^ Publicité ^

1er média web francophone en environnement, écologie, nature
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
6 504
Partager
par email
Samedi 01 novembre 2014, 4 124 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité ^

Sondage Novembre 2014

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

"Vers une hausse dramatique des températures avant la fin du siècle" : l'alerte de la Banque Mondiale

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualitésProposer un article

6 504 lectures / 27 commentaires21 novembre 2012, 16 h 45

temp_ano_2011Anomalies moyennes de température de 2007 à 2011 par rapport à 1880. Plus les couleurs sont chaudes, plus la hausse de température est forte.
© NASA/Goddard Space Flight Center Scientific Visualization Studio

Un rapport commandé par la Banque mondiale prédit que la température moyenne mondiale risque fort d'augmenter de 4 °C, entraînant des vagues de chaleur extrême et une élévation dangereuse du niveau des mers. Comme les effets délétères du réchauffement climatique frappent plus durement les régions les plus pauvres de la planète, ces premiers risquent de saper les efforts et les objectifs de développement. Il est désormais plus qu'urgent de limiter les risques grandissants du réchauffement climatique.

Le rapport Turn Down the Heat: Why a 4°C Warmer World Must be Avoided prédit que la température moyenne mondiale risque fort d'augmenter de 4 °C d'ici la fin du siècle et nous alerte sur les conséquences de ce scénario : vagues de chaleur extrême, baisse des stocks mondiaux de denrées alimentaires, perte d'écosystèmes et de biodiversité, élévation dangereuse du niveau des mers...

"Nous pouvons et nous devons éviter une hausse de 4 degrés. Il faut limiter le réchauffement à 2 degrés, déclare le président du groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim. Si nous n'agissons pas suffisamment contre le changement climatique, nous risquons de léguer à nos enfants un monde radicalement différent de celui que nous connaissons aujourd'hui. Le changement climatique est l'un des principaux obstacles auquel se heurtent les efforts de développement, et nous avons la responsabilité morale d'agir pour le bien des générations futures, et en particulier les plus pauvres."

Élaboré pour la Banque mondiale par l'Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique (PIK) et par Climate Analytics, le rapport a été examiné par des scientifiques de renommée mondiale et intervient avant la parution, en 2013/14, des prochaines études détaillées du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). Il fait par ailleurs suite au Cadre stratégique pour le développement et le changement climatique mis au point par la Banque mondiale en 2008 et à son Rapport sur le développement dans le monde 2010 consacré au changement climatique.

Cette étude offre une synthèse de la littérature scientifique récente sur le sujet et une analyse inédite des conséquences du réchauffement et des risques qui pourraient en découler, en particulier pour les pays en développement. Il donne des exemples de changements et de conséquences déjà observables (vagues de chaleur et autres événements extrêmes) ainsi que des projections pour le siècle à venir concernant une variété d'aspects fondamentaux : sécheresses, canicules, élévation du niveau des mers, denrées alimentaires, eau, écosystèmes et santé humaine.

La situation que dépeint le rapport appelle à l'action urgente

La concentration du dioxyde de carbone (CO2), principal gaz à effet de serre, a continué d'augmenter : de 278 ppm (parties par million) à l'époque préindustrielle, cette concentration a dépassé 391 ppm en septembre 2012, pour un taux d'augmentation actuel de 1,8 ppm par an. Or, selon les données paléoclimatiques et géologiques disponibles, la planète n'a jamais connu une concentration aussi élevée de CO2 depuis 15 millions d'années.

Même si les pays respectent leurs engagements actuels de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), la température moyenne globale, qui dépasse déjà d'environ 0,8 °C les niveaux préindustriels, pourrait encore grimper de 4 °C d'ici 2100.

"Ce rapport nous fait prendre conscience du fait que la volatilité climatique actuelle influe sur tout ce que nous faisons, indique Rachel Kyte, vice-présidente de la Banque mondiale chargée du développement durable. Nous devons redoubler d'efforts pour renforcer notre capacité d'adaptation et de résistance, et pour trouver des solutions aux défis climatiques d'aujourd'hui."

Élévation du niveau des mers

À l'échelle de la planète, le niveau de la mer a connu une augmentation moyenne de 15 à 20 centimètres au cours du XXe siècle. Sur les dix dernières années, le rythme moyen de montée du niveau de la mer s'est accéléré pour atteindre environ 3,2 cm par décennie. Un tel rythme, s'il se poursuit, impliquera une nouvelle élévation de 30 cm du niveau de la mer au cours du XXIe siècle.

Selon le rapport, l'élévation du niveau des mers n'a jamais été aussi rapide qu'au cours des deux dernières décennies, et cette montée des eaux est perceptible dans de nombreuses régions tropicales de la planète. Ce phénomène s'explique en partie par la fonte de la calotte glacière du Groenland et de l'Antarctique. De fait, la rapide expansion des zones de fonte de la calotte glaciaire du Groenland observée depuis les années 1970 illustre clairement sa vulnérabilité croissante. En septembre 2012, la superficie de la banquise arctique n'avait jamais été aussi réduite. Selon le rapport, « certains éléments indiquent que la fonte des glaces la plus importante observée au cours des 225 dernières années a eu lieu durant ces dix dernières années ».

"Il est encore tôt, mais certains petits États insulaires et des communautés côtières commencent déjà à rechercher sérieusement des solutions, affirme Erick Fernandes, codirecteur de l'équipe d'experts internationaux de la Banque mondiale sur l'adaptation au changement climatique. La nécessité de s'adapter face au changement climatique va s'exacerber, sachant que la population mondiale devrait atteindre les 9 milliards d'habitants en 2050."

Un réchauffement de 4°C entraînera probablement une montée du niveau de la mer de 0,5 à 1 mètre, voire plus, d'ici 2100 et au cours des siècles suivants le niveau pourrait encore monter de plusieurs mètres. Par comparaison, en limitant le réchauffement à 2°C, on observerait probablement une montée du niveau de la mer de l'ordre de 20 cm d'ici 2100. Toutefois, même si le réchauffement climatique est limité à 2°C, le niveau moyen du niveau de la mer pourrait continuer à monter à l'échelle planétaire, certaines estimations prévoyant une élévation de 1,5 à 4 mètres au-dessus des niveaux actuels d'ici l'année 2300. Pour contenir la montée des eaux au-dessous de 2 mètres, il faudrait probablement réussir à maintenir le réchauffement nettement au-dessous de 1,5°C.

Acidification des océans

L'évolution de l'acidité des eaux telle qu'elle est observée et prévue sur le prochain siècle semble ne jamais avoir eu de parallèle dans l'histoire de la Terre. On constate d'ores et déjà les conséquences négatives de l'acidification de l'eau sur les organismes et les écosystèmes marins, également exposés aux effets du réchauffement, de la surpêche et de la destruction de l'habitat.

Les récifs coralliens sont extrêmement sensibles aux variations de température de l'eau ainsi qu'à son acidité. Le rapport nous alerte sur le fait qu'au moment où les températures auront augmenté de 1,4 °C, dans les années 2030, les récifs coralliens pourraient cesser de se développer, à cause de l'acidification des océans, elle-même due à une hausse de leur concentration en CO2. Et à 2,4 °C, les récifs coralliens dans plusieurs zones pourraient commencer à se dissoudre. Les conséquences en seraient dramatiques aussi bien pour les personnes qui sont tributaires des coraux pour leur alimentation et leur revenu, que pour le tourisme et pour la protection des côtes.

Un réchauffement de 4°C ou plus d'ici 2100 correspondrait à une concentration de CO2 supérieure à 800 ppm et à une augmentation d'environ 150 % de l'acidité des océans.

Vagues de chaleur

Une hausse des températures de la planète de 4 °C induirait également davantage de vagues de chaleur extrêmes, mais elles ne seraient pas réparties uniformément sur l'ensemble du globe, comme le précise le rapport.

La région méditerranéenne subtropicale, l'Afrique du Nord, le Moyen-Orient et certaines parties des États-Unis pourraient connaître une hausse des températures estivales mensuelles supérieure à 6 °C. Les températures les plus chaudes de juillet entre 2080 et 2100 dans la région méditerranéenne devraient avoisiner les 35 °C, soit environ 9 °C de plus que le mois de juillet le plus chaud actuellement, selon les estimations. Durant le mois de juillet le plus chaud dans le Sahara et au Moyen-Orient, on enregistrera des températures de 45 °C, soit 6-7 °C de plus que les simulations pour ce même mois le plus chaud de nos jours.

En 2010, la Russie a, par exemple, connu une vague de chaleur extrême qui a eu de graves répercussions négatives. Sur la base des estimations préliminaires, cette canicule a causé en Russie 55 000 décès, la perte d'environ 25 % des récoltes de l'année, la destruction d'1 million d'hectares ravagés par les incendies et des pertes économiques de l'ordre de 15 milliards de dollars, soit 1 % du produit intérieur brut (PIB) !

Baisse des rendements agricoles

La production agricole a souffert de la hausse des températures : des études récentes soulignent que depuis les années 80 la production de maïs et de blé a connu une réduction significative par rapport au niveau qu'elle aurait eu en l'absence de changement climatique.

Une augmentation des températures de 4 °C pourrait faire reculer les rendements agricoles, générant des inquiétudes quant à la sécurité alimentaire de demain. Des expériences sur le terrain ont montré qu'au-delà d'un certain seuil, les cultures sont extrêmement sensibles aux températures. Selon une étude citée dans le rapport, d'après les calculs avec les « degrés-jours de croissance », chaque journée où la température atteint 30 °C réduit les rendements de 1 % pour une culture pluviale en l'absence de sécheresse.

En outre, les zones touchées par la sécheresse passeraient du taux actuel de 15,4 % des surfaces cultivées à environ 44 % d'ici 2100. Les régions les plus fortement affectées au cours de 30 à 90 prochaines années seront vraisemblablement l'Afrique australe, les États-Unis, l'Europe du Sud et l'Asie du Sud-Est. Le rapport prévoit qu'en Afrique, 35 % des terres arables deviendront inadaptées à l'agriculture si la température augmentait de 5 °C.

Risques pour les systèmes indispensables à l'homme

Le rapport identifie plusieurs risques graves liés aux effets délétères sur les ressources hydriques disponibles, surtout en Afrique du Nord et de l'Est, au Moyen-Orient et en Asie du Sud. Les bassins hydrographiques du Gange et du Nil sont particulièrement vulnérables. 

Les écosystèmes seront affectés par des événements climatiques extrêmes plus fréquents (pertes de forêts à la suite de sécheresses et d'incendies, aggravées par l'utilisation des terres et l'extension de l'agriculture, par exemple). En Amazonie, le nombre des feux de forêts pourrait doubler d'ici 2050 en conséquence d'un réchauffement d'environ 1,5 à 2°C par rapport à l'époque préindustrielle. Des changements encore plus graves sont à prévoir avec une élévation de température de 4°C.

De fait, avec une planète à +4°C, il faut s'attendre à ce que le changement climatique devienne le principal moteur des variations des écosystèmes, prenant la place de menace numéro un pour la biodiversité, devant la destruction de l'habitat. Des recherches récentes soulignent le risque important de perte de la biodiversité probablement associé à une élévation de 4°C de la température. En effet, en raison du changement climatique et de la hausse de la concentration de CO2, les écosystèmes de la Terre connaîtront des conditions sans précédent dans l'expérience humaine. Il faut s'attendre à ce que les dommages subis par les écosystèmes réduisent considérablement la disponibilité des services écosystémiques dont dépend la société humaine (poissonneries et protection côtière assurée par les récifs coralliens et les mangroves, par exemple).

Des effets non linéaires

Si le réchauffement climatique mondial approche ou dépasse les 2 °C, cela risque de déclencher des éléments de basculement non linéaires : par exemple, la fonte de la calotte glacière de l'Antarctique occidental, qui donnerait lieu à une élévation plus rapide du niveau des mers, ou le dépérissement de la forêt amazonienne, qui affecterait énormément les écosystèmes, les fleuves, l'agriculture, la production énergétique et les moyens de subsistance. De tels phénomènes viendraient encore renforcer le réchauffement mondial du XXIe siècle et auraient une incidence sur des continents entiers.

Les conclusions du rapport sont sans appel

Il faut impérativement faire baisser la température — turn down the heat — pour éviter que le scénario des « 4 degrés » de plus ne se réalise. Et nous n'y parviendrons qu'en mettant en place des actions internationales rapides et coopératives.

Auteur

La Banque Mondiale

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de notre-planete.info

27 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Douds le 21/11/2012, 21:55
le document anglais pour les incrédules, écrit comme il se doit par le Potsdam Institute for Climate Impact Research and
Climate Analytics pour la banque mondiale.
Son titre : Turn_Down_the_heat_Why_a_4_degree_centrigrade_warmer_world_must_be_avoided.

Baissez le chauffage!4 degrés de plus pour le monde doivent être évités.



http://climatechange.worldbank.org/sites/default/files/Turn_Down_the_heat_Why_a_4_degree_centrigrade_warmer_world_must_be_avoided.pdfalerte
Strange le 22/11/2012, 14:15
Nature Geoscience a publié un article dans lequel il est fait référence à la concentration de gaz carbonique à très haute altitude (100 kilomètres)qui augmente deux fois plus vite que les prévisions. Comme ce phénomène n'est pas imputable seulement aux rejets des fusées cela prouverait qu'il y a un lien direct avec les activités humaines dans la thermosphère : http://www.nature.com/ngeo/index.htmlalerte
Fullbert - Cigné le 23/11/2012, 09:34
Point n'est besoin de lire cet article pour comprendre que notre planète déréglée risque le naufrage cosmique. Cette banque mondiale, gérée par une cohorte de nantis au comportement quotidien dévastateur, n'est qu'une escroquerie de plus, une entreprise qui mixe le white et le green washing. Certes, tout nous échappe peu à peu, tant nous avons donné pouvoir à ces gens qui se gaussent de nos misérables vies, et voilà maintenant qu'ils nous pointent du doigt : " culpabilisez, regardez ce que vous avez fait avec vos insatiables envies d'écrans plats, cabriolets et autres soupes en sachet".Il est grand temps de mettre en place la vraie force qui nous sauvera, Esprit Mondial, ouvert à tous et contrôlé par tous, et de revivre dans la simplicité et le respect.alerte
Mage le 23/11/2012, 12:37
Oui , comme tu la dit , nous sommes pris en otage , et ne pouvons plus faire grand chose de nous même , si se n'est que d'attendre d'autres événements meilleurs pour l'humanité .
En attendant l'on subi les conséquence de quelques magnas qui mènent le monde à sa fin .
Nous n'y pouvons rien y changer , ni inverser les temps , Dieu nous en avait averti qu'à une période , les temps seraient dur , avec une liste de faits et d'événements que nous constatons aujourd'hui , les nier serait ridicule .
Aussi beaucoup de gens se pencherons sur les problèmes pour tout au moins essayer de les améliorer et trouver des solutions , alors que d'autres serons de plus en plus avide du bien et de l'argent .
Tout cela ne fera pas changer les conséquences écrites depuis les temps ancien , de cela nous en sommes averti .alerte
Jacques-marie Moranne le 24/11/2012, 10:40
J'ignorais que la Banque Mondiale avait pour mission de financer des rapports d'organismes de recherche bien pensants dont on sait au départ qu'ils vont corroborer les conclusions du GIEC.

Les études sceptiques sur les conclusions du GIEC ont des financements beaucoup moins louables.

Financement plus louable = conclusions plus crédibles ?alerte
Bertrand à Villenave d\'Ornon le 24/11/2012, 20:30
Ceci montre la nécessité de developper
l'électronucléaire: les écolos devraient complètement réviser leurs position.
Qu'ils écoutent J.M.Jancovici, le meilleur spécialiste en réchauffement climatique ET en énergies.alerte
Rozé le 24/11/2012, 21:59
Je suis heureux d'apprendre que la Banque mondiale se préoccupe du climat de notre planète; j'ose espérer que cet organisme en tirera toutes les conséquences. Car pour limiter la production de CO2 et/ou de méthane responsables principaux de l'effet de serre, il faut d'abord stopper la croissance économique, la spéculation sur les biens produits ou les denrées cultivées. Et il faut, bien sûr trouver et développer une nouvelle société, respectueuse de l'environnement, vertueuse dans ses activités, ou l'expression solidarité humaine reprend, enfin, tout son sens.
'Aujourd'hui peut être ... ou bien demain' trop tard ?alerte
René Voujeaucourt le 24/11/2012, 22:10
Monsieur Moranne

-Les études sceptiques sur les conclusions du GIEC ont des financements beaucoup moins louables.-

Il est clair que certaines "études" sceptiques posent question quant à l'honnêteté et aux compétences de leurs auteurs (Chris de Freitas, Vincent Courtillot, Fred Singer, Gerlich&Tscheuschneur etc.

Bertrand

Le nucléaire ne pourra jamais être une énergie aussi répandue que le charbon ou le gaz, pour des raisons techniques (obsolescence), de combustible, et de coûts financiers. Le nucléaire c'est à l'heure actuelle zéro influence sur les émissions mondiales de CO2 pour avoir un début influence il faudrait que le nucléaire fasse 25% (au lieu des 6 actuels) de l'énergie produite, chose impossible.


-Qu'ils écoutent J.M.Jancovici, le meilleur spécialiste en réchauffement climatique ET en énergies.-

Il n'est ni l'un ni l'autre.alerte
Charles leclère le 25/11/2012, 11:22
mais quand va t'on cesser de nous emmerder jour et nuit avec ces hypothèses foireuses et fantaisistes de la hausse de la température mondiale.

la banque mondiale ferait mieux de faire attention aux fonds qu'elle distribue dans le monde et qui se retrouvent en villas de luxe, en salaires exorbitants en frais de fonctionnements princiers, par milliards de dollars.

le pole nord fond mais le pole sud s'étend comme jamais.

nous n'avons plus d'été chaud en europe !!! on chauffe fin aout

j'en ai ras le bol de tous ces pseudos scientifiques qui jouent un jeu à faire peur au pauvre citoyen lambda afin de bien le conditionner pour mieux le taxer !!

si décision il y a ce sont des décisions des gouvernants et non du peuple à prendre !

y a un public pour cela, il n'y a qu'à regarder les millions de crétins qui attendent la fin du monde en décembre prédit par les mayas.

quand je vois l'emprise des religions sur les pays pauvres, l'imbécilité a encore de grands jours devant elle pour vous exploiter.

écolos à la noix vous avez encore de beaux jours devant vous à vous faire peur et préparez vos bougies, votre vélo vos toilettes sèches et cie !!

je me marre comme disait coluchealerte
Jean-luc Bocquet le 25/11/2012, 11:41
Tout à fait Charles leclere.
Et puis, le réchauffement climatique, on s'adaptera...
C'est pas le plus grave des problèmes terriens.
De plus, si on a chaud, il suffira d'enlever ses vêtements.
Bien plus facile de se dévêtir ! (Demandez aux machos...)
En plus, grâce aux éoliennes on aura du courant pour faire fonctionner les climatiseurs...
Recette au cas où il n'y aurait pas de vent :
Transformer les bicyclettes en ventilateurs, les tourner vers las pâles des éoliennes, puis faire enfourcher ces engins par certains écolos vendeurs de mirages.
C'était la pensée iconoclaste du jour.
Bon dimanche à tous.alerte
René Voujeaucourt le 25/11/2012, 12:06
charles leclère

Nier des faits indéniables ne changera rien, et quand je lis ce genre d'ineptie :" le pole nord fond mais le pole sud s'étend comme jamais." Je me rends compte qu'n comparant un océan et un continent vous n'avez pas le début de la moindre compréhension de ces phénomènes.

Que vous en ayez marre c'est un fait mais ça ne fait pas de vous une personne crédible.

- l'imbécilité a encore de grands jours devant elle. -

Vous en êtes un vibrant exemple.alerte
René Voujeaucourt le 25/11/2012, 12:11
Bocquet,

-Et puis, le réchauffement climatique, on s'adaptera... -

Vous parlez pour qui là ? les effets majeurs du réchauffement climatique ne se feront sentir que vers la fin du siècle. Qu'est ce qui vous permet de dire que ce ne sera pas un problème majeur ?

-De plus, si on a chaud, il suffira d'enlever ses vêtements.-

Effectivement, la bêtise a encore de beaux jours devant elle...alerte
Jean-luc Bocquet le 25/11/2012, 17:16
Températures et taux d'intérêts en hausse. Ça va chauffer à la banque mondiale.alerte
Jean-luc Bocquet le 25/11/2012, 17:23
Voujancourt :
Et votre bilan de fin de vie ?
Si vous nous en parliez un peu ?
Serait-il peu reluisant ?
Et cette rancœur contre le genre humain ?
On vous a fait bobo quand vous étiez encore pendu dans les basques de votre mère ?
A part attaquer chacun sur ce forum de façon gratuite quitte à vous contredire plus tard, puis lorgner les cirrus à la jumelle pour vérifier s'ils ont une queue et scruter à la loupe les grêlons pour essayer de découvrir s'ils ont des coins carrés, que savez-vous faire ?
Devant cette catastrophe relationnelle qui vous caractérise, peut-être le recours à un psy vous ferait-il du bien ?
Peut-être même qu'il vous conseillerait quelques séances de thérapie comportementale ?
Rassurez-vous c'est remboursé par la Sécu et la mutuelle des fonctionnaires...
Ensuite vous pourriez revenir parmi nous un peu plus apaisé quand votre égo serait un peu moins surdimensionné...alerte
René Voujeaucourt le 25/11/2012, 18:07
Bocquet,

-Et votre bilan de fin de vie ?-

Vous êtes flic ? Parlez nous donc du votre, En ce qui me concerne mes actes sont en accord avec mes dires.

-Et cette rancœur contre le genre humain ?-

Je ne sais pas d'où vous pouvez sortir cette ânerie, vous devriez apprendre à lire, car c'est l'avenir de l'espèce qui m'interpelle.

Pour tout vous dire j'ai travaillé comme ingénieur balisticien pour l'armée pendant 20 ans (Eh oui je suis un de ces salauds qui ont fabriqués les missiles qui équipent nos armées (dont ceux qui sont sur les SNLE), Les 20 années suivantes, je les ai passé à visiter les peuples premiers (où j'ai appris énormément de choses et découvert que notre société occidentale ne peut être viable à très long terme (deux ou trois siècles au maximum).alerte
Jean-luc Bocquet le 25/11/2012, 19:07
René Voujancourt : Au final on est d'accord. On partage les mêmes valeurs sur le fond.
Pour ma part je ne suis rien à part un touche à tout qui a abandonné à un moment ses études... parce qu'il en avait marre et qu'il était déjà arrivé à votre conclusion...
En ce moment je construit de l'habitat style renaissance... Mais est-ce "utile" ?
D'accord avec vous au sujet de l'humanité sur le très long terme.
D'accord avec vous sur les éoliennes mais avec modération. Lol !
Elles nous donneront un répit...
A bientôt sur ce forum.alerte
Marc Moulin le 25/11/2012, 20:47
Ah ben oui mais non !!!
Si tu te mets, Jean-Luc, à être d'accord avec René, il n'aura plus rien à dire !!
Bon, je fais l'effort d'en rajouter une louche, pour le fun ...alerte
Jean-luc Bocquet le 25/11/2012, 22:30
Marc, bonsoir.
On partage avec Réné les mêmes valeurs sur la nécessité de préserver un environnement acceptable pour l'être humain.
Ça, c'est indéniable.
De plus comme lui et comme toi, je suis (très) pessimiste quant à la pérennité de la civilisation humaine dans sa forme actuelle au train où vont les choses.
C'est ensuite que les méthodes de correction diffèrent quelque peu... Lol.
Ce que j'espère, c'est que les coins vont s'arrondir.
Bon sang, chacun et chacune de nous tous est de bonne volonté !
Il n'y a pas de petites initiatives pour lutter contre la dégradation de l'environnement.
René va devenir moins grognon, Jean-Luc moins provocateur, (Ce sera dur) et, en ta compagnie Marc, nous pourrons trinquer plus sereinement.
Tu vas être content :
J'ai récupéré un essaim d'abeilles. (Pas de frelons...) lol ! Je ne te dis pas demain le cinéma pour replacer le tronc en position verticale avec les mouches dedans.alerte
Marc Moulin le 26/11/2012, 19:55
On est demain Jean-Luc ! Donc, cet essaim, comment ça s'est-il passé ?
Je me souviens qu'après la tempête de 1999, il y avait pas mal de ruches par terre. Nons les avons remis en place sans que ça ne cause problème ...

Je m'aperçois que tu es très fédérateur, réussir à mettre d'accord tout le petit monde que tu as cité, chapeau !!

A l'UMP, ils recherchent des bonnes volontés pour justement essayer de rassembler quelques pièces du puzzle, tu devrais postuler, tu as tes chances. ^^alerte
Romain le 26/11/2012, 20:45
Plus je parcours les différents articles de ce site et plus je vois la fin du monde.

Je suis d'accord sur le fait que les années à venir vont être de moins en moins excitantes...

D'après ce que j'ai pu voir en environnement, beaucoup systèmes naturels sont en équilibres pour maintenir un niveau de vie satisfaisant.
Depuis que l'homme a réussi à améliorer ces conditions de vie, ces équilibres ( gaz atmosphèrique CO2, la surexploitation (pêche, agricole...) sont totalement perturbés.
En clair c'est le bordel un peu partout.
..alerte
Charles LECLERE le 26/11/2012, 21:46
René Voujeaucourt

voyons voyons cher ami, un peu de lucidité. vous me prêtez une ignorance qui n'est pas la mienne

Le pôle nord concernant l'Antarctique, la péninsule ouest a perdu de la glace, mais non pas à cause d'un réchauffement global (les températures sont stables depuis 2001 (source WoodForTrees.org - mesures UAH, RSS, Gistemp et Hadcrut) mais à cause de conditions locales : éruptions volcaniques sous-marines et courants chauds.alerte
René Voujeaucourt le 26/11/2012, 22:33
charles LECLERE

Ce dernier commentaire confirme que vous n'avez pas la moindre connaissance du sujet.

Dois je vous rappeler le record de fonte le la banquise arctique cet été ?

Pour ce qui est de la banquise antarctique sa bonne santé est largement documentée mais ne remet en aucune manière en cause le réchauffement climatique.alerte
René Voujeaucourt le 26/11/2012, 22:47
charles LECLERE


Je vous suggère de lire ça :

http://tinyurl.com/cs74xucalerte
Jean-luc Bocquet le 27/11/2012, 19:30
Mon bon Marc... Lol. Bonsoir.
L'essaim s'était installé dans un épicéa creux. La sortie (Je n'ai jamais vu ça...) à quelques cm du sol.
Le peuplement d'arbre étant arrivé à maturité, l'exploitant forestier a coupé l'épicéa à 1.70 m du sol, puis ensuite à raz du sol.
Le tronçon du bas abritait l'essaim.
Malheureusement il ne l'a pas maintenu vertical
Elles ont donc fait un voyage gratuit à plat en timber-jack puis en camion...
Pas génial, surtout à cette époque.
Enfin le tronçon est de nouveau debout mais les rayons ont été endommagés et un bon paquet d'abeilles engluées. J'espère que la reine est passée au travers du désastre.
De plus, j'ai du repercer un nouveau trou d'envol un peu plus haut...
J'aurais fait ce que j'ai pu pour les sauver d'une mort certaine.
Pour L'UMP c'est une idée... Lol !
Je vais donc postuler pour fédérer UMP et PS... Ça ne devait pas me poser trop de problèmes...
Bonne soirée à toi.alerte
Marc Moulin le 27/11/2012, 20:06
Je vois que tu as très bien travaillé !
Elles devraient s'en sortir, le seul bémol à mes yeux étant causé par un hiver trop rigoureux. Sinon elles vont remettrent bon ordre au " bing badaboum " occasionné par le déménagement intempestif !!
A surveiller donc, et à nourrir si nécessaire.
Tu es leur Superman et ne peux que t'en féliciter. Si tous pouvaient avoir et faire des gestes tel que les tiens, non pas déblatérer pour ne rien dire, les choses iraient un peu mieux en ce bas monde !!!
Quant aux 2 grands partis, les programmes étant les mêmes à part une virgule, effectivement on devrait réussir à les fédérer sans trop de problème !!!
Bon courage quand même car dés que l'idée va se présenter, ils vont se rebiffer comme deux coqs adverses, plumes ébouriffées, ergots sortis, et gosiers grands ouverts, alors qu'ils sont des clones !!!alerte
Jean-luc Bocquet le 28/11/2012, 12:40
Tout à fait Marc.alerte
Charles leclère le 03/12/2012, 14:48
ou sont les crétins de scientifiques devant la vague de froid sans précédent à l'est ?

La terre se réchauffe dans les strates d'une poignée de profiteurs qui surfent sur la taxation écologique basée sur la peur planifiée !

payez gogols payez !! ne chauffez plus ne respirez plus ne mangez plus ne voyagez plus ne téléphonez plus ...........alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus