^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

1er média web francophone en environnement, écologie, nature
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
31 691
Partager
par email
Jeudi 21 août 2014, 16 850 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Sondage Août 2014

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Les plantes vertes ne dépolluent pas l'air intérieur

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualités

31 691 lectures / 24 commentaires02 octobre 2012, 14 h 05

plantes_vertes_bureau© Inddigo-JB-Goujeon

On l'entend souvent, notamment dans les jardineries, les plantes ont la capacité de dépolluer l'air intérieur vicié. Si c'est vrai dans des conditions très particulières, en pratique, dans les lieux de vie intérieur, leurs effets ne sont malheureusement pas significatifs. C'est ce que montre une expérience menée par le bureau d'études Inddigo, dans ses locaux.

L'inquiétante pollution de l'air intérieur

Nous passons jusqu'à 90% de notre temps  à l'intérieur de lieux clos (logement, bureaux, écoles, transports en commun…), où nous sommes exposés de façon chronique à de nombreux polluants atmosphériques qui peuvent avoir des effets négatifs sur notre santé.

Les polluants les plus problématiques et les plus courants dans l'air intérieur sont les Composés Organiques Volatils (COV[1])  et notamment le formaldéhyde[2]. Les COV sont émis par de nombreux produits et matériaux (mousses isolantes, laques, colles, vernis, encres, résines, papier, plastiques, moquettes, bois agglomérés et contreplaqués, peintures, produits de bricolage...), produits d'entretien (solvant, dégraissant, dissolvant, conservation, agent de nettoyage, disperseur, etc.) mais surtout par les fumeurs ! Rappelons que la fumée de tabac, qui contient plus de 4000 substances chimiques, est considérée comme le premier polluant de l'air intérieur par l'Académie de Médecine.

Les données françaises à ce sujet sont récentes, puisque c'est l'Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur (OQAI) qui a commencé a effectué des campagnes de mesures en 2005 tandis que l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'alimentation, de l'Environnement et du Travail (ANSES) mettait en place des valeurs guides de référence permettant de définir à partir de quelles concentrations en polluants, l'air intérieur devait être considéré comme pollué ou non.

Les premières conclusions de ces institutions sont alarmantes : un quart des logements présentent une pollution au formaldéhyde, 9 % sont concernés par plusieurs composés. Dans les établissements scolaires, le constat est aggravé par la plus grande densité du mobilier, l'usage plus fréquent de certains produits (produits d'entretien, marqueurs, peintures, colles) et l'occupation plus importante des locaux.

Outre les conséquences sanitaires de la pollution de l'air intérieur, le coût d'une mauvaise qualité de l'air intérieur est aujourd'hui estimé en France entre 12,8 et 38,4 milliards d'euros /an (Jantunen et al, 2011)

Le danger du formaldéhyde

Le formaldéhyde est un irritant pour les yeux, le nez et la gorge. Présent en petites quantités, le formaldéhyde reste sans danger. Mais les quantités dans les lieux clos sont souvent importantes et le formaldéhyde devient alors un gaz irritant et toxique. La surexposition au formaldéhyde se traduit par les symptômes suivants : irritation des yeux, du nez et de la gorge, toux persistante, troubles respiratoires, irritations cutanées, nausées, maux de tête et étourdissements. Pire, il est considéré comme cancérogène.

Comment lutter contre la pollution de l'air intérieur ?

Première solution radicale : supprimer et/ou limiter les sources d'émission en prenant soin de ne pas multiplier les produits d'entretien mais aussi les bougies parfumées, encens et désodorisants qui, derrière leurs bonnes odeurs, cachent de nombreux composés toxiques (COV, HAP, plomb, benzène, phtalates, CO...).

Deuxième solution, complémentaire et également très efficace :  aérer régulièrement les locaux, au moins 20 minutes par jour, même si la température extérieure n'est pas incitative ! D'autant plus que la température intérieure ne doit pas être trop élevée, tout comme l'humidité relative. Eviter aussi de se calfeutrer et de boucher les systèmes de ventilation intérieurs.

Troisième solution : transformer son intérieur en serre garnie de plantes vertes ?

Les plantes dépolluantes : mythe ou réalité ?

Cette idée est héritée des expériences menées par le docteur Bill Wolverton (NASA) qui cherchait un moyen de dépolluer l'intérieur des capsules spatiales au début des années 1970[3]. Si les résultats ont été concluants dans les conditions très particulières des voyages spatiaux (concentrations très élevées de polluants, enceintes totalement étanches…), aucun élément scientifique ne valide, à ce jour, la capacité des plantes d'intérieur à dépolluer l'air intérieur tel que nous le respirons quotidiennement.

Cela n'a pas empêché, de nombreux fleuristes, jardineries et autres magasins spécialisés d'exploiter la renommée et le sérieux de l'agence spatiale américaine pour nous proposer de nombreuses plantes aux vertus dépolluantes pour l'air intérieur. Des fiches techniques individuelles sont même disponibles pour chaque variété de plante avec des mentions « plante dépolluante ». Par exemple, nous pouvons lire sur l'étiquette d'une plante vendue chez Truffaut : « certaines plantes ont la faculté de contribuer à la réduction de la pollution à l'intérieur des maisons ou des bureaux. Elles améliorent la qualité de l'air ambiant en absorbant certains composés organiques volatils (C.O.V) contenus dans les peintures, vernis, moquettes, parquets, meubles... » Cette indication est abusive puisqu'aucune étude n'a encore prouvé le bénéfice des plantes sur l'air intérieur des maisons et des bureaux.

C'est pourquoi, en 2004, le CNRS, le CSTB, l'APPA, l'Université de Lille, l'ADEME, et des collectivités territoriales ont initié un programme de recherche, PHYTAIR, qui vise à évaluer le pouvoir dépolluant des plantes. Les premières phases du programme ont montré que certaines plantes absorbaient bien les polluants gazeux comme le monoxyde de carbone, le benzène et les formaldéhydes, mais pas les poussières, les métaux ou les radiations. De plus, PHYTAIR a confirmé le rôle non négligeable des microorganismes du sol pour épurer l'air.

Les conclusions des expériences du docteur Bill Wolverton ont donc été en partie vérifiées... mais dans des conditions expérimentales ! « L'exposition en enceinte ne tient pas compte de certains facteurs (circulation de l'air, volume des pièces…) déterminants pour évaluer les capacités réelles des plantes dans des locaux, et le nombre de plantes nécessaires. » souligne PHYTAIR. C'est tout l'objet de la dernière phase du programme de recherche, actuellement en cours.

De plus, précisons que le programme PHYTAIR n'a évalué, pour l'instant, que trois plantes vertes communes : plante araignée (Chlorophytum comosum), dragonnier (Dracaena marginata) et pothos ou lierre du diable (Scindapsus aureus). PHYTAIR s'emploie maintenant à évaluer le caractère dépolluant de ces plantes vertes en situation réelle, réponse probable en 2013 !

Une première étude sur le pouvoir dépolluant des plantes en situation réelle

En attendant les résultats du programme PHYTAIR, le bureau d'étude Inddigo a lancé la première étude sur l'effet dépolluant des plantes en pot sur l'air intérieur de bureau[4], réalisée en situation réelle.

De 2010 à 2011, l'agence Inddigo de Toulouse a été aménagée pour moitié d'un ensemble de plantes sélectionnées pour leur efficacité supposée sur la qualité de l'air intérieur. Les concentrations en polluants ont été suivi, ainsi que le ressenti des occupants, en les comparant aux résultats des bureaux non équipés.

Ainsi, 8 bureaux de l'agence sur 16 ont accueilli 54 plantes au total. 28 polluants ont vu leurs concentrations individuelles mesurées lors des 4 campagnes. Les échantillonnages ont été réalisés avec la même technologie que pour les campagnes de mesures nationales réalisées par l'OQAI. La température, la concentration en CO2, l'humidité relative, l'occupation et l'ouverture des fenêtres ont également été suivies. Les bureaux ont été caractérisés par leur volume, les sources de polluants présentes et le système de ventilation mécanique.

Le choix des espèces s'est fait selon plusieurs critères :

  • les végétaux devaient présenter un potentiel de dépollution (observé en condition de laboratoire) intéressant, en particulier pour le formaldéhyde ;
  • être adaptés au climat des bureaux toulousains ;
  • ne présenter aucun risque pour la santé (allergique en particulier)
  • et avoir des tailles permettant de varier les situations (posées au sol, sur les bureaux...).

Ainsi, le Chlorophytum comosum « vittatum », Scindapsus aureus « Willcoxii » et Chrysalidocarpus lutescens ont été retenus. De plus, les pots et les substrats ont été rigoureusement choisis pour n'émettre aucun polluant qui pourrait perturber les mesures.

La capacité des plantes à dépolluer un lieu de vie intérieur n'est pas prouvé

Malheureusement, « les conclusions de cette recherche laissent entrevoir que la présence de plantes en pot dans les conditions normales d'occupation de bureaux n'ont aucun effet significatif sur la pollution de l'air intérieur. Le nombre de plantes utilisées (à la limite haute de ce que pouvaient accepter les occupants) et les espèces choisies (parmi les plus efficaces d'après les tests menés par la NASA dans les années 80) laissent à penser que les plantes en pot, sans système complémentaire, ne constituent pas une solution adaptée aux problèmes de qualité de l'air intérieur. »
Cette première étude en situation réelle s'accorde sur le fait que les plantes, même en pot, sont capables d'absorber les polluants de l'air intérieur. Toutefois, « leur impact sur la qualité de l'air intérieur d'un milieu réel ne semble a posteriori pas assez important pour être significatif. »

Une vraie douche froide pour tous les amoureux des plantes vertes qui justifient la jungle dans leur logement pour purifier l'air, même si les plantes apportent un peu de nature dans notre monde bien trop artificiel et stérile. Si vous avez la chance d'habiter dans un lieu où l'air extérieur est de bonne qualité, le meilleur moyen de se prémunir contre un air intérieur vicié reste donc de bien aérer et d'être vigilant sur les produits que vous utilisez.

Notes

  1. Les COV sont un groupe de centaines de composés de carbone et d'hydrogène qui s'évaporent rapidement à température ambiante et se retrouvent ainsi dans l'air. Les COV sont souvent plus nombreux et plus concentrés à l'intérieur qu'à l'extérieur compte tenu de la multiplicité des sources intérieures.
  2. Le formaldéhyde est un allergène, inodore, toxique pour les muqueuses oculaires et respiratoires, qui provoque à long terme des pathologies respiratoires chroniques. Il est classé cancérigène car impliqué dans la survenue de cancers nasopharyngés, et suspecté dans celle d'autres cancers (Bonnard et al., 2006, Cuny et al., 2008).
  3. Son projet n'a toutefois pas été retenu par l'Agence spatiale américaine.
  4. Inddigo s'est appuyée sur des experts renommés pour mettre au point son protocole expérimental. Elle a recueilli les conseils de Damien Cuny, pilote du programme national PHYTAIR, de l'association Plant'Airpur et du paysagiste la Lune Verte.

Sources

Auteur

avatar Christophe Magdelaine / notre-planete.info - Tous droits réservés

24 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Capitaine0627 - Sarrebourg le 02/10/2012, 14:42
Les plantes verte si elles n'ont pas les capacités dépolluante qu'on a voulu leurs donner, on quand même l'avantage d'être anti-stress tout comme le bruit des fontaines d'eau d'intérieur, ou la vue d'un aquarium. Et ceci peut être prouvé par tout ceux qui on déjà adopté ce genre de comportement environnemental ! Les plantes verte tout comme les aquariums ont en plus l'avantage d'améliorer le psychisme par le simple fait d'avoir à s'en occuper ce qui nous rend responsable du bien être de ceux-ci.alerte
Patrice Aix le 02/10/2012, 14:45
Quid des ampoules ionisantes? Des infos sur ce sujet?alerte
Christophe Magdelaine le 02/10/2012, 15:01
Patrice Aix : concernant les ampoules dites "éco-purifiantes", nous en parlions sur le forum :
http://www.notre-planete.info/forums/discussion.php?id=33940alerte
Michel Corbel le 02/10/2012, 16:56
Les plantes vertes nous rappellent nos origines: la terre.
Les polluants sont ce que nous en faisons.
L'alibi consistant à nous faire croire que ce sont des dépolluants,
masque(masquait) la réalité des marchés.
Puisque les plantes s'occupent de tout, acheter le nouveau détergeant, le nouveau produit vaisselle, la nouvelle colle ou moquette etc.
Aérer c'est transférer tout ça à l'extérieur. Ni vu, ni connu.
Comme des centaines de millions d'individus.
Observons de près ceux qui utilisent des produits de "grand-mère".
Ça marche et les plantes vertes s'en portent mieux.
A quand une rubrique dédiée entièrement à ces astuces sur "notre-planète-info"?alerte
Christophe Magdelaine le 02/10/2012, 17:07
Michel Corbel, cette rubrique existe :
http://www.notre-planete.info/ecologie/eco-citoyen/alerte
Alain6779 le 02/10/2012, 23:06
Les plantes vertes ont autant un but d'agrément que de dépollution. Pour ce qui est d'aérer, c'est indispensable même en hiver (ouvrir grand les fenêtres quelques minutes par jour, radiateur ponctuellement éteint, est le mieux). Si nous n'en abusons pas, la nature est capable de digérer le gaz carbonique que nous expirons les polluants divers, il ne s'agit pas vraiment d'un transfert de pollution.alerte
Michel Corbel le 03/10/2012, 09:57
Christophe Magdelaine
OK, j'ai repéré le site.
Merci.alerte
Peyo49 le 03/10/2012, 17:22
Lamentable d'affirmer que les plantes ne sont pas dépolluantes!que serions nous sans les plantes alors que ce sont elles qui nous transforme nos CO² en Oxygène.Cette étude ne tient pas debout. Combien ont ils utilisés de plantes et surtout DE QUELLES MANIERES ?
ont ils pris en compte le Substraat avec ses micro-organismes ? ont ils ventilé ce substraat? Ont ils utilisé des pots ou des murs ou cloisons végétalisés? C'est fou d'affirmer cela en 2012...alerte
Michel Corbel le 04/10/2012, 07:03
Une plante n'est pas une éponge.
La presque totalité des molécules ne sont pas des aliments.
Et les plantes ne sont pas des capteurs et récepteurs de tout ce qui passe à
leur portée.
Les sols non plus, même si on a tendance à y balancer n'importe quoi.
Pour ce qui est du CO2, c'est du donnant donnant. Le C pour la végétation,
le O2 pour ce qui respire.
Les sources de molécules dans la maison ne sont pas des engrais pour plantes.
Et la quantité relâchée à l'extérieur quand on aère est énorme. Puisque nous sommes des centaines de millions à le faire sur des années.
La nature n'est pas capable de digérer. Ce n'est pas sa fonction.alerte
Christophe Magdelaine le 04/10/2012, 10:12
Attention Peyo49, les études mise en avant ici se sont penchées sur la prétendue capacité dépolluante de quelques plantes vertes par rapport à des polluants classiques de l'air intérieur (COV, benzène notamment). Il ne s'agit pas de remettre en question la photosynthèse.
Toutes vos questions me laissent penser que vous n'avez pas lu l'article.alerte
Peyo49 le 05/10/2012, 14:09
Bien sùr que j'ai lu votre article mais arrêtons de nous baser sur la Nasa en 1970. Elle a donné les bases ça c'est super et combien ont travaillé derrière avec les mêmes résultats?
Moi ce que je conteste dans la presse et sur votre site c'est pourquoi continuez dans vos propos comme cet article qui porte le titre "Les plantes vertes ne dépolluent pas l'air intérieur". J'affirme le contraire. Je suis allé sur le site de PLANT'AIRPUR qui cite tous les labos de 22 pays qui ont ou qui travaillent sur le sujet. Dans l'espace adhérents il y a des infos édifiantes. J'ai trouvé des publications de labos Hollandais Danois etc... Qui affirment votre contraire.
Oui les plantes avec l'aide des micro-organismes du sol ont la capacité d'absorber ces COV et les métaboliser.
Un laboratoire Rennais l'a prouver!
La réponse de Michel ne me convient pas du tout.
Soyons plus positif avec les plantes d'intérieur de grâce...alerte
Christophe Magdelaine le 05/10/2012, 14:20
Peyo49 : mais ce n'est pas la question ! Des laboratoires ont effectivement prouvé que les plantes (mais aussi les micro-organismes du substrat) pouvaient dépolluer un air vicié, mais uniquement dans des conditions expérimentales ! Je le répète pourtant plusieurs fois dans l'article... Ce qui nous intéresse ici c'est l'air d'un intérieur, chez soi, au bureau... Et les résultants sont franchement pas concluants, pour l'instant !alerte
Peyo49 le 06/10/2012, 09:19
D'accord Christophe mais cet article bloque toutes évolutions, ne donnant plus d'espoir de croire que les plantes n'ont pas cette capacité en intérieur!Alors que vous écrivez dans ce dernier message "POUR L'INSTANT" pourquoi ne pas l'écrire dans votre article ce "pour l'instant" !
Je comprends bien que ce qui nous intéresse ici c'est l'air intérieur, chez soi, au bureau puisque c'est le fond du sujet.
Je reste persuadé que cet air peut être nettoyé par le complexe PLANTES /SUBSTRAAT or dans les expériences qui ont été faites ce complexe n'a pas été pris en compte,ni au CSTB ni chez INDIGGO alors que wolverton nous avait donné la voie dans les années 70.
Nous ne pouvons qu'encourager Plant'Airpur par exemple à persévérer sur cette solution en pensant un système de filtrage de l'air pour bureaux car c'est bien là où l'air est le plus pollué.
Pour publier votre article avez vous eu le protocole qui a servi pour ces expérimentations? Car c'est bien là,la question.
D'autres pays sont en cours de ces expérimentations alors que nous sur la France nous publions, bloguons, communiquons sur l'incapacité qu'ont les plantes sur la qualité de l'air intérieur.Dès qu'un blog ou un site publie ce type d'info TOUTE LA PRESSE se l'accapare et enfonce ainsi le clou.
C'est du sensationnel qui casse l'image du végétal.
Vous titrez que votre site est "la référence en environnement et sciences de la terre"
Alors prouvez le rapidement en soutenant la base de notre vie,car l'avenir de notre planète passera par une meilleure connaissance du végétal et de ses capacités que ce soit à l'extérieur ou à l'intérieur.
En Norvège, en Allemagne les architectes pensent et concoivent maintenant des maisons, des écoles,des hopitaux végétalisés et pourquoi pas des usines...Voilà de la reconnaissance et du positif quant au végétal à l'INTERIEUR. Alors que nous sur la France nous coupons encore et encore les cheveux en quatre
Je suis simplement un passionné du végétal d'intérieur et j'y crois.
Très amicalement et comptant sur vous.alerte
Christophe Magdelaine le 06/10/2012, 09:55
Bonjour Peyo49
Pour info, j'ai également relayé il y a quelques temps un article sur l'expérience menée par la SNCF sur un mur végétal en gare de Magenta :
http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2407_mur_vegetal_depolluant_RER.php
En ce qui concerne le protocole, celui de PHYTAIR est assez bien documenté, vous avez les détails dans les sources de cet article. Si vous voulez je peux vous envoyer celui d'Inddigo, contactez-moi, il me semble assez solide également.
Vous savez, toutes les infos sont +/- valables au moment où elles sont publiées. La science évolue, les protocoles aussi et il n'est pas rare que des conclusions issues d'expériences scientifiques soient entièrement discréditées quelques années après. Rien n'est jamais acquis et c'est bien ce qui est stimulant !
Aujourd'hui les plantes vertes étudiées ne sont pas efficaces, peut-être que demain, dans des lieux très pollués ou souillés par des polluants différents ou en présence de variétés peu ordinaires, les résultats seront tout autre.
Croyez bien que je ne manquerai pas de le relayer sur notre-planete.infoalerte
David SIDELSKY le 06/10/2012, 12:55
Bonjour,
Quelle est donc ce lobby qui incite à la deforestation ? Si les plantes de depolluent pas , alors nous pouvons couper toute les forêts !
Comment quelqu'un qui ecrit sur les dinausaures, qui sait combien de C02 à été fixé par les plantes au point de changer l'atmosphere, peut croire au affirmation de l'ADEME qui protège qui ? quelle est donc l'interet de faire croire une telle chose ! Personne n'est dupe.
SI les plantes dépoluent officielement, alors où iraient les subventions de l'ademe ?
Voici des questions que l'on aimerait voir ici. Regarder le programe Phytair, ils auraient fait le test sur 1 chlorophytum dans 1m3 d'ai , de qui se moque t'on ?alerte
Jean-luc Bocquet le 10/10/2012, 18:12
C'est pour ça que certains préfèrent fumer de la zerbe ou du tabac pour se dépolluer les poumons des méfaits des odeurs de plantes vertes ! Lol !alerte
Anna Rosa de Chateaurenard le 15/01/2013, 01:34
Il n'y a que des hommes pour se prendre la tête avec des questions aussi inutiles !!! Qu'elles dépolluent ou non, les plantes embellissent nos intérieurs; mais, çà, l homes ne le remarquent même pas ...alerte
Welwitschia le 20/01/2013, 16:14
On sait d'où vient ce mal de crane après une nuit dans une pièce où s'activent les plantes = respiration et donc rejet de CO2 = gueule de bois ! Un bon alibi ;)alerte
Kristall2002 le 15/02/2013, 16:01
Bonjour.
Je vais rajouter mon grain de sel. De croire béatement que le plantes dépolluent est un voeux pieu laissant croire qu'il faut les préserver parce qu'elles nous protègent. On est, pour ma part à côté de la plaque tout de qui vit sur terre DOIT être protégé voire préservé. Il suffit d'analyser cette expérience suivante, voir de la reproduire pour tout comprendre : prenez 2 chambres enfant de préférence ils sont moins menteur à ce sujet peuplez ces deux chambres de manière identique avec environ 8 à 10 % de masse végétale (la quantité sert à accélérer les résultats. dans l'une des deux chambres ajoutez un ioniseur d'air et surtout un filtre à charbon actif. Au terme de 15 à 21 jour (fonction de la saison et du soleil) nous avons dans la chambre ou l'air a été filtrée : les personnes avec une forme excellente et des plantes de tout beauté voire d'une croissance exagérée. Dans l'autre les plantes comme les personnes font « la gueule » . Pourquoi ? Parce que les plantes ne sont pas nos poubelles elles ont aussi besoin d'une atmosphère de qualité pour s'épanouir. Certes certaines d'entre elles absorbent plus ou moins les COV potentiellement toxiques mais c'est souvent au détriment de leur propre santé donc peu de durabilité. Se nourrir de C en libérant O2 c'est aussi sain et basique de consommer des hydrates de carbone (sucre). Mais si le gaz carbonique ou l'oxyde de carbone nous paraît sale car toxique (dans la version mono) il y a déchets et déchets POSEZ LA QUESTION AUX ASTICOTS ; Si vous vous aimez les plantes comme vous vous aimez (aussi pour les animaux de compagnie) Pensez à purifier l'air avec du charbon actif c'est naturel, pas cher et tous les organismes vivants seront bien portant. Touts alors s'associeront pour éliminer les non congrus.alerte
Kristall2002 le 15/02/2013, 16:11
Welwitschia en réponse à la question que je trouve très pertinente, je dirais que les plantes transpirent,tout comme nous, et surtout émettent dans l'atmosphère un complexe de mollécules et d'ions (anions ou cathions ) selon le genre et la famille. et nous pouvons être très sensibles à ces effluves ex: l'ivrogne qui décède Parcequ'il à décidé de faire sa sieste au dessous d'un Datura en pleine floraison. (véridique et ce n'est pas l'alcool qui l'a tué).Toutes les plantes sont à aimer mais conne pour nos soeur elles ne sont pas toutes bonnes à fréquenter.alerte
Nelly Piquet le 16/03/2013, 17:08
les plantes d'intérieures c'est pas prouver que c'est dépolluant!! mais bon avoir un petit coin jardin chez soi quand on est en appartemment c'est zen, cela rend calme en fin pour moi j'adore mon petit jardin intérieuralerte
Jidé le 08/05/2013, 09:12
Je crois qu'on a confondu dépolluant et vibrations. Si une plante ne dépollue pas l'atmosphère, elle peut par des émanations bénéfiques améliorer les vibrations d'une pièce. A ne pas confondre avec pollution.alerte
Vente-ecologique.com le 17/06/2013, 14:02
Les plantes ont certainement un intérêt de relaxation mais c'est frappant, après avoir lu l'article, de se rendre compte que les plantes n'ont pas ce pouvoir si dépolluant dont on nous parle sans cesse. Et finalement, comme tout geste éco-citoyen, c'est la combinaison de plusieurs gestes, habitudes de consommation qui permettent de vivre dans une atmosphère saine... ex: aérer, avoir des plantes, laver sans détergent (vaporetto, karcher...), avoir un récupérateur d'eau, une pompe à chaleur... en tout cas c'est la conclusion que j'en tire dans ma vie au quotidien.alerte
Pascal le 03/06/2014, 17:40
et la Photosynthèse pour vous c'est quoialerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus