^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

1er site français en environnement
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
5 681
Partager
par mail
Jeudi 17 avril 2014, 32 631 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Tchat environnement et sciences

Vous devez être membre du site et connecté
pour afficher le tchat et y participer

Marre de la PUB dans
votre boîte aux lettres ?

Imprimez et collez notre étiquette STOP PUB sur votre boîte aux lettres et respirez !

Sondage Avril 2014

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Cadavres exquis de chez Findus

Dernières actualitésAlerte mailFlux RSS / webmasters

5 681 lectures / 41 commentaires12 février 2013, 14 h 28

viande_cheval_lasagneDR

Cadavre exquis est un jeu qui consiste à faire composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes sans qu'aucune d'elles puisse tenir compte de la collaboration ou des collaborations précédentes, telle est la définition qu'en donne le Dictionnaire du surréalisme. En agro-alimentaire, c'est aujourd'hui un peu ça : recette carnée consistant à élaborer un plat par plusieurs entreprises sans qu'aucune d'elles puisse tenir compte de la collaboration ou des collaborations précédentes...

Horsegate, un faux scandale

C'est ainsi que la marque Findus renvoie la "faute" (euphémisme pour fraude) à son fabricant Tavola qui renvoie la balle à Comigel qui la renvoie à son fournisseur Spanghero qui la renvoie à son tour aux traders néerlandais et chypriotes qui la passent aux fournisseurs roumains..., un peu comme dans une mêlée de rugby du temps où le clan Spanghero faisait dans un sport dont la rudesse pouvait laisser présager leur avenir probable dans la boucherie et l'équarrissage. En juin 2011, la firme Spanghero, déjà impliquée dans une alerte à une contamination à la bactérie E. Coli, fut contrainte au rappel de 12 tonnes de ses produits.

Le fournisseur de l'usine luxembourgeoise de Comigel est le groupe français Poujol, lui-même holding de tête de la société Spanghero dont le dernier propriétaire est la coopérative Lur Berri, ancienne filiale d'Arcadie Sud-Ouest. Comigel a acquis la viande surgelée auprès d'un trader chypriote, qui avait déjà sous-traité la commande à un trader situé aux Pays-Bas, ce dernier s'étant fourni auprès d'un abattoir et d'un atelier de découpe roumain..., selon Benoît Hamon, ministre chargé de la consommation.

J'en profite ici pour rappeler que manger de la merde est un acte citoyen et que ceux qui s'y opposent peuvent être incriminés de terrorisme.

Comme au temps de la vache folle, tous les agents de la DGCCRF sont sur le terrain, plusieurs ministres sont sur la brèche, les instances européennes sont indignées, jusqu'aux médias qui se voient sollicités par de la viande chevaline intruse dans les hachis de bovidés alors qu'ils devraient couvrir en priorité (laïcité oblige...) un autre dossier mafieux, celui de la désertion papale pour cause de sénilité.

Il s'agit de sauver la façade d'un pan de notre économie, celui du cartel de la filière bouchère et de l'agro-alimentaire, censément le plus nauséeux après ceux des médocs, de la pétrochimie et des armes.

Quelle surprise ! Comment en serait-il autrement ? Les règles de l'OMC, les directives de l'OMS, les prérogatives du FMI, les décisions du Conseil et des gouvernements, les folles délocalisations, la sous-traitance échevelée, la labellisation à outrance, la fourberie de la douteuse éthique industrielle à base de montages financiers et l'impossible traçabilité en zones ultrapériphériques (de Bombay au Maroc en passant par des abattoirs roumains ou ukrainiens et des empaqueteurs en ports francs)... n'avaient donc pas comme objectif de perdre le consommateur dans le dédale d'une hyper règlementation rassurante ?!

Sous la promotion sans égal de la barquette de cadavre sanguinolent, le vrai est faux, le bio est pharmaceutique et le légal ne peut être davantage malhonnête.

Je vous le dis : il n'y a rien de plus déontologique que du cheval ou de l'âne dans du bœuf ou dans du cochon. C'est la crise et il faut vendre, bordel ! Ce que nous risquons, c'est plutôt du phoque Inuit ou du chameau bédouin dans les blédines, du chat, du chien, du rat dans les raviolis. Et cela n'arrive qu'aux entreprises artisanales, souterraines et non contrôlées qui n'ont pas pignon sur rue ! Le consommateur fait la différence et reporte sa confiance au profit des transnationales correctement marketées.

Qu'en pensent ceux qui ne sont pas zoophages ?

Eh bien, ils se marrent comme des baleines !

Il tue le loup, il frappe l'âne, il caresse son chien et mange l'agneau, c'est l'homme !

Comme pour les antiracistes pour lesquels toutes les races se valent, pour les antispécistes toutes les espèces animales se valent, sauvages ou domestiques, comestibles ou non. À savoir qu'elles doivent être respectées, non esclavagées, non exploitées, ni élevées, encore moins consommées, dans la mesure où l'intelligence dite supérieure de l'homme induit l'empathie. La dérive carnivore de l'homme moderne n'est plus que le caprice culturel d'un ex-régime omnivore, sauf sous bioclimat ultra spécifique comme celui polaire où le régime Inuit est l'exception qui confirme la règle. Et encore, plus maintenant, puisque les circuits longs et le fast-food ont investis les abords des banquises.
En renonçant au régime carné, ou en reléguant la viande à une consommation très secondaire, voire occasionnelle, il s'agit tant de mettre un terme aux affres environnementaux du pâturage intensif, que de soulager considérablement la faim dans les pays exploités, d'assurer aux pays exploiteurs une alimentation moins pathogène et dégénérative, d'établir un rapport moins barbare entre les animaux éleveurs que nous sommes et les animaux élevés, lesquels le sont très généralement dans des conditions abominables.

Faute de pouvoir légitimement demander plus, le flexitarisme, ou semi-végétarisme qui n'exclut que la viande de "mammi-frères" mais accepte certains poissons et parfois la volaille doit pour le moins remplacer la surconsommation de viande dont fait preuve le mode de vie à l'Occidentale. Cette dynamique s'inscrit dans une incitation générale à la frugalité, c'est-à-dire à la recherche d'une certaine simplicité et une moindre empreinte écologique. Il est urgent de considérer le mangeur quotidien de viande comme un drogué, de lutter contre ce type d'overdose, d'ouvrir des centres de désintoxication pour les psychopathes atteints de zoophagie.

Les tickets hebdomadaires ou mensuels, notamment de viande, voire de produits laitiers, doivent être réinstaurés . Au mieux, boucheries et restaurants spécialisés devraient être fermés dans les plus brefs délais. C'est l'un des efforts de guerre qui doit être demandé aux pays les plus nantis et que l'on dit responsables d'une crise... écosystémique.

Et pourtant, sans le moindre état d'âme à l'égard de la condition faite aux animaux, le rayon boucherie de nos hypermarchés poursuit imparablement la quête de sa pierre philosophale, de sa poule aurifère, qui doit être quelque chose comme le porc à quinze côtes, la truie à trois portées, la vache à engendrer deux veaux... Les majors boulimiques de l'agro-industrie ont déjà enfanté du poulet sans plumes, comme de la plante sans semence, sans que l'absurdité de leurs objectifs ne pose un quelconque problème sociétal. Le consommateur est conditionné à penser que c'est pour son bien, voire mieux, pour nourrir la faim dans le monde.

Maintenant qu'il suffit de transplanter un gène de la chose dans la bête, les labos ne vont pas se gêner pour ajouter du filet ou retirer des pattes. Alors, s'étonner que du cheval qui n'est peut-être que de l'âne se mélange au bœuf qui déjà est de la vache, le tout dans un espèce d'immonde hachis farci dans une pâte de nouille absolument dégueulasse, c'est être d'une naïveté rare !

Bon appétit et bonne chance !

Végé, c'est tendance...

Des écosophes hermétiques aux peoples médiatisés, le végéta*isme opère une percée qui laisse présager un prochain changement dans notre paradigme alimentaire. Nourrissons cet espoir !

Je ne fais pas seulement référence à mes propres livres où le sujet est récurrent, notamment dans L'agroterrorisme dans nos assiettes (2012 chez LME), dans Les Orphelins de Gaia (2012 aux Presses du Midi) ou dans Dictature verte (2010 aux Presses du Midi), mais aussi aux excellents opus de Fabrice Nicolino : Bidoche (2010 chez Actes Sud) et de Jonathan Safran Foer : Faut-il manger les animaux ? (2012 chez Points), évidemment à Aymeric Caron et son No steak (2013 chez Fayard) et, éthiquement plus exigeant, à Catherine Hélayel avec Végan ! : le choix de la vie (2013 chez LME).

Auteur

avatar Michel Tarrier

41 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Commentaires 1 à 25 sur 41

avatar brindavoine - 12/02/2013, 14:52

On ne pourrait pas avoir quelqu'un d'autre que Tarrier-l'ulcère pour nous parler de ce problème... pour une fois ça commence bien... sauf qu'a la fin il faut fusiller les bouchers...
lassant cet ayatollah... le sujet est suffisement grave et riche pour avoir autre chose que de la bile a se mettre sous la dent ...
(encore moins digeste que des raviolis de chez findus..!!!) et bien plus toxique pour l'âme ( les intégristes le sont toujours)alerte

avatar Aurorin - 12/02/2013, 15:30

Hé bien je dois être sans doute un "horrible extrémiste" car Michel TARRIER, dans un style sans doute très caustique et non dénué de toute humour comme certains raseurs ici présents, présente les choses de façon réalistes.
Le style à beau être caricatural, le fond n'en est pas moins intéressant. Au moins il ose où certains s'écrasent mollement.
Qu'il ne plaise pas à certains, nul ne peut en douter, cependant et quoi qu'on
en dise, je n'interprète pas sa façon de dire les choses comme de l'intolérance mais comme un coup de gueule contre des pratiques indignes dans une Société qui se prétend être moderne.
Conscient que de toutes façons il y aura toujours des gens pour s'opposer à toute décision quoi qu'on fasse, quoiqu'il arrive, quoiqu'on leur démontre.
L'humain est ainsi fait, sur 8 milliards de pèlerins, difficile de mettre tout le monde d'accord.alerte

avatar Kristall2002 - 12/02/2013, 17:21

Bonjour.
De répondre à un excès par un autre excès correspond bien à cette soit disant loi de l'équilibre ou l'on cherche à faire le plus de mal possible à celui qui ne pense pas comme nous ou ne fait pas comme nous. A moins que ce soit pour mieux sponsoriser leurs credo ou évangiles ; anti-viande anti-gras anti-sucre voire anti-tout. On va bientôt sombrer dans le nihilisme nutritionnel comme pour les religions. On gueule après ceux qui s'enrichissent (plus ou moins honnêtement) mais on a de soucis que d'en faire autant tout en gardant bonne conscience.
Les médias se réjouissent de plus en plus, grâce aux adeptes de ces prédicateurs qui restent pour moi de dangereux excentriques, qui s'efforcent de nous détourner des réalités de notre époque et des lois et textes qui régentent de plus en plus notre quotidien. Continuons à nous voiler la face.
Gavons nous des frasques d'un Pape qui se reconnaît sur le déclin je n'ai nul sentiment pour lui si ce n'est que de respecter son honnêteté.
I faut hurler et détruire les adeptes de la tauromachie on aurait la garantie au moins de voire disparaître rapidement cette race de taureau de combat (ils sont tout noirs). Idem pour les chevaux on met son cul dessus, on ne va quand même pas le mettre dans la bouche après. Qu'ils meurent de vieillesse les « pôvres ». Mais cela oblige certains pays à les sacrifier à notre place (en cachette) après les avoir gavés d'anti-inflammatoires et d'anti-biotique pour qu'ils puissent rejoindre l'abattoir à pied, écologie oblige. Bien entendu les pays respectables se seront seulement enrichis au passage au travers de la vente des produits pharmaceutique. Nous sommes à une époque qui garantie la survie de nos « amies les bêtes » que si elles peuvent se retrouver dans notre assiette (ou celle du voisin on a meilleure conscience comme çà). Je mange des larves de guêpes comme tout bon créole qui se respecte, mais pas mon chat ni le chien du voisin . Hé bien dans certaines contrées cela se fait.
Je m'arrête là car je vais faire moi aussi de l'ostracisme ou n'importe quel autre *…sisme* très à la mode aujourd'hui.alerte

avatar Simone Kirk membre premium - 12/02/2013, 17:26

le seul avantage de cette nouvelle crise de la traçabilité alimentaire est que la consommation de boeuf va un peu baisser pendant un temps, ce qui est un petit souffle d'air pour la planète. Pour le reste, je ne pense pas que grand chose changera. D'après ce que j'ai compris, les règlements ne sont pas vraiment en cause, c'est le nmbre de personnes assignées à le faire respecter qui pose problème : il y a trop peu d'inspecteurs...alerte

avatar Kristall2002 - 12/02/2013, 17:27

J'aurais pu faire plus simple et de demander de ne pas confondre fraude , mensonges et malhonnêteté avec une diatribe sur la culture alimentaire des populations.alerte

avatar Jean-luc Bocquet - 12/02/2013, 19:27

Moi j'aime bien Michel même si je ne partage pas tout à fait sa vision sur les causes de la surpopulation et que j'ai une lecture un peu différente des termes de l'ordonnance délivrée pour y remédier.
C'est un bon.
Il aurait pu faire un docteur hors pair, une magnifique sommité de derrière la faculté, donnant de mon "cher confrère" par ci, de mon "cher confrère" par là, détectant avec maestria le mal dont vous souffrez avant même de vous voir déshabillé.
Mais il ne l'a pas fait.
Il a préféré traquer la pustule écologique, presser dans ses derniers retranchements le furoncle environnemental, et croquer l' hémorroïde climatique, tous maux qui, chacun le sait ici, ont la fâcheuse habitude de jouer au chat et à la souris avec la bile et les humeurs du grand singe occidental...
Il n'a pas tort ce bougre infiniment sincère avec lui même, cet empêcheur de baiser en rond, cet apôtre de la castration sociétale.
Monsieur, entre minuit et les couvertures, mettez vous sous le coude ce braquemart que je ne saurais voir et vous, madame, recouvrez moi cette vulve dont j'aimerais vous recommander qu'elle ne se cantonnât qu' à sa fonction première en étant plus coulante mais moins ouverte en matière de déduit.
Prenez la pilule, dopez votre progestérone, usez immodérément du sex toy et surtout, surtout, n'ayez plus peur d'une mise à l'index.
Messieurs, les poupées gonflables ne sont pas pour les chiens. Forniquez sous cellophane et n'oubliez pas de sortir couverts par ces temps de grippe.
Vous cesserez ainsi de faire des enfants.
Et pourtant, les problèmes de société disparaîtront-ils pour autant ?
Le "cul de l'usine" disparaîtra-il pour autant de nos assiettes avec une population diminuée de moitié mais risquant de consommer autant...
Qui a encore envie, à part quelques exotiques dont je fais partie, d'aller se geler les doigts à récolter des poireaux en plein hiver, de prendre sa bêche pour aller déterrer des carottes, de cueillir de la mâche givrée, d'arracher des topinambours, d'aller traire sous la vache au risque de recevoir un coup de queue bien enduit à la bouse ?
Sans oublier que pour récolter il a fallut semer avant...
Aller à l'hyper du coin est bien plus facile...
Un petit coup de bagnole, même peu puissante, et hop, le marché est fait !
Au rayon bio, bien entendu...
Ouf ! La morale, quitte à s'aliéner, est sauve.
C'est tellement un gage artificiel de naturel... Les étiquettes sont même vertes !
On y croit !
Mangez des pommes françaises ! Elles sont garanties ! Vous comprenez ma bonne dame... la tavelure...
Les endives bien blanches ? Promis juré, la charte en témoigne : Exemptes de traitement.
Le miel ? En direct de Tchernobyl.
Un gagnant pour visiter les alentours de la centrale par semaine...
Le poulet ? Heureux de mourir ! Le petit poisson, idem ! La vache : Elle en avait marre de ses rhumatismes et de ses naissances multiples avec la confiscation de ses veaux et leur mise à la DDAS.
Le vilain cochon tout sale , lui, avait attrapé des escarres à force de se frotter contre les barres métalliques.
La poule n'avait plus de plume au fion.
Alors on a pris tout ça et on a mixé le tout pour faire de succulentes lasagnes.
Alors, inutile de braire.
Il n'y aura pas de changement tant que le courage n'aura pas repris le pas sur une certaine fainéantise.
Le monde continuera à tourner sur trois pattes, et nous, à bouffer de la "merde"...alerte

avatar Marie - 12/02/2013, 19:48

J'aimerais qu'il y ait plus de gens comme Michel Tarrieralerte

avatar Strange membre premium - 12/02/2013, 19:58

Jean-Luc assez d'accord pour Michel mais à la lecture de votre déclaration j'ai envie de vous poser une question vous mangez quoi vous au juste?alerte

avatar Jean-luc Bocquet - 12/02/2013, 20:54

Strange :
Par exemple ce soir :
Une soupe :
Composée de 500 grammes potirons, une demie betterave rouge (J'en ai plein) 150 grammes de patates. Idem.
Faire revenir un oignon avant. On peut mettre du laurier, du thym, ou autres.
De la flotte puis mixer ou passer.
Ensuite une salade composée d'un quart de chicon. (Ils ont bien poussé)
Un petit bout de fromage. Un peu de pain fait maison. ( machine à pain).
Trois noix.
C'est tout.
En ce qui concerne la viande; le fromage, la farine, le poisson, je te rassure.
Je bouffe mon lot de merde comme chacun ici, même si beaucoup de choses sont étiquetées " bio" .
La boisson est un autre problème car l'alcool n'est guère bio (encore que...) mais le dimanche étant jour des agapes...
Et les pâtisseries...
Strange :
En matière de bio, même si c'est du pipeau, hic ! il faut faire confiance ...
Alors je fais "confiance" en mon fournisseur se fournissant aux halles de Lutèce, homme heureux qui fait à son tour confiance en son fournisseur d'Espagne, lui même faisant confiance à sa coopérative roumaine, et ainsi de suite...
Il faut faire confiance aux fournisseurs... mais quand même à une condition:
Avoir réservé dès maintenant un lit à Villejuif...
La société nous récompensera ainsi d'avoir été de bons et loyaux consommateurs bien crédules et bien disciplinés.alerte

avatar yves walle - 12/02/2013, 21:24

Bravo Michel Tarrier, visionnaire et réaliste intelligent, un peu acide certes, mais qui soulève certaines vérités ou tout au moins porte à réfléchir. J'apprécie ta lucidité, ton franc parler et ton esprit d'analyse que nous ne sommes pas capable de faire. Tu es entier et j'apprécie cette qualité également. D'accord avec Marie, Aurorin et à la réaction de Kristall 2002alerte

avatar Strange membre premium - 13/02/2013, 08:42

Jean-Luc de toute façon nous ne sommes que de passage sur cette terre et pour la réservation du lit bon eh bien cela attendra je préfère voir le verre à moitié plein qu'à moitié vide! Cela n'empêche pas d'être lucide mais on ne peut pas passer son temps à tout critiquer sans cesse c'est comme cela qu'on devient imbuvable pour ses proches et aigri (je ne vise personne ici) j'aime la critique lorsque celle-ci est constructive dire que tout est moche et que tout est de la merd... n'est pas un exercice difficile par contre être force de proposition les choses se compliquent.
Pour le dîner d'hier soir parfait je l'aurai volontiers partagé avec les légumes du jardin avec en sus un fruit de saison ...alerte

avatar Kristall2002 - 13/02/2013, 09:21

Bonjour.
Même si on ressent de l'agressivité parfois dans mes propos, j'aime beaucoup la culture et la « manipulation » du langage de Michel Tarier (c'est de l'art). Pour dire j'ai relu deux fois son exposé pour essayer de tout comprendre.
Jean Luc merci beaucoup pour ton Humour un léger soupçon caustique mais au moins ce n'est pas de la futilité ni de la langue de bois.
Ce qui me préoccupe dans tout cela appart le gâchis *-* c'est l'altération permanente des équilibres qui nous régissent.
Une petite anecdote : ce n'est pas sur la bouffe mais c'est quand même sur la consommation.
J'avais un ami, décédé aujourd'hui qui aurait pu donner des leçons sur tout ce qui nous préoccupe aujourd'hui. Son DADA c'était l'économie d'énergie. Il avait mis au point plusieurs système pour économiser l'énergie et je garanti cela a été prouvé. Exemple le lavage du linge avec seulement un ou deux KW d'électricité dans des blanchisseries Industrielles (Chamonix). Mais le problème est qu'il était devenu tellement obsessionnel de la chasse aux calories perdues et qu'il est allé tellement loin que personne ne pouvait plus le suivre. Intellectuellement. J'ai essayé, de le suivre un moment, en nourrissant ses truites dans un petit étang sur les rives du lac d'Annecy mais ce pauvre homme a fini dans l'oubli ; surtout massacré par les lobbys que je ne citerais pas ici.
Je pense souvent à son exemple et à chaque fois que quelqu'un part dans l'excès ou les extrêmes, même pour en compenser un autre, au fond de moi ça me dérange et me fait peur pour l'avenir de notre planète.
Cordialement : Christianalerte

avatar Jean-luc Bocquet - 13/02/2013, 11:56

Merci Christian.
Votre analyse est juste et les problèmes vastes, ce qui fait que finalement chacun des intervenants de ces forums à vocation écologique a quelque part un peu raison.
Reste à trouver des consensus, une voie médiane pour satisfaire chacun...
Selamat pagi Strange !
Pour vivre heureux il faut s'attendre au pire, cela permet de profiter de l'instant présent !alerte

avatar Strange membre premium - 13/02/2013, 14:25

Selamat siang Jean-Lucalerte

avatar René Voujeaucourt - 14/02/2013, 00:23

Une fois de plus on fait dans l'amalgame le plus sordide. il y a longtemps qu'on sait qu'il y a des pourris qui ne cherchent qu'à se faire un peu de fric facilement. Ce n'est heureusement pas une généralité même si on peut trouver ce genre de personnage chez les écolos (il y a des escrocs et des hypocrites chez eux aussi).

Dans un sens je plains Tarrier une telle haine envers sa propre espèce ça doit être lourd à porter.alerte

avatar Michel Tarrier - 14/02/2013, 07:44

00.23 : Atteint de flatulences de rancoeur contre la lucidité, Voujeaucourt a émis sont pet dogmatique. Un de plus, quelle odeur pour l'entourage !alerte

avatar hdrass - 14/02/2013, 10:13

En soutien à René, je pense que Tarrier est un extrèmiste néfaste qui méprise notre espèce.

Par son style provocateur, agressif et insultant, il ne fait que récolter ce qu'il sème.

Il ferait mieux de s'engager dans le terrorisme actif au lieu de déblatérer vainement sa haine envers l'occident sur ce site, cela serait plus honnète de sa part.alerte

avatar callahan - 14/02/2013, 11:04

Bonjour à toutes et tous,
en voilà un ramdam sur un sujet qui pourtant n'a rien d'inhabituel c'est à dire la "malbouffe".
Je parcours des yeux toutes sortes de forum : sportifs, politiques, civilisation etc.
Chaque fois je fais le même constat : les commentaires se divisent toujours en deux camps : les pour et les contre. Inévitablement le ton monte entre les "adversaires" virtuels. La chaleur humaine n'étant pas là pour modérer la parole, ça dérive fatalement vers des mots blessants.
Pourtant chacun à une part de vérité, son vécu, son intelligence, sa réflexion lui permettent une analyse souvent pertinente.
Mais au bout de tous ces échanges que reste t'il, certainement des traces d'adrénaline dans les veines. Pour autant l'orbite de la planète s'est elle infléchie?
Concernant la nourriture, je fais partie de ceux qui cultivent un potager au lieu d'y tondre une pelouse stérile. cela semble tellement simple, pourtant lorsque je roule a vélo sur les routes de campagnes je vois tous les samedis des milliers d'hectares de bonne terre pelousée dans les lotissements.
Chaque propriétaire s'échine à tenir l'herbe rase, corvée dominicale traditionnelle, à grand coup de gaz pétaradant et nauséabonds, pour la plus grande joie du voisinage.
Tout le monde accepte c'est dans l'ordre des chose d'aller acheter les légumes puisque cela fait des années que le système a convaincu le citoyen qu'il était incapable de créer quelque chose par lui même, donc, que tous ses besoins seront satisfait par la grande distribution, de la tablette tactile au potimarron surgelé.

Comment modifier les habitudes, très difficile selon moi en raison de la puissance publicitaire des multinationales de l'agroalimentaire, dans le courrier postal, avec la pub télévisée le plus puissant des média, et le matraquage radiophonique.
A bientôt
cllalerte

avatar René Voujeaucourt - 14/02/2013, 18:23

A lire,

http://www.cheval-savoir.com/1234-viande-cheval-hallucinant-circuit-roumanie

callahan,

La terre est basse, il faut se salir les mains, la cueillette des haricots verts promet un bon mal de dos, etc...

Perso je produis environ 80% de mes légumes et fruits (en permaculture) mais avec + de 6000 m2 de terrain j'ai droit à la double peine (jardin potager + tonte.alerte

avatar callahan - 14/02/2013, 19:25

Justement René, il faut transformer la pénibilité subie en vertueuse préparation physique.
Exemple pour les haricots, au lieu de se pencher au dessus de la raie pour les cueillir (ils se cachent bien les bougres), il faut s'abaisser en fléchissant les genoux. Cela te fait des cuisses d'apollon.
C'est triple bonus : économie d'une adhésion en salle de gym
Ecologique
Séduit ta partenaire.

Dans cet ordre d'idées, et partant de mes souvenirs, j'ai remis en route l'élégant geste du faucheur...
C'est moins médiatique que le coup droit de Nadal, mais tout aussi technique.
Tout y passe, bras-épaules, gainage, abdos, cuisses.
Un vrai régal. La tondeuse peut rester au garage.
A bientôt sur ce blog bien intéressant.alerte

avatar Jean-luc Bocquet - 14/02/2013, 20:48

Callahan et René.
Bien d'accord avec vous
La double peine il faut considérer que c'est un sport !
De plus, rien de tel pour les grands échanges philosophiques que les grands espaces, la pousse du poireau, la taille des tomates, des arbres, l'enfouissement du fumier et l'arrosage en allant puiser son eau à l'étang...alerte

avatar René Voujeaucourt - 14/02/2013, 21:06

-Cela te fait des cuisses d'apollon.-

Bah à mon âge les cuisses d'Apollon c'est du passé et en permaculture il est impératif de ne pas piétiner. La faux ? le plus dur n'est pas de faucher mais de la battre.

Si vous continuez vous allez faire fuir tous les jardiniers potentiels lol.alerte

avatar Jean-luc Bocquet - 15/02/2013, 12:06

Du battage de la faux.
Deux solutions :
Méthode moderne. Se servir de la disqueuse, avec de l'eau. Veiller à ne pas détremper l'acier. Puis enlever le morfil à la pierre.
Méthode ancienne : (Ecologique)
Planter l'enclume en terre, se servir du brutal pour affiner l'acier, puis enlever le morfil à la pierre.
(Enlever le morfil n'est pas toujours gage de bonne coupe ).
Ça dépend des végétaux à faucher.
De temps en temps quelques petits crans sur le tranchant sont bons aussi.
Bon fauchage à tous deux.alerte

avatar JM - 15/02/2013, 12:52

Le seul paragraphe intéressant, c'est le dernier.
2 pages pour arriver à l'essentiel "achetez mes bouquins".
Ben oui quoi! faut bien vivre quand même, la haine seule ne nourrit pas son homme.alerte

avatar callahan - 15/02/2013, 13:40

Pour René Voujeaucour
J'ai suivi le lien vers cheval-savoir. Je crois que tout est dit , inutile d'en rajouter.
Mais au delà de l'infamie sanitaire, on voit bien qu'un pays en évolution récente, ne tient aucunement compte des erreurs commises par ces voisins .
Ici, nous essayons de faire marche arrière en réintroduisant le cheval dans diverses activités de travail, non ludiques ou sportives, nous savons que la sur-mécanisation des outils engendre la surexploitation des terres, l'inflation des dettes, provoque l'exode rurale, et donc au final augmente le chômage et la dépendance au système.
Ces paysans étaient dans le vrai, ne le savaient pas, et malheureusement vivaient trop chichement. Maintenant ils veulent, pas toujours volontairement, comme chez nous, le confort moderne, santé, assurance, et tous les objets merveilleux qui vont avec.
C'est dans la logique, mais bon sang n'y a t'il donc pas une solution intermédiaire?

Pourrais tu nous en dire plus sur la permaculture?
cdltalerte

Commentaires 1 à 25 sur 41

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus