^ Publicité ^

1er média web en environnement, écologie,
nature et sciences de la Terre, depuis 2001

rss
6 917
Partager
par email
Mardi 23 décembre 2014
29 connectés / 2 152 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité ^

Sondage Décembre 2014

^ Publicité ^

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualitésProposer un article

10 % des surfaces cultivées dans le monde sont dédiées aux OGM

6 917 lectures / 9 commentaires10 mai 2012, 10 h 54

mais_OGM© ISAAA

Aujourd'hui, plus de 16,7 millions d'agriculteurs dans 29 pays cultivent environ 160 millions d'hectares de cultures transgéniques en croissance rapide.

Les cultures transgéniques gagnent du terrain dans le monde entier. Au cours de l'année 2011, 12 millions d'hectares supplémentaires ont été dédiés à ces cultures qualifiées également de biotechnologiques par ses promoteurs, un vocabulaire moins préjudiciable. Selon les estimations de Clive James, auteur du rapport annuel de l'ISAAA (International Service for the Acquisition of Agri-biotech Applications), la hausse est de 8 % par rapport à 2010.

"Cette croissance sans précédent montre que des millions d'agriculteurs se tournent en toute sérénité vers les cultures biotechnologiques," explique le Dr James. "Depuis le début de leur commercialisation en 1996, elles ont été adoptées dans 29 pays du monde entier et l'on estime que quelque 100 millions de décisions ont été prises dans cette période (décision d'introduction et/ou de poursuite des cultures biotechnologiques) concernant une surface cultivée totale de l'ordre de 1,25 milliard d'hectares (25 % supérieure au territoire états-unien ou chinois)."

Au cours de l'année 2011, 160 millions d'hectares sont ainsi cultivés (contre 148 millions en 2010) par 16,7 millions d'agriculteurs dans 29 pays, dont 19 pays émergents et 10 pays industrialisés. Ce taux de croissance représente une multiplication de 94 fois la surface cultivée en 1996, faisant de la culture transgénique le segment agricole le plus dynamique de l'histoire récente. En effet, en 2004, les surfaces consacrées aux OGM représentaient 81 millions d'hectares soient deux fois moins qu'en 2011 !

Au total, les cultures OGM représentent près de 10 % des surfaces cultivées dans le monde[1].

Dans les pays en voie de développement, l'adoption est deux fois plus rapide et plus importante qu'ailleurs

Au cours de l'année 2011, les pays en voie de développement ont clairement affiché leur intérêt pour les cultures biotechnologiques : le Brésil et l'Argentine sont en tête en Amérique Latine, la Chine et l'Inde en Asie et L'Afrique du sud en Afrique. Ensemble, ces pays représentent 40 % de la population mondiale.

Dans les pays en voie de développement, le taux de croissance des cultures biotechnologiques s'élève à 11 % ou 8,2 millions d'hectares pour 2011, deux fois plus rapide et plus important que celui des pays industrialisés (5 % ou 3,8 millions d'hectares).

Les pays en voie de développement représentent 50 % de la croissance mondiale des cultures biotechnologiques en 2011 et devraient devancer les pays industrialisés en termes de surfaces cultivées dès 2012. De plus, plus de 90 % des agriculteurs dans le monde (environ 15 millions) ont de petites exploitations avec de faibles moyens revenus et vivent dans les pays en voie de développement, un nombre en hausse de 8 % (soit 1,3 million) sur un an, rapporte le Dr James.

Les cultures OGM en progression dans le monde entier

L'expansion des cultures transgéniques est observé dans le monde entier, transformant les conditions de commercialisation des biotechnologies.

Faits marquants du rapport de l'ISAAA :

  • Les Etats-Unis d'Amérique restent le principal producteur de cultures transgéniques avec 69 millions d'hectares cultivés et un taux moyen d'adoption proche de 90 % pour les principales cultures transgéniques.
  • Le Brésil occupe le deuxième rang avec 30,3 millions d'hectares dédiés aux cultures transgéniques. Pour la troisième année consécutive, Le Brésil affiche la plus forte progression (4,9 millions d'hectares), soit une impressionnante augmentation sur un an de 20 %. 
  • En Inde, la culture du coton transgénique est devenue la culture le plus productive du pays, avec 10,6 millions hectares cultivés  en 2011.
  • La Chine s'est tournée vers le coton transgénique à hauteur de 71,5 % de sa production représentant 3,9 millions d'hectares. Cette croissance est le fait de 7 millions de petits agriculteurs cultivant en moyenne un-demi- hectare.
  • Les Philippines affichent une augmentation de 20 % des surfaces cultivées en maïs transgénique, avec plus de 600 000 hectares. Les Philippines sont le seul pays d'Asie à le cultiver.
  • En Afrique, 2,5 millions d'hectares sont voués aux cultures biotechnologiques, et de nouvelles batteries d'essais en plein champ viennent d'être autorisées en prélude à une évolution favorable de la réglementation dans différents pays.

Le Brésil, moteur de la croissance mondiale

Grâce à une croissance impressionnante, le Brésil s'impose comme le moteur de la croissance des OGM dans le monde.

"Le Brésil s'est doté d'un dispositif d'approbation accéléré autour de trois axes," explique le Dr James. "Le modèle inclut : les cultures transgéniques appartenant au secteur privé, cultivées sur plus de 30 millions d'hectares ; les partenariats d'économie mixte ayant d'ores et déjà abouti à des produits autorisés ; et la capacité à développer et produire des cultures transgéniques domestiques (un haricot résistant à un virus). Pris ensemble, ces trois axes constituent une source diversifiée de produits biotechnologiques pour le pays. Cette approche donne d'excellents résultats et pourrait inspirer de nombreux autres pays dans le monde entier," conclut-il.

L'Europe résiste tant que bien que mal aux OGM

En Europe, les attitudes varient : en 2011 les surfaces plantées en maïs transgénique atteignent un niveau record de 114 490 hectares, en hausse de plus de 25% sur 2010. Pour autant, BASF a gelé le développement et la commercialisation de toutes ses cultures transgéniques destinées à l'Europe à la mi-janvier 2012. BASF continue la procédure réglementaire de l'UE pour les produits déjà démarrés comme la pomme de terre "Fortuna," capable de résister au mildiou.

En Amérique du Nord, les règles de commercialisation de blé génétiquement modifié ont été revues. De même de nombreux pays et de nombreux producteurs dans le monde, accélèrent le développement d'OGM pour le blé destiné aux zones arides et pour améliorer la qualité du grain. Le blé transgénique américain devrait être commercialisé avant 2020.

Notes

  1. Terres cultivées et terres cultivables dans le monde - Institut national agronomique Paris-Grignon

Auteur

avatar Christophe Magdelaine / notre-planete.info - Tous droits réservés

9 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Boyer montauban le 10/05/2012, 13:04
L'ISAAA est tres liee au lobby "agroalimentaire" ses rapports sont toujours optimistes et apparaissent a chaque difficlté (jugement au bresil, burkina faso renonce au coton gm...)
bref, article a lire en élargissant le champ.alerte
Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 10/05/2012, 13:20
Tout à fait boyer montaubanalerte
Lio les issambres le 10/05/2012, 14:35
merci bill gates dont la fondation est un vrai cheval de troie pour introduire les ogm de monsanto dans les pays en voie de développement, jamais loin Bill quand il y a moyen de gagner un peu d'argentalerte
BESNARD Claude TINCHEBRAY 61800 le 10/05/2012, 18:05
Monsieur Boyer montauban merci de préciser vos sources concernant l'abandon du coton OGM au Burkina Faso !

Lire l'article sur Jeuneafrique.com :il date du 14 mars 2012 Burkina Faso : Compaoré face au changement | Jean-Paul Sawadogo : "Sur les OGM, notre bilan est très positif" | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afriquealerte
Boyer montauban le 10/05/2012, 21:03
bonsoir
ma source concernant l'abandon du coton gm au burkina faso: le site RFI, dans la fenetre "recherche" tapez "burkina faso, la reponse est en 4° ligne.
merci de votre attentionalerte
HERMET à ST MAUR 94 le 11/05/2012, 10:00
Pesticides, ogms, autres inventions de l'agro-chimie, jusqu'où ira t'on, on est déjà tous morts !alerte
Sarra, Tunisie le 11/05/2012, 10:41
Comme l'indique votre article la plus part des agriculteurs se trouvent dans des pays en voie de developement, ce qui est bien revelateur. Les Monsanto et tels peuvent pression et profiter de pays ou les dictateurs font la loi et le consommateur n'est au courant de rien, les agriculteurs non eduques ne savent pas ce qu'ils utilisentalerte
Bioman le 13/05/2012, 21:16
pas de ma faute, je mange bio !alerte
Philippe, près de Lyon le 21/05/2012, 16:17
Le problème? des OGMs, c'est comme certains objets ou bien l'image du sabre à deux tranchants... Grosso modo, il y a les ~ "bons" et les ~ "mauvais" OGMs.

Certains sont "bons" pour le rendement, ils peuvent nourrir + de personnes; mais ils peuvent être "mauvais" si cela demande une utilisation de quantités importantes de produits toxiques (certains engrais et additifs de compositions inconnues).

Il y a des OGMs, nous ne connaissons pas les effets à long terme sur notre corps suite à leur digestion; assez difficile à vérifier si telle réaction du corps humain a pour origine uniquement les OGMs? Et ou d'autres origines comme l'environnement? La pollution? Les médicaments? Le mode de vie? etc.alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus