^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

1er média web francophone en environnement, écologie, nature
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
26 530
Partager
par email
Mercredi 03 septembre 2014, 7 510 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Sondage Septembre 2014

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Les Russes ont atteint le mystérieux lac sous-glaciaire Vostok

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualités

26 530 lectures / 21 commentaires09 février 2012 ; révision : 13 mars 2013, 09 h 58

lac_vostokLac sous-glaciaire Vostok décelé par satellite
© NASA/Goddard Space Flight Center Scientific Visualization Studio. Canadian Space Agency, RADARSAT International Inc.

L'épopée antarctique des chercheurs russes qui sont parvenus, au terme de plus de 20 ans de forage, à atteindre le célèbre lac Vostok, enfoui sous quatre kilomètres de glace dans l'Antarctique, a suscité de vives réactions au sein de la communauté scientifique internationale.

Le forage a débuté dans la région de la station Vostok[1] dans les années 1970, l'existence du lac n'était pas encore connue. En 1996, les chercheurs russes, en coopération avec leurs collègues britanniques, ont découvert, caché sous une très épaisse calotte glaciaire, le plus important lac sous-glaciaire terrestre : celui-ci constitue une des plus grosses réserves d'eau douce de la planète.

Le lac Vostok est plus grand que celui d'Onega (Carélie - Russie) et rappelle par ses contours le lac Baïkal. Il contient environ 6 000 km cube d'eau totalement pure et mesure 250 km de long sur 50 km de large. Séparé en deux par une ride, il atteint 800 mètres de profondeur d'un côté, 400 m de l'autre.

Son âge est estimé à environ 30 millions d'années, ce qui correspond à l'âge de la glace qui le recouvre, tandis que l'eau qu'il contient aurait entre 500 000 et 1 million d'années.

Un forage tumultueux

En 1998 le forage a été suspendu au moment où il ne restait que 130 mètres à parcourir avant d'atteindre les eaux du lac. En effet, la communauté internationale a réclamé la mise au point d'une technologie spéciale permettant de réduire au minimum une éventuelle pollution des eaux du lac.

En 2000, les chercheurs russes ont mis au point une technologie de forage excluant toute pollution du lac. Les pays membres du Traité sur l'Antarctique ont exigé des tests de cette technologie, estimant qu'elle n'était pas suffisamment fiable du point de vue écologique.

C'est un hasard qui a permis de débloquer la situation : en 2004, des glaciologues danois ont foré un puits dans la partie nord du Groenland en se servant d'une technique pratiquement identique à celle proposée par les chercheurs russes. Il s'est avéré que seuls les dix premiers centimètres du puits de forage étaient pollués, le reste étant stérile. En 2006, la station a été remise en état et les travaux de forage ont repris.

Finalement, au bout de 30 ans de travaux de forage, les chercheurs russes ont atteint la surface du lac Vostok, a annoncé lundi à RIA Novosti une source proche des milieux scientifiques. Une véritable course contre la montre s'est engagée pour achever ce forage avant que le brutal et rigoureux hiver Antarctique mette fin temporairement aux opérations. En effet, il fait déjà -45°C en Antarctique, le continent le plus froid de la Terre.

"A la station Vostok en Antarctique, nos chercheurs ont achevé un forage de 3 768 mètres et atteint la surface du lac subglaciaire", a indiqué l'interlocuteur de l'agence, le 6 février 2012, sans toutefois donner plus de précisions.

Les chercheurs russes envisagent d'atteindre le fond du lac Vostok au cours des années 2013-2014, a annoncé jeudi 9 février à RIA Novosti Sergueï Boulat, spécialiste de l'Institut de physique nucléaire de Saint-Pétersbourg. M.Boulat indique que la profondeur de l'eau au-dessous du trou de forage est estimée à 600-700 mètres.

Premières découvertes

Cristaux de glace insolites

Alors que le forage du puits a repris début janvier 2013, le 10 janvier des chercheurs russes ont extrait le premier échantillon d'eau transparente congelée du lac.
De plus, ils ont découvert des cristaux de glace insolites, a annoncé, début février 2013, à Moscou Alexandre Frolov, directeur du Service fédéral pour l'hydrométéorologie et le suivi de l'environnement (Roshydromet). "L'Institut de physique Kourtchatov de Moscou s'est intéressé à ces cristaux de glace. Ils disent qu'il ne s'agit pas de glace de lac, mais de glace continentale. Ce sont des cristaux géants ayant une taille de 5 à 6 mètres d'une forme très régulière", a indiqué M.Frolov aux journalistes de Ria Novosti.

Bactéries inconnues

L'analyse des échantillons d'eau prélevés ont également révélé la présence de bactéries qui n'appartiennent à aucune classe connue de micro-organismes, a confié à RIA Novosti Sergueï Boulat, chercheur en génétique des eucaryotes de l'Institut de physique nucléaire de Saint-Pétersbourg. Ces bactéries ne présentent pas de danger pour l'homme, a annoncé l'Institut d'Arctique et d'Antarctique de Saint-Pétersbourg dans un communiqué : "Nous devons rassurer les gens: l'environnement naturel du lac subglaciaire Vostok n'a pas d'équivalent sur notre planète. Il peut abriter des microbes chimiolithoautotrophes qui produisent de l'énergie grâce aux réactions d'oxydo-réduction au lieu d'utiliser des matières organiques. Si on les remonte à la surface, elles mourront en l'absence de leur environnement habituel. Cela montre clairement que les nouveaux échantillons de bactéries prélevés dans le lac subglaciaire Vostok ne peuvent pas exercer une influence pathogène sur les humains".

Une attente scientifique forte : des changements climatiques à la vie extra-terrestre

"Il n'y a aucun autre endroit sur Terre qui a été isolé pendant plus de 20 millions d'années", a déclaré Lev Savatyugin, un chercheur de la mission. "C'est une rencontre avec l'inconnu."

D'après le professeur Martin Siegert de l'Université d'Edimbourg (Ecosse), il s'agit d'une "performance majeure pour les Russes qui travaillent depuis des années sur ce projet", bien que ce dernier "n'ait délivré pour le moment aucune donnée scientifique".

Remonter les archives du climat passé

Selon le porte-parole de l'Institut russe de recherche scientifique pour l'Arctique et l'Antarctique Sergueï Lessenkov, l'achèvement des travaux de forage doit notamment permettre de réaliser "une étude scientifique fondamentale" sur les changements climatiques. En effet, l'analyse de l'eau du lac Vostok devrait permettre aux spécialistes d'établir un scénario des changements climatiques naturels pour les prochains millénaires.

Un laboratoire terrestre pour trouver de la vie sur d'autres planètes

L'étude de cet immense plan d'eau devrait également permettre de tirer d'importantes conclusions sur l'existence de vie sur d'autres planètes, dont la lune de Jupiter Europe, qui possède elle aussi un océan sous-glaciaire.
"Le forage de Vostok peut devenir intéressant pour tester de l'instrumentation, celle qui sera peut-être envoyée un jour vers Europe par exemple", note Frances Westall du Centre de biophysique moléculaire d'Orléans. En effet, "la difficulté pour forer la croûte de glace d'Europe et atteindre son océan est comparable", explique l'exobiologiste François Raulin, du Lisa (Laboratoire interuniversitaire des systèmes atmosphériques, CNRS).

A la recherche de formes de vie inconnues

Le glaciologue français Jean Jouzel, cité par le Figaro, parle d'"une question de prestige national" et fait part de ses inquiétudes concernant les techniques utilisées lors de la dernière étape du forage, évoquant le risque de contaminer le lac avec des bactéries de la surface. Il est à souligner que l'eau du lac a été préservée de tout contact avec l'atmosphère depuis au moins 500 000 ans.

Ce lac pourrait contenir des formes de vie inconnues à ce jour mais il n'est pas à exclure que les couches supérieures du lac soient stériles, tandis que des microbes fossiles ou leurs traces puissent être trouvés dans les profondeurs du lac. En effet, l'examen de la carotte de glace a démontré qu'il n'y avait que 2 ou 3 cellules par millilitre d'eau, ces cellules ayant pu s'infiltrer lors du transport de l'échantillon au laboratoire.

Selon l'expert russe, une carotte de glace extraite du lac sera transportée à Saint-Pétersbourg en mai 2013. Toutefois, cet échantillon pourrait ne pas fournir de preuves permettant de confirmer l'existence d'une vie dans le lac. "Cet échantillon (...) pourrait ne contenir aucune bactérie, étant donné qu'il sera pris de la surface", a indiqué M.Boulat. D'après le chercheur, si le lac Vostok contient des formes de vie inconnues à ce jour, elles pourraient être découvertes dans des couches d'eau plus profondes.

Un lac entouré de mythes

Alors que les chercheurs discutent des aspects scientifiques du projet, certains médias rappellent que l'histoire du lac Vostok est liée à une légende selon laquelle les Nazis allemands auraient construit une base secrète à ses alentours lors de la Seconde Guerre mondiale. En 1943, l'amiral Karl Dontiz aurait déclaré que la marine allemande y avait érigé pour le Führer "une forteresse inébranlable à l'autre bout du monde".

Localisation géographique

Notes

  1. Vostok est une station russe installée en Antarctique depuis 1957 à l'occasion de l'année géophysique internationale, pour l'étude du climat. C'est la plus isolée des stations de recherche sur le continent Antarctique. Le site a été choisi pour les possibilités de forage profond qu'il offre. C'est là qu'on y a enregistré la plus basse température du monde : -89,2 °C1.

Sources

Auteur

avatar Christophe Magdelaine / notre-planete.info - Tous droits réservés

21 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Pierre-jean Bernard le 09/02/2012, 12:02
C'est fantastique ce que l'on peut faire avec nos technologies modernes !
Je crois aussi me souvenir que dans une émission de "Ushuaia nature" de Nicolas Hulot, on avait trouvé un insecte vivant DANS la glace en Patagonie...donc...
A suivre... alerte
Strange le 09/02/2012, 12:13
sans doute une note d'espoir pour la recherche, merci Christophe !alerte
René Voujeaucourt le 09/02/2012, 14:51


Il est certain que l'utilisation de kérosène comme antigel peut amener des problèmes de contamination.

Il est toutefois bon de rappeler qu'en cas de découverte de traces de vie, cette vie est terrestre et aura subi d'éventuelles évolutions terrestres ne pourra servir qu'à (peut-être) expliquer l'origine et le développement de la vie sur terre MAIS ne sera en aucun cas à rapprocher d'une éventuelle vie extraterrestre dont nous n'avons toujours pas (à ce jour) la moindre trace. alerte
Strange le 09/02/2012, 20:00
Une fois encore le "on" je vous l'ai déjà expliquer quand j'exprime une idée j'utilise le "je" c'est pour cela que vous employez le terme "EGO" ?
Où ais-je utilisé le "MOI"? Je ne blablate pas simplement j'ai le droit de ne pas partager toutes vos pensées, et là je vais me mettre à votre niveau "de quel droit vous érigez-vous en maître à penser? Pourquoi n'allez-vous pas manifester sur place en entrainant avec vous la cohorte de vos semblables qui doivent être nombreux puisque je suis, à priori, la seule à ne pas comprendre »alerte
Strange le 09/02/2012, 20:43
Vous avez une interprétation toute particulière d'analyser mes propos, je crois que l'und'entre-nous a écrit à votre sujet que vous étiez " alerte
Strange le 09/02/2012, 21:03
Vous avez une interprétation toute particulière d'analyser mes propos, je crois que l'un d'entre nous a écrit à votre sujet que vous : « Vinaigre est partisan de la théorie du complot, donc tout ce qui se fait sur terre se fait dans le but d'asservir l'être humain. »
J’ai dit ce que j’avais à dire sur le lac j’ai même ajouté que « je suis en accord avec une partie de votre commentaire " ....Si il y a eu dépression, la contamination a eu lieu »
Oui bien sûr que j’ai pensé qu’il pouvait y avoir de la pollution mais celle-ci ne concerne que l’état de la glace est n’a pas de conséquences pour l’eau du lac pour l’instant. Les scientifiques non Russes sont prévenus et ils sont à même d’alerter les autres SCIENTIFIQUES. Vous pensez qu’il serait utile de faire la grève de la faim pour que les Russes laissent le lac tranquille ? Mais " on " ne nous dit pas tout …
alerte
Axiome le 09/02/2012, 21:07
Je suis d'accord avec le premier commentaire de vinaigre et j'ajouterais que sous pretexte de l'avancée de la technologie et de la science, j'ai bien peur qu'a l'avenir, que notre dernier endroit encore vierge de notre planete soit souillé par l'avidité humaine et que ça finisse comme de nombreux endroits de la terre sale surpeuplé et pollué .......alerte
Douds le 09/02/2012, 21:51
par -47°C, l'été et -87°C l'hiver, aller chercher de l'eau fossile datant de plusieurs millions d'années, il faut admirer la performance.
Mais pour trouver quoi? L’antarctique comme le Groenland étaient des territoires à "laisser tranquille". Déjà pour le Groenland, on commence ici et là à renâcler et à vouloir exploiter les richesses. Aller, dans dix ans ce sera le tour de l'Antarctique. On fait bien attention de ne pas polluer cette eau vieile de plusieurs millions d'années, mais à côté de cela les stations antarctiques tournent à 400 tonnes de fuel par hiver importés de la côte par tracteurs à chenilles avec des raids de plus de 1000 km. Je trouve l'humanité magnifique à cause de ses héros et pitoyable dans les buts qu'elle cache derrière ces figures. Derrière les figures symboliques et hautement idéologiques des grands découvreurs tel Newton, Lavoisier, Watson et Crick. Derrière, il y a Volkswagen, Union Carbide et Monsanto qui exploitent sans honte et jusqu'aux limites du raisonnable toutes les ressources fossiles et vivantes. alerte
Strange le 10/02/2012, 08:20
Bon voyage pour Agartha vous partez quand ? alerte
Goulabert Vinsobres le 10/02/2012, 09:34
Bon,je ne vais pas en rajouter pour dire la même chose,car "axiome" et "vinaigre" je suis d'accord avec vous.alerte
René Voujeaucourt le 10/02/2012, 10:22


ça finisse comme de nombreux endroits de la terre sale surpeuplé et pollué .......


La bronzette à Vostok ou à Concordia, nu sur la glace par moins 40 en plein été, quel pied ça doit être....

L'antarctique bénéficie d'une protectin internationale (protocole de Madrid).alerte
Strange le 10/02/2012, 18:34
Pour le froid je comprends, vous préférez vivre sous l'équateur vous avez bien raison. Pour les nazis je ne sais pas mais peut-être avaient-ils dans l'idée de construire une ville sous terraine avec une source en eau quasi inépuisable c'est peut-être juste le principe de l'autarcie... alerte
René Voujeaucourt le 10/02/2012, 22:13

Pour nous chenger de certaines élucubrations.

http://www.lepoint.fr/science/lac-de-vostok-nous-sommes-obliges-de-croire-les-russes-sur-parole-10-02-2012-1430134_25.php

alerte
Virginie perpignan le 14/02/2012, 23:49
Et pourquoi ce ne serait pas tout ce qu'ils vont découvrir qui pourrait nous détruire.de nouveau virus?alerte
René Voujeaucourt le 15/02/2012, 09:38
virginie,

Merci de ne pas croire en cette fadaise qu'est l'histoire de nazi en antarctique. alerte
Pol france le 16/02/2012, 11:25
la techno évolu homme aussi !!!!!!
je pense qu'il y a la vie microscopique !!!!alerte
René Voujeaucourt le 16/02/2012, 13:55
mauvaise manip...

D'autre part disais je, rien n'empêchait les américains de balancer une bombe A sur cette base....


enfin je vous conseille le lire ceci :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle-Souabe.

Enfin pour conclure je vous suggère de chercher des références un peu plus sérieuses et fiables. Il existe sur le net des sites autrement plus intéressant que vos sites olé-olé.

Je vous conseille Google scholar entre autre. alerte
Bry le 20/02/2012, 11:14
la "forteresse allemande" fut même baptisée officiellement du nom "Schwabenland", mais elle resta à l'état de projet (il y eut cependant une expédition antarctique allemande en 1939 à la veille de la guerre, sans suite).alerte
Kristall2002 le 08/03/2013, 14:43
Voila que « vinaigre » est entrain de muter en bibliothécaire. Mais de ce qui est de la virginité de l'Antartique c'est un peu râpé. La glace et la neige ayant la propriété de tout masquer ça coûte moins cher de dissimuler sur place les déchets produits par les "sciento-habitants" que les raptrier sur d'autres continents. dans le meilleurs des cas il sont balançés dans l'océan. Mais ça coute déja cher de les transporter des "campements" vers la côte. c'est bien de nous laisser rèver sur l'aspect virginal de ce continent.alerte
AzadrusYoutubeur le 10/03/2013, 10:10
J'ai à peine 13 ans et je m'intéresse à ça.alerte
Bautzen le 16/03/2013, 16:51
Les russes jouent avec le feu , ça leur pétera à la face.alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus