^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

1er média web francophone en environnement, écologie, nature
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
4 903
Partager
par email
Jeudi 28 août 2014, 19 969 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Sondage Août 2014

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Les activités humaines modifient la salinité océanique

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualités

4 903 lectures / 11 commentaires14 février 2013, 17 h 54

mer_pluieDR

Comme pour la température océanique, l'évolution de la salinité des océans observée au cours du demi-siècle dernier est marquée de l'empreinte des activités humaines. Une nouvelle preuve de l'origine anthropique du réchauffement climatique en cours.

Les océans représentent 71 % de la superficie de la Terre, stockent 97 % de l'eau sur Terre, reçoivent 80 % de toutes les précipitations et absorbent 90 % de l'énergie de la Terre. La salinité (quantité de sel dissous dans l'océan) avec la température, déterminent la densité océanique et jouent par conséquent un rôle primordial dans les échanges océaniques via les courants marins de l'équateur aux pôles. Ainsi, en redistribuant la chaleur sur Terre, les océans ont une influence déterminante sur le climat planétaire.

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de la Scripps Institution of Oceanography (UC San Diego) ont constaté une modification du niveau de salinité océanique au cours de la deuxième moitié du 20ème siècle. En l'absence de changements climatiques d'origine naturel, il s'agit d'une empreinte des activités humaines.

En effet, les évolutions observées sont cohérentes avec les prédictions des modèles informatiques concernant l'évolution de la salinité dans un environnement qui se réchauffe constamment, explique le climatologue David Pierce, qui signe l'étude du Scripps.

La salinité océanique est fonction de l'évaporation, de la pluviométrie et des apports en eau douce des fleuves. Les observations menées au cours des dernières décennies montre une intensification globale des écarts de salinité : l'évaporation des eaux de surface est en hausse dans les zones salées, notamment dans l'Océan Atlantique Nord, tandis que les zones relativement plus fraîches voient leur salinité diminuer avec l'augmentation de la pluviométrie. Ces changements font partie des évolutions climatiques globales (précipitations/évaporations) qui déterminent la pluviométrie des continents.

Le Dr Pierce souligne que l'étude s'est appuyée sur ses propres mesures des effets de l'évolution climatique sur le cycle océanique, avec d'autres instruments et procédés que ceux employés par les stations météo pour mesurer les précipitations. Les études de pluviométrie sont plus difficiles à réaliser (et à comparer dans le temps) sur terre qu'en mer, du fait des progrès constants des stations météorologiques et du caractère épisodique des tempêtes. "Or, la salinité océanique gomme ce type de variations," explique le Dr Pierce.

L'étude reprend les résultats obtenus par Barnett, Pierce, et al. tout au long de la dernière décennie, démontrant que le réchauffement mesuré dans les couches supérieures de l'océan (jusqu'à 700 mètres de profondeur) s'explique par le réchauffement climatique anthropique résultant de l'accumulation de dioxyde de carbone dû à la consommation d'énergies fossiles.

Cette nouvelle recherche vient compléter l'analyse des températures océaniques par une prise en compte de la salinité, qui est l'autre facteur clé déterminant la densité de l'eau de mer, une densité qui est prépondérante dans la circulation des eaux marines. "En combinant analyses de salinité et de température, l'étude fait une contribution cruciale à la compréhension de l'évolution globale des océans" souligne le Dr Gleckler.

Tout comme les études antérieures des variations climatiques, cette analyse de salinité emploie la méthode de « détection et attribution » consistant à comparer les variations de salinité aux effets de différents phénomènes analysés par le passé (éruptions volcaniques, fluctuations solaires) et aux effets des cycles climatiques (comme El Niño). L'analyse montre que les modèles informatiques basés sur l'influence des seuls phénomènes naturels ne reproduisent pas les niveaux de salinité ou de réchauffement observés depuis 1955 et que pour les atteindre il faut intégrer le réchauffement induit par l'activité humaine.

Cette étude, financée par le U.S. Department of Energy et la NOAA, devrait figurer dans une prochaine phase de publication du rapport du GIEC à partir de début 2013.

Source

Research Highlight: Ocean Salinity Trends Show Human Fingerprint - Scripps Institution of Oceanography
Traduction : Michelle Vuillerot

Référence

The fingerprint of human-induced changes in the ocean's salinity and temperature fields ; DOI: 10.1029/2012GL053389 - American Geophysical Union journal, Geophysical Research Letters

Auteur

avatar Christophe Magdelaine / notre-planete.info - Tous droits réservés

11 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Simone Kirk le 15/02/2013, 08:54
Effrayant comme tous ces changements drastiques que nous provoquonsalerte
Jacques-marie Moranne le 15/02/2013, 10:04
"En l'absence de changements climatiques d'origine naturel, il s'agit d'une empreinte des activités humaines"

Je trouve le raccourci un peu brutal (2 postulats en cascade) !

Par ailleurs comment mesurait-on la salinité il y a 50 ans, et comment la mesure-t-on maintenant ? (échantillonnage, instruments, ...) ?alerte
René Voujeaucourt le 15/02/2013, 10:49
Monsieur Moranne,


La façon la plus simple pour mesurer la salinité est de prélever un échantillon, de faire évaporer entièrement l'eau et de peser ce qui reste, on fait ça depuis des lustres.

ps on peut regretter une fois de plus que "l'auteur" n'ait fait qu'un travail de traduction d'une nouvelle plus très fraîche :

http://www.journaldelascience.fr/environnement/en-bref/evolution-salinite-oceans-est-induite-par-homme-2797alerte
René Voujeaucourt le 15/02/2013, 13:41
Au delà du simple constat, ce qui est intéressant c'est de chercher les possibles conséquences de cette augmentation de la salinité.

Un exemple ici :

http://sa.indiaenvironmentportal.org.in/files/file/Science-2012-Durack-455-8.pdfalerte
Jean-luc Bocquet le 19/02/2013, 09:22
A change to freshwater availability in response
to climate change poses a more important
risk to human societies and ecosystems
than warming alone.
Changes to the global
water cycle and the corresponding redistribution
of rainfall will affect food availability,
stability, access, and utilization.
We show that ocean salinity is a particularly sensitive marker
of water cycle change that provides us with a
salty ocean–freshwater “gauge” from which
to monitor 71% of Earth's surface.
By using
ocean observations, we show the “rich get richer”
mechanism is already operating, with fresh
regions becoming fresher and salty regionssaltier in response to observed warming.
Our results support a water cycle intensification
rate consistent with the CC relationship under
fixed relative humidity.
In a future GHG-forced2° to 3°C warmer world (31), this implies a
16 to 24% amplification of the global water
cycle will occur, nearly double the CMIP3
response.
Moi j'y vois du déséquilibre qui va être compensé.
Attention, je ne nie pas le RCA.
Mais je me pose cette question :
Les milliards de tonnes de sel stockées sous le plancher de la méditerranée sont bien les témoins d'à coups tectoniques (et en découlant climatiques) qui ont du conduire en leur temps à un certain déséquilibre (lol) de salinité dans cette mer alors presque asséchée.
Elle a du l'être longtemps, plusieurs fois même, puisque les sédiments ont pu s'accumuler au dessus du sel et suffisamment pour que les transgressions marines ultérieures aient pu les isoler de l'eau.
Je n'aurais pas voulu alors être une ammonite en vacance estivales sur les bords de la Costa Brava !
Clin d'œil à René.alerte

René Voujeaucourt le 01/03/2013, 09:35

Message supprimé par la modération le 01/03/2013 à 10:45. Motif : ton irrespectueux et/ou provocateur.

Jean-luc Bocquet le 01/03/2013, 09:58

Message supprimé par la modération le 01/03/2013 à 10:47. Motif : réponse devenue sans objet suite à un message supprimé.

René Voujeaucourt le 01/03/2013, 14:16
-Les milliards de tonnes de sel stockées sous le plancher de la méditerranée sont bien les témoins d'à coups tectoniques (et en découlant climatiques) qui ont du conduire en leur temps à un certain déséquilibre (lol) de salinité dans cette mer alors presque asséchée.
Elle a du l'être longtemps, plusieurs fois même, puisque les sédiments ont pu s'accumuler au dessus du sel et suffisamment pour que les transgressions marines ultérieures aient pu les isoler de l'eau.
Je n'aurais pas voulu alors être une ammonite en vacance estivales sur les bords de la Costa Brava !-


Encore une fois, quand on ne sait pas etc...

http://www.larecherche.fr/actualite/aussi/lacs-sales-au-fond-grande-bleue-01-10-1996-88409alerte
Jean-luc Bocquet le 01/03/2013, 17:08
Qui t'a parlé de lacs de saumure Voujeaucourt ?
Commence donc par apprendre à lire avant de pisser du vitriol sur les bottines de tous les internautes du forum.
Et ensuite on verra ...
Hé, soit dit en passant, c'est fou ce que tu profères comme bêtises.
Ton lien est exact, mais pas très en rapport avec le sujet. Je le connaissais...
Cherches-en d'autres. Tu n'as que ça à foutre.
Je réitère donc :
Couches de sel sous, ( et pas sur) le plancher de la méditerranée...
Voujeaucourt :
Au coin à côté du radiateur !
Tu me copieras :
Je ne serai plus infect avec les copains. Cent fois ! A faire signer par vos parents ! LOOOOOOOOOOOOL !alerte
René Voujeaucourt le 01/03/2013, 18:19
Bocquet,


-Couches de sel sous, ( et pas sur) le plancher de la méditerranée...-

Je ne suis pas compétent sur ce sujet mais vous ne l'êtes pas plus. Sans compter que cette assertion n'a strictement rien à voir avec le sujet traité.

Quand on vous parle cuisine vous répondez toujours mécanique ?alerte
Jean-luc Bocquet le 01/03/2013, 18:20
Ah bon...alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus