^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

1er site français en environnement
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
63 496
Partager
par mail
Vendredi 18 avril 2014, 28 452 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Tchat environnement et sciences

Vous devez être membre du site et connecté
pour afficher le tchat et y participer

Marre de la PUB dans
votre boîte aux lettres ?

Imprimez et collez notre étiquette STOP PUB sur votre boîte aux lettres et respirez !

Sondage Avril 2014

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Quand aura lieu la prochaine ère glaciaire ?

Dernières actualitésAlerte mailFlux RSS / webmasters

63 496 lectures / 59 commentaires07 mars 2012 ; révision : 02 janvier 2014, 10 h 28

Antarctique_iceberg_manchots© Marie-Charlotte Lepidi

Nous profitons actuellement d'un épisode climatique clément, une période interglaciaire à laquelle devrait succéder une période glaciaire. Cependant, selon une nouvelle étude publiée dans Nature Geoscience, la hausse récente et rapide du CO2 atmosphérique pourrait retarder l'imminence de ce nouvel âge glaciaire.

Deux paramètres majeurs influent sur le climat de notre planète : la concentration en gaz à effet de serre et la position astronomique de la Terre par rapport au soleil. Le premier modifie la température de notre atmosphère et le deuxième la quantité d'énergie que nous recevons de notre astre.

Depuis environ 1,8 millions d'années, la Terre connaît une alternance de périodes glaciaires et interglaciaires rythmées principalement par des paramètres astronomiques (variation d'excentricité de l'ellipse de l'orbite terrestre, obliquité de l'axe des pôles et précession des équinoxes), on parle de cycles.

Actuellement, nous sommes dans une période interglaciaire, appelée Holocène, particulièrement propice au développement de nos civilisations, et qui a débuté il y a environ 11 600 ans. Alors qu'une période glaciaire dure environ 80 000 ans, les périodes interglaciaires sont plus courtes (de quelques milliers d'années à 20 000 ans). Ce qui signifie que la Terre devrait connaître dans quelques millénaires une nouvelle période glaciaire.

Le dernier âge glaciaire : un monde bien différent

Rappelons qu'au moment du dernier maximum glaciaire, il y a environ 20 000 ans, le sol européen était en partie gelé et le niveau de la mer était inférieur d'environ 120 mètres. En hiver les températures descendaient régulièrement jusqu'à -30°C, les pingouins et les phoques se baignaient en Méditerranée,  les glaciers recouvraient l'Ecosse et le nord des Pays-Bas, la Manche était à sec et on pouvait donc rejoindre l'Angleterre... A pied[1] !

Heureusement, ce scénario « frigorifiant » ne devrait pas se reproduire avant quelques dizaines de milliers d'années. En effet, un certain nombre de scientifiques français[2] estiment que notre période interglaciaire actuelle devrait être exceptionnellement longue et pourrait se prolonger pendant encore 20 000 à 60 000 ans !

Un nouvel âge glaciaire dans seulement 1 500 ans ?

Mais c'était sans compter sur de nouveaux calculs effectués par une équipe internationale pilotée par Chronis Tzedakis à l'University College London (UCL).

En se basant sur les signes précurseurs d'un changement de cycle via l'analyse des changements brusques de températures au Groenland et en Antarctique, ces scientifiques ont identifié une période (nommée Marine Isotope Stage 19c - ou MIS19c) similaire à la nôtre (même quantité d'énergie solaire reçue), il y a 780 000 ans. A ce moment, des changements profonds des courants océaniques eurent lieu, précipitant la Terre dans une nouvelle période glaciaire.
Ainsi, par analyse des signes précurseurs passés, la prochaine période glaciaire ne devrait pas apparaître dans quelques dizaines de milliers d'années mais dans seulement... 1 500 ans, c'est à dire demain, à l'échelle de l'histoire climatique de la Terre !

Le professeur  Tzedakis a déclaré : "l'incertitude concernant l'imminence d'un hypothétique âge glaciaire découle de la faiblesse inhabituelle du rayonnement solaire minimum en été, ce qui caractérise la situation actuelle."

Or, les chercheurs ont constaté que le début de l'ère glaciaire qui s'est produit il y a environ 780 000 ans, s'est amorcé dans les mêmes conditions de rayonnement solaire qu'actuellement. Toutefois, à cette époque, un facteur de taille n'était pas le même qu'aujourd'hui : il s'agit de la concentration en gaz à effet de serre.

En effet, il y a 780 000 ans, les concentrations en dioxyde de carbone ne dépassaient pas 240 ppm[3], contre près de 400 ppm actuellement ! Et cela change tout... De telles quantités de gaz à effet de serre contribuent à réchauffer significativement l'atmosphère comme en témoignent les records de températures enregistrés depuis des décennies. Ce qui devrait alors retarder l'arrivée de la prochaine glaciation. Si les paramètres astronomiques semblent réunis pour l'imminence d'un nouvel âge glaciaire, les concentrations en gaz à effet de serre devraient être inférieures à 240 ppm[4].
"Aux niveaux actuels de CO2, et même si toutes les émissions stoppaient instantanément, nous connaîtrions probablement une longue période interglaciaire, dont la durée dépendra des mécanismes de long terme qui interviendront pour résorber ce CO2", précise le Dr Skinner du département des sciences de la Terre de l'Université de Cambridge.

Le réchauffement climatique : une bonne nouvelle pour atténuer les glaciations ?

Si cela semble être une bonne nouvelle et pourrait satisfaire les allergiques aux mesures de réductions des émissions de gaz à effet de serre, le professeur Tzedakis insiste sur le fait "qu'aucune variabilité naturelle ne pourra modérer les effets d'un réchauffement planétaire d'origine anthropique".

Soulignons qu'il y a seulement 20 000 ans, le climat et les paysages de l'hémisphère Nord étaient profondément différents avec des températures moyennes de seulement 5°C inférieures à celles que nous connaissons actuellement.
Or, Luke Skinner a averti que l'action de l'Homme ne se borne pas à maintenir artificiellement le climat en mode interglaciaire, mais le réchauffe considérablement. En effet, à cause de nos activités et de notre inertie politique, la température moyenne devrait augmenter d'au moins 2°C et d'au plus 6,4°C selon les prévisions du GIEC : la face du monde et nos sociétés s'en trouveront bouleversées pour des millénaires et ce, dans seulement quelques décennies...

Notes

  1. Le climat : jeu dangereux ; Jean Jouzel, Anne Debroise
  2. Jean Jouzel, Valérie Masson-Delmotte, Michel Petit, Edouard Bard...
  3. Parties par million
  4. Des études conduites par Lawrence Mysak de l'Université McGill à Montréal, envisagent une valeur de 20 à 30 ppm plus élevée)

Sources

Référence 

Tzedakis, P.C., Channell, J.E.T., Hodell, D.A., Kleiven, H.F. & Skinner, L.C. (2012) Determining the natural length of the current interglacial - Nature Geoscience 10.1038/NGEO1358.

Auteur

avatar Christophe Magdelaine / notre-planete.info - Tous droits réservés

59 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Commentaires 1 à 25 sur 59

avatar Amanda Jimenez, USA - 07/03/2012, 20:26

Consultez l'opinion du Dr. Luc Ortlieb (IRD France) pour des discussions complementaires... Mercialerte

avatar hervé - 07/03/2012, 23:31

Je suis tout de même très étonné que la production de co2 humaine qui est une contribution minime par rapport à la totalité de la masse de l'atmosphère et je rappelle que le co2 dans son ensemble ne représente que 0.03% de la totalité de l'atmosphère, donc je suis étonné que cette minime quantité produite de gaz soit capable de contrer la formidable réalité qu'est la variation d'excentricité de l'ellipse de l'orbite terrestre, l'obliquité de l'axe des pôles et la précession des équinoxes.
Je doute fort que l'activité humaine très marginale par rapport aux forces de la nature soit un caractère écrasant dans ce monde cosmique qui nous entoure.
Car je rappelle que le froid qui nous tombe dessus depuis le pôle nord, a pour origine strictement et uniquement le froid qui nous vient du cosmos et qui est de -273° c'est-à-dire le zéro absolu augmenté de + 3° , température résiduelle depuis le bing bang appelé aussi bruit de fond .
Heureusement qu'il existe des gaz à effet de serre sinon on ne serait pas là pour en parler !
alerte

avatar René Voujeaucourt - 07/03/2012, 23:52

hervé,

Car je rappelle que le froid qui nous tombe dessus depuis le pôle nord, a pour origine strictement et uniquement le froid qui nous vient du cosmos et qui est de -273° c'est-à-dire le zéro absolu augmenté de + 3° , température résiduelle depuis le bing bang appelé aussi bruit de fond .

C'est quoi ce galimatias sans aucun sens ?

Pour ce qui est du CO2 il me semble que vous n'avez toujours pas compris ou plutôt que vous ne voulez pas comprendre son importance dans la machine climatique.

Marcel gérin,

Nibiru n'existe pas,quand au reste du discours, c'est no comment...

alerte

avatar hervé - 08/03/2012, 11:06

René@ Dès que vous étes largué dans certaines explication vous paniquez et trouvez que c'est un galimatia ce que l'on raconte.
Vous ne vous etes jamais rendu compte que le froid sur terre et particulierement aux pôles, ce froid provient des vides inter sidéraux car d'où voulez vous qu'il vienne si ce n'est du vide glacial qui nous entoure. Jusqu'à présent il ne me semble pas qu'il existe un frigidaire sur terre qui fabrique du froid !
Et si le soleil etait eteint et bien il ferait moins 270° et non moins 273° le zero absolu car il reste une chaleur résiduelle du big bang qui est de plus 3° audessus du zero absolu que l'on appelle le bruit de fond expression des deux scrutateurs américains qui l'on découvert lors de leur mission d'intercepter d'éventuels signaux electromagnétiques intelligents provenant du cosmos.alerte

avatar René Voujeaucourt - 08/03/2012, 16:49

hervé,

Largué dans ce domaine moi ? J'espère que vous plaisantez. Venir nous dire que le froid du pôle nord nous vient du cosmos est du plus beau comique, le fond diffus cosmologique (et non le bruit de fond)n'a rien à voir là dedans il baigne tout l'univers sans avoir la moindre influence sur les températures quelles qu'elles soient. Le froid des pôles est tout simplement du à une irradiance solaire bien plus faible que celle qui arrive en zone tropiclae et aussi à un effet de serre plus faible.

hervé cessez donc de revendiquer une instruction que vous n'avez pas et cessez également de tenter de décridibiliser vos interlocuteurs dès qu'ils pointent votre ignorance.alerte

avatar hervé - 09/03/2012, 11:13

Non je ne plaisante pas votre savoir est ponctuel lié aux consultations des sites internet.
Mais au lieu d'utiliser du jargon scientifique, faites donc preuve d"un peu de bon sens. Comment voulez vous que le froid vienne d'ailleurs que du vide qui nous entoure. La terre ne fabrique pas du froid comme un frigidaire.!
Bien sûr que si le soleil chauffe moins les pôles il y fait plus froid qu'aux tropiques quelle découverte!
Mais le froid n'est pas créé sui generis aux pôles, il n'y a pas une machine qui crée du froid aux pôles c'est absurde.
Imaginez qu'il n'y ait pas de soleil et bien il ferait -270° sur terre en admettent qu'il n'y ait pas d'activité volcanique.
Vous n'avez donc jamais entendu parler de l'expression bruit de fond du cosmos.? Vite courrez sur des sites pour vous renseigner!
Si vous ne commenciez pas comme d'habitude vos réflexions désagréables je ne vous titillerais pas comme je le fais ici. Mais avec vous il n'y a rien à faire, on ne peut pas discuter de façon sereine. C'est une seconde nature chez vous.
alerte

avatar JP Chambéry - 09/03/2012, 13:38

impossible de parler avec un rechauffiste intégriste. Vous avez raison Hervé le poids que l'on met sur le CO2 est une ineptie, 380 ppm au lieu de 240 ppm (m= million) quelle affaire pour un gaz dont le pouvoir d'effet de serre est limité !! un autre gaz, H2O, est en quantité infiniment plus importante dans l'atmo. et son pouvoir d'effet de serre bien plus grand que celui du CO2, une seule solution évacuer l'eau de la Terre pour lutter contre le prétendu réchauffement climatique !!alerte

avatar Christophe Magdelaine - 09/03/2012, 14:09

JP Chambéry : La vapeur d'eau est le principal gaz à effet de serre naturel. Elle joue un rôle complexe dans le réchauffement climatique car son cycle et ses réponses sont très rapides (quelques semaines au plus) en fonction des conditions météorologiques, contrairement aux autres GES dont la durée de vie et l'inertie sont beaucoup plus importants.

Or, les activités humaines influencent peu sa concentration dans l'atmosphère. C'est la température de l'atmosphère qui détermine sa présence. Ainsi, en réchauffant l'atmosphère, nos activités pourraient indirectement augmenter la quantité de vapeur d'eau dans l'air, augmentant d'autant plus l'effet de serre : on appelle ceci une rétroaction positive.alerte

avatar René Voujeaucourt - 09/03/2012, 14:17

hervé,

Comment voulez vous que le froid vienne d'ailleurs que du vide qui nous entoure. La terre ne fabrique pas du froid comme un frigidaire.!

Encore une fois vous parlez de choses dont vous ignorez tout. Pour votre instruction on ne fabrique pas du froid, on enlève la chaleur, si vous aviez un minimum de connaissances en thermodynamique, vous le sauriez. J'ajoute que le poids de l'atmosphère suffit à réchauffer la surface terrestre bien au dela du FDC, mais ça aussi vous l'ignorez.

Autre bêtise, le fait d'imaginer qu'il n'y aurait pas de soleil, si ma tante en avait etc.... Le soleil est là point barre et c'est lui et lui seul qui chauffe significativement la terre. Même sans le soleil, la terre ne serait pas à 3K car la terre possède son propre générateur de chaleur, très faible il est vrai mais supérieur tout de même au fond diffus cosmologique, vous nous aviez d'aileurs à ce sujet sorti de belles bêtises en prétendant que la terre finirait comme un glaçon.

Donc en conclusion, les pôles sont moins chauffé que le reste de la planète car celle-ci est sphérique et que plus on va vers les pôles moins les rayons du soleil sont perpendiculaires à la surface et il n'y a aucune autre raison. les GES eux, ralentissent l'échappement de cette chaleur vers l'espace et plus il y a de CO2 plus cet échappement est ralenti..La terre met un pull de plus quoi.

JP chambéry,

Sans CO2 il n'y aurait pas d'effet de serre car il n'y aurait jamais eu d'océans. le taux de vapeur d'eau dans l'atmosphère dépend des températures, une augmentation de CO2 induit une augmentation des températures donc une augmentation de l'humidité relative. N'oubliez pas non plus de penser à la durée de vie de ces gaz dans l'atmosphère, pour faire court, jusqu'à la prochaine pluie pour la vapeur d'eau, des dizaines d'années pour le CO2.

Cordialement.





alerte

avatar Cassiopée - 09/03/2012, 17:15

La période de l' Holocène est très importante dans le résonnement humain de nos jours.

Pour revenir sur l'article, l'influence des activités humaines a des effets sur le réchauffement climatique, le lien océan-atmosphère décroît par le fait que les zones mortes s'accroissent, ainsi que la rétroaction positive.

La relation entre humains (ou préhistoriques) et animaux a connu diverses époques. La période de l' Holocène marque un tournant de ses interactions.

L'expansion de l'espèce humaine est alors liée et dépendant d'un affaiblissement des espèces animales.

Le chasseur-cueilleur (à l'époque) prends une place décivise dans l'évolution de la société humaine.

Cet accroissement va jusqu'à de nos jours influencer les espèces végétales par les activités (d'origine) humaine sur le climat.

Mais la coexistence inter-espèces reste multi-millénaires. alerte

avatar Jean - 10/03/2012, 18:47

Christophe
J'affirme que la rétroaction entre la vapeur d'eau et le gaz carbonique est négative. Je ne m'appuie sur rien pour dire cela, pas plus que vous quand vous affirmez qu'elles est positive, car ce n'est qu'une hypothèse.
Simplement je pense que la rétroaction négative a l'avantage de renvoyer à l'équilibre si celui-ci est déplacé.
alerte

avatar René Voujeaucourt - 10/03/2012, 20:44

Jean,

car ce n'est qu'une hypothèse.


Bah non, c'est parfaitement documenté et c'est vérifié sur le terrain, et Christophe a raison le feedback de la vapeur d'eau est positif, où il y a incertitude c'est sur la réponse de la couche nuageuse.alerte

avatar Christophe Magdelaine - 10/03/2012, 22:28

Jean, je m'appuie sur de la littérature scientifique notamment empruntée à notre sélection de livres : http://www.notre-planete.info/actualites/livres_dvd.php
Je peux vous détailler plus précisément les livres utilisés sur demande.alerte

avatar hervé - 13/03/2012, 12:25

A René@ Vous admettez donc que s'il n'y avait pas de soleil la terre serait à environ 3°K l'activité interne étant négligeable et implicitement vous admettez que si la terre sans soleil est à 3°K et bien cela est du à la température du vide qui nous entoure et qui est à 3°K.
Donc le froid sur terre vient bien et exclusivement du vide sidéral sinon d'où voulez vous qu'il vienne autrement! Si vous arrêtez vote chauffage la température de la maison finit par égaler la température de l'environnement exterieur . C'est exactement la même chose pour la terre qui est notre maison.

Je passe outre vos réflexions habituelles outrancières et désobligeantes qui ferait croire que vous êtes la science infuse face à l'ignorance crasse de tous les autres sauf du dénommé Voujeaucourt. Vous êtes vraiment un cas qui passionnerait les psychanalystes. Dommage que vous soyez ainsi car vous avez l'avantage d'être réactif.alerte

avatar René Voujeaucourt - 13/03/2012, 13:40

Mon cher hervé,

Désolé de vous le dire (gentiment) mais vous vous aventurez sur un terrain dont vous ignorez tout. En aucun cas et j'insiste sur ce fait, en aucun cas le froid qui existe sur terre provient de la température du vide qui nous entoure, c'est uniquement un changement de l'irradiance solaire qui en est la cause.
Je vous signale qu'il existe une couche de l'atmmosphère qu'on appelle la thermosphère dons les températures oscillent entre 300° et 1600°. Expliquez moi comment le rayonnement fossile pourrait refroidir la terre en traversant cette couche de l'atmosphère.

Le rayonnement 3K que vous citez est un rayonnement fossile, sa température d'émission était de 3000°, c'est l'expension de l'univers qui est responsable de cette baisse. Aujourd'hui ce rayonnement n'a aucune influence sur quoi que ce soit, il est supplanté par la lumière de toutes les étoiles qui sont dans la galaxie.

Et comme de toutes façon le soleil est là il est totalement inutile de chercher à faire comme si...

Je vous signale quand même que le fond diffus cosmologique a été découvert par des radio-astronomes (c'est le fameux bruit d'antenne) ou une partie de la neige sur les vieux écrans de télé.

le second principe de thermodynamique dit que le flux net de chaleur va toujours dans le sens chaud => froid, donc si l'on suit ce principe la terre pour se refroidir devrait réchauffer le fond diffus cosmologique, or ce n'est pas le cas. Je n'irai pas plus loin,

Je vous le dis gentiment et très respectueusement une fois de plus, vous n'avez pas les connaissances nécessaires pour intervenir sur ces sujets ce qui n'est nullement honteux ou dévalorisant; seul un refus d'accepter ce fait est dévalorisant.

Cordialementalerte

avatar René Voujeaucourt - 13/03/2012, 18:55

Hervé,

J'avais oublié,

Vous admettez donc que s'il n'y avait pas de soleil la terre serait à environ 3°K l'activité interne étant négligeable et implicitement vous admettez que si la terre sans soleil est à 3°K et bien cela est du à la température du vide qui nous entoure et qui est à 3°K.


Relisez moi correctement j'ai dit tout le contraire.alerte

avatar hervé - 14/03/2012, 15:41

A René@« Pour votre instruction on ne fabrique pas du froid, on enlève la chaleur, »
Mais c'est ce que je n'ai pas arrêté d'écrire que la terre ne fabrique pas du froid encore que ce n'est pas s tout à fait exact puisque que les mouvements ascensionnelles de la troposphère vers la stratosphère provoquent une détente des gaz d'où une diminution de la température.
La thermosphère n'est pas un bouclier thermique tout simplement l'agitation thermique indique une température élevée à plus de 1000° degrés mais chose tout à fait étonnante cette température n'est absolument pas brulante à cause de la faible pression sinon les cosmonautes de la station spatiale qui voguent effectivement dans la thermosphère reviendraient rôtis comme des poulets y compris ceux qui font de temps en temps des escapades vers l'extérieur et qui s'en portent très bien.
Et je le répète si le soleil s'éteignait comme certaines sectes l'imaginent et bien c'est le froid sidéral qui l'emporterait comme c'est le cas sur les faces cachées du soleil des planètes où il n'y a pas d'atmosphère


Oui vous êtes plus poli, vous ne tutoyez plus. Mais tout de même quelle dose de suffisance vous anime toujours ! Et puis vous ne pouvez pas vous défaire de l'habitude d'émettre des jugements de valeurs sur tout le monde ce qui énervent tellement les autres intervenants.
Qu'est ce que ça apporte de plus ces jugement de valeurs dans des discutions scientifiques ou écologique rien absolument rien sauf que vous énervez tout le monde !alerte

avatar René Voujeaucourt - 14/03/2012, 16:21

Mon cher hervé,

C'est bien, vouv vous êtes renseigné sur la thermosphère, mais vous n'avez pas répondu en ce qui concerne son action éventuelle sur le FDC, car même si la température "ressentie" dans cette zone tourne autour des 25° on est très loin des 3k (au fait à ce sujet on dit x K et non pas x °K comme vous le faites)

Ok admettons que le soleil n'émette plus, nous aurions ceci :

Rayonnement des étoiles qui se trouvent dans l'univers 1.37.10 puissance-4 w/m2
soit 7k (sans tenir compte de l'albédo)

Rayonnement de la terre par l'énergie interne 0.005 W/m2 soit 30k. Ce qui nous fait un total de 37k.

Juste une question, quelle loi faut il appliquer pour arriver à ce résultat ?

On est donc d'un facteur 12 au dessus de votre fond diffus cosmologique, ce n'est quand même pas rien, mais votre erreur ne vient pas de là, elle vient du fait que vous dites que le froid des pôles nous vient du cosmos ce qui est faux car le soleil existe, l'effet de serre aussi et que par conséquent ce sont ces deux facteurs qui jouent car ils sont infiniment plus importants que le FDC.

Au fait en passant, il n'y a pas de température dans le vide, l'énergie se trouvent dans les particules qui le traversent, vous n'avez pas lu Einstein.


Oui vous êtes plus poli, vous ne tutoyez plus. Mais tout de même quelle dose de suffisance vous anime toujours ! Et puis vous ne pouvez pas vous défaire de l'habitude d'émettre des jugements de valeurs sur tout le monde ce qui énervent tellement les autres intervenants.


Non mon cher hervé, je ne fais que dire la vérité vous n'avez pas les connaissances requises.

Pour revenir sur le sujet du CO2 et son importance dans l'effet de serre, veuillez nous expliquer comment fonctionne le transfert d'énergie dans l'atmosphère, en gros comment se diffuse la chaleur émise par la terre.alerte

avatar René Voujeaucourt - 14/03/2012, 17:44

Mon cher hervé,

et je rappelle que le co2 dans son ensemble ne représente que 0.03% de la totalité de l'atmosphère, donc je suis étonné que cette minime quantité produite de gaz soit capable de contrer la formidable réalité qu'est la variation d'excentricité de l'ellipse de l'orbite terrestre, l'obliquité de l'axe des pôles et la précession des équinoxes.

je n'avais pas fait attention à ceci, j'ai l'impression que vous êtes en train de vous mélanger les pinceaux d'un belle manière. quel rapport peut il y avoir entre ces paramètres astronomiques et l'augmentation récentes de GES ? Je vous rappelle que les modifications de ces paramètres se déroulent sur des échelles de temps les disqualifiant d'office dans le problème qui nous occupe.alerte

avatar hervé - 16/03/2012, 15:40

A René@ Le x°K lapsus scriptum puisque dans l'intervention plus bas je note xK
Merci de vous étes renseigné que je me suis bien renseigné sur la thermosphère.
Vous avez fait des calculs sur la température si le soleil s'éteignait, c'est bien de rentrer dans les détails un tantinet scolaires mais ici on lance des idées générales qui orientent vers des tendances.
L'idée est d'admettre que tout tend vers le zéro absolu -273° (entropie) et de toute façon quand tous les soleils se seront éteints c'est bien vers ces températures printanières que le monde se dirige !
La température est une notion abstraite traduisant l'agitation corpusculaire thermique (mouvement brownien) ayant pris son départ au moment du big bang et qui s'atténue avec bien sûr des sursauts (création encore actuellement d'étoiles) mais qui finira petit à petit par s'atténue jusqu'à ce que toutes les particules soient immobiles et là on sera à -273°, à moins qu'il y ait un big crunch .
Maintenant vous me poser un tas de questions à résoudre qui sont autant de devoirs à accomplir.
A la rigueur je voudrais bien me mettre à la tache mais vous savez bien que lorsque les dialogues se prolongent outre mesure l'ami Christophe intervient pour dire que cela commence à suffire ces dérives qui s'éloignent du sujet.
Depuis que vous êtes beaucoup plus correct bizarrement vos interventions me semblent beaucoup plus dignes de foi.
Mais tout de même vous avez une haute opinion de vous-même et malheureusement il reste toujours un irrépressible relent de suffisance qui une fois de plus vous dessert en jugeant mes connaissances insuffisante comme sous entendu celles des autres intervenants.
Méfiez vous nul est infaillible sauf le Pape. !
Rendez-vous compte que ça fait des années que l'on se coltine. C'est tout à fait effrayant !!alerte

avatar René Voujeaucourt - 16/03/2012, 16:55

mon cher hervé,


La température est une notion abstraite traduisant l'agitation corpusculaire thermique (mouvement brownien) ayant pris son départ au moment du big bang et qui s'atténue avec bien sûr des sursauts (création encore actuellement d'étoiles) mais qui finira petit à petit par s'atténue jusqu'à ce que toutes les particules soient immobiles et là on sera à -273°, à moins qu'il y ait un big crunch .

Non mon cher hervé la température ce n'est pas ça, l'entropie non plus. N'employez pas de termes dont vous ignorez la signification.Pour ce qui est de votre idée de tendre vers le zéro absolu, c'est un grosse bêtise ça ne s'est jamais produit depuis que l'univers existe et ça ne se produira jamais car il y a et aura toujours des étoiles en formation. Le zéro absolu est théorique et hors d'atteinte (même pas en labo) et dans ce cas il n'y a pas d'entropie ou plutôt une entropie nulle.


A la rigueur je voudrais bien me mettre à la tache.

Faites mon cher, faites, je vous ai d'ailleurs demandé le nom d'une loi à appliquer, vous n'avez pas répondu.

Je répète une fois de plus, le FDC est un rayonnement FOSSILE, c'est simplement une trace de l'origine de l'univers rien d'autre (sa température n'est d'ailleurs pas parfaitement constante...).alerte

avatar René Voujeaucourt - 16/03/2012, 22:08

Mon cher hervé,

Mais c'est ce que je n'ai pas arrêté d'écrire que la terre ne fabrique pas du froid encore que ce n'est pas s tout à fait exact puisque que les mouvements ascensionnelles de la troposphère vers la stratosphère provoquent une détente des gaz d'où une diminution de la température.


Encore une erreur, même en l'absence de tout phénomène convectif, la baisse de la pression atmosphérique qui décroît avec l'altitude (gradient thermique adiabatique) suffit à induire une refroidissement de l'atmosphère. En effet quand on comprime un gaz, il chauffe quand on le détent il refroidit, mais ça non plus vous ne le savez pas.alerte

avatar René Voujeaucourt - 17/03/2012, 08:29

mon très cher hervé,

Puisque je me suis levé de bonne heure et de bonne humeur selon mon habitude, je vais prendre les devants et pointer vos erreurs (grossières)concentrées en très peu de mots.

Je vous cite : "La température est une notion abstraite traduisant l'agitation corpusculaire thermique (mouvement brownien) ayant pris son départ au moment du big bang et qui s'atténue avec bien sûr des sursauts (création encore actuellement d'étoiles) mais qui finira petit à petit par s'atténue jusqu'à ce que toutes les particules soient immobiles et là on sera à -273°, à moins qu'il y ait un big crunch ."

1 - la température est une grandeur physique mesurable, pas une notion abstraite.

2 - L'agitation corpusculaire comme vous dites dépend de la température du milieu et non l'inverse. Plus la température est élevée, plus l'agitation est forte et vice-versa.

3 - Que vient faire le mouvement brownien là dedans ? Il n'a rien à faire dans un rayonnement électromagnétique dans le vide, le mouvement brownien ne peut se constater que dans la matière.

4 - L'univers ne tend pas vers le zéro absolu, que faites vous de la citation qu'on attribue à Lavoisier (rien ne se perd rien ne se crée tout se transforme) ? C'est en plus totalement contraire au premier principe de thermodynamique celui de la conservation de l'énergie.

Ensuite, je vous cite à nouveau :" Maintenant vous me poser un tas de questions à résoudre qui sont autant de devoirs à accomplir."

Voila une preuve supplémentaire de votre totale ignorance en la matière, aux question posées vous auriez dû répondre en quelques mots.
Je vous ai d'abord demandé le nom d'une loi, c'est tout simplement la loi de Stephan-Boltzmann.

Je vous ai ensuite demandé comment se diffusait la chaleur terrestre dans l'atmosphère, la réponse tient en trois mots : conduction, convection et rayonnement (on peut bien entendu développer et entrer dans le détail mais je ne vous le demandais pas).

Je vous le dis très respectueusement, insister à vouloir faire croire que vous possédez une intruction que manifestment vous n'avez pas vous rend plus proche de troll que de la personne respectable.

Cordialement.alerte

avatar hervé - 18/03/2012, 21:52

Mon pauvre Voujeaucourt ! Vous êtes atteint d'une telle suffisance maladive reconnu par tous les intervenants ici y compris le responsable de ce site qu'il ne faut pas insister . Certaines choses que vous dites sont justes mais d'autres totalement fausses.
D'ailleurs c'est bien connu dans les congrès de physiques tout le monde s'engueule alors que dans le congrès de mathématique c'est la sérénité qui règne car c'est juste ou c'est faut.
C'est dommage que l'on ait à faire à un malade.
Et vous savez très bien que Christophe Magdeleine ne veut pas que se poursuive des apartés ici.
Vous ne savais même pas ce qu'est le mouvement brownien pour un as de la science ce n'est pas fameux.! D'ailleurs je n'ai jamais parlé de cela dans le rayonnement électromagnétique !!!!????
Stop , Stop ça suffit nos conneries sempiternelles.alerte

avatar René Voujeaucourt - 18/03/2012, 22:14

Mon cher hervé,

Inutile de vous en prendre à moi pour essayer de cacher votre ignorance, en fait vous ne comprenez même pas ce que vous écrivez, vous avez dit : "La température est une notion abstraite traduisant l'agitation corpusculaire thermique (mouvement brownien) ayant pris son départ au moment du big bang" cette phrase n'a aucun sens mais elle fait rféférence au rayonnement électromagnétique qui est le seul, à pouvoir transporter de l'énergie dans l'espace, le fond diffus cosmologique est un rayonnement électromagnétique.



Je ne suis pas d'une suffisance maladive, je vous démontre simplement que vous êtes un très grand ignorant.alerte

Commentaires 1 à 25 sur 59

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus