^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

1er site français en environnement
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
440 322
Partager
par email
Lundi 21 avril 2014, 18 043 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Tchat environnement et sciences

Vous devez être membre du site et connecté
pour afficher le tchat et y participer

Marre de la PUB dans
votre boîte aux lettres ?

Imprimez et collez notre étiquette STOP PUB sur votre boîte aux lettres et respirez !

Sondage Avril 2014

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

"Il est déjà trop tard" : l'espèce humaine devrait s'éteindre ce siècle

Dernières actualitésAlerte mailFlux RSS / webmasters

440 322 lectures / 723 commentaires24 juin 2010 ; révision : 23 mars 2013, 14 h 16

manifestation.jpg© C. Magdelaine / notre-planete.info

Et s'il n'y avait plus rien à faire pour sauver l'humanité ? S'il était déjà trop tard ? The Australian rapporte une interview bien pessimiste du célèbre scientifique australien Frank Fenner. Pour lui, nous avons déjà scellé le destin de l'Humanité : dans moins de 100 ans, les sociétés humaines ne seront plus...

Dans une interview accordée au quotidien national The Australian, et publiée le 16 Juin 2010, Frank Fenner[1], professeur émérite de microbiologie à l'Université nationale australienne, prédit la disparition de l'Humanité dans les 100 prochaines années.

Ce mauvais augure pourrait prêter à sourire, mais le scientifique de 95 ans a une carrière impressionnante : Membre de l'Académie des sciences australienne et de la Royal Society, son travail a été récompensé par de nombreux prix et il est l'auteur de centaines de textes scientifiques. Il a notamment été impliqué dans la disparition du virus responsable de la variole et dans la lutte contre la surpopulation de lapins en Australie via l'introduction volontaire du virus de la myxomatose dans les années 50.

Officiellement en retraite depuis des dizaines d'années, ce scientifique renommé poursuit toujours ses travaux de recherche et ses écrits, en se déplaçant quotidiennement à l'institut de médecine John Curtin de l'Université nationale australienne, dont il fut directeur de 1967 à 1973.

Sa compréhension approfondie de l'évolution des espèces n'a jamais entamé sa fascination pour l'observation sur le terrain. Du niveau moléculaire aux planètes, Frank Fenner s'intéresse à tous les écosystèmes. Il a commencé à publier ses premières études environnementales au début des années 70 lorsque l'impact des sociétés humaines sur notre planète devenait problématique.

De quoi inspirer confiance, ou au moins de l'intérêt pour ses déclarations.

"Nous allons disparaître. Quoique nous fassions maintenant, il est trop tard"

Cette affirmation de Frank Fenner a de quoi inquiéter, d'autant plus qu'il ne s'agit pas d'une vision sur des millions d'années mais d'une prédiction pour le siècle en cours !

Pour Frank Fenner et d'autres scientifiques reconnus comme Paul Crutzen, prix Nobel de chimie, la Terre est entrée dans une nouvelle époque géologique, l'Anthropocène, depuis 1800 avec la révolution industrielle et l'exploitation massive des combustibles fossiles. Cette nouvelle époque géologique succéderait à l'Holocène débuté il y a dix mille ans.
Bien que non officielle sur l'échelle des temps géologiques, l'Anthropocène a été admis dans la terminologie scientifique et correspond au moment où les Hommes ont pu rivaliser avec les forces de la nature dans la capacité à modifier l'écosystème de la Terre.

En effet, nos activités réchauffent le climat planétaire d'une ampleur aussi importante que les grands cycles naturels et nous entamons la sixième extinction massive de la biodiversité, avec une vitesse sans doute plus rapide encore que celle qui a conduit, il y a 65 millions d'années, à l'extinction des dinosaures suite à la chute d'un astéroïde, comme le souligne Eric Lambin, membre de l'Académie des sciences des Etats-Unis[1]...

L'explosion démographique en cause : "il y a déjà trop de monde"

A l'origine de ces déséquilibres planétaires qui menacent la survie même de l'Humanité, Frank Fenner incrimine l'explosion démographique et la "consommation effrénée".

Selon l'ONU, le nombre d'humains a dépassé les 7 milliards en 2011. Vu l'inertie de nos sociétés et décideurs politiques sur l'urgence et l'importance des mesures à prendre pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre, Fenner demeure pessimiste : "Nous allons subir le même sort que les personnes sur l'île de Pâques. Le changement climatique ne fait que commencer. Mais nous pouvons déjà voir des changements remarquables dans la météo."

"Les Aborigènes nous ont montré qu'en l'absence de science et d'émissions de dioxyde de carbone responsables du réchauffement climatique, ils pouvaient survivre pendant 40 000 à 50 000 ans. Mais notre monde ne le peut pas. L'espèce humaine est susceptible de prendre le même chemin que beaucoup d'espèces que nous avons déjà vu disparaître." déclare t-il dans son interview.

"Homo sapiens devrait disparaître, peut-être dans 100 ans", dit-il. "Un grand nombre d'autres animaux également. C'est une situation irréversible. Je pense qu'il est trop tard. J'essaie de ne pas trop le dire car il y a des gens qui essaient de faire changer les choses. Les efforts de réduction ralentissent un peu les choses, mais il y a déjà trop de monde [sur Terre]" ajoute-t-il.

L'explosion démographique et ses corollaires : la boulimie énergétique, productiviste et consumériste mènent l'humanité à sa perte. Ce constat, tabou, est pourtant de plus en plus partagé par certains scientifiques et de plus en plus évoqué, mais étouffé par les sceptiques sur le changement climatique et une partie des personnes croyantes pour qui la reproduction est une recommandation divine, souligne Frank Fenner.

Un peu d'optimisme avant le naufrage de l'Humanité ?

Stephen Boyden, collègue et ami de Fenner, pense qu'il y a un profond pessimisme chez certains écologistes, mais que d'autres sont plus optimistes : "Frank a peut-être raison, mais certains d'entre nous nourrissent encore l'espoir que la situation entraînera une prise de conscience et, par conséquent, les changements révolutionnaires nécessaires pour atteindre la durabilité écologique". Malheureusement, cette prise de conscience radicale, tant attendue depuis des années, ne se manifeste pas ou de manière marginale.

Stephen Boyden ajoute : "C'est là que Frank et moi sommes différents. Nous sommes tous deux conscients de la gravité de la situation, mais je n'accepte pas qu'il soit forcément trop tard. Bien qu'il y n'ait qu'une lueur d'espoir, cela vaut la peine de résoudre le problème. Nous avons la connaissance scientifique pour le faire, mais nous n'avons pas la volonté politique."

A ce titre, Frank Fenner a ouvert le 23 juin 2010 le symposium "Healthy Climate, Planet and People" à l'Académie australienne des sciences. Cette conférence vise justement à combler le fossé entre la science et les politiques environnementales.

En conclusion de son interview, Frank Fenner, qui a pourtant eu l'honneur d'annoncer l'éradication mondiale de la variole à l'ONU en 1980, contemple avec dépit le chaos de l'espèce humaine au bord de l'extinction de masse : "Les petits enfants des générations actuelles vont être confrontés à un monde beaucoup plus difficile..."

Notes

  1. Franck Fenner est décédé le 21 novembre 2010
  2. La Terre sur un fil, Eric Lambin - Le Pommier, 2010

Source

Frank Fenner sees no hope for humans -The Australian, 26/06/2010

Auteur

avatar Christophe Magdelaine / notre-planete.info - Tous droits réservés

723 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Commentaires 1 à 25 sur 723

avatar Lutique - Paris 75016 - 24/06/2010, 14:21

Voici une information qu'il conviendrait à mettre en valeur, par une communication scientifique la plus médiatisée possible. De toutes les manières, je suis personnellement d'accord avec la prédilection Frank Fenner. Nous avons maintenant tous les composants pour une prochaine extinction de l'homo sapiens que nous sommes. Le monde est égoïste. Gérardalerte

avatar pauvre terre - 24/06/2010, 14:55

100 ans c'est meme optimiste pour moi au train ou vont les choses !et croire que notre espece se sortira de tout est sacrement pretentieux. alerte

avatar bouvard Mennecy - 24/06/2010, 14:56

L'âge apocalyptique de l'écologie est maintenant terminé: nous avons plus besoin d'annoncer les catastrophes, elles sont là. La crise à laquelle nous sommes confrontés aujourd'hui ne relève pas d'une simple rupture de stock – accident fréquent mais surmontable dans le traditionnel schéma productiviste – mais véritablement d'un crack prévisible du « capital planète » qui soulève à un horizon relativement proche la question du devenir de l'homme.Rien ne pourra plus être comme avant, car la planète est exsangue. Il y a l'urgence politique à engager la transformation écologique de la société. De la nécessité d'un nouvel écosystème politique : Cela suppose de rechercher des consensus dynamiques avec d'autres pour faire évoluer les lois et le fonctionnement de la société, cela suppose également d'affronter ceux qui, au premier rang, détruisent la planète et d'accepter de rendre de compte de son action auprès des citoyens. A lire pour en savoir plus : article publié en mars 2010 dans le n° 34 de la revue EcoRev intitulé « Urgence écologique, urgence démocratique "alerte

avatar Edgar - 24/06/2010, 15:03


N'importe quoi...A 95ans c'est lui qui va bientôt disparaître. Complètement aux fraises l'ami Fenner...Du reste, posé de cette manière, le lien entre la croissance démographique et les émissions de GES est un raccourci absurde. Un papier destiné aux simples d'esprit. Ils se reconnaîtront. Mercialerte

avatar teuteu56 monferran saves - 24/06/2010, 16:49

Edgar , soyez prudent avec vos propos.
Y a-t il un âge , en dessous duquel, les réflections peuvent être recevables???????? Et pourquoi pas une origine ethnique , également????alerte

avatar Yvo, Prague - 24/06/2010, 16:53

Chers amis qui partagez la Terre pour plancher,
L'attitude de Frank Fenner est condamnable. La Science n'est pas un avatar du déterminisme... D'autres avant lui ont oublié que contrairement à l'animal, l'homme est libre. Cette liberté lui donne notamment la faculté de prendre son destin en main.alerte

avatar Bob - 24/06/2010, 17:16

Ce qui prouve que même les plus grands esprits, comme les sportifs, devraient savoir raccrocher à un certain âge.alerte

avatar romain - 24/06/2010, 17:22

@Yvo, Prague "Cette liberté lui donne notamment la faculté de prendre son destin en main."

Qu'attend t'il pour prendre son destin en main si il a la liberté de le faire ?alerte

avatar Charles - 24/06/2010, 18:16

tout le monde pense qu un jour ça sera la fin, c'est pas nouveau, à force de tout pollué, tout surexploité
Les hommes ne prendront jamais leur destin en main ils subiront leur destin, parce que trop cupide

Les industriels, les banquiers, les états et ceux qui gagnent bien leur vie ont tout intèrêt à ce que cela continue, parce ce qu'il pense bien profiter de cette vie même au détriment des autres, ils s'en foutent personne ne changera ce monde.alerte

avatar Gaya - 24/06/2010, 18:23


Je veux laisser la planète en meilleur état que je l’ai trouvée... Ginette Dupuis, Qc., Ca

J'ai commencé à pleurer notre planète depuis bien longtemps, quand j'ai pris conscience de nos attitudes et nos comportements à l'égard des ressources naturelles. Je passais pour folle aux yeux des autres quand je parlais de pollution et de surconsommation en 1975, avec une pancarte à la main devant une compagnie qui crachait du CO2 à la tonne, et bien d’autres déchets toxiques, la Domtar à Joliette, petite ville au Québec. J’ai vécu ma vie à regarder la dérision et l’avidité humaine, impuissante et profondément peinée.

Issue de la plèbe, je me suis toujours exprimée sur les dangers que nous engendrions en ne respectant pas l’équilibre naturel et j’ai fait rire de moi, je me suis fait critiquer, et on m’a étiquetée comme dérangée et surtout très dérangeante. Je n’ai aucun remords d’avoir vécu comme je l’ai fait, bien au contraire, et ce que je vais laisser comme empreinte écologique peu d’individus sur la planète arriveront à la surpasser, je vous mets au défi ! Que dites-vous de 1,6, et je vis dans un endroit renommé pour avoir la meilleure qualité de vie dans le monde.

Aujourd’hui j’ai fait mes deuils de la Nature et de sa majestueuse beauté, et je prends le temps qu’il me reste maintenant à vivre en profitant de cette beauté avant que nous disparaissions tous les deux...

Il y avait un jardin qu’on appelait la terre... George Moustaki

Merci de m'avoir lu. G.D.
alerte

avatar poussiere de vie - 24/06/2010, 18:27

j'ai entendue la meme chose dans les années 60/70 la fin de l'humanité pour l'an 2000
ceci dit c'est pas une raison pour ne rien faire, mais je pense qu'avec les nouvelles technologie on vas changer de cap et de mentalité (tout du moins j'espere)alerte

avatar ger du ergs - 24/06/2010, 22:11

le catastrophisme est vraiment à la mode par les temps qui court, mais je pense que c'est du à la violence de la prise de conscience de l'humain par rapport à son environnement.
la situation est difficile , il faut avancer mais:
je rappellerais que l'espèce humaine a survécu il y a qq dizaines de milliers d'années à de profonds et rapides changement climatiques non sans mal puisque l'homogénéité génétique actuelle est du au resserrement démographique intense de l'époque; époque où nous étions bien moins avancé dans les connaissances, et où nous étions ENORMEMENT moins nombreux, je vois mal donc la situation actuelle suffire à nous éliminer, n'en déplaisent à certains qui se complaisent dans le catastrophisme et renient leur humanité.
d'ailleurs cette humanité "au bord de l'extinction" voit sa population croitre encore très rapidement, et si nous étions si mal ce ne serait pas le cas!
malgré la situation donc , qui est ce qu'elle est, qui me fait rager aussi, tant sur le plan social qu'environnemental, il n'y a en fait aucun signe d'une humanité en difficulté en tant qu'espèce; d'un point de vue humain et donc finalement subjectif, on peut avoir l'impression d'une situation désastreuse parce que l'on a conscience d'avoir la capacité de faire beaucoup mieux.alerte

avatar ger du ergs - 24/06/2010, 22:14

je corrige: on peut avoir l'impression d'une situation désastreuse parce que l'on a conscience d'avoir la capacité de pouvoir faire beaucoup mieuxalerte

avatar ger du ergs - 24/06/2010, 22:22

enfin je rajouterai que certains scientifiques devraient pratiquer un peu la philosophie, ça leur éviterait de sortir des âneries pareilles.
d'ailleurs ces prédictions sur l'avenir de l'espèce humaine sortent franchement du cadre scientifique, donc que ces annonces soient faites par des scientifiques n'apportent aucune garantie, elles n'ont vraiment aucune valeur scientifique objective.alerte

avatar Christophe Magdelaine - 24/06/2010, 22:29

@ Ger : vous savez les scientifiques s'appuient généralement sur des observations et des études pour tenter de cerner l'avenir d'une espèce. Un très grand nombre d'indicateurs nous poussent à penser que nous mettons gravement en péril nos sociétés actuelles. Vous trouverez de très nombreux articles qui émanent d'études sérieuses à ce propos sur ce site. M. Fenner est loin d'être le seul à faire ce constat alarmant mais comme vous, beaucoup préfèrent fermer les yeux en attendant qu'il soit trop tard... C'est tellement humain...alerte

avatar poussiere de vie - 24/06/2010, 22:42

je pense que la situation est grave, mais pas desesperé, tout du moin je veux le croire
mais la terre est une boite de petri et l'humain une bacterie, on sait tres bien comment ça ce termine, par le neant et la fin de toute viealerte

avatar Payen Pierre (Dunkerque) - 24/06/2010, 23:36

A première vue, cette extinction est envisageable.
Mais d'autres solutions sont aussi possibles !

« Les arbres de l'évolution », un détail curieux de type scientifique …

Une récente enquête on ne peut plus mathématique, statistique, sur l'évolution de quelques animaux et autres … à travers l'Histoire de la Terre, montée par des chercheurs de renom (Laurent Nottale, Jean Chaline, Pierre Grou) a révélé la configuration de schémas communs chez ces espèces.
Ils se sont contentés d'émettre une hypothèse : si jamais nous empruntions les mêmes chemins que les organismes ou animaux étudiés, nous devrions rencontrer une crise majeure, une remise en cause générale de nos modes de vie avant 2080 (la plus importante depuis l'installation du Néolithique). Cette théorie originale a été publiée avec succès en l'an 2000 dans l'ouvrage « Les arbres de l'évolution » édité chez Hachette Sciences-Littératures.
L. Nottale est un spécialiste des fractales et directeur de recherches au CNRS,
J. Chaline est directeur de recherches en Biogéosciences de l'Université de Bourgogne,
P. Grou enseigne les sciences économiques à l'Université de Versailles-Saint-Quentin.

Cette hypothèse date de l'an 2000. Elle reposait sur l'application de la théorie des fractales.
En 2005, un événement est intervenu confirmant notre incapacité de progresser mentalement, philosophiquement ; notre ressemblance ou grande parenté avec les primates.
1) Une évaluation comparative de notre génome et de celui du chimpanzé a révélé une différence voisine de 2 % !
2) Au lieu de profiter de cette occasion pour remettre les pendules à l'heure, pour arrêter de nous prendre pour ce que nous ne sommes pas, pour repartir sur des bases correctes et d'un bon pied, ce fut le silence total, assourdissant ! Les croyants (V. « L'homme créé à l'image de Dieu », etc.) comme les rationalistes (« L'homme est un dieu en devenir »), ne pouvant accepter d'être des sortes de bonobos boostés, ont décidé d'un plein accord la politique de l'autruche ou l'attente de la fin de l'orage en faisant le gros dos, comme des gosses ! ! !

Le scénario proposé a donc maintenant toutes les chances de se dérouler comme prévu !

D'un autre point de vue, celui de Darwin, lorsqu'une espèce est en danger d'extinction, parfois une
« régulation naturelle » intervient et tout repart !
L'un des derniers exemples : l'épidémie de la myxomatose (vers les années 1950) décima environ 90 % des lièvres et lapins mais cet élagage massif permit aux 10 % de survivants d'être immunisés !


alerte

avatar ger du ergs - 24/06/2010, 23:52

à christophemagdelaine: je serais curieux de voir ces indicateurs.

l'un des indicateurs de la future disparition d'une espèce est sa démographie, la notre se porte plutôt bien.
loin de moi l'idée de justifier tout ce quen ous faisons de travers mais je rappelle comme je le disais que nous avons failli disparaitre il y a qq dizaines de milliers d'années, nous nous en sommes sortis sans les connaissances que nous avons actuellement et alors que nous étions si peu nombreux.
on peut tout imaginer mais certainement pas affirmer que tout est fini ( dire que c'est fini est aussi une manière de renoncer)
c'est vrai que nous avons hypothéqué notre avenir par exemple en provoquant la chute de la biodiversité mais imaginons par exemple:
en 2050 c'est la catastrophe qui survient rapidement, y aurait-il 5 milliards de morts qu'il en resterait presque le double ce qui est largement suffisant, c'est froid rigoureux mais réaliste.

pour qu'il y ait disparition d'une espèce, il y a un seuil démographique qui est très bas, sous lequel il reste des groupes isolés et en difficulté qui finissent par disparaitre progressivement. Ainsi c'est ce qui s'est passé pour Néanderthal par exemple.alerte

avatar ger du ergs - 25/06/2010, 00:17

à pierre de dunkerque:
la très faible différence génétique entre nous et les chimpanzés n'a absolument rien à voir avec une quelconque incapacité chez nous. ( même si j'adore: "bonobos boostés" !!!lol)
la différence entre les chimpanzés et nous est à la fois énorme et subtil.
je le dis une fois pour toute non seulement nous ne sommes pas des dieux mais non plus des démons ( cf capable de détruire la terre par notre seule existence, etc..).
les rationalistes et les croyants nous positionnent en dehors du reste de la vie , tout comme une partie des écologistes lorsqu'ils mettent en avant notre côté destructeur, destructeur pour qui? pour nous, pas pour la vie qui n'a que faire d'une de ces parties..
nous ne sommes qu'un ^etre vivant parmi d'autres un fruit de l'évolution parmi d'autres et si nous provoquons un e crise biologique c'est déjà arrivé lorsque les premiers organismes à photosynthèse ( genre cyanobactéries)ont fini par évincé indirecetment les organismes n'utilisant pas l'oxygène ( comme les archées qui existe toujours bien sûr) au profit de ceux l'utilisant, personne n'a rien à redire sur cet évènement progressif mais réel, surtout pas nous qui faisons partie de ceux utilisant l'oxygène!
aucun écologiste ne s'indigne de cette lointaine situation car l'homme n'était pas en cause!
ce qui est mal pour l'homme ne l'est pas forcément pour la vie, pour laquelle d'ailleurs il n'y a ni bien ni mal.alerte

avatar ger du ergs - 25/06/2010, 00:49

à pierre de dunkerque :je reprends ce que je voulais dire sur la différence entre nous et nos très proches cousins:
déjà nous ne sommes même pas dans la même lignée( nous genre "homo", eux "primates", je ne me souviens plus du terme scientif).
les chimpanzés rient, ils ont une culture, ils créent des outils, ils utilisent des plantes pour se soigner, ils font la guerre, ils reconnaissent leur image dans un miroir, etc...comme nous...
oui mais le degré de réalisation de ces comportements est sans commune mesure avec le notre.
par exemple il y a faire un outil et faire un outil, non?
il y a se reconnaitre dans un miroir et il y a " se trouver moche" ou beau, non?
il y a se soigner avec des plantes et il y a éradiquer un virus par la vaccination ( variole)
il y a la compassion et il y a mourir pour sauver quelqu'un


enfin en ce qui concerne notre hypothétique extinction, si dans l'avenir comme indiqué dans cette étude nous serons face à une crise majeure, ce qui est tout à fait probable, cela ne signifie pas extinction. D'autant que contrairement au reste du vivant nous ne subirons pas de la même manière ce qui nous arrive car nous en auront conscience et ca change beaucoup de choses quand même, et c'est un peu ce qui a dû arriver à nos ancêtres lors du goulot d'étranglement démographique, à la limite de l'extinction, il y a plusieurs dizaines de milliers d'années.alerte

avatar pierre camara dakar senegal. - 25/06/2010, 01:36

Je ne suis expert ni connaisseur assermente sur cette question mais je vois que ces déclarations incendiaires arrivent de plus en plus et a chaque fois on peut oublier car rien de ce qui est déjà annonce n est survenu nous voyons le contraire ou le silence qui suit.
C est pourquoi et avec respect que je joins ceux qui qualifient ces scientifiques d alarmistes d oiseaux de mauvaise augure de charlatans.Moi je crois que l espèce humaine vivra aussi longtemps que le soleil apparaitra.alerte

avatar Jacques - 25/06/2010, 08:43


"""".Moi je crois que l espèce humaine vivra aussi longtemps que le soleil apparaitra.""""

C'est malheureusement faux, la vie sur terre n'en a plus que pour un milliard d'années, soit un cinquième environ de ce qui reste de vie au soleil.

Pour le reste, il est illusoire de penser que la technologie peut tout arranger. Ne pas oublier non plus que plusieurs espèces d'hominidés ont existées et que pour l'instant si une seule a pu perdurer il n'en est pas moins exact que ce n'est en rien définitif.alerte

avatar Mel - Belgique - 25/06/2010, 09:23

Je suis assez surpris du propos: "L'explosion démographique et ses corollaires : la boulimie énergétique, productiviste et consumériste". Que je sache, la part de l'humanité qui consomme le plus est proportionnellement faible. Alors bien sûr, si toute l'humanité consommait comme nous, c'est la catastrophe. Mais donc, le premier problème n'est pas que l'on soit trop sur Terre, mais bien que l'on consomme trop. Ce réflexe occidental égoïste de nier notre consommation en prétendant que les problèmes viennent de la surpopulation m'exaspère.alerte

avatar Christophe Magdelaine - 25/06/2010, 09:46

@ Mel : la société de consommation se démocratise partout dans le monde, même dans les coins les plus reculés. C'est un modèle (mauvais mais c'est ainsi) que tout le monde souhaite suivre, pour de très bonnes raisons en premier lieu (subsistance, soins, éducation, information puis loisirs, détente...).
Les croissances économiques prodigieuses des géants comme l'Inde, la Chine et le Brésil apporteront des milliards de consommateurs (comme nous) supplémentaires : c'est tout à fait intenable par rapport aux capacités régénératrices et aux ressources de la Terre.
L'idée n'est pas de maintenir ces populations dans la pauvreté et les occidentaux dans l'opulence, bien sûr, mais de diminuer drastiquement notre surconsommation occidentale en proposant un autre modèle de développement tout en limitant les naissances.
L'auteur qui a étudié les problèmes de surpopulation d'une espèce sait que cela ne conduit pas à la prospérité d'un écosystème, cela le fragilise. Il est complètement illusoire de croire que nous pourrons continuer à épuiser notre planète tout en accroissant la population, population qui n'a qu'une envie : vivre au même rythme irresponsable que nous !
En France on se félicite de notre bon taux de natalité mais pourquoi faire ? Pour payer les retraites ? On voit ce qu'il en est... Que penser de la densité de population dans les agglomérations ? La surpopulation n'est pas une réussite, c'est tout simplement irresponsable et contre-productif.alerte

avatar Michel Tarrier - 25/06/2010, 11:14

« Des peuples premiers à nous, peuple dernier, il n'aura fallu que quelques siècles de conquêtes irrespectueuses, de progrès chimériques et de myopie écologique pour qu'on en arrive là, au pied du mur ».
(Nous, Peuple Dernier. M. Tarrier. Éditions L'Harmattan, 2009)
« En 1950, nous pensions pouvoir faire reverdir les déserts. En 2050, nous aurons réussi à désertifier la Terre entière ».
(2050, Sauve qui peut la Terre ! M. Tarrier. Éditions du Temps, 2007)

Salut les Martiens,

Nous venons de lire cet article paru dans The Australian (reproduit ci-après) et relatant notre disparition annoncée par un éminent scientifique.
Trois observations.
La première :
Ouf, si cela pouvait être vrai, si l'on pouvait rendre enfin la Terre à la Terre, si l'on pouvait déblayer le plancher, nous les nuisibles, nous les exterminateurs, nous qui n'avons plus aucune raison d'Être dans une Nature que nous avons dénaturée ! Avec juste un bémol de regrets pour les derniers représentants épargnés des nobles Peuples premiers, lesquels n'ont strictement rien à se reprocher.
La seconde :
Quand une info est en anglais, et de surplus d'origine australienne, putain ce que cela nous bluffe, nous semble sérieux, crédible, susceptible d'être clamé sur tous les toits.
La troisième :
C'est dans une langue qui fait donc rire, la nôtre, que je m'égosille depuis des années à hurler une telle inquiétude, l'étayant - notamment et comme Fenner et comme l'ONU - par la menace de notre surcharge populationnelle. Je ne cesse de clamer que les générations futures, que nous avons deshéritées, auront une vie invivable.
Mais si je suis scientifique, c'est trop con : je ne suis même pas Australien.

Pour ce qui est de l'espoir relatif que Fenner semble fonder en invoquant l'idée racolleuse du développement durable, je m'inscris en faux : c'est trop tard, bien trop tard. Ce qui est pris n'est plus à prendre, ni à rendre.

Conférence de Canberra sur la Population, le pic pétrolier et le changement climatique (2008)
(Le professeur Frank Fenner prend la parole dans la seconde moitié de la deuxième vidéo)
http://www.youtube.com/watch?v=63thwzqyxMs
http://www.youtube.com/watch?v=zZm3cTFsUKM

Si vous voulez vérifier ce que Fenner ne nous apprend pas, voici quatre titres qu'il me semblait avoir correctement promotionnés...
J'y retourne...

2050, SAUVE QUI PEUT LA TERRE
http://www.amazon.fr/2050-Sauve-qui-peut-Terre/dp/2842743857
FAIRE DES ENFANTS TUE. Éloge de la dénatalité
http://www.amazon.fr/Faire-enfants-tue-Eloge-d%C3%A9natalit%C3%A9/dp/2842744403
NOUS, PEUPLE DERNIER. Survivre sera bientôt un luxe (*)
http://www.amazon.fr/Nous-Peuple-dernier-Survivre-bient%C3%B4t/dp/2296105629
DICTATURE VERTE (**)
http://www.amazon.fr/Dictature-verte-Tarrier-Michel/dp/2812701404

(*) Je fais vraiment le tour de la situation en 500 pages, qui dit mieux !
(**) Ce pourrait être un moyen coercitif pour, à coups de pieds au cul, nous apprendre à respecter notre Maison du Quaternaire et jouer ainsi les prolongations.alerte

Commentaires 1 à 25 sur 723

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus