^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

1er média web francophone en environnement, écologie, nature
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
12 128
Partager
par email
Jeudi 24 juillet 2014, 3 054 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Sondage Juillet 2014

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

La Chine invente le bus "volant" pour réduire les embouteillages

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualités

12 128 lectures / 12 commentaires21 janvier 2011, 12 h 05

straddlingbusIllustration du Straddling bus
© Shenzhen Hashi Future Parking Equipment Co

Ce bus étonnant va surplomber la circulation automobile tout en empruntant la même voie. Il va permettre de réduire à la fois les embouteillages, les nuisances sonores et la pollution. Enfin, il transportera près de 1200 à 1400 passagers simultanément tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre de 2 640 tonnes par an.

Voici le bus « volant » : le Straddling bus.

Entre tramway et pont flottant, ce bus présenté, par le groupe chinois Shenzhen Hashi Future Parking Equipment Co, lors du Salon de la haute technologie de Pékin, semble révolutionnaire. Ce système innovant devrait ainsi permettre de réduire de près de 30% les embouteillages sur les axes principaux, atténuant ainsi les problèmes de circulation dans les grandes agglomérations chinoises. Une solution pratique pour un pays où les véhicules individuels sont de plus en plus nombreux et les embouteillages de plus en plus fréquents, à l'image du “plus grand embouteillage du monde” que connu Pékin en 2010. Un immense embouteillage de 100 km de long a bloqué une autoroute du nord de la Chine pendant presque 2 semaines du 14 au 27 août 2010. Des travaux sur l'axe Pékin-Zhangijiakou de la Voie Rapide Nationale 100, une portion de plus en plus fréquentée où le trafic routier augmenterait d'environ 40% chaque année, étaient la cause principale de cet engorgement hors normes. Dans ce contexte, les atouts de ce bus qui ressemble à une Raie Manta sont multiples :

  • D'une hauteur de 4,5 mètres sur 6 de large, ce bus circulera à califourchon au dessus des voitures présentes sur la route.
  • Lorsque le straddling bus sera à l'arrêt, les voitures pourront continuer à circuler dessous. Cet aspect permet de souligner que l'engin ne nécessitera pas de dépôt comme pour les bus classiques, il grignotera moins d'espace au sol et pourra rester stationné n'importe où, sans gêner la circulation lorsqu'il n'est plus en marche…ça fait rêver !
  • Par ailleurs, il devrait s'avérer très économe en énergie : 860 tonnes de carburant pourrait être économisées par an.
  • Au-delà de cet avantage majeur, le bus fonctionnera à l'énergie électrique rechargée par des panneaux solaires, ce qui permettra de réduire les émissions de carbone, argument de poids à l'heure où le thème de l'écologie prend de plus en plus d'importance.
  • Electrique certes mais rapide à se recharger : pour son fonctionnement, les concepteurs ont repris l'idée de Watt (Wireless Alternative Trolley Technology), un concept de bus électrique qui se recharge à chaque arrêt. Les plateformes de chargement des passagers seront entièrement recouvertes de panneaux solaires et reliées au réseau d'électricité. Lorsque le Straddling bus arrivera sous la plateforme, il sera rechargé et pourra poursuivre sa route en toute autonomie jusqu'à la prochaine plateforme.
  • Cet engin futuriste, d'une capacité de 1 200 à 1 400 personnes, se déplacera à une vitesse moyenne de 40 km/h, et pourra atteindre 60 km/h selon la société chinoise. Affaire à suivre sachant que les premiers tests se dérouleront dans le quartier de Mentougou à Pékin, où les travaux pour installer les 186 premiers kilomètres de ligne ont commencé à la fin de l'année 2010.

Et la sécurité dans tout ça ? Pour guider ce bus, deux solutions sont envisagées : un système de rails et/ou un système de pilotage automatique qui détecterait le marquage au sol (lignes blanches). Pendant son fonctionnement, des ultrasons et des signaux lumineux diffusés à l'arrière du bus indiqueront aux véhicules trop grands qu'ils ne peuvent passer dessous. Les camions ou véhicules dépassant les 2 mètres s'en approchant de trop près déclencheront ainsi une alarme. De la même façon les voitures circulant dessous et frôlant la structure déclencheront une sirène, pour éviter tout accident. En cas de collision, les passagers seront évacués via les portes latérales qui s'ouvriront automatiquement pour former des toboggans similaires à ceux des avions. La crainte est que dans les premiers temps, les automobilistes, faute d'en avoir l'habitude, soient sujets à quelques frayeurs : drôle de sensation que celle procurée par la conduite sous un tunnel mobile !

Le coût d'une telle machine est estimé à 56 millions d'euros, rails de 40 km compris. Soit un budget inférieur de 10% à celui d'un métro. La phase de travaux est elle aussi écourtée : un an seulement pour 40 km, contre 3 ans pour un métro. Si, d'après les estimations, la mise en place d'un straddling bus suffirait à réduire les bouchons de 20 à 30 %, d'économiser 860 tonnes de pétrole par an et réduire de 2 640 tonnes les émissions de carbone, l'inconvénient majeur de ce nouveau transport collectif reste sa taille impressionnante, sans compter l'espace occupé par les plateformes de chargement. Il serait donc plutôt adapté aux périphéries des villes ou aux grandes artères des Etats-Unis. Gageons pour les conducteurs chinois que les chantiers du straddling bus ne créent pas à leur tour d'interminables embouteillages.

Auteur

avatar Gaelle Naze-Ganier

12 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Cassiopée le 21/01/2011, 15:57
Le déplacement urbain a créé de nombreux problèmes liés à la pollution de l'air. C'est pour ça que peu à peu des modèles d'urbanisation développe des idées avec plus d'espèces végétales absorbant les rejets polluants.

Le cas de la Chine n'est qu'un pensemant temporaire, car le problème de la pollution urbaine est déjà la démographie. L'expansion commerciale est si rapide, que ses remèdes comme les transports en commun, se révèlent compensatoire et/ou dépasser très vite.

Le cas de la ville verte de Curitiba comme déplacement urbain est signicatif.

Voir source sur google :
naturavox Curitiba ville verte de la première heure

Malgré un réseau de transport qui fait la fierté du Brésil par son efficacité, 85% des habitants de la ville prennent les transports en commun, sur à peu près 1 800 000 habitants quand même, avec 3,6 millions en agglomération inclus avec la ville.

C'est déjà un chiffre très performant, et pourtant malgré ce succès, à cause de la démographie, les voitures individuelles explosent à présent. Le fait d'avoir un accès urbain plus facile à l'emploi, au commerce, au rue piétonne, aux espaces verts augmentent les transports en général. La campagne ne peut pas rivaliser avec cette diversité.

Pour la Chine, c'est un retard encore plus gigantesque, la Chine n'est pas le leader mondial des énergies renouvelables par hasard. Ses besoins sont considérables, et cette ingénieuse idée de transports ne pourra même combler une demande de déplacement trop élévé : explosion des offres d'emplois, du commerce et autres...avec deux semaines de bouchon de 100 km non stop comme record.

La campagne est incapable de rivaliser avec un modèle aussi dynamique, qui en plus peut se voir par le biais des médias ou d'internet.

Sinon face à ce développement, il y a une paupérisation des ppopulations s'il n'y a pas des investissements sur l'immobilier, les transports et l'accès aux services divers.

C'est un effet boule de neige (mais plutôt pollué), les transports en commun sont efficaces, ce qui va entraîner une explosion des voitures individuelles, ainsi de suite jusqu'à une incapacité économique ou des ressources de déplacements.

Agir localement c'est repenser le rôle des campagnes, et c'est très difficile face à la concurrence urbaine. C'est un déplacement des richesses que le monde urbain en est le principal bénéficaire.alerte
Olivier MONTREUIL le 22/01/2011, 10:09
Il y a d'importants problèmes d'embouteillage en Chine mais il n'y a jamais eu ce fameux embouteillage de 15 jours. C'était une rumeur, une de plus! (voir pour explications la chronique "le vrai du faux" de France Info).

La Chine a décidé d'une mesure radicale pour limiter ces embouteillages et donc la pollution : limiter le nombre de voitures accessibles à l'achat. Sans en arriver à cette mesure contraignante en termes de liberté d'achat, la France pourrait appliquer de manière beaucoup plus drastique une mesure qui n'a été utilisée qu'une fois à ma connaissance : la circulation alternée. La circulation pourrait être alternée d'office un jour sur deux ou plus, favorisant ainsi le développement du covoiturage et de l'autopartage dans les grandes agglomérations.
alerte
Jean-Michel Boulicault Roanne le 23/01/2011, 06:06
Saisissante l'illustration en haut à gauche : on y voit le fameux bus génial qui ne gêne ni le 4x4 qui circule dessous ni l'énorme coupé béhème qui circule à côté. Le progrès fait rage !alerte
Christophe Magdelaine le 23/01/2011, 11:02
@ Jean-Michel Boulicault Roanne : bien vu effectivement !alerte
Julien, Metz le 23/01/2011, 17:34
Et quid de l'installation dans une ville dense ?
Ah oui, mais c'est bien sûr : la Chine a tout rasé, donc les petites rues, cela n'existe plus !
Un projet original permettant d'allier tram avec circulation automobile,... mais je ne sais pourquoi, j'ai une grosse impression de poudre aux yeux.
Difficile en effet d'associer une circulation automobile protubérante avec un système d'enchâssement de la chaussée.... les ingénieurs chinois oublient un peu vite l'état cacophonique de la circulation en ville. Que je te passe d'une voix à l'autre, etc...

Aussi, question prix, ne vaudrait-il pas mieux, tout simplement, de faire un bon vieux métro ?alerte
Lio bretagne le 24/01/2011, 09:51
tout a fait d'accord avec mr Boulicault,surtout en chine qui était la patrie du vélo ,le monde a l'envers physiquement et mentalement.alerte
Didier Latappy le 24/01/2011, 11:54
Autre information écologique saisissante ... Comment la Chine produit-elle son électricité ? Essentiellement à partir de centrales à charbons (combustible dont elle est le 1er producteur mondial). Alors oui, ce genre d'engin aura un effet positif sur la pollution atmosphérique des mégalopoles mais certainement pas sur les gaz à effet de serre ...alerte
Christophe Magdelaine le 24/01/2011, 11:57
@ Didier Latappy : vous n'avez pas bien lu l'article ;-)alerte
Didier Latappy le 24/01/2011, 13:44
@ Christophe : Je pense avoir bien lu ;o) ... le raccordement des plateformes au réseau électrique peut servir à deux choses :

- évacuer l'électricité excédentaire ne pouvant être stockée dans des batteries ou un système capacitif local ;

- apporter un complément plus que non négligeable au système d'alimentation des véhicules ;

- ou les deux options en fonctions des conditions du moment.

Je n'ai pas encore trouvé d'information complémentaire sur le sujet ...
alerte
Gbl98 le 01/02/2011, 16:40
on dit de la Chine le plus grand pollueur de la Terre mais en même temps, c'est elle qui en fait le plus pour l'environnement. l'idée des bus volant est vraiment génial !!
: -plus écolo : réduction des embouteillages, et les rejets en CO2, donc - de gaz à effet de serre puis moins de conséquences sur l'environnement, éviter la fonte des glaces et l'élévation des niveaux des mers et moins d'inondations dans le futur. on s'en rend pas conte, mais ce bus 7 pour l'environnement indirectement.alerte
Kaseekane le 07/02/2011, 11:05
J'adoooore!alerte
Legros Isere le 14/06/2012, 10:45
il est parfois difficile de comprendre les génie pour un français moyen!!!alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus