^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

1er site français en environnement
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
23 986
Partager
par email
Jeudi 24 avril 2014, 122 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Tchat environnement et sciences

Vous devez être membre du site et connecté
pour afficher le tchat et y participer

Marre de la PUB dans
votre boîte aux lettres ?

Imprimez et collez notre étiquette STOP PUB sur votre boîte aux lettres et respirez !

Sondage Avril 2014

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

La réalité de l'élevage des cochons en France

Dernières actualitésAlerte mailFlux RSS / webmasters

23 986 lectures / 38 commentaires18 février 2011 ; révision : 25 février 2011, 16 h 39

cochons_SIACochons au Salon International de l'Agriculture, Paris - France
© C. Magdelaine / notre-planete.info

Bruno Le Maire, ministre de l'agriculture, vante le modèle alimentaire et agricole français au point de vouloir l'étendre à l'ensemble du monde : " Notre modèle agricole et alimentaire est un facteur d’identité dans notre pays. (...] Il doit être aussi un exemple et un modèle pour le monde ". En découvrant la vidéo d'enquête tournée récemment dans des élevages de cochons français, le ministre sera t-il aussi choqué que lorsqu'il a découvert les images d'un abattoir Charal tournées par L214(1) ? Aura t-il toujours envie de vanter le modèle français ?

Des cochons comme les autres

Comme les sangliers, les porcs sont des animaux sociaux, vivants en hardes, diurnes, mettant au monde des portées nombreuses. Leurs groupes sont hiérarchiques, une hiérarchie stable au cours du temps qui est basée sur le poids des animaux : le plus gros est celui qui dirige. Les conflits sont dès lors rares. S'ils vivent en groupe, ils ont aussi besoin de pouvoir se retirer.

Ils ne défèquent pas dans leur espace de sommeil. Cet espace de repos est propre, sec et moelleux. Ils s'y allongent alors sur le côté lorsque la température est suffisante. Ils se serrent les uns contre les autres lorsqu'il fait froid.

Ils sont omnivores et passent une grande partie de leur temps à explorer, à fouir, à chercher de la nourriture. Ils parcourent ainsi plusieurs kilomètres par jour.
Les truies se construisent des nids avant leur mise bas et se tiennent alors à l'écart du groupe. C'est une activité intense pour elles, aussi importante que de s'alimenter. Dans le nid ainsi créé, elles peuvent se tourner. Elles restent exclusivement avec leurs petits jusqu'à leurs deux semaines. Ensuite elles rejoignent leur groupe. Le sevrage n'intervient qu'au bout de 3 à 4 mois (moins de 1 mois dans les élevages).

L'élevage porcin en France

En France, plus de 25 millions de cochons sont tués chaque année dans les abattoirs. Si les élevages sont dits familiaux en France, ils n'en restent pas moins intensifs. 96% des porcs ne fouleront jamais le sol extérieur et seront gardés sur caillebotis de leur naissance à leur abattage. Les caillebotis sont des sols ajourés qui permettent aux excréments de s'évacuer : le lisier est ensuite récupéré dans des fosses et est utilisé en épandage. L'ensemble du lisier breton représente l'équivalent des excréments de la population française. La Bretagne, qui réalise 50% de la production porcine française et qui concentre également d’autres élevages, connaît le problème des algues vertes. C’est la première région émettrice d'ammoniac.

D'après la filière, les élevages français comptent en moyenne 170 truies par élevage. Certains élevages comptent toutefois plus de 500 truies.

Les cochons sont dopés aux antibiotiques pour tenir dans ces élevages. 56% des antibiotiques vétérinaires sont utilisés dans les élevages porcins, soit 675 tonnes de matière antibiotique active. (2)

Pour limiter les pertes liées à ces conditions d'élevage intensif, les porcs subissent peu après leur naissance des opérations douloureuses telles que la coupe des queues ou le meulage des dents.

Les porcelets sont également castrés à vif. Ces opérations douloureuses sont quasi systématiques en France.

Pour le goût du consommateur : la castration

En France, dès leur plus jeune âge, les mâles (verrats) sont castrés sans anesthésie(3). En effet, leur chair est susceptible de dégager en cours de cuisson une odeur jugée désagréable par le consommateur. Bien que cette odeur ne se développe que chez 3% des verrats, en France, on castre à vif la totalité des porcs mâles conduits à l'engraissement. D'après l'EFSA, c'est une opération extrêmement douloureuse, même lorsqu'elle est pratiquée dans les premiers jours de vie des porcelets.

Pourtant, d'autres pays ont développé des alternatives à la castration...

  • En Angleterre et en Irlande la castration des porcelets n'existe pas. Les porcs sont tués à un poids légèrement inférieur, les verrats n'ayant alors pas ou peu développé les odeurs.
  • Au Pays-Bas et en Suisse, l'anesthésie est obligatoire avant la castration depuis respectivement le 1er janvier 2009 et 2010.
  • La Hollande s'achemine progressivement vers la fin de la castration à la demande de la grande distribution et les nez en abattoirs se développent afin de trier les carcasses.
  • En Allemagne, le plus gros abattoir de porcs accepte les mâles entiers et a installé des "renifleurs" électroniques pour détecter les odeurs. Les carcasses ayant l'odeur sont utilisées pour des préparations pré-cuites.
  • En Espagne, la castration ne concerne qu'un tiers des porcelets mâles.
  • En Belgique, un premier élevage a opté pour la vaccination en juin 2010. Dès la fin de l'année, la chaîne de supermarchés Colruyt ne commercialisera plus de viande de porcs ayant été castré à vif.

Pour les porcelets chétifs, considérés comme non viables, l'euthanasie par assommage contre un mur ou à l'aide d'une masse, bien qu'illégale, est couramment pratiquée. 20% des porcs meurent entre la naissance et l’âge de départ pour l'abattoir.

Les truies mettent bas dans des sortes de cages (stalles) où elles ne peuvent effectuer aucun déplacement sauf se lever ou se coucher. De nombreuses truies passent l'intégralité de leur vie dans ces stalles.

Vidéo déconseillée aux personnes sensibles
© L214

A partir de 2013 une directive européenne obligera les éleveurs à loger les truies en groupe une partie de leur vie. Toutefois, les truies resteront encore 1/3 de leur vie en stalle...

Notes

  1. Le ministre de l'Agriculture choqué par les images d'abattoir de Charal ! - L214
  2. Suivi des ventes de médicaments vétérinaires contenant des antibiotiques en France en 2008 - Agence Nationale du Médicament vétérinaire
  3. Y compris en mode de production biologique

Auteur

L214

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de notre-planete.info

38 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Commentaires 1 à 25 sur 38

avatar Gérard Malandrini - 18/02/2011, 18:32



C'est loin de donner envie , lorsque l'on voit des élevages pareil , surtout que moi étant jeune , j'ai travaillé à la campagne , je gardais un troupeau de porcs , dans des champs après la moisson ils se nourrissaient des grains et des épis tombé ,les jambons avaient aussi un autre gout que ceux que l'on achète maintenant , alerte

avatar SamSam - 18/02/2011, 23:44

Dans les Charcuteries de la grande distrib, il arrive que des Porcs arrivent la gueule arrachées, la queue coupé ou dans des états douteux... il y en a peu, ou beaucoup, qu'importe, les 3/4 de la commercialisation de Porc se fait en "transformé"...

Carnivore ou pas, il y a des limites au gâchis, à la cruauté et à la naïveté.
Il y a des choses primordiales, d'autres pas...alerte

avatar Fred Paris - 18/02/2011, 23:47

Choquant...
Et voilà ce qu'il ce passe en réalité.. La vie avant l'assiette..et encore si on ose encore appeler sa une vie...
après la vidéo sur les abattoirs de Charal, voilà la vidéo sur l'élevage industriel des porcs.. y a vraiment de quoi être dégouté de manger de la viande..
Merci les industriels ! alerte

avatar Didier Latappy - 19/02/2011, 11:40

Eh oui, le cochon, c'est bon ... mais pas n'importe quel cochon. Vous aimez le porc ? moi aussi mais pas n'importe lequel. Je ne consomme que du cochon de variétés locales élevé de façon extensive d'élevages de qualité n'utilisant pas ou peu d'antibios. La viande est savoureuse, les animaux vivent heureux.

Ah ! Je paie plus cher ... solution : j'en mange moins ; Je vous rappelle qu'il suffit de 200 grammes de viande par semaine pour un adulte. J'ai fortement réduit ma consommation mais j'en mange encore entre 800 grammes et 1 kilo.alerte

avatar nivert gérald lauterbourg alsace - 19/02/2011, 13:25

nos éleveurs devraient prendre en exemples les cochons corses qui se proménes dans la nature .ou les espagnoles ,qui font le jambon sérrano,et aissi que les volailles et autres ,une seule chose importe le fric .alerte

avatar Céline Froissart - 19/02/2011, 13:47

Où signe-t-on la pétition pour protester contre de telles pratiques et imposer par voie légale aux éleveurs de procéder de façon éthique et les sanctionner sévèrement en cas de contrôle validant le non respect des règles ?alerte

avatar alpha - 19/02/2011, 13:58

en tout cas le pettit cochon tout rose et tout propre du salon de l'agriculture, il fait beaucoup de saletés en mer, avec le reste d'ailleurs

entre la pêche, le tourisme et l'agriculture intensive

il va falloir accorder les violons
le dessous des cartes agricoles du ministére et des élus babord et tribord

http://aquaculture-aquablog.blogspot.com/2009/08/marees-vertes-le-dessous-des-cartes.html alerte

avatar jacques paris - 19/02/2011, 13:58

arrêtons de manger de la viande !alerte

avatar alpha - 19/02/2011, 14:25

du poisson auusi
il y a un article qui indique un reccord de 17 Kg/an de coso mondial

vous ne le savez pzut être pas , mais en françe nous en sommes au double

que du made in françe sans PCB et autres cochonneries alerte

avatar Christophe Magdelaine - 19/02/2011, 14:43

Céline Froissart : les pétitions sont la plupart du temps peu efficaces. Certaines associations peuvent faire pression, ici c'est L214 qui révèle ces pratiques. Sinon, vous pouvez informer et sensibiliser votre entourage pour consommer moins de viande et mieux (agriculture biologique, directement chez un producteur que vous connaissez...). alerte

avatar alpha - 19/02/2011, 16:39

Citoyen végétariens

Manger des mogettes de vendée et pas de la tomate hollandaise

conserve tout l'hiver avant l'arrivée des algues vertes

http://www.mogettedevendee.fr/index.php?option=com_garyscookbook&Itemid=51&func=detail&id=6alerte

avatar chatelain aisne - 19/02/2011, 16:43

Je ne veux pas défendre l'elevage porcin (loin de là!!) mais pensez vous que tous les elevages soient dans un tel état?
ça fait longtemps que je veux manger moins de viande mais là, je crois que vais vraiment freiner et manger dela viande bio! alerte

avatar alpha - 19/02/2011, 18:38

la contre Pub est interdite
mais tout le monde agriculteurs, éleveurs et ect
ne fait pas n'importe quoialerte

avatar Thierry de Gembloux - 19/02/2011, 20:00

Je pense que tous les élevages porcins ne sont pas dans un état aussi lamentable.Pour ce qui est de la consommation de viande, à chacun son choix.Quant à l'utilisation des "médocs" dans cette industrie ou même "privée", il faut être prudent avant d'accuser et ne pas se voiler la face.alerte

avatar am de ploermel - 20/02/2011, 07:39

c'est surtout choquant de voir que des articles tels que celui ci puisse parraitre! les renseignements cités ne sont pas vérifiés par l'auteur; en effets, les élevages sont soumis a des normes très strictes d'hygiène, ne seraice que pour les employés qui y travaillent! Comme dans n'importe quel métier, on ne sacrifie pas son outil de travail; avoir des animaux dans de bonnes conditions de vie permet de gagner plus d'argent au final! Cette video n'est absolument pas représentative des élevages de porcs!Les critiques des élevages devraient d'abord y mettre les pieds avant de dire et de publier de telles àneries.
De plus, il ne faut pas oublier que c'est l'état francais qui a poussé la Bretagne en particulier à produire des porcs en intensif durant l'apres guerre, alors pourquoi montrer du doigt les agriculteurs? Si on leur donnait les moyens de produire différemment, ils seraient d'accord evidemment.
Je precise que je ne suis ni agriculteur, ni éleveur de porc .alerte

avatar alpha - 20/02/2011, 11:21

cela tombe bien
la bretagne est déficitaire en énergie

il vaudrait mieux pour tout le monde que l'argent dépensé en ramassage des algues vertes serve au rachat de l'électricité
A priori les éleveurs allemands ont un double revenu qui leur permet d'étre plus concurentiel sur la viande de porc

http://www.reussir-porcs.com/actualites/methanisation-les-eleveurs-allemands-encourages-a-produire-de-l-energie-renouvelable&fldSearch=:23055.htmlalerte

avatar ccile villenave d'ornon - 20/02/2011, 18:55

Si je lis bien les notes en bas de l'article(3),les castrations à vif se font aussi dans le bio;alors à quoi peut on faire confiance?j'aimerais bien en savoir plus sur le sujet,est-ce vraiment systématique?Probablement oui pour le bio qui arrive en masse dans la grande distribution(du bio "industriel"),mais qu'en est-il des petits producteurs?j'espère qu'il y en aura un pour me répondre sincèrement.
Et puis si on n'aime pas l'odeur de l'animal,pourquoi en manger?
En tout cas si meme le bio ne respecte pas l'animal...alerte

avatar Christophe Magdelaine - 20/02/2011, 20:58

ccile villenave d'ornon : la castration est pratiquée par certains éleveurs bio, je ne saurais pas vous dire si c'est répandu. Toutefois, en bio, le bien-être animal est incomparable avec l'intensif : porcs en plein air, pas de caillebotis, petits avec leurs mères en "liberté", durée de vie plus longue...alerte

avatar Mignette 38 - 21/02/2011, 08:30

Mais pourquoi castration sans anesthésie ? Pourquoi imposer une souffrance supplémentaire, simplement par économie ???alerte

avatar Alfred Strasbourg - 21/02/2011, 18:40

je n'ai pas regardé la vidéo, mais l'émission sur l'alimentation de la semaine dernière était édifiante : le contrôle vétérinaire "à vue" est une aberration totale. Il faudrait imposer des analyses pour chaque animal (pesticides, antibiotiques, etc..) et ne permettere la commercialisation uniquement des animeaux exempts de toutes ces "saloperies", ou =et imposer l'étiquetage pour toutes les viandes des pesticides et autres substances chimiques contenues !
Il est vrai que dans l'état actuel des circuits de la grande distribution, les gens refuseraient d'acheter de la viande en supermarché et si on touche au sacro saint "fric" rien ne va plus et tant pis pour la santé du consommateur !alerte

avatar Cultilandes, Landes - 22/02/2011, 10:03

Un éleveur de cochons qui a un élevage tel qu'on le voit dans cette vidéo, avec des animaux aussi sales, blessés, avec une telle mortalité, des papiers et médicaments en désordre, les toiles d'araignées sur la boite de raticide, etc., est un éleveur en perdition. Si tous les élevages étaient ainsi, il n'en survivraient aucun. Ce n'est pas représentatif.

Les associations comme celle qui diffuse cette vidéo profitent de la détresse d'éleveurs qui, soit par manque de compétence, soit par manque de chance ou d'argent, négligent leur élevage, sont débordés...
C'est comme si on prenait en exemple les cas de chevaux de loisir abandonnés sans nourriture pour dénigrer tous les propriétaires de chevaux de loisirs!

Pour être un éleveur prospère, il faut élever ses animaux dans de bonnes conditions d'hygiène: nourriture saine et équilibrée, local propre, aéré et éclairé, etc. C'est le cas de la plupart des éleveurs, ceux qui comptent.alerte

avatar fanny Brest - 22/02/2011, 20:57

Bonjour, que dire sur cette vidéo, c'est tellement facile de faire un montage vidéo aujourd'hui qu'on peut à peu près faire passer n'importe quel message sans trop de difficulté;

alors effectivement les cochons que l'on voit en premier, sont dans leurs excréments, mais beaucoup de personnes critiquent les callibotis, en attendant eux ils évitent ce genre de problème, ensuite effectivement cet élevage, n'élève pas ses animaux dans les meilleurs conditions, mais ce type d'élevage est très rare, j'en ai visité plusieurs dizaines (environ 50),

Ensuite les truies lors du repas sont très nerveuse, le bruit de la machine à soupe les exitent, beaucoup d'éleveurs sont passés à un repas par jour pour limiter cette énervement, et ils ont remarqué que les animaux étaient plus calme.

Ensuite si ces animaux sont dans des stalles, ceci est due au fait qu'après l'insémination, la truie peut très vite avorter, par une bagarre par exemple, c'est pourquoi il est autorisé de les maintenir 4 semaines après l'insémination en stalle afin qu'elle ne perde pas sa portée

Ensuite on peut voir dans une auge, une balle jaune, c'est un élevage qui respectent les normes puisque les jouets sont obligatoires en engraissements pour les charcutiers.

La maternité maintenant, on voit la truie se redressé stressé par la lumière de la caméra et la présence d'étranger, ensuite, la case est spécialement étudié pour que la truie soit obligé de se penché en avant,puis basculer sur le coté avant de s'allonger, afin de limiter le maximum de porcelets écrasé, et de leur laisser une chance de s'échapper au poids de 250kg de leur mère, en bio les truies écrasent beaucoup plus les petits étant donné qu'elles ne sont pas dans ce genre de cases, ensuite en maternité, on voit des porcelets chétifs, et oui malheureusement c'est la dure loi de la nature, si à la naissance le porcelet n'a pas atteint un poid minimum ses chances de survie sont très réduites,on dit que le porcelet est non viable. Enfin, la chose qui m'a fait le plus réagir, et prendre le temps de répondre, et le porcelet avec un trou sur le flanc, pour être vulgairement née dans le cochon, je peux vous affirmer que ce cochon s'il a un trou dans le flanc, c'est du à une morsure de sa mère, les truies peuvent être agressives, si les dents sont mal épointés, ou si elle considère qu'elle en a trop et qu'une adoption n'a pas encore été réalisé, il est relativement fréquent de retrouver un porcelet éventré par sa mère, et ceci n'est en aucun cas du à la stalle, j'espère vous avoir éclairer sur certains points et je suis d'accord d'essayer de répondre à certaines questions si vous le souhaiter
Cordialement Fannyalerte

avatar Ambroise - 23/02/2011, 02:12

Je me méfie également des vidéos de ce type, choquer avec des images et plutôt facile. Je ne sais même pas à première vue si ces porcs sont élevés en France et de quand date les images.
Je ne trouve assez drôle en revanche, qu'on puisse justifier les pratiques agricoles intensives, d'un point de vue éthique et qualitatif.
La réalité, c'est que ces animaux sont affaiblis par leur inactivité, de plus, leur croissance est optimisée pour être le plus rentable possible: vous y croyez vous, vous pensez que la qualité de cette viande industrielle équivaut à celle d'un animal élevé en plein air?
Vous parlez de l'écrasement des petits, plus importants en bio: vous avez des sources? Parce qu'ayant rencontrer un éleveur de porc en bio il y à peu, j'ai des doutes.
A ce sujet, il a essayé dans un premier temps d'élever des porcelets issue d'élevage industriel en plein air: ils sont morts (8/10 à peu près) en peu de temps. La même expérience, renouveler avec des porcelets issue d'élevage bio: aucun décès signaler.
Alors oui c'est sur, qu'avec ces porcs élevés comme des légumes sous serres, des problèmes d'élevages, on en créent pleins, et pour les résoudre, on mécanise, on injecte des antibiotiques... on fragilise les races aussi.
Et la santé publique, les agro-industriel ils n'en ont rien à faire. Soit parce que ils croient dur comme fer dans leur système, soit parce que pour avoir de l'agent, ils sont prêt à tout.
Si vous pensez que je dis n'importe quoi et que je suis dans le faux, dites le moi, je suis ouvert, je veux comprendre comment on peut pratiquer cette activité et le revendiquer.
Les réels responsables sont ceux qui fixent le cadre légal de cette agriculture, je suis aussi convaincu qu'il y a beaucoup d'agriculteurs qui ne peuvent pas changer leurs activités, ou qui n'en voient pas l'intérêt. Ils ont une certaine liberté de produire, nous de consommer, à chacun ses choix.
Pour ma part, de ce porc la, j'en veux pas. alerte

avatar Ambroise - 23/02/2011, 17:37

Et excusez moi pour mes nombreuses fautes d'orthographe, il était tard je n'ai pas fait attention... alerte

avatar carole nord - 24/03/2011, 10:28

Je ne suis pas du tout issue du monde agricole. Juste consommatrice de base. Je n'achète pas de viande bio. Trop chère pour une famille de 5 personnes. Seulement les oeufs, le lait, le café et mon potager. Pour ce qui est des élevages, je me demande si le film proposé n'est pas caricatural. Je n'aime pas l'idée de l'élevage industriel, mais il n'est pas nécessaire de noircir davantage le tableau. Je veux penser que les éleveurs industriels essaient au moins de maintenir un niveau d'hygiène dans leur élevage. Je pense aussi qu'ils n'ont pas le beau rôle et pas la tâche aisée. Pour le reste, il y a évidemment des choses à revoir. Comme pour les poulets, je trouve toujours étrange qu'un animal soit élevé si loin de la terre.
Alors sommes-nous prêts à payer plus cher pour plus de dignité. Hier, j'ai acheté une barquette avec 2 pièces d'épaule à rôtir. 2.4 kg de viande soit 12 assiettes. pour 8 euros 50. 71 cts de viande par assiette. Je n'ai pas vraiment regardé le prix en l'achetant. Je m'en suis fait la réflexion après. Je l'aurais tout aussi bien achetée à 10 ou 12 euros soit 1 euro l'assiette. Mais en même temps, l'argent n'ira pas au producteur mais au distributeur. Alors à quoi bon. Le mieux pour en sortir serait peut-être de favoriser les circuits cours. Ce n'est pas évident à mettre en oeuvre j'imagine. Je pense que pas mal de consommateurs sont prêts à payer quelques euros de plus et que cela pourrait aider les producteurs qui comptent leur bénéfice en centime d'euro. Je pense qu'une partie du chemin serait facile à parcourir si les distributeurs étaient moins gourmands.
Mais je me contente de penser.
alerte

Commentaires 1 à 25 sur 38

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus