Notice: Undefined index: idm in /home/npi/www/includes/commentaires.php on line 8
Faut-il avoir peur du saumon d’élevage norvégien ? (vidéo) - notre-planete.info

^ Publicité ^

1er média web en environnement, écologie,
nature et sciences de la Terre, depuis 2001

rss
124 773
Partager
par email
Vendredi 19 décembre 2014
76 connectés / 11 108 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité ^

Sondage Décembre 2014

^ Publicité ^

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualitésProposer un article

Faut-il avoir peur du saumon d’élevage norvégien ? (vidéo)

124 773 lectures / 126 commentaires30 novembre 2010 ; révision : 16 décembre 2014, 13 h 50

saumon_filet© NORGE

A l'approche des fêtes de fin d'année, les étals des poissonneries proposent davantage de produits alimentaires festifs comme le saumon. Si les Français en sont friands, la majeure partie du saumon qui nous est proposée provient d'élevages dont les conditions laissent les consommateurs dans la perplexité voire la méfiance. Faut-il en avoir peur ? Nous sommes partis enquêter sur place, en Norvège.

La Norvège, ce pays de moins de 5 millions d'habitants, a l'Indice de Développement Humain le plus élevé au monde depuis une dizaine d'année, et un dynamisme économique allié à une éthique environnementale qui en font un modèle.

Avec 21 000 km de côtes (près de deux fois le linéaire des côtes françaises) et 90 000 km² d'aires maritimes exploitables, la Norvège s'est naturellement spécialisée dans les pêcheries, avec un certain succès puisque le pays compte plus de 500 entreprises exportatrices de poissons et s'impose comme le deuxième exportateur mondial de poissons après la Chine[1]. Une industrie agro-alimentaire qui rapporte 4 milliards de dollars.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, sa flotte de pêche est restée relativement modeste : 12 000 pêcheurs se partagent 6000 bateaux[2] de taille modeste : entre 9 et 11 m de long en moyenne ! En Norvège, la pêche conserve un caractère traditionnel, et la majeure partie de la pêche se fait à la ligne, au filet et à la senne danoise[3] : des méthodes peu intensives. Il existe très peu de chalutiers norvégiens, et les pêcheurs s'emploient à ne pas trop les charger et à bien respecter les quotas et les zones de pêche autorisées[4]. Par exemple, les coquilles Saint-Jacques sont pêchées à la main par seulement 50 plongeurs professionnels pour tout le pays : l'impact sur les fonds marins reste limité.

En outre, les trois quarts des pêcheries norvégiennes sont certifiées MSC[5], la Norvège étant le pays ayant le plus grand nombre de pêcheries certifiées au monde[6].

Le saumon d'élevage norvégien

Inutile de chercher du saumon sauvage de Norvège sur les étals des poissonneries : c'est devenu une denrée de luxe, qui n'est pas exportée et réservée à quelques norvégiens privilégiés. Par contre, le saumon d'élevage a pris la relève depuis plus de 40 ans ! En 2012, la Norvège a produit 1,2 million de tonnes de saumons d'élevage. Avec 60 % de la production mondiale, la Norvège s'impose comme le pays leader sur ce marché !

saumon norvégien© NORGE

Et c'est justement la France qui va profiter de cette offre abondante puisque nous sommes les premiers importateurs mondiaux de saumon et le premier marché pour le saumon norvégien : plus de 161 000 tonnes de saumons ont été importés en 2012. 7 saumons sur 10 consommés en France proviennent de Norvège. En moyenne, un Français consomme 2,3 kg de saumon par an, c'est davantage que nos voisins européens, cela reste toutefois modeste par rapport aux Norvégiens : 6 à 8 kg de saumons sont consommés par personne et par an !

Le saumon que nous achetons provient donc d'élevages, mais que recouvre l'aquaculture de saumons ?

Les fermes d'élevage de saumons en Norvège

En 2010, La Norvège comptait 649 fermes d'élevage réparties sur les 21 000 km de côtes. Les fermes sont construites en mer, à une distance relativement proche du littoral, dans les fyords où la profondeur, notable, est suffisante : entre 60 et 100 mètres.

Si le potentiel de production de saumons d'élevage dans le pays est estimé à 10 fois la production actuelle, il n'est pas question de multiplier les fermes d'élevage, ce qui serait préjudiciable pour l'environnement. Au contraire, le nombre des installations a diminué de 40 % en 10 ans, bien que leur taille ait augmenté : au final, la production totale annuelle de saumon d'élevage a été multipliée par 40 au cours des 20 dernières années et a augmenté de près de 40 % en seulement 3 ans !

Des licences, coûteuses[7], sont accordées au compte-goutte aux producteurs afin de maintenir un équilibre entre élevage et environnement. Ainsi, le gouvernement norvégien plafonne à 950 le nombre de licences dans un double intérêt : limiter les conflits d'intérêts avec les autres activités marines et éviter les problèmes de pollution aquatiques qui seraient engendrés par une population de saumons trop importante.

Port de KnutholmenFerme de saumons

Port de Kalvåg (à gauche) ; ferme d'élevage Karstensen Fishfarm de saumons (à droite)
© C. Magdelaine / notre-planete.info

L'élevage d'un saumon

3 ans sont nécessaires pour élever un saumon dans une ferme, alors que sa durée de vie moyenne en mer est comprise entre 4 et 6 ans.

Afin de respecter le caractère anadrome[8] du saumon, les saumons naissent sur la côte, dans une écloserie, en eau douce. Un courant est même  généré afin de simuler la descente du cours d'eau jusqu'à la mer par les jeunes saumons (tacons). Puis, lorsque la "saumonification[9]" est effective, c'est-à-dire au bout d'un an, ils sont déplacés dans une ferme d'élevage en pleine mer, donc dans une eau salée.

Bien que de taille plutôt modeste et jouissant d'une bonne intégration dans le paysage, ces fermes contiennent des centaines de milliers de saumons. Par exemple, la ferme Kartensen Fishfarm près de Svanøy peut contenir jusqu'à 800 000 saumons répartis sur 12 bassins ! En fonction de l'âge des poissons et donc de leur taille, ils bénéficient de plus d'espace vital. Ainsi, lorsque les saumons atteignent 2 kg, la profondeur du bassin est augmentée, passant de 18 à 40 mètres, puis avec la prise de poids, ils seront répartis dans différents bassins. Dans tous les cas, la densité demeure modeste : 2,5 %, le reste étant de l'eau !

Tous les côtés des bassins sont matérialisés par des filets. A la surface, ils permettent de se prémunir des prédateurs que sont les oiseaux. Sous l'eau, ils empêchent tout simplement les saumons de s'échapper[10] tout en leur donnant un sentiment de relative liberté dans un milieu pseudo-naturel : les saumons sentent les courants marins et profitent d'une eau oxygénée car brassée naturellement.

Pendant les 16 à 18 mois où ils évoluent dans ces bassins en pleine mer, les saumons sont surveillés de très près : teneur en oxygène, température de l'eau, comportements... A Kartensen Fishfarm, une caméra sous-marine manipulée par le pisciculteur Geir karstensen permet d'explorer les profondeurs des bassins. C'est en s'appuyant sur l'observation du comportement des poissons que la nourriture est fournie, automatiquement, mais aussi manuellement.

Lorsqu'ils atteignent 4-5 kg, ils sont abattus[11] et commercialisés, notamment vers la France. Un poids qui diffère selon le pays importateur. Ainsi, pour la Chine et la Russie, les saumons exportés feront de 8 à 9 kg ! Mais il ne s'agit pas ici de les gaver comme des oies (ou des canards), les saumons sont sélectionnés en fonction de leur masse une fois arrivés adultes : certains sont plus frêles, d'autres franchement gros, la majorité (80%) font entre 3 et 5 kg. Arrivé à maturité, le saumon pourra être revendu environ 2,5 euros le kilo et bien plus sur les étals de nos commerçants.

La France importe le saumon frais de Norvège mais réalise son fumage[12]. Cette transformation change notablement le goût du saumon et selon les pays, le salage est plus ou moins fort. Ce qui explique que le saumon que nous achetons a sensiblement le même goût en fonction de sa provenance.

Elevage des saumons dans la ferme Kartensen Fishfarm - Norvège
© C. Magdelaine / notre-planete.info

L'alimentation des saumons d'élevage de Norvège

L'alimentation des saumons d'élevage est souvent décriée. Pourtant, contrairement aux idées reçues, la production d'un kilo de saumon d'élevage ne nécessite qu'environ 1,5 kg de poissons sauvages[13], sous forme de farine. En milieu sauvage, il aurait fallu 10 kg de poissons pour obtenir la même masse !

L'alimentation des saumons est constituée de granulés fabriqués par le leader mondial norvégien Ewos. Ils sont constitués de :

  • 54% de farine de poisson, dont un quart provient de restes non commercialisés de poissons (têtes et queues de hareng, maquereaux... Mais surtout pas de saumons car l'espèce n'est pas cannibale). Le reste (75 %) provient de poissons sauvages non-exploités commercialement mais dont la pêche est à 90 % destinée aux animaux d'élevage terrestres.
  • 30 % d'huile végétale non transgénique
  • 11 % de pigment naturel et notamment la précieuse astaxanthine, un puissant antioxydant riche en vitamine A, disponible à l'état sauvage via la consommation de crustacés qui donne la fameuse couleur rosée aux saumons.
  • 3 % de vitamines de minéraux.
  • 2% de glucides.
  • l'éthoxyquine, un antioxydant utilisé comme conservateur afin de conserver leur qualité durant le transport[14].

Une aquaculture surveillée

Des précautions sont prises pour garantir un bon état sanitaire de l'installation aquacole. En été les filets sont nettoyés toutes les semaines et la mise en jachère des bassins est obligatoire entre chaque cycle d'élevage, soit tous les 18 mois environ. Cette jachère dure "au minimum trois mois" précise Solveig Willis, Responsable Qualité pour Sea Farmers.

Enfin, des contrôles réguliers sont effectués par les départements habilités du gouvernement norvégien. Ainsi, "plus de 11 000 tests annuels sont réalisés par les laboratoires : alimentation, composés présents dans les bassins, santé des poissons, tout y passe ! Et le gouvernement veille au grain" ajoute Solveig Willis.

"La préservation du milieu naturel est essentiel : les saumons ont besoin d'un milieu de vie sain et le gouvernement tient fermement à préserver l'environnement" souligne Vidar Ulriksen, secrétaire d'état au Ministère de la Pêche et des Affaires Côtières.

Les traitements aux antibiotiques

Normalement, l'alimentation des saumons ne comprend aucun traitement médicamenteux (antibiotique) préventif. C'est un changement par rapport aux débuts de l'aquaculture lorsqu'une demi-tonne d'antibiotiques était utilisée chaque année pour les saumons d'élevage norvégiens. Dorénavant, tout au long de leur vie, ils n'auront aucun traitement antibiotique préventif.

Cependant, il arrive que des élevages soient traités à titre curatif. Ainsi, en 2012, moins d'un pour cent des saumons ont été traités avec des antibiotiques (ce qui fait tout de même 12 000 tonnes de poissons).

Comment cela est-il possible ?

Les saumons sont vaccinés à la naissance contre cinq maladies[15] environ un mois avant d'être transférés en mer. Ces vaccins évitent ensuite l'usage d'antibiotiques néfastes pour la santé et l'environnement[16]. Bien sûr, dans les rares cas où les saumons sont malades, ceux-ci sont placés en quarantaine. Le traitement médicamenteux ne pourra être réalisé que sous approbation d'un vétérinaire et du gouvernement. Dans le pire des cas, afin d'éviter toute contamination aux autres fermes d'élevage, les saumons seront détruits, une perte financière considérable pour l'éleveur qui cherche à l'éviter au maximum.

A ce titre, les fermes aquacoles doivent être espacées d'au moins 3 km pour prévenir toute contamination. Par exemple, la  ferme la plus proche de Kartensen Fishfarm est distante de 12 km.

farine de poissonvieille commune

Farine de poisson distribuée aux saumons d'élevage (à gauche) ; introduction de vieilles communes dans le bassin d'élevage des saumons (à droite)
© C. Magdelaine / notre-planete.info

Les traitements contre les poux de mer

Les saumons sont le plus souvent sujets à la prolifération des poux de mer (Lepeophtheirus salmonis), des parasites qui peuvent tuer leur hôte ! Profitant de la forte concentration en saumons, les poux de mer se multiplient dans les élevages. Pour les contrer, les pisciculteurs font appel à des poissons nettoyeurs comme la vieille commune(Labrus bergylta) qui sont intégrés directement dans les bassins avec les saumons d'élevage.

Le scandale du diflubenzuron

Malheureusement, la vieille commune ne suffit plus pour traiter la contamination massive des poissons et du diflubenzuron, un pesticide, est utilisé, dans des proportions difficiles à évaluer.

L'association Greenwarrior rappelle dans son rapport "Report on the Environmental Impact of farming of North Atlantic Salmon in Norway" la dangerosité de ce pesticide potentiellement cancérogène pour l'Homme et qui retenu en partie dans la chair du saumon. Le diflubenzuron est un pesticide normalement utilisé en agriculture qui est "hautement toxique pour les organismes aquatiques, capable d'avoir des effets à long-terme sur l'environnement aquatique" selon la propre notice du produit.
Officiellement, aucun résidu de diflubenzuron n'a jamais été détecté dans le saumon d'élevage norvégien au-delà des limites autorisées par les autorités norvégiennes et européennes et son usage resterait très limité et uniquement sur ordonnance vétérinaire. C'est ce qu'a rappelé la ministre de la Pêche Lisbeth Berg-Hansen dans une lettre aux autorités françaises.
Dans le doute, l'association Greenwarrior déconseille toutefois de consommer du saumon d'élevage.

Le saumon d'élevage : la poule aux œufs d'or

Les producteurs de saumon d'élevage ne le cachent pas : ils gagnent bien, très bien leur vie mais se gardent bien de compromettre l'avenir de la profession. L'investissement en R&D est conséquente et les Norvégiens travaillent déjà sur les fermes marines de demain où le saumon sera nourri directement sous l'eau, ce qui correspond davantage à son comportement en milieu naturel tout en limitant l'impact des installations sur le paysage.

Si la production de saumon est lucrative, il n'est pas question de faire n'importe quoi et de sacrifier un élevage très dépendant de son environnement. Ainsi, au niveau financier, chaque jeune saumon est acheté 1,5 euro à l'écloserie. Lorsqu'un producteur en achète 400 000 pour entamer un nouveau cycle de production, l'investissement est colossal : 600 000 euros sans oublier le coût initial de la ferme : environ 3,5 millions d'euros ! Préserver le milieu de vie du saumon d'élevage est donc avant tout une nécessité économique.

On comprend bien ici que la bonne santé économique de la production dépend étroitement de celle de l'environnement.

Le saumon d'élevage norvégien : une réponse respectueuse de l'environnement ?

Actuellement, seul le saumon sauvage norvégien est certifié MSC, le saumon d'élevage fait l'objet d'un projet de labellisation via l'Aquaculture Stewardship Council afin de limiter l'impact environnemental de ce type d'aquaculture.

Bien sûr, l'élevage de saumons n'est pas neutre sur l'environnement, comme toute activité humaine. L'alimentation non ingérée et les fèces des poissons augmentent les niveaux de nutriments dans l'eau. Cela peut favoriser la croissance d'algues qui participent à l'eutrophisation du milieu, appauvrissant notamment la flore et la faune présents sur les fonds marins[17].

La consommation en énergie et les émissions en gaz à effet de serre

Des études[18] montrent que la production d'un kilo de saumon norvégien et sa distribution à Paris génère l'émission de près de 3 kilos d'équivalent CO2 soit l'équivalent d'un trajet d'un peu plus de 21 km dans une voiture neuve. Sachant qu'un Français consomme entre 2 et 3 kilos de saumons par an, cela revient à une émission maximale de 9 kilos d'équivalent CO2, soit un trajet de 63 km par an : c'est tout à fait raisonnable quand on sait qu'un tiers des trajets effectués en voiture font moins de 2 km...

En ce qui concerne l'alimentation énergétique des fermes d'élevage, soulignons que la totalité de la production électrique en Norvège provient de barrages hydroélectriques, dont les émissions en gaz à effet de serre sont limitées.

Peut-on manger du saumon d'élevage norvégien ?

Les poissons gras, comme le saumon, sont riches en vitamines D, en acides gras oméga-3 à longue chaîne mais aussi en vitamine B12, en iode et sélénium.

Pour autant, la contamination planétaire de nos milieux rend toute consommation alimentaire problématique. Ainsi, le saumon d'élevage norvégien, comme tout poisson, n'est pas exempt de Polluants Organiques Persistants (POP), de métaux lourds, de pesticides... Ce triste état est dorénavant incontournable, quelque soit le poisson mangé.
De surcroît, le saumon étant un poisson gras, il accumule davantage certains polluants.

D'une manière générale, l'Anses recommande "de consommer du poisson deux fois par semaine en associant un poisson à forte teneur en oméga 3 et un poisson maigre." Le saumon peut être consommé une fois par semaine. Une étude du Biodiversity Research Institute sur la contamination au mercure des poissons indique même que le saumon peut être consommé sans limitation, ce n'est pas le cas de tous les poissons.

Pour autant, la Direction norvégienne de la santé avait émis dès 2006 une recommandation quant à la consommation de poisson pour les jeunes femmes et femmes enceintes : 2 à 3 portions de poissons par semaine, dont un maximum de 2 poissons gras comme le saumon, la truite, le maquereau ou le hareng.

Or, cette recommandation vient d'être levée le 15 décembre 2014 par la même instance, le Comité scientifique norvégien pour la sécurité alimentaire (VKM). Selon une nouvelle réévaluation des taux de toxicité présents dans les poissons gras d’élevage (saumon, truite, hareng, maquereau), les experts ont constaté que le saumon d'élevage contient 30 % moins de dioxines et 50 % moins de mercure qu'il y a 8 ans. Le VKM conclut ainsi : "il n'y a aucune raison de limiter la consommation de poisson gras pour les femmes enceintes".
Tour de passe-passe du VKM avant les fêtes de Noël ? En fait ces résultats bien meilleurs s'expliquent par le changement d'alimentation des poissons d'élevage qui est devenu majoritairement végétarien, permettent de limiter les apports en toxines contenus dans les poissons sauvages vu la contamination généralisée des chaines alimentaires marines, à cause des pollutions humaines.

Comme toute production industrielle, l'aquaculture norvégienne se heurte à l'effet de masse qui oblige à utiliser des composés chimiques dangereux pour la santé et l'environnement. Cependant, les saumons d'élevage font l'objet d'une attention particulière et de contrôles strictes et réguliers obligatoires pour assurer la pérennité de cette activité très lucrative.
C'est suffisamment rare pour le souligner car une grande partie des pêcheries et fermes aquacoles dans le monde ont des contrôles déficients et des eaux souvent très polluées, loin des projecteurs des médias et des associations de défense de l'environnement.

Le saumon biologique

Et le saumon biologique ? La demande en saumon certifié "agriculture biologique", est en augmentation constante bien qu'encore faible. Quelques milliers de tonnes de saumons biologiques sont produits chaque année en Norvège, toujours en aquaculture bien sûr, sinon il serait impossible de le certifier.

Le label AB garantit une densité moins importante : 30 kg par mètre cube au lieu des 50 kg maximum. De plus, moins de 30 % de l'alimentation doit être d'origine végétale (et bio), le reste provient de pêcheries certifiées MSC.
Enfin, les fermes doivent être éloignées des trajets naturels de migration des saumons sauvages, dans des eaux où les teneurs en cadmium, mercure et plomb sont contrôlés.

Les Français se méfient de plus en plus du saumon d'élevage

Le saumon, poisson le plus mangé par les Français, est boudé : en novembre 2013, selon les chiffres Kantar Worldpanel, les ventes de frais ont chuté de 25 % en volume par rapport à l'année dernière et de 10,8 % pour le fumé. A Boulogne, où est fumé le saumon, les ventes ont chuté "de plus de 20% en deux mois", indique France Info.
En cause : la défiance des consommateurs alimentée par des reportages discutables mais qui montrent aussi les limites de l'élevage industriel.

Espérons que les consommateurs soient aussi critiques envers la viande (dont la charcuterie qui contient des substances cancérogènes connues) qu'ils mangent tous les jours et qui est une catastrophe avérée et majeure pour l'environnement et la santé.

Notes

  1. Source : Commerce international des produits de la pêche par principaux importateurs et exportateurs - FAO
  2. Soit seulement deux pêcheurs par bateau.
  3. Les sennes danoises ou écossaises sont des filets formés de deux ailes, d'un corps et d'une poche, dont la conception générale rappelle en bien des points celle du chalut (Ifremer).
  4. Moins de 30% de toute la pêche norvégienne est faite au chalut (y compris les poissons pélagiques qui sont plus souvent pêchés de cette façon). D'ailleurs, la catégorie "chalut" dans les répartitions des quotas norvégiens comprend également la senne, finalement beaucoup plus courante que le chalut.
  5. Le label MSC (Marine Stewardship Council) récompense les pêcheries dont la gestion et les pratiques sont reconnues comme étant écologiquement responsables. Ce label certifie que le produit issu de la mer provient d'une pêcherie durable, bien gérée et ne contribue pas au grave problème de surpêche.
  6. 25 à 30 % de la totalité des pêcheries MSC mondiales.
  7. Une licence coûte 1 million d'euros mais est valable à vie, sauf infraction à la législation.
  8. Le saumon naît en eau douce dans des eaux courantes près des sources, et descend jusqu'à la mer où il vit parfois plusieurs années, puis retourne dans le fleuve dans lequel il est né pour frayer (se reproduire).
  9. Transformation physiologique qui va permettre au poisson d'évoluer en eau de mer.
  10. En 2011, 187 000 saumons d'élevage se sont échappés, soit moins de de 0,05 % de la production - Norwegian Seafood Federation
  11. A l'abattage, les saumons ne sont pas directement tués : le transport étant stressant, ils sont placés dans des bassins de repos pendant 24 à 48h. Puis ils sont petit à petit endormis avec une eau glacée, la saignée peut ensuite débuter.
  12. Ceci s'explique notamment par la taxe à l'importation qui est pratiquée sur le saumon directement fumé sur place : elle passe de 2,2% à 13 %.
  13. Ce qui correspond à environ 1,15 kg de farine de poisson.
  14. Le règlement européen n° 2316/98 habilite l'utilisation des antioxydants tels que l'éthoxyquine (EQ) dans les aliments pour animaux. Leur limite maximale seuls ou en combinaison avec d'autres antioxydants est fixé à 150 mg/kg par aliment.
  15. Furunculose, vibriose, vibriose des eaux froides, maladie des ulcères hivernaux et nécrose pancréatique infectieuse.
  16. L'accumulation d'antibiotiques dans l'environnement favorise la résistance des bactéries aux antibiotiques, rendant les maladies humaines et animales plus difficiles à guérir.
  17. Aquaculture, salmon - WWF
  18. Environmental report for Norwegian aquaculture with an emphasis on statistics and facts for 2008.

Sources et liens

Auteur

avatar Christophe Magdelaine / notre-planete.info - Tous droits réservés

126 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Commentaires 1 à 70 sur 126
Luc le 30/11/2010, 16:43
Merci pour cet article instructifs et clair M Magdelaine.

Peut on généraliser les remarques à la Scandinavie?alerte
Seb Grenoble le 30/11/2010, 16:55
Je ne dirais qu'une chose, c'est de regarder le documentaire Assiette tous risques : manger peut nuire à la santé...
Un petit extrait?
Or le saumon norvégien, particulièrement prisé des consommateurs français, est victime des attaques du dévastateur pou de mer. Pour contrer ce parasite, les éleveurs utilisent du diflubenzuron, un pesticide, qui, selon son mode d'emploi, serait dangereux pour l'environnement et toxique pour les poissons. On voit ainsi dans le documentaire diffusé lundi prochain sur France 3, Kurt Oddekalv, président de Green Warriors of Norway, une organisation écologique, brandir des "poissons monstres" victimes de déformation.

Et voila! Bon appétit!alerte
ThP - 78 le 30/11/2010, 16:57
"Dans tous les cas, la densité demeure modeste : 2,5%, le reste étant de l'eau !"

Cette phrase m'interpelle quand à l'objectivité du propos:
La tournure, la ponctuation, semblent assener une verité.

Considerons un saumon d'un volume de 2.5 litres (ce qui pourrait ressembler à un adulte), 2.5% ca le fait vivre dans le volume d'un sac de 100litres.

Soit 10 saumons adultes dans un cube de 1m de côté.

Peut on serieusement affirmer:
"Dans tous les cas, la densité demeure modeste : 2,5%, le reste étant de l'eau !"

alerte
Jacques le 30/11/2010, 18:27

Un autre son de cloche

http://aquaculture-aquablog.blogspot.com/2009/06/saumon-de-norvege-pas-sans-risque-pour.htmlalerte
Marion 83 le 30/11/2010, 19:03
je suis pas sûr de l'objectivité de cet article!!alerte
SamSamSamSam le 30/11/2010, 22:14
On ne sais plus quoi manger !
C'est affreux, que ce soit la viande, ou le poisson... les pcb, les antibios, l'intensif, le dégoût !!

Il y a quelques années j'avais fait le trie dans les poissons, ceux dont la pêche est destructrice, ceux dont les élevages sont plus que douteux, ceux dont les étiquetages sont erroné... il ne reste pas grand chose, parmis eux : le saumon.

Personnellement, si je peux prendre d'élevage je le fais, car le chalut et la pêche non contrôlé y'en a marre.
Maintenant une question se pose à moi, pour combien de temps ? La demande ne va faire qu'augmenter et les fermes auront plus de pressions, et plus de contraintes à résoudre dans l'avenir... d'où la probable utilisation de chimie pour y faire face ...


En France, on élève la truite, mais bon nombre de fois rien qu'au goût je me demandais si l'élevage valait le coup ! La plupart de nos bassins pue la vase, le curage coûte trop cher...alors ?

Je n'arrive déjà plus à manger de viande, alors n'empoisonnons pas nos poissons...
alerte
Alain 57 le 30/11/2010, 22:22
"une éthique environnementale qui fait de la Norvège un modèle" ? Comment croire un mot d'un article qui commence en ces termes, lorsqu'on entend les baleiniers norvégiens braver les interdictions internationales, alors que certains villageois massacrent de pauvres dauphins dans d'atroces souffrance au nom d'une pseudo-coutume, et que même les bébés phoques doivent à ce si petit pays une grande partie de leurs malheurs ?
Personnellement tous les ans je boycotte le saumon norvégien pour ces raisons, après tout l'Ecosse est quand même bien plus recommandable à tous les points de vue. L'auteur aurait-il des intérêts en Norvège pour être si peu objectif ?alerte
Bertrand - Orsay le 30/11/2010, 22:51
Bonjour,
Merci pour ces détails très intéressants.
Question : comment puis-je repérer ces saumons chez mon poissonnier préféré ?
Le simple fait qu'ils viennent de Norvège suffit-il à en garantir la qualité ?

Bon vent.alerte
Pierre Payen Dunkerque le 30/11/2010, 23:30
Devenu très méfiant, je n'achetais plus de saumons ...
Un magasin "Bio" m'a expliqué que les saumons "bio" étaient, eux, "sains", élevés différemment ...
Le commerçant pouvait difficilement dire autre chose !
La question : Peut-on se fier au label AB concernant le saumon ? alerte
Patrice ALBERT à Marseille le 01/12/2010, 00:30
On ne demande qu'à croire l'auteur, pour ces données plutot rassurentes ; mais le reportage vu à la télé paraissait lui aussi sérieux ... La vaccinalerte
Patrice ALBERT à Marseille le 01/12/2010, 00:39
suite ..
La vaccination en début de vie du poisson, n'est elle pas une fausse bonne idée, car elle déprime le système
immunitaire. Nous en connaissons mieux l'efficacité chez l'homme, largement surévalué et comportant beaucoup d'inconvénients, alors pour le saumon ...alerte
Didier Latappy le 01/12/2010, 00:40
La Norvège est un pays avec une économie très spéciale ; totalement détruit après la guerre de 39-45, suite au retrait des troupes allemandes, il aurait du rester un des pays les plus pauvres d'Europe, ce qu'historiquement il a toujours été.

Sans le pétrole et le gaz, le pays aurait eu du mal à se relever. Mais oui, la Norvège est pays "écologique" lorsqu'on parle pêche (pas à la baleine quoique tous les baleiniers, que j'y ai vu, étaient russes, cet été à Kirkeness) ou agriculture. Tous les produits locaux de la mer, dont le saumon, issus d'élevages sont d'une qualité gustative exceptionnelle. Concernant les espacements des fermes aquacoles, je confirme, pour l'avoir constaté, une implantation extensive.alerte
Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 01/12/2010, 11:33
@ Luc : je ne me risquerai pas à généraliser ce constat à l'ensemble de la Scandinavie étant donné que nous n'avons enquêté qu'en Norvège.
@ Bertrand : oui le saumon provenant de Norvège bénéficie de ce type d'élevage, il suffit de vérifier sa provenance chez votre poissonnier.
@ Alain 57 : je n'ai aucun intérêt en Norvège...alerte
Jacques le 01/12/2010, 14:13

Une chose que ne précise pas cette étude, c'est le bilan CO2 de la fabrication des farines servant à engraisser les saumons. vu les tonnages de poisson produits, ce ne doit pas être négligeable.alerte
alphaalpha le 01/12/2010, 14:26
le saumon est rose et plus au moins rouge, parce que il mange des crevettess et pettits crabes
je doute que cela soit le cas dans les élevages intensifs

pour vous changez les idées , c'est la méme chose que le poulet de batteries et les truites saumonées (de l'arc en ciel colorée)
http://www.linternaute.com/femmes/cuisine/magazine/dossier/0602saumon/interview.shtmlalerte
Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 01/12/2010, 14:39
@ Jacques : si c'est indiqué à la fin de l'article.alerte
Jacques le 01/12/2010, 17:39
Christophe,

si j'ai bien lu l'étdue quez vous citez parle de 2.9 à 3kg/par kilo de filet de saumon séché et fumé, elle ne parle pas du CO2 produit pour l'engraissement des poissons donc le CO2 produit pour la fabrication des farines, sachant que la part du soja (transgénique ?) est de plus en plus importante.alerte
alphaalpha le 01/12/2010, 19:20
de toutes façons , c'est cela ou pas de gaz
pour 5 millions d'habitants , ils ont des quotas énormes sur le TAC (taux capture admissible)

faut compter aussi le fioul pour la flotte qui pêche pour le fourrage et la valorisation des harengs , maquereaux ect
pour la qualité faite le test

http://www.tsr.ch/video/emissions/abe/2749856-test-saumon-la-chair-est-triste.html#id=2749856alerte
Brocéliande 72 le 01/12/2010, 21:00
depuis juin 2010 je ne mange plus de saumons norvégiens, j'ai regardé "la santé dans vos assiettes" par Elise Lucet, journaliste courageuse qui a fait un travail d'informations sans concessions, oui les saumons de Norvège trop nombreux au m² ont des poux, pour les éradiquer ce ne sont pas les poissons cités dans votre article qui sont utilisés mais des pesticides qui ne sont même pas à l'usage de l'homme, il n'y a qu'à regarder l'état des poisons des fermes d'à côté pour comprendre le problème heureusement les lieux noirs et autres sont vendus en filets et pour cause, ils ne sont pas présentables en entier, aussi je me pose la question , Mr Christophe Magdelaine pourquoi nous asséner des demi-vérités en oubliant les sujets qui fâchent, ce serait plus honnête de dire aux concitoyens Français , cette année boycottez le saumon de Norvège, nous avons un pouvoir, il faut l'exercer, les fermes d'élevage seront obligées de revoir leurs copies et nous mangerons plus sain ensuite encore faut-il le vouloir....alerte
Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 01/12/2010, 21:09
@ Brocéliande : il vous est ici relaté ce que nous avons observé et ce que les professionnels et officiels nous ont affirmé et que nous avons pu confirmer. Maintenant, libre à vous de croire qui vous voulez mais n'oubliez pas que de nombreux journalistes se nourrissent de la peur et de faux scoops pour vendre leurs reportages et papiers, quitte à déformer, inventer, affirmer des contre-sens, mon expérience personnel au contact de ceux-ci peut très largement en témoigner. La vérité n'est pas toujours du côté des gentils journalistes qui percent les lugubres complots des méchants industriels...
@ Jacques : une lecture plus attentive de l'article vous aurait appris que les OGM sont interdits en Norvège.
@ ThP 78 : un saumon adulte pèse environ 5 kg, ce qui fait 5 saumons dans un cube de 1 m d'arrête et non 10. Enfin, soulignons que les saumons vivent naturellement en banc.alerte
alphaalpha le 01/12/2010, 22:03
je suis pas convaiçu par les chiffres de 1,5 de poissons sauvages transformés en 1,15 de farinne pour faire 1 kg de saumon
Faut contacter la concurençe française pour voir si ils arrivent au méme résultat

http://www.saumondefrance.eu/alerte
alphaalpha le 01/12/2010, 22:33
observations
vu nos quotas et les sardines aux PCB

les granulés proviennent du pacifique

pour le reste on sait aussi bien fairealerte
Lio bretagne le 02/12/2010, 10:11
quels sont les différences avec le saumon d'élévage bio ?alerte
alphaalpha le 02/12/2010, 10:43
@lio
faut faire sécher une sardine, si le poids final est dans le rapport 1,15 sur 1,5 ???
aprés par quel mystére les norvégiens peuvent produire 920 000 t en 2010
ensuitre faire l'expérience avec une veille qui est un poisson de roche faire la course avec un saumon pour faire office de poisson nettoyeur de poux de mer

http://www.planetoscope.com/elevage-viande/1008-Production-de-saumon-Atlantique-en-kilos.htmlalerte
alphaalpha le 02/12/2010, 12:28
comme dit mon grand pére dans sa tombe
le marrketing c'est le grand art de rouler la sardine dans la farinnealerte
Jacques le 02/12/2010, 16:41
christophe @

Ok pour les OGM mais qu'en est 'il de ce fameux bilan carbone ? J'ajouterai que lorsqu'on voit qui est l'auteur de l'étude en question, le doute est permis (personne n'aime se tirer une balle dans le pied) .

http://www.fhl.no/english/norwegian-seafood-federation-article15-14.html

Pour moi l'élevage intensif du saumon n'est pas indemne de dégats colatéraux quand à la qualité n'en parlons pas, c'est du savon.alerte
alphaalpha le 03/12/2010, 09:05
@jacques
a priori 1 litre de fioul pour sécher 10 Kg de poissons frais

http://www.fao.org/ag/aga/AGAP/FRG/AFRIS/Fr/Data/332.HTMalerte
Jacques le 03/12/2010, 11:56
Alpha,

Il s'agit du CO2 émis pour la fabrication des farines servant à nourrir les saumons, ça englobe la pêche, la culture, la transformation, le transport des matières premières ayant servi à la fabrication des dites farines plus leur transport sur les lieux d'engraissement. alerte
alphaalpha le 03/12/2010, 12:18
tout a fait d'accord jacques
le probléme c'est que l'on ne sait pas combien 10 kg de poissons frais donnent de Kg de matiéres séches
pour ne pas avoir de surprises
vaut mieux faire l'expérience de sécher 100 grammes de filet de poissons à la maison sur le convecteur électrique ou dans un bocal avec du dissicateur

aprés si on compte tout cela va étre la cataalerte
alphaalpha le 04/12/2010, 12:01
faut peut être se poser la question des stocks des poissson bas de gamme

notamment le merlan bleu qui sert entre autre à fabriquer du surimi et pourquoi les islandais se retournet maintenant sur le maqureau

on ne peut pas faire 900 00 tonnes de saumon à partir de déchêts de poissons
et la subtistution de l'huile de poissons par de l''huile végétal c'est en partie de l'huile de palmealerte
Remy Soignolles en brie le 04/12/2010, 13:58
Très bon article instructif.alerte
Marquis vanves France le 04/12/2010, 16:24
Vous avez oublié de notifier le renvoi numéro 6 dans le texte de l'article il existe en renvoi mais il est absent dans le texte.
Avec mes remerciement pour le corpus de cet article.
A quand un comparatif avec le saumon d'élevage canadien ou est-ce déjà fait!
Salutations.
alerte
Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 04/12/2010, 19:11
@ Marquis vanves France : merci c'est rectifié ! Pour le saumon canadien, nous n'avons pas encore traité le sujet.alerte
Aquablog le 04/12/2010, 22:26
Bonjour,
Une question : Pourquoi les multinationales norvégiennes qui contrôlent plus de 70% de la production mondiale de saumon atlantique se comportent-elles bien en Norvège et qu'à l'étranger leur comportement est tout autre ? elles seraient en grande partie responsables du désastre économique, environnemental et social au Chili, deuxième producteur mondial de saumon d'élevage ?
http://aquaculture-aquablog.blogspot.com/2009/01/chili-le-saumon-pollue-la-vie-des.html
Mercialerte
Feljowes - Paris le 05/12/2010, 08:00
Mesdames, Messieurs les consommateurs,

Cet article n'est ni plus ni moins que de la publicité déguisée et n'a pour seul but que de satisfaire l'envie de voir la vente de saumons d'élevage exploser en cette fin d'année. Le but est évident.

N'oubliez jamais que ces saumons sont élevés selon des normes et des méthodes non agrées BIO.

Souvenez-vous aussi de l'émission télévisée de cette année ! Le reportage était édifiant. Le pou du saumon n'est pas contré par un autre poisson mais bel et bien par un PESTICIDE interdit en Europe, le diflubenzuron (voir article de l'AFP du 24 juin 2010 : http://www.goodplanet.info/layout/set/print/Contenu/Depeche/Saumon-aux-pesticides-lait-au-PCB-une-Assiette-tous-risques/%28theme%29/264).

De plus, l'étude qui vient d'être publiée sur l'alimentation des enfants prouve que le saumon d'élevage contient jusqu'à QUINZE PESTICIDES (voir http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2010/12/04/le-saumon-un-concentre-de-pesticides.html).

BON APPÉTIT.alerte
Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 05/12/2010, 10:45
@ Aquablog : bonne question, affirmation à vérifier.
@ Fljowes, Paris.
L'alimentation utilisée par 99,9 % des éleveurs norvégiens ne contient ni le diflubenzuron, ni aucun autre médicament. Pour les poux de mer, lorsqu'une concentration élevée de poux est constatée et que les poissons nettoyeurs ne suffisent plus, un vétérinaire, avec accord des autorités, peut effectivement prescrire du diflubenzuron, un pesticide.
Afin de s'assurer qu'il ne reste aucun résidu de diflubenzuron dans les saumons mis sur le marché, les saumons traités sont mis en quarantaine pendant au moins 100 jours.
Enfin, je vous rappelle que sur les 9000 analyses effectués sur le poisson d'élevage en Norvège en 2009, aucun n'a détecté le diflubenzuron, ni aucune autre trace de médicament.

Ensuite, le saumon (d'élevage ou pas), comme tout être vivant sur cette planète, est contaminé par les métaux lourds et pesticides qui sont utilisés massivement par l'agriculture conventionnelle.alerte
Aquablog le 05/12/2010, 11:28
Monsieur,
Votre article sous estime les enjeux autour du marché des produits de la mer dans lequel la Norvège tient une place de toute première importance avec ses multinationales de la pêche et de l'aquaculture. C'est le deuxième exportateur mondial de produits de la mer (et non le premier comme vous l'indiquez) loin derrière la Chine, la plus grande puissance de pêche dans le monde….
Vous présentez la Norvège comme un pays de petite pêche avec une flottille à taille modeste à l'image des pêcheurs des Lofoten. Mais vous oubliez les flottilles de pêche industrielles parmi les plus modernes au monde qui capturent l'essentiel des tonnages (cabillaud, églefin, maquereau, hareng,…). D'autre part, la Norvège a des sociétés de pêche minotière parmi les plus puissantes de la planète qui interviennent dans les eaux de l'Atlantique du Nord-Est, mais aussi en Amérique latine sur les côtes péruviennes et chiliennes comme la société Austevoll dont la production avoisine 1 million de tonnes par an (Captures halieutiques totales françaises : 0,6 million de tonnes). Les bateaux de la pêche minotière ne sont pas de petits bateaux. Un seul bateau minotier peut capturer autant que des centaines de petits bateaux de pêche artisanale….
La pêche et l'aquaculture sont des sujets très complexes….
Aquablog
alerte
alphaalpha le 05/12/2010, 11:29
Autre son de cloche norvégien

http://www.mouche-fr.com/forum/cri-d-alarme-pour-les-saumons-et-truites-de-mer-norvegiens-t19401.html

comment une veille qui est un poisson de roche peut décrocher un poux de mer sur un saumon de vives eaux ?alerte
Aquablog le 05/12/2010, 11:53
D'autre part, vous indiquez « Inutile de chercher du saumon sauvage sur les étals des poissonneries : c'est devenu une denrée de luxe, qui n'est pas exportée et réservée à quelques privilégiés ». C'est faux . La production de saumon sauvage est historique en 2010 sur les côtes russes et alaskiennes et devrait presque égaler la production de saumon d'élevage.
La plus grande multinationale d'élevage de saumon, le norvégien Marine Harvest (avec près de 300.000 tonnes soit le quart de la production mondiale) commerciale aussi du saumon sauvage d'Alaska sous la marque Kristen en France.
Aquablogalerte
Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 05/12/2010, 11:56
@ Aquablog : je ne nie absolument pas cette réalité, seulement je parle ici du saumon d'élevage de Norvège, avec une brève introduction sur la puissance commerciale du pays. Mais l'article n'a pas pour objet de dresser un panorama complet de la pêche dans le monde. Ce n'est pas un livre, c'est un article, il faut savoir respecter le périmètre et les limites de son sujet ainsi que le support donné.
Quant à la Chine, vous avez tout à fait raison.

Enfin, pour le saumon sauvage, il est question ici du saumon norvégien. Là encore, le sujet est limité à la production sur un pays donné, la Norvège ! Votre information est intéressante mais ne contredit pas du tout l'article. Merci d'être moins péremptoire.alerte
alphaalpha le 05/12/2010, 11:58
pour info sur le pou de mer
http://www.passionchasse.com/quoi/parasite/poudemer.htm

on n'as jamais vu chez nous les mulets se faire nettoyer par les veillesalerte
Brocéliande 72 le 05/12/2010, 12:47
Bonjour à tous, je constate que les personnes qui m'ont répondu, n'ont pas lu mes remarques ...je ne parle pas de nourriture mais des pesticides employés pour traiter les "poux" des saumons, ce n'est pas pareil...D'ailleurs si vous voulez juger de la qualité du travail de Elise Lucet, regardez l'émission sur FR lundi 6 décembre 2010 : pièces à conviction dont le thème est plastique: alerte aux toxiques. Là encore vous allez en prendre plein les gencives ... elle ne travaille pas sur la PEUR, elle INFORME, libre à vous ensuite de faire votre travail d'analyse... Mr Christian Magdelaine vous me décevez en refusant d'admettre que vous nous délivrez des infos "tronquées" et je reste correcte....il faudrait peut être reprendre votre bâton de pélerin et nous envoyer un article complémentaire sur le sujet, avec quoi TOUTES les fermes de poissons norvégiens traitent-elles les "poux" de mer qui infestent les saumons ?????alerte
Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 05/12/2010, 12:57
@ Brocéliande : relisez bien l'article et les commentaires associés vous y trouverez votre réponse.alerte
Aquablog le 05/12/2010, 13:11
Ne pas faire le lien entre pêche et élevage de saumon ? La Norvège valorise sa pêche minotière en saumon. Cette pêche pour la farine est un véritable scandale dans les eaux européennes (autre pays minotier le Danemark)... Les pêcheurs français, notamment boulonnais, condamnent depuis longtemps, cette pêcherie dont on ne parle jamais....
La nourriture d'un saumon d'élevage est composée à 70% de farine et d'huile de poisson capturé en mer ! (La nourriture représente plus de 50% du coût de production d'un saumon d'élevage)....
alerte
Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 05/12/2010, 13:14
@ Aquablog : Attention ! Moins de 10 % des poissons sauvages pêchés contribuent à la production de farine de poisson pour les saumons d'élevage, merci de bien relire l'article !alerte
Aquablog le 05/12/2010, 13:42
Pour moi les chiffres communiqués par Tacon & Metian les spécialistes mondiaux sur cette question indique 1,465 million de tonnes de saumon d'élevage consomme 7,22 millions de tonnes de poissons sauvages....
L'organisation mondiale des producteurs de farines de poisson IFFO attaquée par les associations environnementales sur cette question, indique un chiffre minimaliste tout de même de 3,3 millions de tonnes de poisson sauvage pour produire le saumon d'élevage

https://webgate.ec.europa.eu/fpfis/iwt/sites/default/files/RATIOSEAS%20FIFO%20September2009%202.pdf
alerte
Aquablog le 05/12/2010, 14:14
Pour prolonger le débat sur l'alimentation des poissons d'élevage, les USA à travers ses agences NOAA et USDA, viennent de lancer une enquête publique car il y a un débat dans ce pays autour de l'alimentation des poissons... En France, premier consommateur de saumon d'élevage au monde nous consommons et nous en consommons de plus en plus... c'est tout... sans mesurer les conséquences sur l'environnement (ressource halieutique en particulier,...).
Le problème de l'alimentation du saumon ne peut pas s'arrêter aux données fournies par le fabriquant d'aliments piscicoles Ewos qui a intérêt de montrer une bonne image...
Voir : http://aquaculture-aquablog.blogspot.com/2010/11/aquaculture-les-poissons-piscicoles-du.htmlalerte
PAYET-TUAL Réunion le 05/12/2010, 16:59
il fut une époque ou l'on accusait la fumaison de bien des maux... Qu'en est il de celle du saumon réalisée en France puisqu'il est transporté frais de norvège et fumé en France.alerte
Christian, Dour, Belgique le 05/12/2010, 18:03
@ PAYET-TUAL Réunion : ouais, la fumaison comme la cigarette a bon dos, ceci n'est pas directement un sujet conforme à la qualité du saumon mais, je voudrais que l'on ouvre un débat sur la fumée des cigarettes, je suis concerné, pas mal à débattre aussi sur la "fumée", donc !!!
Si le saumon importé est toxique, frais, en boîte, fumé, rôti, grillé ou non, sa consommation est dangereuse !!alerte
Feljowes - Paris le 05/12/2010, 18:25
@ Christophe Magdelaine :

Que pensez-vous donc de ce qu'écrit le Ministère suédois concerné (http://www.regjeringen.no/upload/FKD/Brev/letterBerg-Hansen-LeMaire.pdf).

Je résume le passage en bas de la 1ère page :

"Deux substances vétérinaires (?) peuvent être utilisés pour lutter contre les poux de mer : le diflubenzuron et le teflubenzuron."

Cela date du 23 juin 2010.

Sans commentaire.

alerte
Feljowes - Paris le 05/12/2010, 18:55
Norvège, pardon, et non Suède.
Pays qui ne fait pas partie de l'UE.alerte
Abadie, toulouse le 05/12/2010, 19:00

Bravo pour votre fine analyse prise sur les lieux même du sujet : on pourrait penser alors que le saumon d'élevage de Norvège n'est pas si "mauvais" que cela...
Pou autant, comme vous le précisez finement, il serait opportun d'effectuer une analyse ou plutôt une comparaison avec d'autres fermes aquacoles européennes : quand est-il?
Enfin, dans l'absolu, aurait-on ou a-t-on "un besoin vital" de se nourrir de chairs d'animaux vivants enfermés dans un enclos?
Bien cordialement.
argia
alerte
Aurelie de Paris le 06/12/2010, 13:22
Je n'ajouterai qu'une seule chose, MANGEZ LOCAL !!! Et si possible consommez des aliments qui sont produits pres de chez vous...
alerte
AVEVA FOURQUEUX le 06/12/2010, 17:13
Article et commentaires trés intéressants, mais que faire à notre échelle?
"MANGER LOCAL" comme Aurélie qui va brouter au Champ de Mars...alerte
alphaalpha le 07/12/2010, 18:45
outre que les chiffres de transforamtion des poissons en farine sont trés réalistes
c'est le monde à l'envers
on nourri les cochons et les poules avec du poisson et les poissons avec du touteau de soja enrichi à l'huile de palme
la situation se dégrade à en croire cet article

http://www.aqua.legouessant.com/maj/upload/actualites/fr/Info_SPPA_juin_2010_-_Situation_du_marche_des_matieres_premieres_et_impact_sur_le_prix_des_aliments.pdf
alerte
Eléonore Visart de bocarmé le 10/12/2010, 20:39
Je lis dans un des commentaires que pour contrer ce parasite, les éleveurs utilisent du diflubenzuron, un pesticide, qui, selon son mode d'emploi, serait dangereux pour l'environnement et toxique pour les poissons. Or ils n'en parlent pas dans le texte, au contraire, là il est question de poissons d'une autre espèce pour lutter contre ce problème. Qu'en est-il exactement? Et ce pesticide est- il aussi utilisé pour les saumons bio? Moi de toute façon, étant végétalienne, je n'en mange pas, mais je connais plusieurs personnes qui apprécient le saumon bio.alerte
Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 10/12/2010, 21:12
@ Eléonore Visart de bocarmé : comme je le précisais, ce pesticide n'est employé qu'en cas d'urgence. Sur 9000 analyses effectuées sur le poisson d'élevage en Norvège en 2009, aucun n'a détecté le diflubenzuron, ni aucune autre trace de traitement médicamenteux.alerte
Aquablog le 12/12/2010, 11:01
Bonjour,
Avez-vous rencontré les associations de pêcheurs et les organisations environnementales norvégiennes pour avoir leur avis sur l'élevage de saumon et quelles mesures ils proposent pour limiter les dysfonctionnements. Avez-vous discuté avec les organisations de pêche artisanale ? Quand je suis allé en Norvège pendant 2 mois, j'avais eu un discours tout autre que celui transmis par l'industrie du saumon norvégien qui pèse près de 6 milliards d'euros.... Le patron de Marine Harvest (premier producteur mondial de saumon 1/4) ne dit-il pas que le saumon est le poulet des mers !!!! çà veut tout dire...
Merci
alerte
alphaalpha le 15/12/2010, 10:55
@ aquablog

tout cela est trés bizarre
qnand on voit les difficultés de dévellopement de l'aquaculture en françe pour quelques milliers de tonnes en comparaison des centaines de milliers de tonnes en Norvége
interdications successives des zones litorales pour polution chimiques bactériologiques et ect
pour l'instant on n'a pas encore vu des veilles dans les bassins d'élévage de turbots
poutant c'est plus façile, les turbots c'est plutôt stationnaire pour que le nettoyeur vienne lui décortiquer un poux alerte
Brocéliande 72 le 16/12/2010, 11:57
Diflubenzuron et teflubezuron utilisés occasionnellement ????? alors pourquoi les fermes d'élevages voisines de celles des saumons et qui élèvent des lieux noirs et autres colins ont-ils des poissons avec des gueules complètement déformées parce qu'ils reçoivent les déjections des fermes aquacoles de saumons ???? ce n'est pas de l'invention ,....résultats, pour vivre , ils nous vendent tout sous formes de filets...visibles dans l'émission de Elise Lucet : pièces à convictions : la santé dans vos assiettes, de juin 2010 (elle a filmé, rien trafiqué) et si elle nous fais peur, je pense que c'est son rôle, après chacun fait ce qu'il veut... et pendant que l'on donne la VEDETTE aux saumons, on oublie de parler des poissons pêchés en Baie de Somme.....là aussi , il y a beaucoup à dire....alerte
Bfayt Belgique le 18/01/2011, 22:33

Les bonnes nouvelles font rarement avancer le Schmilblick


http://www.lexpress.fr/styles/saveurs/les-mefaits-de-l-alimentation-100-discount-et-industrielle_902329.html

http://programmes.france3.fr/pieces-a-conviction/?page=accueil&id_rubrique=20

http://blog.ethicoshop.com/2010/06/28/france-3-pieces-a-conviction-assiette-tous-risques/

http://salmonfishingclub.files.wordpress.com/2010/02/flubenzuroner-francais.pdf

http://www.nmf.no/kampanje2.aspx?pageId=260
Video édifiante:
http://info.francetelevisions.fr/?id-video=cafe_pac_20101018_68_19102010093137_F3

Nos ministres ont TOUS une adresse email.....mais peut-on encore leur faire confiance lorsque l'on voit cette situation déplorable: LOBBIES ROIS !
Si nous sommes nombreux...alerte
StrangeStrange le 21/12/2011, 15:39
Christophe merci pour cet article, le sujet tombe à pic pour les fêtes… Vu le nombre de commentaires voilà un sujet qui passionne…
Je ne mange pas de saumon ni frais, ni fumé car entre les farines d'origines suspectes et les métaux lourds même si ce n'est pas le type de poisson qui en contient le plus je me pose plus la question. Ce poisson est rayé depuis longtemps de ma carte. Ces poissons d'élevage ne reçoivent pas d'antibiotiques mais ils sont tout de même vaccinés à la naissance
Juste une toute petite piqure bref tout ceci ne donne pas envie d'en manger je crois que ce soir je vais juste prendre une soupe de légumes bio car je n'ai plus très faim
Si une question : l’eau de mer est-elle filtrée, débarrassée des métaux lourds et autres polluants habituellement présents sur les côtes car là nous sommes pas en pleine mer ? Si oui comment? Car je n’ai pas aperçu sur la vidéo quelque chose qui ferait penser qu’un système efficace de dépolluage existe bien
alerte
Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 21/12/2011, 15:58
Strange : l'eau n'est pas filtrée, les enclos sont séparés par de "simples" filets, il s'agit donc de l'eau de mer. Les côtes norvégiennes sont tout de même très peu marquées par les activités humaines et restent assez sauvages. Cela doit limiter la pollution du littoral.alerte
BB de Charleville-Mezieres le 22/12/2011, 13:45
Très bel article.
Cependant, la différence de qualité nutritive entre saumon sauvage et saumon d'élevage
ressort lorsqu'il est écrit qu'il suffit d'1,5kg de poissons pour avoir 1kg de saumon d'élevage, alors qu'il en faut 10 pour 1kg de saumon sauvage... alerte
Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 22/12/2011, 16:25
BB de Charleville-Mezieres : je partage votre avis pour avoir eu la chance de manger du saumon sauvage délicieux en Islande. Moi qui n'aimait pas vraiment le saumon, j'ai immédiatement compris pourquoi ;-)alerte
StrangeStrange le 22/12/2011, 17:45
Voilà pourquoi je ne mange plus de saumon Où trouve t-on du saumon sauvage d'Islande en France à un coût non prohibitif (et dont nous pouvons être sûr de la provenance)?alerte
Martial 34560 le 26/12/2011, 12:40
Je suis atterré!JUSQUE LA, JE VOUS METTAIS UN TRIPLE A;Vous passez en info douteuses!alerte
BB de Charleville-Mezieres le 10/01/2012, 12:17
Je reviens à vous car j'ai trouvé un article très intéressant sur BASTAMAG : les saumons d'élevage de Norvège seraient systématiquement traités contre le pou de mer avec du diflubenzuron, pesticide interdit en Europe, mais autorisé en Norvège, et à effets cancérogènes sur l'homme. Source ONG Norvégienne Green Warriors.alerte
Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 11/01/2012, 17:33
BB de Charleville-Mezieres : effectivement, j'ai également vu cette info.
J'attends des précisions des Saumons de Norvège sur ce point. Si elle est avérée, je réviserais mon article.alerte
René Voujeaucourt le 11/01/2012, 18:00


On dirait que c'est sérieux, le ministre s'en mêle.

http://www.regjeringen.no/upload/FKD/Brev/NorvegeMmeBERG-HANSEN.pdf

alerte
Commentaires 1 à 70 sur 126

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus