^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

1er site français en environnement
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
11 927
Partager
par email
Jeudi 24 avril 2014, 2 892 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Tchat environnement et sciences

Vous devez être membre du site et connecté
pour afficher le tchat et y participer

Marre de la PUB dans
votre boîte aux lettres ?

Imprimez et collez notre étiquette STOP PUB sur votre boîte aux lettres et respirez !

Sondage Avril 2014

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Cameroun : plus de 200 éléphants massacrés depuis mi-janvier et le carnage continue

Dernières actualitésAlerte mailFlux RSS / webmasters

11 927 lectures / 36 commentaires17 février 2012 ; révision : 29 mars 2012, 10 h 44

elephanteau_ivoire_012012Les braconniers massacrent aussi des éléphanteaux dont les défenses sont naissantes
© Boubandjida Safari Lodge

Le bain de sang qui a débuté au milieu du mois de janvier se poursuit au nord-est du Cameroun et on dénombre désormais plus de 300 éléphants massacrés par les braconniers pour leur ivoire.

D'après le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), c'est l'œuvre d'une bande de braconniers armés venus du Soudan qui tuent les éléphants vivant en liberté dans le Parc National de Bouba N'Djida, à proximité de la frontière avec le Tchad.

Le parc national de Bouba N'Djida accueillait une population d'environ un millier d'éléphants de savane[1], sur laquelle plus de 300 carcasses d'éléphants ont été retrouvées et géo-localisées. Toutefois, les braconniers auraient annoncé aux populations locales quelques semaines plus tôt avoir abattu 650 éléphants, un chiffre considéré comme plausible en raison de zones du parc restées peu ou pas explorées. Selon Lamine Sebogo, coordinateur Eléphant d'Afrique au WWF, « l'avenir de l'éléphant de savane en Afrique centrale se joue aujourd'hui dans le Nord du Cameroun. En effet, cette zone compte près de 95% de la population d'éléphants de savane du Cameroun et à elle seule l'Afrique centrale concentre près de 80% de la population totale de cette espèce. »

De nombreux éléphanteaux orphelins ont été observés à la suite de ces massacres et pourraient rapidement mourir de faim ou de soif. Leur mort viendra s'ajouter au bilan déjà lourd de la vague de braconnage qui s'abat en ce moment-même sur les populations fragiles d'éléphants au Cameroun.

« Comme les braconniers se sont attaqués à des troupeaux entiers, abattant sans distinction des femelles et des jeunes, il faudra probablement plus de 50 ans à la population d'éléphants de Boubandjida pour qu'elle se reconstitue. Les pertes sont irréversibles et dramatiques » s'indigne Céline Sissler-Bienvenu, Directrice d'IFAW France.
Elle ajoute qu'il est est habituel de voir ces groupes armés traverser le continent depuis le Soudan durant la saison sèche. Ils viennent abattre les éléphants afin de récupérer leurs défenses en ivoire. « Ils sont bien armés, bien organisés, et rien ne semble pouvoir stopper leur insatiable quête d'ivoire, déclare Céline Sissler-Bienvenu. Ils se concentrent sur l'une des populations d'éléphants les plus vulnérables d'Afrique. L'ivoire récupéré sur ces animaux quitte l'Afrique à un rythme effréné et le processus est désormais hors de tout contrôle. De plus, les éléphants tués par les braconniers sont soumis à une terrible peur et une longue agonie avant de mourir ».

Les braconniers dont le nombre est estimé à une cinquantaine, s'expriment en arabe et se déplacent à cheval. Ils constituent de vastes quantités d'ivoire destinées aux marchés asiatiques. Bien souvent, ces braconniers professionnels, militaires ou anciens militaires pour certains, sont armés de fusils d'assaut tels que le AK-47. Celui-ci est conçu pour tuer des humains pesant entre 70 et 80 kilos. Pour venir à bout d'un éléphant de 5 000 kilos, il faut un grand nombre de munitions et les animaux peuvent alors mettre très longtemps à mourir. Ces massacres ont été signalés par less contacts locaux d'IFAW sur le terrain.

Un nouveau massacre d'éléphants

Mercredi 22 février 2012, quatorze éléphants ont été retrouvés morts dans le parc national de Boubandjida. Selon IFAW, des tirs avaient été entendus lundi 20 février dans le parc de Boubandjida situé au nord du Cameroun, près de la frontière avec le Tchad.
Des tirs se faisant encore entendre au loin, de nombreuses autres carcasses promettent malheureusement d'être retrouvées dans les semaines à venir. La région est pour l'heure encore trop dangereuse pour envisager tout recensement précis ou organiser le sauvetage des éléphanteaux orphelins et des éléphants adultes blessés.

De l'ivoire pour financer la guerre

« L'ivoire est exporté illégalement hors d'Afrique centrale et d'Afrique de l'Ouest pour alimenter les marchés en Asie et en Europe. L'argent récolté finance ensuite l'achat d'armes qui serviront dans des conflits régionaux, tels que ceux qui ont cours au Darfour, au Soudan et en Centrafrique », détaille-t-elle.

Le Parc National camerounais de Boubandjida se trouve à la frontière avec le Tchad, qui lui-même partage ses frontières est et sud avec le Soudan et la Centrafrique. Des insurgés lourdement armés traversent fréquemment ces frontières poreuses lors de raids destinés à braconner les éléphants au Cameroun et au Tchad.

Intervention tardive de l'armée camerounaise

La décision a tardé mais après des centaines d'éléphants assassinés, le WWF rapporte que la décision a été prise mercredi 29 février 2012 par le ministre de la Défense, en accord avec le ministre des Forêts et de la Faune. Une opération militaire anti-braconnage de grande ampleur, qui mobilise 600 soldats du Bataillon d'Intervention Rapide (BIR), un hélicoptère du BIR et 3 ULM de l'armée camerounaise, a été lancée jeudi 1er mars au sein du parc national de Bouba N'Djida.

Pourtant, ces incursions ne sont pas nouvelles et déjà, en 2010, devant l'accroissement du braconnage dans la zone du parc national de Lobeke, Jim Leape, Directeur général du WWF International, s'était ému de la situation par courrier auprès du Premier ministre camerounais en lui demandant de prendre les mesures nécessaires pour mettre un terme à la situation.
De plus, en 2011, lors de la réunion de la dixième Conférence de la Congo Basin Forest Partnership (CBFP) qui s'est tenue à Douala, les délégués de l'Afrique centrale et de la communauté internationale avaient fortement condamné les massacres d'éléphants et appelaient fermement les gouvernements camerounais et tchadiens à prendre les mesures nécessaires pour faire respecter la loi dans la région.

Fin mars 2012, le Conservateur du Parc, du représentant régional du Ministère des forêts et de la Faune et du Gouverneur de la Province du Nord, ont été licenciés pour leur passivité coupable face à la crise. De nouvelles nominations ont eu lieu et une réunion ministérielle s'est tenue afin de tirer les leçons de cette tragédie, identifier les besoins prioritaires et repenser la lutte contre le braconnage au Cameroun.

Les autres moyens d'action

Selon Céline Sissler-Bienvenu, le seul moyen de mettre fin aux sanglants massacres perpétrés au Cameroun et sur le continent africain dans son ensemble consiste à annihiler la demande en ivoire, notamment en Asie. Il faut par ailleurs s'assurer que les responsables de la protection de la faune sauvage dans les États de l'aire de répartition des éléphants disposent des compétences et de l'équipement nécessaires pour mettre au pas les bandes de braconniers professionnels.

IFAW est sur le point de lancer un programme de soutien à destination des rangers et des forces de l'ordre du Parc National tchadien de Sena Oura. Ce dernier est frontalier avec celui de Boubandjida, et le but de ce programme est de mettre en place une stratégie coordonnée de sauvegarde des éléphants dans la région.

« Depuis 2009, IFAW finance des projets d'appui à la lutte anti-braconnage pour les rangers et les autorités en charge de la conservation dans les pays d'Afrique centrale qui sont confrontés au grave défi de ce trafic sanglant et cruel », poursuit Céline Sissler-Bienvenu. « Ce dont ces pays ont désormais besoin, c'est de l'engagement de la communauté internationale pour soutenir financièrement des personnels entraînés, hautement qualifiés et motivés pour qu'ils puissent remplir leur mission de protection des éléphants. »

La Chine et le Japon ont acheté 108 tonnes d'ivoire lors d'une vente unique en novembre 2008 au Botswana, à l'Afrique du Sud, à la Namibie et au Zimbabwe. Ces ventes légales fournissent toute la couverture nécessaire à l'expansion du commerce illégal de l'ivoire. IFAW dirige des projets d'appui à la lutte anti-braconnage pour protéger les éléphants là où ils vivent. C'est pourquoi, outre le travail réalisé pour améliorer les politiques et en sus du soutien apporté aux rangers et aux patrouilles de lutte contre le braconnage dans les parcs nationaux de Tsavo (Kenya) et de Liwonde (Malawi) entre autres, IFAW a mis sur pied une équipe anti-braconnage mobile d'évaluation et de formation.

Nous nous concentrons sur les pays d'Afrique centrale et d'Afrique de l'Ouest soumis à une forte pression de braconnage contre laquelle ces Etats souhaitent lutter. Notre équipe d'experts en évaluation du braconnage entreprend d'abord une évaluation des besoins en matière de lutte contre le braconnage dans un lieu spécifique pour identifier les contraintes locales et les besoins en équipement. Avant d'envoyer son équipe sur le terrain, IFAW négocie un accord avec le gouvernement qui définit les termes de l'intervention d'IFAW et lui délivre son autorisation.

Notes

  1. Le nombre exact d'éléphants vivant au Cameroun est inconnu, mais le Rapport d'État de l'Éléphant d'Afrique de 2007 publié par l'UICN (l'Union internationale pour la conservation de la nature), l'estime à 200. Cependant, le nombre réel d'éléphants oscillerait plus probablement entre 1 000 et 5 000 individus.

Liens

Nous avons besoin de votre aide pour sauver les éléphants ! - IFAW

Auteur

Fonds International pour la Protection des Animaux

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de notre-planete.info

36 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Commentaires 1 à 25 sur 36

avatar Delamare Conduzorgues - 17/02/2012, 15:19

inadmissible de laisser faire ce massacre,et tout ça pour de l'ivoire,non pour l'argent, sans état d'âme, sans respect pour l'animal, ni d'eux même, non plusalerte

avatar Strange membre premium - 17/02/2012, 15:41

Quelle est la peine encourue pour l'abattage d'un éléphant ? Je ne suis pas pour la politique « œil pour œil et dent pour dent » mais quelque fois nous aurions envie de nous conduire en barbare avec ces braconniers …. A priori l’arsenal répressif n’est pas dissuasif et le manque de gardes singulièrement inapproprié pour surveiller cette vaste zone
Et peut-être aussi de la corruption….
Pourquoi nous retrouvons les mêmes pays qui achètent les stocks d’ivoire donc entretiennent de façon volontaire la disparition des éléphants, des rhinocéros (pour les soit disant vertus aphrodisiaques) la chasse à la baleine, les ailerons de requin et là il ne s’agit que du règne animal mais pour l’homme et son exploitation ces mineurs chinois réduit pratiquement à l’état d’esclaves
Et la pollution mais c’est un autre registre …
alerte

avatar Paris - 17/02/2012, 16:09

A l'égard de cette si fragile Nature de plus en plus violée et assassinée, la Chine, et elle la première, est le grand coupable.
Nous savons que c'est elle qui alimente pour l'essentiel les commerces illégaux d'animaux et "dérivés" dans le monde. Ce pays n'a aucun respect de quelque forme de vie que ce soit. Mais la Nature survivra quand la Chine, cette chimère éconmique, retournera dans l'oubli... alerte

avatar bruyere frejus - 17/02/2012, 16:17

honte au cameroun et au premier de ses representants qui devrais d'abord jugé les siens avant d'avoir la critique facile car les barbares c'est bien en afrique que nous les trouvants plus jamais je donnerais de l'argent a l'afrique c'est une photo qui m'indigne et qui me bouleverse les chinois devrais voir ses photos repugnantesalerte

avatar goeman anderlecht - 17/02/2012, 16:22

laisser faire se massacre a de pauvre bétte sais scandaleux ou va notre ter merci les gent qui achette de l;ivoire regardé le masacre aaaaaaa quelle humanitéalerte

avatar Farid Sfsf - 18/02/2012, 10:50

et voila, malheureusement, nous sommes retourner à l'ère quaternaire, extinction des Mammouths, maintenant c'est le tour des éléphants...puis d'autres espèces... la liste est longues... alerte

avatar lacaze le havre - 18/02/2012, 13:41

arrêtons enfin la torture des animaux martyrisés, pour garnir les poches de bandes de pourris, que font les pouvoirs ? aucune pitié pour ces lâches individus qui s'autorisent à bousiller nos frères de planète.alerte

avatar m@nu - 18/02/2012, 13:43

Bordel mais c'est pas possible on ne les laissera dont jamais en paix .... BOYCOTT de l'ivoire merde !!!

Et faut les lyncher ces mecs là !alerte

avatar craps languidic - 18/02/2012, 14:25

L'Europe n'est pas concernée ou de façon marginale. C'est l'ASIE qui achète des centaines de tonnes d'ivoire !alerte

avatar René Voujeaucourt - 18/02/2012, 14:39

craps,




Ce n'est pas si certain. Pas mal d'objets sont ramenés par les touristes.

alerte

avatar Serge Bencheriet - 19/02/2012, 00:57

il faut srtout rappeler que c'est essentiellement le JAPON et la CHINE responsables de ces massacres ignobles...alerte

avatar terrien - 19/02/2012, 02:35

j'ai honte d'être un humainalerte

avatar zazzoon - 19/02/2012, 07:21

c'est cauchemardesque.
Ne pourraient-ils pas amputer les éléphants de leur ivoire pour leur sauver la vie ? Certes ce serait une mutilation mais ça leur permettrait de rester en vie car il est illusoire de penser contrôler les braconniers. Ce sont des monstres motivés uniquement par l'argent facile. Et il y aura toujours des abrutis pour acheter cet ivoire pour d'autres écervelés qui lui prêtent des vertus magiques...alerte

avatar vilain rosette Dour Belgique - 19/02/2012, 09:37

C'est honteux pour les humains qui sont pir que des animaux! mais Dieu leur demandera bientôt des comptes, il va détruire ceux qui détruisent notre terre et les animaux.alerte

avatar Goulabert Vinsobres - 19/02/2012, 10:47

Confirmation: L'espèce humaine est un virus.alerte

avatar Nadia Carn - 19/02/2012, 11:54

ceux qui font cela : il faudrait les décapiter ! alerte

avatar René Voujeaucourt - 19/02/2012, 13:47


Je n'y connais rien au commerce de l'ivoire, mais il ne m'a pas fallu longtemps pour apprendre que 70% des Chinois croient que les défenses des éléphants tombent et repoussent et que donc l'ivoire qui est vendu par les marchands est de l'ivoire ramassé (je pense que les vendeurs doivent entretenir ce mythe).

Vinaige, un eptite question si vous le voulez bien, à quoi servait la ferme à gibier dont vous aviez la gérance au Rwanda ?alerte

avatar ,ngjkf hj - 20/02/2012, 18:40

c vraimrnt horrible aujourd'hui on trouve des personnage creul qui n'ont rien n'a faire des êtres vivant pluplant cette pauvre planéte qui n'a rien demandé
il y a une forte crualité envers les animaux de sortes méme les insecte sont concernés par cette ménace extention massif::;;!kalerte

avatar DELIGNY MONTPELLIER - 21/02/2012, 01:34

STOP à la barbarie faite à l'encontre des animaux!alerte

avatar Pacha mama 65 - 22/02/2012, 09:24

Suite logique de comportements inhumains car nos sociétés ont pêté un plomb depuis pas mal de temps, il serait temps de changer...je vais apporter une note d'espoir: j'ai l'impression que malgré tout ce marasme actuel, des consciences se réveillent ça et là dans différents pays, c'est le début et cela va peut être être long mais certains humains deviennent humains...et pour ceux qui le sont déjà, luttons pour le rester... alerte

avatar hervé - 22/02/2012, 12:37

Les Africains ne s'en sortiront pas avec les braconniers ils n'ont pas assez se moyens. l'Occident devrait participer à la défense des animaux sauvages, créer des unités de combats contre les bandits braconniers, ne pas faire de quartier, les abattre sur le champs sinon il n'y aura aucun résultat puisque l'on a faire à des gens sans foi ni loi.alerte

avatar Petite Fleur - 22/02/2012, 20:36

Au début du XXème siècle, les éléphants d’Afrique étaient plus de deux millions. Aujourd’hui, leur nombre est estimé à environ 350 000.
Les saisies d’ivoire braconné en Afrique se sont montées à 23 tonnes en 2011, ce qui correspond au meutre de 23 000 éléphants. Ces 23 tonnes ne représentent que 10 à 15% du trafic total réel estimé....
Ces chiffres me rendent malade...alerte

avatar elephantman aveyron - 23/02/2012, 00:46

BANDE D'ASSASSINS!! SOYEZ DAMNES MAUDITS FILS DE RATS!! SOYEZ MAUDITS!alerte

avatar germaine lotala home ISP GOMBE - 23/02/2012, 10:41

cesé de detruir votre environnement car c est l avenir d hier poue le tourismealerte

avatar aurelie bellossat france (nord) - 25/02/2012, 10:12

Je trouve sa honteux de faire sa .
sa m'ecoeure a un point.
Je suis contre la violence envers les animaux et quand j'ai appris ce que ses monstres on fait sa ma foutu les nerfs.
Heuresement que je ne les ai pas en face de moi car il passerai un sale quart d'heure.
alerte

Commentaires 1 à 25 sur 36

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus