Notice: Undefined variable: Dip in /home/npi/www/includes/securise.php on line 73
Le béton végétalisable : un béton écologique ? - notre-planete.info

1er média web francophone en environnement, écologie, nature
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
12 463
Partager
par email
Mercredi 22 octobre 2014, 2 446 visites

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Le béton végétalisable : un béton écologique ?

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualitésProposer un article

12 463 lectures / 10 commentaires25 janvier 2013, 11 h 52

beton_vegetalSimulation d'une façade en béton végétal pour le Centre Culturel aéronautique de Llogregat Prat
© UPC

Des chercheurs de l'université de Catalogne ont développé un nouveau béton dit biologique. Le composé est adapté à la pousse des mousses, algues, champignons et lichens. Selon les chercheurs, ce béton présenterait des avantages esthétiques, mais aussi thermiques et environnementaux. 

Un béton qui capte l'eau de pluie pour laisser se développer les micro-organismes

Les chercheurs du groupe Technologie des Structures de l'Universitat Poltiècnica de Catalunya (UPC) ont mis au point un nouveau béton comportant plusieurs couches. La première est imperméable pour protéger la structure ou le bâtiment qu'elle entoure. La seconde couche est une couche organique : elle capte et retient l'eau de pluie pour permettre ainsi le développement de certains micro-végétaux, grâce à un pH[1] proche de 8. Enfin, la dernière couche est elle aussi imperméable mais pas partout, afin de laisser pénétrer l'eau. Elle ne ressort qu'à certains points donnés afin de la canaliser à l'intérieur du béton. 

Une meilleure performance énergétique et la réduction des émissions de gaz à effet de serre 

Pour rappel, les végétaux absorbent le CO2 au cours de leur croissance et permettent donc de lutter contre le réchauffement climatique en agissant comme des puits de carbone. De plus, le béton végétalisable capte mieux les rayons du soleil, ce qui permet une meilleure conductivité thermique à l'intérieur du bâtiment. Ce béton vert permettra donc un meilleur confort thermique à l'intérieur des bâtiments, sans avoir à rajouter un revêtement sur le béton. 

Les chercheurs de l'UPC ont utilisé deux matériaux classiques : le béton conventionnel carbonaté (fabriqué à base de ciment traditionnel de type Portland), et le ciment de phosphate de magnésium. Celui-ci est un fait un mortier, que l'on utilise également en médecine et en odontologie car biocompatible[2]. 

Un bâtiment vivant au fil des saisons 

Selon les espèces qui proliféreront sur ce matériau, les couleurs du bâtiment pourront évoluer tout au long de l'année, pour créer une sorte de façade vivante. Les chercheurs catalans travaillent actuellement avec des collègues belges pour déterminer les conditions optimales de croissance des végétaux. Ils cherchent à accélérer celle-ci afin d'obtenir un aspect visuel satisfaisant en moins d'un an. Les micro-organismes qui pousseront sur le béton empêcheront la pousse d'autres végétaux dont les racines pourraient abîmer le matériau. 

Qu'apporte le béton végétal alors que les murs végétaux existent déjà ? 

Contrairement au mur végétal, le béton végétal intègre la solution dans le matériau : autrement dit, il n'y a qu'à laisser faire la nature. Nul besoin de tuteurs, d'irrigation, d'apport de terreau...

L'invention a déjà été brevetée et le béton vert pourrait faire son apparition très prochainement dans la rénovation et sur les nouveaux bâtiments. Ses fabricants mettent en avant de nombreux avantages : régulation de l'humidité et de la chaleur, atténuation du bruit, filtrage de la pollution de l'air, augmentation de la biodiversité avec la pousse de plantes... 

Vers un béton moins préjudiciable pour l'environnement ?

Pour l'heure, l'écrasante majorité des informations disponibles sur ce béton (et sur le béton en général) proviennent des entreprises du secteur. Elles sont donc à prendre avec un certain recul. 

Toutefois, les enjeux relatifs au béton sont énormes : la production de ciment serait responsable de 7 à 8% des émissions de gaz à effets de serre dans le monde et environ 3% des émissions de CO2 de l'Europe.

En effet, le ciment de Portland nécessite une grande quantité d'énergie pour être fabriqué : le processus réclame une combustion à 1500 degrés, réalisée notamment avec des combustibles fossiles qui émettent des gaz à effet de serre. De plus, la transformation chimique du carbonate de calcium (CaCO3) en chaux hydraulique (CaO) émet principalement du CO2 mais aussi des oxydes d'azote (NOx) et du dioxyde de soufre SO2 qui participent à l'acidification de l'atmosphère. Ainsi, 884 kilogrammes de CO2 sont émis pour chaque tonne de ciment produite (539 kg à cause du processus chimique et 345 kilogrammes à cause des combustibles fossiles utilisés pour la combustion), sans prendre en compte le transport. 

Le béton est composé de sable, de gravier, et d'un peu de ciment, il est donc déjà plus respectueux de l'environnement que le ciment pur. Mais le ciment du cimentier Portland n'échappe pas au processus de fabrication polluant, de quoi nuancer un peu le caractère écologique de ce nouveau béton "révolutionnaire".

Sources

Notes

  1. Le potentiel hydrogène (ou pH) mesure l'acidité ou la basicité d'une solution. Ainsi, dans un milieu contenant de l'eau à 25 °C : une solution de pH = 7 est dite neutre ; une solution de pH < 7 est dite acide : plus son pH s'éloigne de 7 (diminue) et plus elle est acide ; une solution de pH > 7 est dite basique :  plus son pH s'éloigne de 7 (augmente) et plus elle est basique.
  2. La biocompatibilité est la capacité des matériaux à ne pas interférer ou dégrader, le milieu biologique dans lequel ils sont utilisés (un être vivant le plus souvent). Ce terme renvoie principalement aux matériels médicaux en contact direct avec les tissus et fluides internes du corps (sondes, seringues, prothèses, ciments dentaires, implants osseux etc.)

Auteur

avatar Anaelle Sorignet / notre-planete.info - Tous droits réservés

10 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Jean Weber le 25/01/2013, 12:48
J'aime bien l'argument de la réduction des émissions de gaz a effet se serre par stockage de CO2 dans le puits de carbone que représente la pellicule d'algues photosynthétiques qui va coloniser la surface d'une structure. Si on part sur la base de 250 kg de CO2 émis pour la fabrication de 1m3 de béton ( http://www.construction-carbone.fr/une-autre-maniere-de-reduire-les-emissions-de-co2e-du-beton/) combien de carbone se trouve à la surface de la pellicule d'algues recouvrant 1m3 de béton si on en retire l'eau, l'azote, l'oxygène ? 10grammes ? 100 grammes ?alerte
Silverphenix le 25/01/2013, 14:29
premier hiver : précipitations puis températures négatives : bâtiment à condamner ou à réparer dans l'urgence car la couverture a explosé sous le gel.

mais pas de soucis, parait que le béton utilisé est "écolo", donc impact nulle donc jetable.

non franchement ces conneries de structures végétalisées faut qu'ils arrêtent, un bâtiment est un œuvre technique, point.alerte
René Voujeaucourt le 25/01/2013, 14:58
Le seul matériau de construction qui soit efficace thermiquement parlant c'est le bois, il a en outre l'avantage de stocker le CO2.alerte
Jean-luc Bocquet le 25/01/2013, 20:38
Muy bien hombre !
Ainsi la Catalogne va pourvoir continuer à bétonner en paix son littoral !
Plus elle le fera, plus elle luttera contre le réchauffement climatique !
L'enfer est toujours pavé de bonnes intentions...alerte
Jean Weber le 26/01/2013, 03:24
Silverphenix a raison de poser la question de la durabilité.

Les granulats nécessaires à la construction des structures en béton sont généralement puisés dans les lits de rivières et des fleuves. Non seulement la ressource est limitée mais cela à un impact important sur ces écosystèmes. Pour réduire leur impact sur l'environnement les bâtiments en béton devraient être pensées à durer aussi longtemps que les constructions en pierre.alerte
Rémi le 26/01/2013, 07:06
qui dit végétaux, dit bestiolesalerte
Jean-luc Bocquet le 26/01/2013, 11:25
@Silver phenix et Jean Weber.
Bonnes remarques.
Surtout qu'il y a un autre problème :
Les armatures métalliques qui en aucun cas ne doivent être en contact avec l'humidité.
J'imagine qu'il y a plusieurs "peaux" formées de différents bétons, mais dans ce cas il y a des interfaces...
L'eau aime bien les interfaces.. Les armatures du béton, elles, non.
Ou alors en acier inox ? Lol ! Quitte à ouvrir de nouvelles mines ou labourer le fond des mers pour exploiter les modules polymétalliques ?
C'est bien pour ça que quand on peut on coule en continu.
En attendant, Rosas ou La Escala, quelle beauté !
Ne manque plus que deux rangées d'éoliennes autour de la baie pour flatter l'œil du touriste averti !alerte
Jean-luc Bocquet le 28/01/2013, 20:05
Il ne faudra pas oublier de bitumer devant les bâtiments en béton végétalisé et surtout bien arroser ce dernier...
Oui, l'arrosage est important, et l'apport d'engrais pour que les végétaux puissent prospérer primordial...
Beaucoup d'azote... Un peu de phosphate.
Ne pas oublier aussi les bacs de rétention, et bien entendu les stations d'épuration qui sont au bout des tuyaux pour que l'eau sale retourne à l'eau propre.
Ainsi les rescapés de la bulle immobilière espagnole qui iront habiter à l'intérieur de ces constructions connaîtront le bonheur absolu.alerte
Rastaman, earth le 03/02/2013, 10:14
I am wondering about the buffering capacity of the medium where the vegetation grows. Cause an acid rain or a drastically changing temperature would definitely alter the pH, as result would the vegetation still grow?
*some vegetation can survive only on a specific range of pH.alerte
Jean-luc Bocquet le 08/02/2013, 22:36
I would like to be sure that the sustanable vegetation no getting down if a drasticaly changing temperature or an acids rains deteriorate roofs and walls...alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus