^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

1er média web francophone en environnement, écologie, nature
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
6 280
Partager
par email
Samedi 02 août 2014, 4 448 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Sondage Août 2014

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Automobile : l'addiction est-elle irréversible ?

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualités

6 280 lectures / 20 commentaires13 février 2013, 10 h 50

smog_Pekin_102011Smog de pollution sur Beijing - Chine
DR

L'automobile, synonyme hier de liberté, de progrès social et moteur de la croissance économique, est aujourd'hui sur le banc des accusés. Fera-t-elle encore sens dans un monde sous contrainte environnementale et, probablement, de pénurie énergétique ? Doit-elle disparaitre ou doit-elle muer pour la rendre compatible avec les nouvelles exigences de demain ? La voiture électrique sera-t-elle la solution ? Des innovations sont capables de faire avancer l'automobile vers la voie d'une consommation et d'une pollution réduites. Motorisations essence, diesel, hybrides, électriques, piles à combustible. Cependant, l'évolution des comportements d'achat doit être assumée au lieu d'être subie.

Etat des lieux de la civilisation de l'automobile

L'aventure de l'automobile a commencé il y a un siècle avec l'invention du moteur à  explosion en 1885 puis celle du moteur utilisant le gas oil et appelé par la suite, moteur Diesel en hommage à son inventeur Rudolf Diesel . Il y aurait actuellement 1 milliard de voitures. Les automobiles sont à l'origine de 20% des émissions totales de dioxyde de carbone (CO2) en Europe, principal gaz à effet de serre responsable du réchauffement de la planète. Pour rappel, en 1995, les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE se sont fixé l'objectif ambitieux de réduire les émissions de CO2 provenant des voitures pour le faire passer à 120 grammes par kilomètre (g/km) d'ici 2012 dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. Ce seuil équivaut à une consommation de carburant de 4,5 litres / 100 km pour les voitures diesel et 5 litres / 100 km pour les voitures essence. Les constructeurs dépassant leurs limites d'émission de CO2 seront soumis à des pénalités financières.

Les amendes seraient progressivement introduites sur une période de quatre ans après l'entrée en vigueur de la législation, en commençant par 20 Euro par gramme de CO2 pour chaque émission par voiture supérieure à l'objectif de 2012, puis augmentant à 35 Euro en 2013, 60 Euro en 2014 et enfin, 95 Euro en 2015. Selon une évaluation de l'impact de la Commission, les nouvelles règles entraîneraient une hausse moyenne du prix des voitures de 1 300 euros, mais cela serait compensé par les économies de carburants d'environ 2700 euros tout au long de la durée de vie de l'automobile.

Fin 2007 Une nouvelle législation signée par le président Bush sur l'énergie est approuvée par le congrès américain. Elle vise à diminuer la consommation des voitures américaines et donc les émissions de CO2. Ainsi, il est prévu que les constructeurs automobiles diminuent de 40% la consommation moyenne des véhicules pour que la nouvelle norme s'établisse autour de 6,75 litres par 100 km à l'horizon 2020. Le gouverneur Schwarzenegger a réagi, aujourd'hui, par une déclaration « la signature du président (Bush) ne constitue pas une raison pour refuser notre dérogation ». Notons qu'en France, la consommation moyenne observée sur des véhicules déjà en circulation est de 7,2 litres aux 100 km en 2004.

L'énigme chinoise

Nous sommes habitués à la démesure chinoise. Il y a quelques années, il y avait 30 millions de voitures pour 1,3 milliard d'individus. Soit une voiture pour 45 personnes, à comparer aux 270 millions de voitures pour 300 millions aux Etats-Unis, soit 9 voitures pour dix personnes. « En hausse de 52% l'an dernier, le marché chinois est devenu le premier de la planète, devant celui des États-Unis.(...) On raconte que lors du 8e congrès du Parti, en 1956, Mao avait lancé : "Nous savons désormais fabriquer des autocars et des avions. Il nous faut maintenant une voiture chinoise." Deux ans plus tard, la première Dongfeng, opportunément appelée « Vent d'Est », sortait d'usine. La Chine restera pourtant jusqu'au début des années 1990 le « royaume du vélo ». Pour la seule ville de Pékin, ce sont plus de 2 000 nouvelles voitures qui investissent chaque jour les rues. (...) La folle histoire des Chinois avec l'automobile est loin d'avoir atteint le bout de la route. Malgré des limitations imposées par le gouvernement chinois, le secteur automobile va poursuivre son développement et ce, alors qu'il est devenu le premier marché mondial devant les Etats-Unis. La circulation est devenue tellement compliquée à Pékin que le 12e Plan quinquennal municipal (2011-2015) suggère aux habitants « d'habiter près de leur lieu de travail pour éviter la congestion. »[1]

L'addiction : Pékin étouffe de par la pollution

Le revers de la médaille est l'addiction génératrice d'une pollution. La pollution de l'air a atteint des niveaux inédits à Pékin et dans toute une partie du nord de la Chine.
« Aujourd'hui, la plupart des habitants savent qu'en utilisant des purificateurs d'air, ils s'offrent quelques années de vie en plus... » (...) De fait, la capitale chinoise est plongée dans un brouillard de pollution à couper au couteau qui n'a laissé passer le soleil qu'une poignée de jours en janvier. Le 12, la pollution atmosphérique a même battu tous les records, puisque les particules en suspension d'un diamètre inférieur à 2,5 micromètres (les « PM 2,5 ») ont atteint une concentration de 993 microgrammes par mètre cube. Soit près de 40 fois plus que le niveau maximal recommandé par l'Organisation mondiale de la santé. En temps normal, les Pékinois sont certes habitués à des taux déjà élevés variant entre 100 et 200 mg/m3, et jusqu'à 400 les mauvais jours. Mais, avant le 12 janvier, Li Junbo n'y avait jamais vraiment fait attention. (...) De fait, l'impact des particules fines sur la santé est aujourd'hui attesté : l'OMS estime que la pollution de l'air est responsable de deux millions de morts prématurées par an. En décembre, Greenpeace Chine avait publié un rapport alarmant en partenariat avec l'Université de Pékin. Selon cette étude, les particules fines ont été responsables en 2012 d'au moins 8 572 morts prématurées dans les quatre grandes villes chinoises étudiées, dont plus des deux tiers à Pékin et Shanghaï. Les raisons des taux record de janvier sont difficiles à déterminer précisément, affirme Zhou Rong, responsable de la question au bureau pékinois de l'ONG. « Les particules proviennent majoritairement de la circulation automobile et de l'utilisation du charbon ainsi que des nombreux chantiers de construction. »[2]

La chine choisit la voiture verte

Pour parer dans une certaine mesure à l'addiction tardive des Chinois pour l'automobile,  les responsables pensent « vert » Pour rappel , en 2012, les Chinois se sont portés acquéreurs de près de 18 millions de nouvelles voitures, alors que les ventes aux Etats-Unis atteignaient 15 millions de véhicules. La Chine a un nouvel objectif : avoir le plus de voitures électriques. Début janvier, le gouvernement chinois a annoncé une nouvelle mesure audacieuse pour réduire les embouteillages et les émissions de carbone : 60% des véhicules à moteur circulant dans les villes devront servir aux transports publics. Le gouvernement de Beijing a également appelé les gouvernements régionaux à privilégier les véhicules à zéro émission et à énergie alternative. La Chine continue à être le principal marché mondial des véhicules à essence, mais il est de plus en plus clair que le gouvernement entend faire de ce pays le chef de file mondial des véhicules propres.. (..) »[3]

«  En 2011, le gouvernement chinois a décidé d'allouer 1,5 milliard de dollars par an sur dix ans à son industrie automobile, dans l'espoir de voir le pays devenir l'un des principaux producteurs mondiaux de véhicules propres. La Chine n'a guère d'autre choix que de s'équiper en voitures à zéro émission. (...) Le gouvernement chinois a donc pris des mesures draconiennes pour s'affranchir des combustibles fossiles. En août dernier, les autorités chinoises ont alloué près de 290 milliards de dollars à des projets d'énergie propre, avec pour objectif de voir les énergies renouvelables représenter un cinquième de la demande totale d'énergie d'ici 2015. (....) Le gouvernement offre en outre une prime de 8000 dollars pour tout achat d'un véhicule électrique. Cette subvention est l'une des plus élevées au monde, démontrant à quel point les autorités entendent encourager les consommateurs et les entreprises de transports à changer de véhicules. La Chine remplace également les flottes de véhicules gouvernementaux par des véhicules électriques.(..) Lorsque les voitures électriques s'implanteront sur le marché, elles réduiront la pollution atmosphérique urbaine. »[3]

Le marché mondial de l'automobile en dehors de la Chine

Les ventes de véhicules légers aux Etats-Unis ont augmenté de 9% en décembre dernier, à 1,35 million d'unités, portant le volume pour l'ensemble de l'année 2012 à 14,49 millions d'unités, en hausse de 13,4%. General Motors a vu ses ventes progresser de 3,7% l'an passé, à 2,6 millions de véhicules.[4]. Souvenons-nous du slogan de campagne de Barack Obama : « Bin Laden est mort , Général Motors est vivante ».

« Parmi les constructeurs asiatiques, Toyota a enregistré un rebond de 26,6% de ses ventes l'an passé (à 2,08 millions d'unités) et vu sa part de marché remonter à 14,4%. Les ventes de Hyundai-Kia ont, quant à elles, augmenté de 11% (à 1,26 million d'unités). Chez les Allemands, le groupe Volkswagen a vu ses ventes bondir de 30% (à 615 281 unités). Les ventes du groupe BMW ont augmenté de 14% (à 348 000 unités) et celles de Daimler de 14% également (à un peu plus de 305 000 unités). La baisse des ventes de voitures neuves en Europe, en 2012, sera probablement située entre 8 et 10%. Mais dans certains marchés nationaux parmi les plus importants, le recul est plus important. C'est le cas du marché italien qui affiche -20% sur les ventes de voitures neuves, -14% en France et -13,4% en Espagne par rapport à 2011. A peine 1 900 000 voitures neuves ont été vendues sur le marché français en 2012. Et 2013 ne s'annonce pas meilleur que 2012 pour le secteur automobile en Europe.[4]

L'avenir : les voitures à pile à combustible?

Les idées ne manquent pas depuis plus de dix ans on nous annonce chaque fois une révolution majeure dans l'industrie automobile ; le maitre mot est comment diminuer la consommation d'essence  aux 100km voire carrément tourner le dos aux fossiles et aller vers l'électricité – ce qui reste à prouver car l'électricité  est une source secondaire et la façon la plus rentable actuellement de la  produire est d'avoir recours aux énergies fossiles –

Déjà en mars 2009, l'Agence Internationale de l'Energie avait annoncé le lancement d'un programme ambitieux d'économie de carburant et de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Baptisé « 50 by 50 », le programme d'économie de carburant (Gfei) de l'AIE affirme que des économies importantes sont réalisables, à hauteur de 6 milliards de barils de pétrole et de 5 gigatonnes de CO², soit l'équivalent de la moitié du total des émissions annuelles actuelles des pays de l'Union européenne. L'AIE proposait une feuille de route aux industriels automobiles ainsi qu'une aide financière. Le rapport définissait un programme ambitieux de réduction de 50% de la consommation de carburant par kilomètre en 2050 - avec des objectifs intermédiaires en 2020 et 2030 - en ligne avec les suggestions faites par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec). Il rappelle que le parc automobile mondial devrait tripler d'ici à 2050.[5]

General Motors a annoncé, en mars 2009, que la Chevrolet Volt, une berline hybride rechargeable lancée début 2011, consommera seulement 1,02 litre aux 100 km, soit près de quatre fois moins que l'actuelle Toyota Prius, l'une des voitures les plus sobres du marché. Le constructeur, qui inventera l'automobile durable aura une place au soleil. Le marché ne perce toujours pas. L'alliance automobile Renault-Nissan a annoncé avoir signé avec l'allemand Daimler et l'américain Ford un accord pour développer un système commun de pile à combustible, avec pour objectif de lancer des véhicules électriques avec cette technologie à partir de 2017. (...) Les trois partenaires, qui travaillent déjà sur cette technologie, entendent ainsi « encourager le futur développement de stations de ravitaillement en hydrogène et d'infrastructures indispensables à la commercialisation à grande échelle de ces véhicules. »[6]

On annonce aussi que Peugeot-Citroën aurait mis au point un moteur qui consomme à peine 2 litres d'essence aux 100 km, le principe est d'utiliser un compresseur d'air (azote) qui permet de stocker l'azote lors de la combustion et qui restitue cette énergie lors d'un redémarrage – notamment en ville – sous forme d'énergie cinétique évitant ainsi d'avoir affaire à la combustion d'essence. On parle de 2017.

Et en Algérie ?

Nous aussi nous faisons dans la démesure sans produire de richesse, mais en brûlant d'une façon inconsidérée  les dernières réserves de pétrole et de gaz. L'addiction à la voiture est aussi important que celles des pays développés ou de la Chine, sauf que  l'on ne produit rien. Souvenons nous de l'usine de montage de R4 dans les années 60 du siècle dernier. Souvenons de l'arlésienne de « la voiture « Fatia » avec les Italiens à  Tiaret dans les années 80.  Ce qui a de sur c'est qu'avec l'infitah, l'Algérie est devenue une manne  où beaucoup de marques font leur beurre, sans qu'il y ait de réelles retombées pour le pays. Nous ne sommes même pas capables de mettre de l'ordre dans ce souk au sens propre et figuré, à telle enseigne que l'on voit fleurir sur les bords des routes des vendeurs qui alignent des dizaines de voitures à vendre. La technique pour celui qui dispose de  moyens et de commander des voitures auprès des marques installées depuis longtemps et d'attendre son tour, il revend immédiatement les voitures avec une plus value sans avoir aucun tracas, l'acheteur étant livré à lui-même...

Ainsi, L'Algérie a importé 568 610 véhicules en 2012 contre 390 140 véhicules en 2011, en hausse de 45,75%, selon les chiffres des Douanes algériennes obtenus mardi par l'APS. La facture des importations des véhicules a également connu une augmentation de 45,25%, passant de 354,16 milliards de DA en 2011 à 514,43 milliards de DA en 2012 (6,9 milliards de dollars au taux de change de la loi de finances 2012), précise le Centre national de l'informatique et des statistiques (Cnis). La quarantaine de concessionnaires présents en Algérie ont importé 543 423 véhicules en 2012 contre 365 948 véhicules, en hausse de 48,5%, pour une valeur de 480,17 milliards de DA (+49,01%).

En dépit de la suppression, depuis l'été 2009, du crédit automobile, le marché des véhicules neufs en Algérie ne fléchit pas. Le groupe Renault Algérie demeure leader du marché avec cette année plus de 113 000 véhicules vendus et... un projet de construction d'une usine de montage de véhicules de 25 000 unités. Peugeot Algérie, termine l'année 2012 avec un volume de vente de... 66 312 unités, et une part de marché de 15%. (...) Elsecom Suzuki a terminé l'année 2012 avec un volume de ventes de 21 730 unités, soit une progression de 43,25% par rapport à 2011. L'arrivée des nouveaux modèles en 2013, prévient Elsecom Suzuki, tels que la nouvelle Alto et le Grand Vitara restylé, permettra de combler encore plus sa clientèle avec une gamme plus étoffée.[7]

La politique des transports est à inventer en Algérie

Devant l'indigence des moyens de transports  chacun se débrouille comme il peut. De plus comme il n'y a pas de réglementation, on importe des voitures qui pour une grande part dépasse les 150g de CO2 au km, ces voitures se vendent de moins en moins ailleurs. C'est environ 20 % d'essence consommé en plus ! Pire encore, du fait qu'il n'ya pas de stratégie, le sirghaz  (mélange de C3-CA) ne se vend pas car son prix est proche de celui du gaz oil.

Au vu de ce qui se passe ailleurs, on se prend à rêver de ce que l'on pourrait faire chez nous pour encourager les voitures qui consomment moins de 150g de CO2/km. Quelques indications d'une stratégie des transports en Algérie. Il y a d'abord un aspect architectural comment penser à la ville et faire en sorte que les Algériens ne soient pas obligés de prendre leur voiture (taux d'occupation de la voiture 25% par le conducteur) pour aller travailler.

Les pistes sont nombreuses, mais il y a une panne délibérée dans l'action du fait, encore une fois, qu'il n'y a pas de stratégie d'ensemble. La recherche c'est aussi les voitures avec des carburants alternatifs biomasse alcool de dattes, comme au Brésil. C'est aussi la valorisation du sirghaz, du GNL comme en Egypte. On se prend à rêver qu'en Algérie on puisse un jour recharger sa voiture dans son garage avec une prise en gaz naturel. C'est à notre portée, cela permettrait de diminuer la pression sur les carburants classiques essence et gasoil. De plus, seule une politique courageuse des prix -il est scandaleux que le gasoil soit à 13 DA, ce qui oblige l'Algérie à importer pour plus de 500 000 tonnes de gasoil qu'elle achète au prix fort (250 millions de dollars) - permettrait de donner une perspective au développement durable et à la nécessité impérieuse de préserver ce qui reste de ressources pour les générations futures.

En conclusion

«Celui qui croit que la croissance peut être infinie dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste.» Kenneth Boulding, Président de l'American Economic Association.

La croissance ne peut pas être infinie car nous sommes dans un monde avec des ressources finies. Continuer dans cette fuite en avant nous amènera tous ensemble rapidement au chaos. Toutes les innovations du monde ne pourront rien faire contre la boulimie et l'addiction à l'automobile. Un milliard de voitures en 2012, on pense à 1,4 milliard en 2030 peut  être même avant ! D'où viendrait le carburant ? On sait que les bio-nécro-carburants en dehors du fait qu'ils  contribuent à la famine en Afrique - Un plein de carburant pour un 4x4 aux Etats Unis peut nourrir un Sahélien pendant une année - , ne sont pas déterminants dans le bilan des carburants du futur car les performances des voitures (hydrogène, électricité,) ne seront pas déterminantes ; Seule un paradigme nouveau permettrait de sortir de cette ébriété et aller ce faisant à la sobriété seule gage de pérenne pour planète vivante.

Notes

  1. Arnaud de la Grange http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/02/03/04016-20100203ARTFIG00497-la-chine-saisie-par-lafolie-de-l-automobile-.php
  2. http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Pekin-etouffe-sous-une-chape-de-pollution-_NG_-2013-01-31-906010
  3. http://lecercle.lesechos.fr/economistes-project-syndicate/autres-auteurs/221164066/chine-choisit-voiture-verte 28/01/2013
  4. Europe: année noire pour l'automobile El Watan le 15.01.13.
  5. L'AIE lance le programme d'économie de carburant « 50 by 50 » www.environ.2b.com 5 03 2009.
  6. http://www.challenges.fr/entreprise/20130128.CHA5610/renault-nissan-ford-et-daimler-vendront-des-voitures-a-pile-a-combustible.html
  7. Nadir Kerri 2012: Une année fructueuse. El Watan 15 01 2013

Auteur

Chems eddine Chitour / Professeur émérite Ecole Polytechnique Alger Ancien Professeur associé à Toulouse Consultant

20 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Jean-luc Bocquet le 13/02/2013, 14:24
En Chine je dirais que les voitures vertes fonctionnent au charbon. De quoi voir tout en noir.alerte
E.T. le 13/02/2013, 15:35
Moi je fais du vélo pour mes trajets quotidiens, je suis en bonne santé physique et dépense très peu d'argent, j'allie juste mobilité et sport. Les sous déficients mentaux qui perdent leur temps et leur argent dans des embouteillages pour aller au boulot, en somme qui dépensent une partie de leur salaire pour aller gagner leur salaire, me font tout simplement pitiés. Pourtant c'est évident, la voiture est trop culturellement encrée pour en sortir, pour en sortir il faudrait que le litre soit à 4-5euro, combien de voix au politicien qui propose de taxer autant l'essence ? ... La démocratie ne sortira pas de la crise écologique. Les biocarburant et la voiture électrique sont des impossibilités physiques pour se sortir de la crise.alerte
Strange le 13/02/2013, 16:47
Chacun est libre de ses idées mais il y a un minimum de respect à avoir pour les autres lorsque je lis " Les sous déficients mentaux qui perdent leur temps et leur argent dans des embouteillages " j'appelle cela cataloguer de manière péremptoire les autres sans savoir ... Même s'il est louable de se rendre à son travail à bicyclette, c'est aller un peu vite en besogne ...
Pour différentes raisons (de santé, de nature même du travail tout le monde ne peut pas circuler à vélo …Je pense aux VRP par exemple qui ont leur matériel dans le coffre de la voiture bah oui qu'est-ce qu'ils font ceux-là ? Ne devraient-ils pas rouler sur un deux roues avec une carriole n'est-ce pas ET?
« Le litre à 4-5 euros » belle idée de la démocratie comme cela seuls les nantis pourront circuler, déjà qu'avec un litre à plus d'1.5 € certains ne peuvent plus se permettre de prendre leur véhicule (juste pour attraper un train ...)
Oui il y a trop de voitures il faut développer les transports en communs développer cela ne signifie pas faire voyager les gens dans une situation telle que le stress engendré par ces conditions déplorables (retard, interruption de trafic, allongement du temps de transport, pas de place assise, les incivilités qui accompagnent tous ces désagréments) ruine la santé de ces voyageurs …
L'industrie automobile semble s'engager sur le déclin (avant même que la pénurie de carburant ne fasse son œuvre) faute d'argent oui ces belles voitures coûtent de plus en plus cher qui a les moyens de changer de véhicule tous les 2 ans maintenant? Les médias en relais des grandes firmes automobiles s'étonnent de la baisse du chiffre d'affaires mais il y a un moment où les finances se tarissent. Comment envisager que chaque année nous puissions avoir une croissance des ventes à 2 chiffres La crise est là et rien d'anormal à ce que les ventes ralentissent, stagnent et diminuent.
Maintenant je ne suis pas sûre que le plein du 4x4 qui ne sera plus fait permette de donner à manger au Sahélien (je le regrette bien évidemment) mais le système ne fonctionne pas de cette façonalerte
Strange le 13/02/2013, 17:06
" Au travail j'y vais autrement ". C'est une campagne lancée en Rhône-Alpes par l'ADEME
L'objectif :Promouvoir l'ensemble des mobilités alternatives à la voiture individuelle, pour initier des comportements vertueux en matière d'environnement et de mobilité.
Le principe : favoriser les déplacements domicile-travail par d'autres moyens que la voiture individuelle : vélo, marche à pied, transports en commun, covoiturage, lors d'une manifestation à l'échelle régionale
http://www.challengemobilite.rhonealpes.fr/alerte
R2D2 le 13/02/2013, 17:19
Il a quel âge le petit bonhomme E.T.
On en reparlera de son vélo quand il devra se rendre à son boulot à 67 ans voire plus à une tentaine de kilometres de chez lui.alerte
Jean-luc Bocquet le 13/02/2013, 19:02
Alors comme ça personne n'est d'accord pour reconnaître qu'en Chine les voitures électriques fonctionnent au charbon ?
Quel malheur....
Et pourtant...
Il y a actuellement environ 70 projets de construction de centrales électriques qui crameront de la houille (en prévision de l'augmentation en unités du futur parc automobile électrique chinois ...) (production des modèles comprise)
Si on ajoute les centrales existantes qui le font déjà, ça fait pas mal de cochonneries qui seront rejetées dans l'atmosphère.
Alors, toujours verte la voiture électrique ?
Je me demande aussi si il ne vaudrait pas mieux continuer à rouler au pétrole, au moins - petite satisfaction- la fumée émise à cette occasion, on saurait que c'est la sienne...
En effet, comme ça doit être frustrant de contempler une cheminée de centrale thermique en se disant :
Et dire que ma petite contribution due à la présente recharge de ma batterie de voiture se perd dans ce gros panache soufré de pollution !
Impossible de me singulariser...
Le collectivisme quand même n'a pas que du bon ! Même en Chine.
Enfourcher son vélo serait également une autre solution mais il faudrait pédaler...
De plus, comme l'écrivent Strange et R2D2 cette solution n'est pas transposable à chacun.
Alors... Alors...
Quoi faire ?
Perso, j'aime bien les jolies voitures pas forcement grosses, mais avec de belles lignes.
Elles sont tellement pratiques.
C'est grâce à elles que les campagnes sont encore habitées.
Que ferions-nous sans elles ?
Dualité...alerte
steribox le 13/02/2013, 21:13
Se débarrasser des voitures devrait etre une priorité , enfin celle fonctionnant au pétrole , mais vivre dans un monde sans bagnoles et sans les tarés qui conduisent bourrés ou sans permis et qui concidérent la route comme un aire de jeux pour les cons , ah oui ça , ça serait bien . Mais faut pas rever la voiture au dela d'etre entrer dans nos vies , elle est aussi synonymes de réussite sociale , et si ont priver les gens croyant dans de tel truc ils faudraient ouvrir de nouveaux hopitaux psy . Mais avant dans arriver la , les transports publics devraient etre gratuits , et c'est possible car certaines villes le font deja , alors pourquoi élargir à toutes les villes ?alerte
Yves walle le 13/02/2013, 22:55
Soyons honnête, nous avons tous profité de cette manne venue des énergies fossiles sans bien nous rendre compte. Euphorie des années passées, nous prenons conscience maintenant des dégâts causés mais, pris par le système, comment nous en passer ? Nous prenons seulement conscience de cette démesure alors que présentement, il nous faut partir le matin travailler à distance, se chauffer au fuel et se déplacer à l'hyper-marché distant de 15 kms parce que nous n'avons plus de commerce de proximité dans notre village. Nous devons envisager de vivre "autrement" et de retourner "aux sources" ce qui me parait pas plus mal d'ailleurs bien que ceci ne se fera pas sans mal j'en conviens. Au moins, ayant connu l'aisance, souvent lié au stress, nous apprécierons d'avantage les joies de la famille autour d'une table et d'un repas concocté à la sueur de notre front en cultivant un jardin familial que je suggère écologique...alerte
Romain28 le 14/02/2013, 00:59
En faisant mes calculs, je me suis rendu compte que je consacrais en argent l'équivalent d'1 journée de travail par semaine pour ma voiture !! (assurance, entretien, usure et essence). C'est tellement insupportable, que j'ai décidé d'habiter plus proche de mon travail, de me débarrasser de ma voiture, et j'aurai bientôt l'opportunité de travailler à 80%. Pour moi le calcul est vite fait.alerte
Strange le 14/02/2013, 07:53
Romain c'est une bonne décision mais encore faut-il avoir les moyens de se loger près de son travail ou l'opportunité. Quand ce n'est pas la disponibilité des logements en ville par exemple qui fait défaut c'est le prix qui est un frein essentiel à ce type de décision. Vous croyez que les personnes habitent par plaisir loin de leur travail?alerte
Zantas51 le 15/02/2013, 10:19
j'habite un village sur la ligne SNCF entre Reims et Epernay. J'utilise le train quand c'est possible mais hormis une plage horaire le matin et le soir , pratiquement aucun train. Si au lieu de mettre en place des TER lourds et couteux l'état investissait dans une sorte de métro léger et plus économique.On pourrait aussi imaginer un système style petites cabines qui s'insèreraient à la demande ( un peu comme les œufs en montagne .Utopique ? Techniquement on saurait le faire . Mais il faudrait avoir vraiment envie de mettre en place des transports en commun futuristes et efficaces. Le coup ? Combien coute en dégradation de l'environnement , en accidents la voiture ? Mais ne rêvons pas tant qu'il y aura les lobbies pétroliers et des constructeurs automobiles rien ne sera fait. Les lobbies (alimentaires, pétroliers etc ) façonnent, détruisent, le monde pour leur profit personnels.Aucun espoir.alerte
Heliomel le 17/02/2013, 14:04
c'est vrai que vivre à côté de son lieu de travail présente de nombreux avantages.
A quand les tours qui comporteront mairie, musée, piscine, équipements sportifs, bureaux, traitement des déchets, chauffage autonome, laveries en sous sol, appartements modulables en fonction des besoins, etc, j'en passe, au travail messieurs les architectes!alerte
Polo le 17/02/2013, 14:30
Très intéressants tous ces commentaires ci-dessus, chacun à sa part de vérité. Les acteurs économiques, politiques, les citoyens doivent en urgence réfléchir à une évolution de la mobilité. (domicile, travail, loisirs, services etc...)
La voiture, objet de liberté, de réussite sociale à vécue. Les mentalités évoluent.
La mobilité est très liée aux formes d'urbanisation. Arrêtons de construire dans nos campagnes: c'est une évidence. Nous consommons nos espaces agricoles qui doivent être préservés pour nourrir les habitants de notre planète.
L'utilisation et le besoin de voiture est une injustice sociale: elle coûte cher, elle est dangereuse(accidents), elle est stressante(trafic, bouchons), elle pollue, elle est consommatrice de temps et d'espace(parkings, garages).
Mon propos n'est pas d'interdire la voiture mais d'en limiter son utilisation. N'oubliez pas: urbanisation, habitat, travail, activités sociales, loisirs.alerte
Heliomel le 17/02/2013, 15:18
polo, on monte un cabinet d'architectes? :)alerte
Jean-luc Bocquet le 22/02/2013, 18:48
Polo :
Certes.
Mais les gens de la campagne ont-ils forcement envie d'aller vivre en
ville ?
Je me demande aussi si il n'y aurait pas une utopie en formation et si le remède ne serait pas pire que le "mal".
En effet, si c'est pour vivre en ville puis courir se ressourcer à la campagne le weekend, si c'est pour foncer vers les espaces verdoyants, si c'est pour filer dans les stations de "sports diverses", avec les équipements que cela implique -hôtels, terrains de camping, voies d'accès, et bien entendu... automobiles, bateaux, avions - où est le progrès environnemental ?alerte
Stop au blabla le 22/02/2013, 19:33
Aucune excuse, aucune justification, aucun blabla du "Comment je fais moi pour aller bosser , mes courses..." NON je dis stop aux VOITURE , invention inventer pour nous lobotomiser au travaille !! Technophiles de merde vaalerte
René Voujeaucourt le 22/02/2013, 21:06
Nous ne sommes pas addicts à la voiture, nous en sommes esclaves, c'est différent. Depuis le boom des années 1960, la société s'est organisée autour de la voiture et du transport routier. La voiture a été le moteur de l'économie jusqu'à nos jours. Maintenant il faut faire avec et comme nous sommes suréquipés avec le chômage.alerte
Jean-luc Bocquet le 23/02/2013, 09:44
@Stop au blabla :
Par quoi remplace-t-on la voiture en campagne quand on vit à 25 km d'une ville ?
@René : On est l'esclave de tout... pas seulement de la voiture.alerte
pcbman le 02/03/2013, 23:44
C'est la prière de celui qui est prisonnier du système mis en place par les découvreurs de cette énergie: Il faut brûler du pétrole! A tout prix! Et qu'est-ce que l'on n'inventerait pas pour ça!
Tous les moyens seront bons pour retarder l'avènement d'autres énergies...
Comprenne qui voudra, mais pour moi c'est une évidence. Il faut brûler pétrole jusqu'à la dernière goûte ! Peut-on se permettre de ruiner ces braves milliardaires qui nous ont fait découvrir les joies - et les conséquences - du moteur a explosion? Il nous faudra attendre que les mers et les terres soient dévastées par ce fléau avant que, comme toujours, ils ne se retirent sur leur yacht ou leur île privée, ne laissant derrière eux que désolation et misère...
N'empèche que Hyundai a donné le coup de pied dans le derrière du géant affaibli: la production en série de son iX35 à hydrogène,la nouvelle est tombée le 27 février 2013 sur moteurnature.com et c'est la meilleure nouvelle de l'année!alerte
Aurélien le 02/11/2013, 20:30
Il y a aussi le problème de tous ceux qui "prennent la voiture pour aller pisser" . Quand il fait un peu froid, un peu chaud, qu'il pleut trois goutes, ou quand la fainéantise les prend, certains prennent systématiquement la voiture. J'en connais même qui font des "tours" en voiture sans but précis quand ils ne savent pas quoi faire, qui amènent leurs gosses à l'école primaire en voiture à 200m parce qu'il pleut un peu ou qu'il fait froid...
C'est désolant. Je ne sais pas ce qu'il faudrait pour que tous ceux qui pourrait aller bosser, au pain etc en vélo y aillent et arrêtent de bouffer tout ce pétrole inutilement. Et c'est pas Total et consorts qui nous dissuadera.
La vérité c'est que la sensibilité écologique est minoritaire chez l'humain, que tant qu'une catastrophe majeure ne sera pas arrivé tout le monde ne verra pas plus loin que son nombril. Seul l'argent compte et tant que le pétrole jaillira de terre il sera exploité. Bel exemple en ce moment avec les forages en Arctique.alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus