^ Publicité ^

1er média web francophone en environnement, écologie, nature
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
5 425
Partager
par email
Vendredi 31 octobre 2014, 10 146 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité ^

Sondage Octobre 2014

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Agroécologie : vers une autre agriculture

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualitésProposer un article

5 425 lectures / 9 commentaires18 septembre 2012, 10 h 54

ble_coquelicot© C. Magdelaine / notre-planete.info

"Une autre agriculture est possible, et l'avenir passera par l'agroécologie". Tel est, en substance, le message du groupe GIRAF, cofondé par Pierre Stassart, chercheur au sein du Département des sciences et gestion de l'environnement de l'Université de Liège (ULg). Dans un texte récemment publié, ce groupe se penche sur l'histoire et le futur de l'agroécologie, une discipline émergente sur la scène mondiale, qui vise à allier agriculture, écologie et équité sociale.

C'est l'histoire d'une Terre, pressée comme un citron jour après jour pour en extraire ce qu'elle produit de meilleur. C'est l'histoire d'un monde où près de 850 millions de personnes – soit plus d'un huitième de sa population totale – souffrent de la faim. Ironie du sort, plus de la moitié d'entre elles sont des agriculteurs ou des travailleurs agricoles. C'est l'histoire d'une société où, sous d'autres cieux réputés plus développés, le fléau contre lequel il faut lutter n'est plus désormais la malnutrition, mais bien le... gaspillage alimentaire : 89 millions de tonnes de denrées saines sont jetées à la poubelle chaque année dans les 27 pays de l'Union européenne, soit 179 kilos par habitant.

Inévitablement, on se dit qu'il y a quelque chose qui cloche, sur cette Terre. Que d'autres modes de production devraient pouvoir être mis en place. Qu'une consommation plus équitable devrait pouvoir émerger.

Tel est précisément l'enjeu de l'agroécologie. Un néologisme que Pierre Stassart, chercheur au sein du Département des Sciences et gestion de l'environnement de l'ULg, résume en quelques mots. "L'agroécologie, c'est faire rentrer l'équité sociale et l'écologie dans l'agriculture".

Avec huit autres spécialistes issus de différents horizons académiques[1], il fait partie du GIRAF, Groupe Interdisciplinaire de Recherche en Agroécologie du FNRS . Ce groupe, fondé en 2009, vient de publier un texte intitulé L'agroécologie : trajectoire et potentiel. Pour une transition vers des systèmes alimentaires durables, qui est en réalité le premier chapitre d'un ouvrage publié en septembre 2012[2]. L'objectif de ce texte est double : analyser, d'une part, ce que cette discipline émergente recouvre aujourd'hui et définir, d'autre part, une série de principes qui devraient guider son développement.

Révolution verte

"Ce mouvement est né aux États-Unis, au début des années 80, raconte Pierre Stassart. Il s'appuie dès le départ sur une critique du modèle de développement dans les pays du sud." À cette époque, la « révolution verte » battait son plein. Les avancées technologiques à l'œuvre depuis le début des années 60 poussaient les pays en développement à chambouler leur agriculture. Nouvelles variétés de céréales à haut rendement, irrigation, mécanisation, utilisation d'engrais... C'était à travers la diffusion de ce paquet technologique qu'était pensé le développement, l'objectif étant d'intensifier la productivité agricole.

C'est contre ce modèle biotechnologique que l'agroécologie se positionne. C'est-à-dire contre ce paradigme qui entend résorber la question alimentaire exclusivement par l'intensification de la production grâce à la technologie, de manière à répondre à la demande croissante des marchés globaux.

"Les principe de base du modèle agroécologique, c'est la réorganisation du travail tant au niveau de l'emploi que de la distribution, tout en transformant les modes de consommation commente le chercheur. Notamment en tentant de résoudre les problèmes de gaspillage ou en diminuant la place de la consommation de viande dans le système alimentaire. En Europe, par exemple, 65% de la production végétale sont destinés à la production animale. Selon nous, l'hypothèse productiviste ne suffira pas à résoudre les problèmes de faim dans le monde. Il faut explorer d'autres pistes. Mais attention : nous ne disqualifions pas ce modèle. Plusieurs peuvent cohabiter."

Un petit poucet

Face à la tendance biotechnologique, largement dominante à l'heure actuelle, l'agroécologie fait encore figure de petit poucet. Mais un évènement a récemment accéléré la remise en cause du paradigme productiviste. En 2007-2008, plusieurs régions du monde sont touchées par une forte hausse des prix des produits alimentaires de base. Les prix du blé, du riz, du soja ou encore du maïs atteignent des pics sans précédent. En cause : des facteurs classiques tels que les mauvaises récoltes dans certaines zones de production et l'urbanisation croissante des populations pauvres mais également pour la première fois, la part croissante pris par les agrocarburants et la spéculation sur les biens alimentaires.
Les pays développés se tournent massivement vers les agrocarburants pour contrer la hausse des produits pétroliers, réduisant ainsi l'offre de certaines denrées alimentaires. Si l'on ajoute à cela une touche de crise financière, savamment entremêlée à toute une série d'autres facteurs, on obtient une série d'émeutes de la faim dans plusieurs pays en voie de développement : Haïti, Cameroun, Égypte, Indonésie, Sénégal, Côte d'Ivoire, Mauritanie, Mozambique, Maroc, Burkina Faso, Philippines, Thaïlande, Bangladesh...

Face à ces évènements, la question d'un autre modèle agricole – qui intégrerait non seulement les enjeux alimentaires mais aussi énergétiques, environnementaux et climatiques – ressurgit sur le devant de la scène politique et médiatique. Petit à petit, l'agroécologie commence à être considérée comme une alternative crédible. "Bien que minoritaire ce mouvement trouve de plus en plus d'échos sur les arènes internationales, notamment à travers le rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation des Nations Unies."

L'agréocologie est un concept fédérateur qui revendique son caractère polysémique. Impossible de la résumer en une seule phrase, ce qui, d'une certaine manière, rend sa compréhension plus laborieuse. Dans son texte, le groupe GIRAF précise son propos au travers de l'évolution historique de la définition de l'agroécologie. Ainsi, trois définitions, l'une prenant en compte le caractère durable de l'agriculture, l'autre s'intéressant plus largement aux systèmes agroalimentaires, la troisième soulignant le fait que ce concept ne relève ni exclusivement de la recherches scientifique, ni de la pratique, ni des mouvements sociaux, mais résulte bien de l'interaction entre ces trois dimensions.

L'agroécologie répond par ailleurs à cinq principes historiques :

  1. Permettre le recyclage de la biomasse.
  2. Garantir des conditions favorables pour la croissance des plantes, en limitant au maximum l'usage d'engrais, de pétrole ou de pesticides.
  3. Assurer une gestion microclimatique, c'est-à-dire en rapport avec le climat d'une région donnée.
  4. Favoriser la diversité génétique et d'espèces.
  5. Permettre des synergies biologiques entre composantes de l'écosystème.

Au fil du temps, d'autres préceptes méthodologiques sont venus s'y greffer, comme le fait de devoir favoriser la gestion sur le long terme et plus seulement sur le court terme, ou encore la volonté de considérer la diversité comme un avantage plutôt que comme un inconvénient qu'il faudrait gommer à tout prix. Sans oublier certains principes socio-économiques, ajoutés par le groupe GIRAF : impliquer chercheurs, producteurs, consommateurs et pouvoirs publics, favoriser la possibilité d'autonomie par rapport aux marchés globaux et enfin valoriser la diversité des savoirs, tant locaux que traditionnels.

« La terre appartient à celles et ceux qui la travaillent »

Via Campesina (la « voie paysanne » en espagnol), qui fut l'un des premiers mouvements internationaux à s'inscrire dans la veine agroécologique, illustre bien le concept. Il puise ses racines dans les années 80, mais s'est officiellement constitué en 1993, lors d'une conférence à… Mons (Belgique), réunissant 46 représentants issus d'organisations paysannes, de travailleurs agricoles, de petits producteurs, de peuples indigènes… Ces organisations, venant d'Amérique du Sud, d'Amérique du Nord, d'Europe, etc. se regroupent autour de l'idée que, malgré les apparences, Nord et Sud partagent finalement une série d'intérêts communs, qu'ils doivent défendre ensemble. Via Campesina plaide aujourd'hui pour le respect des petits et moyens paysans et s'est fixé huit axes de travail :

  • l'agriculture paysanne durable,
  • la réforme agraire et l'accès à l'eau,
  • la souveraineté alimentaire,
  • la biodiversité,
  • la défense des jeunes paysans,
  • la défense des femmes,
  • la défense des travailleurs migrants
  • et la défense des droits humains.

Dans de multiples endroits du monde, le mouvement organise régulièrement des conférences, actions de sensibilisation, des campagnes de soutien… Son slogan : "Stop aux accaparement de terres. La terre appartient à celles et ceux qui la travaillent."

Mais le futur de l'agroécologie passera également par toute une série d'initiatives actuellement « en voie de développement ». Comme l'agroforesterie, ce mode d'exploitation de terres agricoles combinant des plantations d'arbres dans des cultures ou des pâturages. Une pratique permettant d'allier production alimentaire, énergétique et biodiversité.
Autre type de système dit « mixte » : la polyculture-élevage (soit le contraire de la monoculture), qui vise à combiner cultures et élevages sur un même site pour tirer de leur complémentarité des avantages. La question des semences entre aussi dans ce débat.

Aujourd'hui, la mise au point, la production et la diffusion des variétés de semences sont aux mains de firmes privées. Les fermiers n'ont plus le droit de sélectionner et de diffuser leurs propres semences. Tout passe désormais par l'industrie semencière qui imposent ses critères d'homogénéité et de standardisation.  Cette approche a provoqué la disparition de multiples variétés. L'idée est dès lors d'en revenir à un mode de production plus adapté aux nouveaux défis en matière de résilience (changement climatique) de biodiversité (goût, etc) et d'autonomie locale. On pourrait enfin citer la certification participative, cette tentative de réintégrer les consommateurs et les producteurs dans le processus de certification de l'alimentation biologique dont ils sont jusqu'à présent exclus.

"L'avenir passera aussi par la formation, conclut Pierre Stassart. On constate qu'il existe une forte demande de la part des étudiants, une volonté de s'investir dans un modèle capable de renouveler l'agronomie en répondant aux enjeux sociaux et aux défis planétaires : énergie, biodiversité, changement climatique notamment. Il faudra aussi participer à faire évoluer les idées dans les arènes internationales et se poser cette question centrale : comment organiser face à l'impasse actuelle des systèmes non durables,  la transition pour qu'un autre modèle tel que l'agroécologie devienne réalisable ? Souvent, changer, implique d'apprendre à apprendre autrement... Ce qui peut impliquer en quelque sorte  de renoncer en la transformant à la manière d'apprendre qui nous a menés à l'impasse actuelle."

Notes

  1. Catholic University of Louvain, the Free University of Brussels, the University of Ghent, the Walloon Agronomy Research Centre.
  2. Stassart, P., M., P. Baret, J.-C. Grégoire, T. Hance, M. Mormont, D. Reheul, D. Stilmant, G. Vanloqueren, and M. Visser. 2012 (forthcoming) Trajectoire et potentiel de l'agroécologie, pour une transition vers des systèmes alimentaires durables. Pages 25-51 in D. Vandam, J. Nizet, M. Streith, and M. Stassart, Pierre, editors. Agroécologie, entre pratiques et sciences sociales. Educagri, Dijon.

Auteur

Université de Liège

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de notre-planete.info

9 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Strange le 18/09/2012, 13:43
Etre plus près de la nature en respectant celle-ci et en tenant compte du rythme des saisons une idée toute simple comme celle de cesser le remembrement serait déjà un bon début. Il suffit de regarder un peu ce que faisait nos arrières grands parents c'était le bon chemin mais tout s'est dévoyé il serait temps de tirer le signal d'alarme. Idem pourquoi avoir fait disparaître les fossés qui pourtant servait d'abri à tout un tas d'espèces et en même temps permettaient de réguler les eaux de pluie. Qu'avons-nous maintenant des champs de betteraves ou de mais qui s'arrêtent pratiquement au bord du bitume de la route, un peu de bon sens !alerte
Patrice à Marseille le 18/09/2012, 17:05
L'agroecologie un concept inconsistant pour universitaires hors sol ou une nouvelle approche de l'agriculture ?alerte
Filsdegaya le 18/09/2012, 21:07
Regardons vers l'avant et voyons en la permaculture une solution ou un outils qui nous permettra de nous créer un avenir harmonieux...alerte
Stéphane LAGASSE le 18/09/2012, 23:50
L'humble connaissance et la vraie intelligence de ceux qui sont reliés à la terre.
"Paysan" ne sera plus jamais une insulte.
Une société agroalimentaire planétaire qui engage des avocats est à priori suspecte.
C'est pas drôle: j'ai lu que, pour une exploitation d'ogm qui a échoué, le journaliste a parlé d'un "bug"! Un insecte qui perturbe un hardware informatique!!alerte
Michel Corbel le 19/09/2012, 17:04
Que de pirouettes et de circonvolutions. Un paysan c'est un polytechnicien qui
subit les aléas de la météo. Il plante et cultive de la "bouffe" pour animaux et humains. Il combat la biodiversité de trop pour obtenir les quantités d'aliments non toxiques, les vend à un prix abordable, pour dégager des revenus suffisants.
L'agriculture est vitale et ne doit plus être traitée par les firmes, le milieu scientifique et les pseudo-écolos. C'est une affaire qui doit se régler entre le paysan et celui ou celle qui fait la cuisine. Le seul travail des politiques c'est de s'assurer que les vivres et l'eau sont saines et suffisantes, toute l'année, pour la population dont ils ont la charge! C'EST TOUT!alerte
Sylvie de Belgique le 23/09/2012, 23:28
Ce mouvement ne date pas des années 80, Voilà près d'un siècle que de nombreuses personnes, paysans, agriculteurs, se battent pour préserver une agriculture saine, vivante, à dimension humaine.
Utiliser tout ces termes hautement techniques c'est déjà s'éloigner de l'essence de l'agriculture. La base, c'est un sol vivant, riche en humus, le terreau sur lequel les plantes poussent saines et non carencées. Donc : ne tuons pas la vie du sol par tous les engrais chimiques, et ces vilains produits en -ides (herbicides, fongicides, ...)car c'est cette vie du sol qui est la base de tout le reste. Réapprendre l'art du compostage, qui permet d'entretenir la fertilité du sol sans en détruire la structure, des ouvrages ont été écrits sur ces sujets par des agronomes connus, et qui parlent d'expérience.alerte
René Voujeaucourt le 24/09/2012, 10:39
A lire (sans oublier les réflexions du scientifique responsable de cette étude) :

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2012/09/cultiver-sans-herbicides-possible-dit-linra.htmlalerte
Jean-luc Bocquet le 07/10/2012, 21:48
Et si on demandait l'avis des vrais paysans, ceux qui ont du poil, qui chaussent leurs bottes pour ne pas trop puer la bouse, les "ceussent" qui sèment le blé pour fabriquer le pain des gens des villes, pain dont une bonne partie sera balancée dès le lendemain dans les poubelles ?
Ce sont d'ailleurs ces mêmes citoyens villageois qui se plaignent de son prix en refusant toute augmentation de coût qui ne manquerait pas de lui être appliquée si la farine était produite de manière plus durable...
Ce sont les mêmes qui ne savent pas que du pain sec arrosé de jaune d'œuf peut donner de succulentes pâtisseries.
Et puis il y a tellement mieux à faire ! Le match, la petite bière, le petit apéro,le cinoch, les sorties, l'ordi, la moto...alors la bouffe... Qu'est-ce aquo dit la demoiselle parfumée en enfilant ses collants ?
Et les boîtes de Cassegrain ? Vous croyez que c'est fait pour les prunes ? Et le surgelé ? Et le poisson carré ? Hein ?
Vous me prenez pour une pomme ?
Moi je travaille !
Bref, ( On est vert ou on ne l'est pas) trèfle de plaisanterie...
Mieux vaut donc acheter de la pâtisserie industrielle sortant du "cul de l'usine" ou de la bouffe à oiseaux plutôt que de perdre son temps à une chose aussi insignifiante que celle de faire la cuisine ou de récupérer des aliments...
On en arrive aux moyens nécessaires à une agriculture respectueuse de toute chose.
Ah ! Ces moyens...
Penchons-nous donc juste sur une facette de cet épiproblème agricole qui est celui du financement de la bonne marche de l'exploitation agricole.
On n'évoquera pas ici la qualité des intrants, ni la nocivité avérée ou pas, supposée ou pas, de tout ce qui, comme dit Sylvie de Belgique, finit par "ide".
Pas plus que nous ne nous pencherons sur l'érosion du sol, sa conservation, la pollution, la qualité de l'eau des rivières, la vie aquatique le gibier, Jésus Christ, Noé et même ... Dieu...
Non ! Nous ne ferons que dans le "prosaïque" et ne parlerons uniquement de ce qui fait marcher le monde à reculons : L'argent.
Les choses évoquées plus avant viendront... après et...plus tard...
On y va ?
On tourne !
Nous voilà revenus aux bonnes vieilles méthodes, celles que j'emploie encore dans mon jardin. Chaque agriculteur est redevenu en même temps éleveur car sans élevage, chacun ici le sait, point de fumier correct... Hein ? La Marie ? . Qu'o qu'ché t'in dis ? T'es d'accord ? Alors, r'tourne d'in t' cuisine !
On respecte donc le sol, on traite très peu même si on trait.
La moisson est excellente. On a fait au moins trente quintaux l'hectare. Idem pour les betteraves. On a abandonné le maïs. On l'a remplacé par du seigle et de l'avoine. Y'a aussi la patate. Elle a chopé le mildiou, comme en trente deux... 3 tonnes à l'hectare... La luzerne embaume.
Bien entendu on respecte les prix actuels.
Quelques mois plus tard en regardant ses comptes on s'aperçoit qu'il y a du grain dans l'engrenage.
La Sécu crie famine ! La MSA licencie ! Le marchand de tracteurs fait faillite. L'usine qui construit les moissebats ferme ses portes. 9a râle dans les chaumières.
Alors quelqu'un d'intelligent, genre crane d'œuf cravaté se penche sur le problème, et, dans sa grande intelligence,( comme le bon roi René ), réfléchit. Son crane bouillonne. Ses yeux lancent des éclairs. Il verbalise. Il critique. Il tance. Il pontifie. Omniscient, détenant le savoir absolu, faisant fi de toute opinion autre que la sienne il remet en place les idées reçues et pourfend le sceptique. Il en vient rapidement à cette conclusion :
IL faut augmenter les prix. Les doubler même.
Aussitôt dit, aussitôt fait.
Quelques semaines se passent. Dans les villes, c'est la panique. Il faut se rationner. Le porte monnaie ne suit plus. La société se désorganise.
Quelques jours encore se passent.
Maintenant tout le monde crève de faim, agriculteurs y compris. La révolution verte est en marche... A vos souhaits !
C'est à partir de maintenant que tout se corse, car les futurs éventuels deviennent chaotiques.
Je laisse à chacun le soin de compléter le récit à sa guise et termine par cette question :
Que faire devant l'extrême complexité du problème de l'agriculture du
XXIème siècle ?
Y a-t-il seulement un problème solvable ?alerte
René Voujeaucourt le 08/10/2012, 11:13
Jean-luc Bocquet


Si au lieu de manier un humour à deux balles vous exprimiez le fond de votre pensée ça serait sans doute plus profitable.

A la question : " Y a-t-il seulement un problème solvable ?" Vous avez la réponse ici :

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2012/09/cultiver-sans-herbicides-possible-dit-linra.htmlalerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus