^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

1er média web francophone en environnement, écologie, nature
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
12 670
Partager
par email
Samedi 02 août 2014, 7 665 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Sondage Août 2014

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Marée noire dans le Golfe du Mexique : efficacité et impact sur l'environnement des dispersants

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualités

12 670 lectures / 3 commentaires18 juin 2010, 11 h 50

maree_noire_oiseau_usa.jpgOiseau englué par la marée noire en Louisiane
© NOAA

Alors que les efforts s'accentuent afin de remédier à la fuite d'hydrocarbures responsable de la marée noire dans le golfe du Mexique et découlant de l'explosion de la plateforme pétrolière Deep Horizon du 20 avril dernier, un certain nombre de programmes de recherche et développement voient le jour dans le but d'aider à la dépollution de la région.

En dépit des répercussions visibles sur la faune et la flore en milieu marin, l'attention de la communauté scientifique semble se centrer sur les conséquences de la marée noire pour les mangroves et sur les moyens de dépollution existants. Bordant le littoral, notamment de la Louisiane, ces zones humides jouent un rôle primordial en termes de maintien de la biodiversité, de filtration et d'épuration des eaux ainsi que de protection du littoral contre les ouragans. Alors que la NOAA ("National Oceanic and Atmospheric Administration") annonce l'ouverture de la saison des ouragans(1), prédisant entre 14 et 23 tempêtes dont la moitié pourrait se révéler des événements climatiques de forte intensité, les efforts redoublent pour limiter l'expansion de la marée noire ainsi que son impact sur le littoral, en particulier par l'accroissement des moyens disponibles.

Dans ce contexte, la NSF ("National Science Foundation") a octroyé des financements d'urgence à l'équipe du chercheur David Valentine de l'Université de Californie située à Santa Barbara. Les recherches conduites par D. Valentine visent à étudier l'action d'agents biologiques tels que les microbes sur la biodégradation des hydrocarbures(2). Elles ont par ailleurs indirectement pour objectif d'évaluer les répercussions de l'utilisation massive de dispersants sur les écosystèmes et des potentielles interférences de ces dispersants avec l'action de micro organismes.

La question de l'utilisation des dispersants se trouve en effet au coeur des préoccupations des scientifiques et des agences fédérales. La toxicité, l'efficacité ainsi que la potentielle interférence de ces produits avec l'existence de processus de biodégradation naturelle font l'objet d'une attention particulière. Selon les estimations du chercheur Valentine, près de 4 millions de litres de dispersants (1 million de gallons) devraient être vaporisés dans l'atmosphère et terminer dans l'océan d'ici la fin de la marée noire. Si peu d'informations sont actuellement connues sur les effets à long termes de tels produits (les scientifiques craignant une accumulation de ces composés sur le plancher océanique et de potentiels impacts sur le phytoplancton), des recherches complémentaires sont nécessaires afin de statuer sur la marge d'interaction de ces composés avec le milieu extérieur et notamment les processus de biodégradation.

Dans cette optique, l'équipe du chercheur Valentine échantillonne depuis quelques semaines différentes zones du Golfe du Mexique avec pour objectif de répondre à la question de l'interaction des dispersants sur l'activité des micro-organismes. D'après les études antérieures du chercheur, les micro-organismes agissent sur les différents hydrocarbures selon un mode sélectif, privilégiant les composés gazeux. L'utilisation de dispersants pourrait interférer avec le mode d'action des agents biologiques, avec pour conséquence de ne dégrader qu'une partie des hydrocarbures. Les résultats de l'échantillonnage, attendus d'ici quelques mois, permettront donc d'accroître les connaissances sur le sujet tout en aidant à la compréhension du devenir des dispersants dans l'environnement.

Ces recherches devraient ainsi contribuer à la réforme du classement des dispersants, lequel fait actuellement l'objet de nombreuses critiques, notamment de la part du Congrès. Administré par l'EPA ("Environmental Protection Administration") en charge de la réglementation des produits chimiques aux Etats-Unis, le classement actuel devrait en effet faire l'objet de profonds remaniements selon la déclaration de Lisa Jackson, administratrice de l'agence.

Notes

  1. Hurricane Season Raises New Fears, 30/05/2010 - New York Times
  2. Site internet du "National Center for Earth Surface Dynamics".
  3. Site internet du chercheur David Valentine

Sources

Rédacteur

Agathe Dumas

Origine

BE Etats-Unis numéro 210 (7/06/2010) - Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/63609.htm

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de notre-planete.info

3 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Stéphane LAGASSE BRUXELLES le 19/06/2010, 19:10
(Re)devenons plus automobile: vive la marche et le vélo... alerte
Lavoisier le 20/06/2010, 17:02
si ils peuvent nous inventer un dispersant d'algues vertes, cela nous intéresent particulièrement

quand c'est pas trop noir c'est trop vert

curieux cette méthode de vouloir traiter les conséquences d'actes qu'ils faut prendre à la sourçe
et il fait nous dire qu'il y avait pas les moyens dans ce buissness de pétrôle et de chimiealerte
Lavoisier le 28/06/2010, 18:21
et nous voilà avec 1 millions de tonnes de PCB pour 2000 ans

faudrait peut être arrêter les recettes de cuisine dans l'eau douce et dans l'eau de meralerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus