir les actions de cette ONG en faveur de la protection des éléphants (dont 1 individu est tué toutes les 20 minutes pour son ivoire), les rhinocéros ou les tigres qui ne sont plus que 3000 à l'état sauvage. Visiblement, il est plus facile pour vous de tenter la vindicte que de regarder objectivement la situation. Ils ont mis en place une campagne extrêmement intéressante depuis septembre dernier appelée Kill the Trade, et sont constamment sur le terrain pour travailler avec les gouvernements des pays concernés.
Sur ce, si vous souhaitez encore vilipender les ONG qui bossent, faites le avec un minimum d'informations correctes.alerte
Christophe Magdelaine le 21/02/2013, 18:57
Ludovic : n'hésitez pas à mieux (re)lire l'article, vos arguments montrent que votre lecture est au mieux incomplète, au pire inexistante, d'où votre incompréhension et vos raccourcis.

Sur ce (bis), nous sommes en droit de nous interroger sur les motivations et les intérêts du WWF sur ce sujet alors que des associations reconnues, engagées et elles aussi bosseuses (cf note 1) ne sont pas soutenues par WWF qui a sûrement plus à gagner avec Coca-Cola et tous ses partenaires qui font du greenwashing. La question reste ouverte.alerte
Ludovic le 21/02/2013, 20:14
ah oui, pour ceux qui continuent de raconter n'importe quoi, cette ONG bosse sur l'Arctique depuis 1992 alors soyez un peu sérieux dans vos commentaires et vos sources hein http://wwf.panda.org/what_we_do/where_we_work/arctic/ ou encore http://wwf.panda.org/what_we_do/where_we_work/arctic/what_we_do/climate/alerte
Ludovic le 21/02/2013, 20:24
Christophe Magdelaine, de une je sais lire, de deux, je bosse sur la CITES depuis 15 ans, je connais donc parfaitement les critères de l'UICN et de 3 votre parti pris est flagrant. Vous dérivez gentiment vers Coca sans répondre aux questions que j'ai soulevées. Bref, je maintiens que le problème de l'ours blanc est la fonte de la banquise par le réchauffement climatique. Si votre problème est que cette ONG bosse avec les entreprises, dites le clairement, c'est toujours mieux que tous ces pseudo activistes jamais contents qui préfèrent rester derrière leur ordinateur pour faire des grandes leçon de probité plutôt que de mettre les mains dans le cambouis et faire avancer les choses. Ah oui, la seule ONG à bosser contre le commerce illégal des espèces en voie de disparation, c'est eux. Vous devriez en tenir compte dans votre prochain angle de papier, vous serez sans doute plus à même d'avoir des réponses concrètes. http://wwf.panda.org/about_our_earth/species/problems/illegal_trade/wildlife_trade_campaign/alerte
Rrr le 21/02/2013, 20:29
à quand la chasse aux abrutis ? il est urgent de les réguler...!alerte
Christophe Magdelaine le 21/02/2013, 20:41
Ludovic... IFAW vous connaissez ? Ils ne travaillent peut-être pas sur le trafic illégal d'espèces et sur le braconnage notamment en Afrique ? Et quel mépris vous avez pour toutes les ONG locales qui risquent la vie des leurs militants pour combattre, sur le terrain, le braconnage.

Non, même si cela ne vous plait pas, WWF n'est pas le centre du monde de l'écologie, même si vous y bossez ou que ce sont vos amis.
Pire, le WWF est devenu l'ONG "tarte à la crème" de l'écologie, la preuve ici, ils refusent de s'engager avec la Coalition Ours Polaire, on se demande bien pourquoi.
Si vous aviez lu correctement mon article (ce qui n'est manifestement toujours pas le cas), vous auriez constaté que la Coalition dénonce la position du WWF et que ce n'est pas une élucubration personnelle. Alors n'hésitez pas à leur sauter à la gorge comme vous faites avec moi et à dénoncer leur souhait de protéger un peu plus l'ours blanc (car c'est bien le sujet).
Et puisque vous êtes si malin, vous pensez peut-être qu'avec les millions de dollars de Coca-Cola, le WWF va, comme par magie, nous stopper le réchauffement climatique ? Il va falloir redescendre sur Terre...

Force est de constater que WWF n'hésite pas à faire des partenariats vaseux avec des multinationales : Coca-Cola, Carrefour, Ikea... sans parler de ses liens douteux avec Monsento (voir le livre de F. Nicolino). On touche le fond de l'éthique environnementale. Il y a 20 ans c'était amusant, maintenant c'est irresponsable.

Alors vos leçons sur le "n'importe quoi"...alerte
Eric - Alfortville le 21/02/2013, 21:30
Si la France était une démocratie et non un gouvernement non représentatif, le peuple français s'engagerait à protéger l'ours blanc.

Mais comme la France est un gouvernement non représentatif, sa bourgeoisie cupide continue de faire des ravages dans tous les domaines.

Je vous invite à lire la charte de la Coalition Nationale pour la Constituante : http://lacnc.fr/alerte
Louloudja le 21/02/2013, 21:32
C'est bien triste.
La glace fond et en plus ils sont tués !!!....
Que dit ou fait la fondation Brigitte Bardot ?alerte
Christophe Magdelaine le 21/02/2013, 23:40
Louloudja : la Fondation Brigitte Bardot fait partie de la Coalition Ours Polaire (cf. note 1)alerte
Stachel-Germany le 22/02/2013, 15:18
Fatiguant, des sujets illusoires pendant que notre civilisation s'éteint, il serait préférable de d'abord s'attaquer aux nombreux problèmes de l'humanité, mais, c'est vrai, ce n'est pas porteur !!
Mais après la fin du monde de 2012, il faut trouver d'autres sujets "accrocheurs" pub, oblige...........alerte
Piquant - France le 22/02/2013, 18:52
Votre médiocrité est pénible et votre bon sens très limité.

"Jadis, le fait de croire que les hommes de couleur étaient vraiment des hommes et devaient être traités humainement passait pour une folie. Aujourd'hui on considère comme exagéré de prétendre qu'un des devoirs imposés par l'éthique rationnelle est de respecter ce qui vit, même dans ses formes inférieures. Mais un jour, on s'étonnera qu'il ait fallu autant de temps à l'humanité pour admettre que des déprédations insouciantes causées à ce qui vit sont incompatibles avec l'éthique."
Albert Schweitzer,
La Civilisation et l'Ethiquealerte
Lucas le 23/02/2013, 10:18
C'est dégeulasse !
Tout ça pour de l'argent, les gouvernements ne se soucient même plus de qui paie l'addition par derrière. C'est tout simplement honteux.alerte
Dumas.auvergne le 23/02/2013, 15:20
nous sommes une race bizard sa craintalerte
Nanouk le 23/02/2013, 16:13
Je pense que cet article basé sur un certain nombre d'informations erronés nécessite quelques compléments,
déjà la chasse à l'ours polaire est interdite au Manitoba, le nombre de chasseurs de trophée au Nunavut est passé de 138 en 2007 à 35 en 2011. pour en savoir plus n'hésitez pas à aller sur le site www.ourspolaire.org rubrique colloque vous avez 12 conférences sur le sujetalerte
Avant j'était..... le 24/02/2013, 02:09
bon ,l'ours disparaît d'une part a cause du réchauffement climatique ,et de deux ,par dessus ça ils y en a qui n'ont riens d'autre a faire de plus utiles que d'aller le tirer pour le plaisir de voir son trophée sur leurs murs!et ils y en a qui défende ça! INCROYABLE ,a ces viandare, je leurs dit :soyer utile aux autres et a la nature ,faites des occupations utiles pour les autres , militer a la croix rouge par exemple ,et pour couronner le tous si j'ai bien compris ,les états unis propose de les mettre en annexe 1 et l'Europe refuse ,!!! ont rêve ,le monde a l'envers quoi! ont précipite son extinction et l'europe applaudit !!!REVOLTANTalerte
Reith le 24/02/2013, 05:28
WWF rien!!!!!!!!!!!!!!!alerte
Nanouk le 24/02/2013, 09:06
l'idée n'est pas de défendre les chasseurs loin de là mais d'être précis, l'émotion n'est pas un argument et peut être contre productif. D'ailleurs l'auteur de l'article qui se réfère au travail de Julie Langevin, ne fait référence qu'aux éléments qui vont dans le sens de son émotion en oubliant des éléments fondamentaux qui contredisent son article. La seule façon d'être efficace pour contrer une argumentation est d'être précis.

Ce qui est mesuré c'est que les femelles de la baie d'Hudson ont un poids moyen qui est passé de 275 à 230 kg en 30 ans et qu'en dessous de 192 kg il n'y a plus de reproduction.alerte
Doubiste le 24/02/2013, 09:36
Bonjour,

Les premiers à blâmer sont certainement les chasseurs qui trouvent on ne sait quel plaisir à abattre des animaux (comment peut-on se valoriser en affichant que l'on tue un être qui n'a rien demandé ?!), sans eux cet article n'existerait même pas. Mais là je suis particulièrement scandalisée par la position du WWF qui se dit protéger et défendre l'environnement et les animaux. Ce n'est pas parce que l'on protège les éléphants que l'on a le droit de laisser tuer les ours blancs sous prétexte que le réchauffement climatique est la 1ERE cause de disparition de l'espèce. J'ai même envie de dire qu'au contraire, puisqu'il est déjà menacé, il est d'autant plus primordial de bien le protéger, sinon c'est comme tirer sur quelqu'un de déjà blessé.
Bref, j'invite tous les actuels et anciens donateurs (ce que je suis) WWF à leur envoyer un petit mot (j'ai écrit et à Sonia sonia@wwf.fr , service donateurs, et à wwf-contact@wwf.fr , qui centralise les questions concernant les programmes de l'association) pour leur faire part de leur mécontentement et déception et pour expliquer que dorénavant ils n'auront plus un centime de ma part. Je pense que s'ils croulent sous les mails ils vont commencer à se poser qqs questions et vont "flipper" pour leur avenir si leurs fonds (qui garantissent leur emploi !) s'amenuisent. Il faudrait vraiment arrêter de prendre les gens pour des vaches et pour plus bêtes qu'ils ne sont, ensemble nous pouvons faire changer les choses (ou, du moins, c'est bon d'y croire encore un tout petit peu...). Bonne continuation.alerte
Nanouk le 24/02/2013, 10:01
Pour continuer la mise au point
je déteste les chasseurs MAIS il faut comprendre pourquoi les inuits, parce qu'il ne faut pas les oublier, ils sont beaucoup plus concernés que n'importe quel donateur à une association. En 1985, après l'incroyable campagne médiatique contre la chasse aux phoques, le revenu des inuits fut divisé par deux. Donc dès 1987, au Nunavut, ils décidèrent de vendre quelques droits de chasse à des chasseurs étrangers moyennant de grosses sommes et l'obligation de faire appel à un guide inuit et à chasser en traineau à chiens. Sans ce type de chasse, il n'y aurait plus de traineau à chiens et la culture qui va avec aurait disparu. Donc effectivement les chasseurs qui pratiquent ce genre d'activités sont des imbéciles et j'en ai croisé mais les inuits savent les utiliser intelligemment. Donc avant de prendre position dans notre petit confort il faut regarder l'impact que cela peut avoir en toute objectivité. Pour info, je n'adhère à aucune ong connue.alerte
Willnile le 24/02/2013, 13:01
je trouve cette attitude totalement déshonorante, surtout de la part d'une O.N.G. qui se dit défendre l'environnement - honte à vous -. jusqu'à quand l'homme continuera à gaspiller les ressources. cela m'attriste beaucoup de voir à quel point il est stupide!!!!!!alerte
Jeanlucthiebaut le 24/02/2013, 14:58
je pleure, l'erreur est humaine, mais l'humain est une erreur.alerte
Christophe Magdelaine le 24/02/2013, 18:19
Nanouk : dans la province du Manitoba, la chasse à l'ours polaire est effectivement interdite mais pas celle de toutes les autres espèces d'ours (dont le noir) :
http://www.gov.mb.ca/conservation/wildlife/hunting/pdfs/hunting%20guide_2012_web.pdf

Enfin, merci de critiquer en apportant des arguments : quelles sont les imprécisions de l'article et les déclarations de la Coalition Ours Polaire qui rendent l'information erronée et biaisée ? Quels sont les "éléments fondamentaux" dont vous faites mention et qui ont été omis ?
A vous lire, on croirait entendre un homme politique.
N'hésitez pas à être constructif, merci d'avance.alerte
Nanouk le 24/02/2013, 19:32
Je pense avoir apporter déjà quelques compléments d'informations et comme présicé plus haut j'invite à aller voir le site www.ourspolaire.org avec les communications du premier colloque en France sur l'ours polaire. Rassurez vous je ne suis pas dans la politique, mais malheureusement la place de l'ours polaire a pris une tournure géopolitique trop souvent oubliée dans le débat qui doit à mon avis être élargie en particulier aux populations locales, à l'exploitation des territoires. Les négociations sur le classement de l'espèce dépasse l'espèce elle-même. Les enjeux dans l'arctique sont gigantesque et j'ai bien peur que l'ours mais pas seulement seront des quantités négligeables. Concernant le Manitoba, j'avais bien compris que vous parliez de l'ours polaire. Les discours des grandes puissances sont très ambigus. Les USA ont peu de territoires exploitables à l'opposé du Canada qui doit faire valoir sa souveraineté sur une zone immense et très riche. La Russie n'a que très peu d'ours sur son territoire et j'en passe concernant la France et l'UE.
Au plaisir de continuer la discussionalerte
Christophe Magdelaine le 24/02/2013, 19:51
Merci Nanouk, je préfère lire un message avec un ton plus cordial comme celui-ci. Effectivement, la survie de l'ours sera sans doute anecdotique face aux multiples enjeux de l'Arctique, attisés par le réchauffement climatique :
http://www.notre-planete.info/actualites/actu_1343_fonte_banquise_Russie_Arctique.phpalerte
Nanouk le 24/02/2013, 20:13
Le problème est que l'ours polaire occupe une bonne part de mes journées et qu'actuellement la pression est assez forte et il faut aussi bien peser ses mots à chaque intervention, et oui on en est là. Ce n'est pas en classant dans tel ou tel registre le sort de l'espèce que cela va changer quoi que ce soit. Le seul moyen est d'économiser les matières premières, les énergies fossiles. Ce n'est pas la disparition de la banquise qui accélère le développement de l'exploitation du grand nord, mais la rentabilité des investissements qui croit avec la raréfaction du fer, du cobalt, du titane, de l'uranium, du pétrole, du gaz. Tout le monde le sait maintenant que le réchauffement est inéluctable alors que la consommation, elle, on peut la faire évoluer à chaque instant.
L'ours polaire est une espèce fédératrice qui ne doit pas diviser bien au contraire. Diviser le monde associatif c'est du pain béni, dès qu'une fracture est ouverte il ne reste plus qu'à s'y engouffrer et tout le monde est perdant. Mais avoir un change constructif et partager des informations cela peut faire avancer les idées, ce n'est que ma modeste contribution.alerte
Nanouk le 24/02/2013, 20:42
une petite vidéo, parce que les ours polaires c'est beau !

https://www.youtube.com/watch?v=bX5v5SqmpxIalerte
Christophe Magdelaine le 24/02/2013, 21:19
Nanouk, si vous classez l'ours polaire dans l'annexe I, vous limitez tout de même fortement la tentation de faire de l'argent à l'étranger avec des espèces vulnérables, sinon l'annexe I ne servirait à rien. L'ours blanc est symbolique, certes, mais l'effondrement de sa population et l'augmentation des menaces mériteraient sans aucun doute qu'on cesse de le considérer comme une marchandise de luxe, il me semble que c'est la moindre des choses.
De plus, c'est à la fois la la raréfaction des matières premières mais aussi l'ouverture de nouvelles voies navigables (à cause de la fonte de plus en plus étendue et précoce de la banquise) qui incitent les états et les entreprises à s'intéresser aux ressources du grand Nord.
Enfin, le monde associatif est divisé, tout comme le sont les médias, les militants au sein d'un parti... Il en sera toujours ainsi. Chaque structure a ses objectifs, ses intérêts, son éthique, ses mécènes, ses financiers, ses orientations politiques, ses lobbys, sa relative indépendance... Là aussi, du grand classique.
C'est pourquoi cette coalition est un bel exemple d'union.alerte
Nanouk le 24/02/2013, 21:37
Effectivement le commerce officiel sera interdit mais c'est encore meilleur pour le braconnage les prix vont augmenté.
Avec les mines et les exploitations il serra très facile de faire voyager des peaux sans aucun problème comme les défenses de narvals ou les dents de morse. Pour les inuits c'est une ressource considérable et indispensable à une relative autonomie financière.
Peu d'inuits travaillent dans les mines. Effectivement cette coalition est un bel exemple, comme vous le dites très justement la diversité des points de vus est une richesse mais qu'il faut respecter. Mais le débat concernant l'ours polaire ne sera pas clos à la prochaine réunion de la CITES, si vous souhaitez le continuer n'hésitez à utiliser le site.alerte
Nanouk le 25/02/2013, 14:53
Pour compléter votre article, pendant l'hiver les ours polaires ne se dispersent pas sur l'ensemble de l'océan arctique soit 15 millions de km², ils chassent en moyenne à 80 kilomètres des côtes, et l'été pour l'essentiel, ils sont à terre parfois en forte densité et n'occupent pas du tout les glaces qui persistent au centre de l'océan arctique soit en septembre dernier 3,2 millions de km².alerte
Dom du Canada le 26/02/2013, 17:38
Voici le portrait réel moins romantique. La population d'ours blanc au Canada est évaluée à environ 15 mille bêtes réparties en 19 sous-populations distinctes. Chaque année, 600 sont tuées par les Inuits pour fins de subsistance dont une quinzaine sont réservées à des chasseurs sportifs prêts à payer plus de 20 mille euros pour un tel trophée, une fortune pour ces petiets communautés du Grand Nord. L'homme est le seul prédateur (négligeable) de cette espèce. Les vrais menaces restent la pollution trans territoriale et surtout la fonte accélérée de la banquise avec le réchauffement global.alerte
Piquant - France le 26/02/2013, 22:30
Pour l'instant, seul le gouvernement canadien continue à tolérer ces pratiques de chasses sportives non-résident et cela même alors que ses citoyens sont à 85% pour la protection de l'ours polaire sur leur territoire.

Le gouvernement canadien donne l'impression qu'il se sert des Inuits qui représentent environ 5% de la population canadienne pour continuer le commerce et les transactions à des fins commerciales des parties de l'ours blanc.

Lorsqu'un animal est classé en Annexe II de la CITES, un gouvernement peut décider s'il le souhaite d'interdire toute transaction vers l'international et/ou chasse sportive non résident. Mais le Canada ne le fait pas et avec le temps, seuls les Inuits vont en pâtir, car le gouvernement ne les aide pas à trouver des solutions intermédiaires.

http://www.nrdc.org/wildlife/cites/polar-bear/files/polar-bear-IB-french.pdfalerte
Nanouk le 27/02/2013, 17:42
Pour votre information le groupe des spécialistes de l'ours polaire de l'IUCN vote contre le passage de l'annexe 2 à l'annexe 1.alerte
Christophe Magdelaine le 27/02/2013, 19:45
Merci Nanouk, pourriez-vous nous fournir une source ?alerte
Hervé le 27/02/2013, 19:58
Loin de moi l'idée d'aller faire des cartons dans les ours blancs mais les inuits ne trouvent pas que les ours blancs diminuent!!

Ci joint une partie d'un article:" Au début du mois, le Nunavut a publié les résultats d'une étude sur l'abondance des ours polaires qui n'a pas fini de faire jaser.

Basée sur un relevé aérien d'une sous-population en particulier, celle de l'ouest de la baie d'Hudson (OBH), l'étude a compté 1013 ours polaires dans cette région en août dernier. Par comparaison, en 2004, un autre recensement - par marquage et recapture, méthode réputée plus fiable - était arrivé au chiffre de 935 animaux, mais prévoyait une baisse à 610 avant 2011. Ce qui ne s'est évidemment pas produit..."

«La population actuelle est stable. Exagérer la situation n'est pas constructif», a affirmé Gabriel Nirlungayuk, directeur de la faune de Wildlife Nunavut Tunngavik, à Rankin Inlet.
Selon M. Nirlungayuk, il y a plus de 50 ans, on comptait environ 8 000 ours polaires au Canada. Aujourd'hui, dit-il, il y en a plus de 15 000.alerte
Nanouk le 27/02/2013, 20:12
le lien concernant les spécialistes de l'iucn
http://www.ourspolaire.org/decision-des-specialistes-groupe-ours-polaire/alerte
Piquant - France le 28/02/2013, 16:17
A l'UICN il y a des membres WWF (Commission gestion écosystème de l'UICN France
http://www.uicn.fr/IMG/pdf/Commission_gestion_ecosystemes_-_Juin_2012.pdf)

Il y a dans certains pays des espèces en Annexe II mieux protégées que celles en Annexe I dans d'autres pays (exemple la baleine au Japon).
Il est énoncé dans la déclaration d'UICN que si l'ours blanc est en Annexe I, cela n'empêchera pas les chasses sportives non-résident ou la diminution du nombre d'ours chassé par les Inuits si le gouvernement ne le souhaite pas, que seule la volonté politique des gouvernements peut être efficace et qu'un transfert à l'Annexe I semble peu probable à précipiter cette volonté politique.
Si pour certains tuer 300 à 600 ours polaires par an sur une population estimée à 16 000 individus au Canada ne pose aucun problème, pour d'autres elle est une atteinte supplémentaire étant donné la dégradation de son habitat naturel.

http://www.lecerclepolaire.com/fr/documentation/news-a-views/553-polemique-autour-du-destin-de-l-ours-blancalerte
Aurorin le 03/03/2013, 17:16
Avant nous avions des cons au gouvernement, tout le monde le savait, mais au moins ils ne se cachaient pas, de nos jours, nous sommes sensés avoir des défenseurs de la nature et des personnes socialement proches de la misère humaine.
Qui sont les pires au final ?

Des pourris qui se sont vendus pour assurer leurs misérables carrières de parvenus à la petite semaine.

Réveillez-vous les peuples, balayez cette lie politique délétère avant qu'il n'y ait plus rien à défendre sur cette terre.
Si ce n'est pour nous, faites-le au moins pour nos enfants. CCe jour là je serai des vôtres mais je me sens si seul, tellement seul...alerte
Commentaires 1 à 50 sur 75

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus