^ Publicité ^

1er média web francophone en environnement, écologie, nature
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
5 972
Partager
par email
Jeudi 23 octobre 2014, 2 048 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité ^

Sondage Octobre 2014

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

2,6 milliards de personnes manquent de systèmes d'assainissement

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualitésProposer un article

5 972 lectures / 3 commentaires17 mars 2010, 11 h 52

progress_sanitation_drinking-water.jpg© OMS/UNICEF

Avec 87% de la population mondiale, soit près de 5,9 milliards d'habitants de notre planète, ayant accès à l'eau potable, le monde est sur la voie d'atteindre, voire de dépasser, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) en matière d'eau potable. C'est ce qu'établit le rapport du Programme conjoint OMS / UNICEF de suivi de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement publié hier : "Progrès en matière d'eau potable et d'assainissement – 2010".

Toutefois, près de 39% de la population mondiale, soit plus de 2,6 milliards de personnes sont toujours dépourvues d'accès à un système d'assainissement amélioré. Le rapport souligne à cet égard que beaucoup d'efforts restent à faire pour s'approcher de l'OMD en matière d'assainissement. Si la tendance actuelle se poursuit, la communauté internationale manquera l'OMD relatif à l'assainissement en 2015 de près d'un milliard d'habitants.

Il faut se réjouir du fait que la défécation à ciel ouvert –la pratique la plus antihygiénique de toutes– soit en déclin partout dans le monde, passant sur le plan mondial de 25% en 1990 à 17% en 2008, ce qui représente une diminution de 168 millions des tenants de cette pratique depuis 1990. Elle reste toutefois très répandue en Asie du Sud, où l'on estime que 44% de la population continue à déféquer à ciel ouvert.

Ce rapport fait le point sur la situation actuelle et sur les tendances observées dans 209 pays ou territoires par rapport aux OMD en matière d'eau potable et d'assainissement, tout en proposant une évaluation de ce que ces tendances révèlent.

Il faut accélérer les progrès

«Nous reconnaissons tous l'importance vitale de l'eau et de l'assainissement pour la santé et le bien être des êtres humains, ainsi que leur rôle de moteur du développement. La question est désormais de savoir comment accélérer les progrès sur la voie des OMD et plus encore comment faire un pas supplémentaire vers l'accès universel», a déclaré le Dr Maria Neira, qui dirige à l'OMS le Département Santé publique et environnement.

Le rapport "Progrès en matière d'eau potable et d'assainissement – 2010" donne l'image la plus nette à ce jour de l'utilisation actuelle d'installations d'assainissement améliorées et de meilleures sources d'eau potable partout dans le monde. Le rapport est destiné à être utilisé par les décideurs, les bailleurs de fonds, les organisations gouvernementales et non-gouvernementales lorsqu'il s'agit de décider ce qui doit être fait et où concentrer leurs efforts pour atteindre ces objectifs.

Privilégier la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement

«Nous devons non seulement privilégier la réalisation des OMD en matière d'eau et d'assainissement, mais aussi le faire d'une manière équitable, en veillant à ce que les groupes les plus vulnérables et les plus difficiles à atteindre aient leur part des succès obtenus ailleurs,» a fait remarquer le Dr. Tessa Wardlaw, responsable de la section de la statistique et du suivi à l'UNICEF.

Bien que la population mondiale soit divisée à parts égales entre urbains et ruraux, la grande majorité des gens qui sont privés d'accès à l'eau et à l'assainissement vivent en zones rurales. Sept sur dix de ceux qui n'ont pas accès à un assainissement de base habitent dans des zones rurales, tout comme plus de huit sur dix de ceux qui n'ont pas accès à des sources d'eau potable améliorées.

Disparité entre les pauvres et les riches

On observe une disparité similaire entre les pauvres et ceux qui ne le sont pas. Une comparaison entre les 20% les plus riches et les 20% les plus pauvres de la population de l'Afrique subsaharienne révèle que les plus riches ont deux fois plus de chance de disposer d'une source d'eau potable améliorée et presque cinq fois plus d'utiliser des installations d'assainissement de qualité satisfaisante. Bien que les données disponibles soient encore insuffisantes, celles dont on dispose au sujet des pays confirment que de semblables disparités existent partout.

«Comme cinq ans seulement nous séparent de 2015, nous devons faire dès aujourd'hui un bond en avant en matière d'efforts et d'investissement pour obtenir des résultats d'ici le moment de notre évaluation finale des OMD,» a observé Robert Bos, coordonnateur de l'équipe Eau, assainissement, hygiène et santé à l'OMS.

L'eau insalubre ainsi que des mesures d'assainissement et d'hygiène insuffisantes coûtent chaque année la vie à environ 1,5 million d'enfants de moins de cinq ans. Le manque d'accès à l'eau potable, à l'assainissement et à l'hygiène affecte la santé, la sécurité, la vitalité et la qualité de vie des enfants, touchant d'abord et surtout les femmes et les jeunes filles. Elles risquent beaucoup plus que les hommes et les garçons d'être celles qui seront chargées de la corvée d'eau.

«Avec près de 884 millions de personnes dépourvues d'accès à de l'eau potable et environ trois fois plus qui manquent de services d'assainissement de base, nous devons agir immédiatement en tant que communauté mondiale pour assurer l'eau et l'assainissement pour tous,» a déclaré Mme Clarissa Brocklehurst, responsable de l'eau et de l'assainissement environnemental à l'UNICEF.

Notes

Le Programme conjoint OMS/UNICEF de suivi de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement est le mécanisme officiel des Nations Unies chargé de suivre le progrès vers la réalisation de l'OMD 7 en matière d'approvisionnement en eau et d'assainissement. Les données contenues dans le rapport ont été recueillies lors d'enquêtes menées auprès des ménages pendant la période 1985–2008. Le nombre record de près de 300 séries de données a été ajouté à la base de données globale pour le rapport de cette année. Il est important de noter que les nouvelles données n'ont pas encore enregistré l'impact de l'Année internationale de l'assainissement (2008), dont on espère qu'elle accélérera sensiblement les progrès vers l'OMD en matière d'assainissement.

Auteur

Organisation Mondiale de la Santé

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de notre-planete.info

3 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Eau de là, Est France le 20/03/2010, 19:15
Bonjour, je pense qu'un site aux activités durables peut enrichir cet article.

Je mets le lien dont je dispose, (mais ne suis pas en lien avec eux), simple citoyenne qui songe à choisir leur solution pour ma petite maison dans la prairie !

http://www.cleantechrepublic.com/2010/01/15/assainissement-individuel-eaux-usees-filtre-plante-approche-seduisante/#comments


Simplement, je trouve ces projets, - qui existent depuis 2 ou 3 décennies à Terre vivante, dans les Alpes- , très encourageants, surtout les collectifs.

On protège les eaux de surface comme les nappes phréatiques ou les cours souterrains, et on génère du compost qui enrichira les cultures à moyen terme.

Pas d'entretien de type fosse septique, ni de vidanges du même ordre à épandre ensuite sous forme discutable, mais un vrai compost transformé, donc inodore et sans dangers en cas d'épidémie, ce qui n'est pas anodin sous certains climats.
alerte
Pierre - Orne le 20/03/2010, 21:41
Bonjour,
Près de mon habitation, durant l'été, les vaches du voisin viennent paitre. Elles sont, au bas mot, entre soixante et quatre-vingt. cela pendant plus de trois mois. Un calcul simple permet de savoir que soixante dix vaches, en moyenne pendant cent jours, c'est 280 tonnes de bouses qui s'épandent sur une surface de quelques hectares ou dans le ru traversant la prairie. Un assainissement serait-il prévu ?
J'ai l'impression que l'assainissement individuel, très couteux à l'installation et suivit de contrôle à titre onéreux par un "SPANC", n'est qu'une nouvelle façon de nous prendre pour des vaches à lait ! (je sais, elle était facile)
Je possède une fosse septique suivi d'un épandage, mais les "normes" ont décidé qu'il fallait désormais une fosse toutes eau avec un filtre à sable. Il est aussi reconnu que ce système n'est pas fonctionnel sur plus de deux ans et que le renouvellement du filtre à sable coûte plus de 3000 € dont beaucoup de TVA !
dans ces conditions, il n'y a qu'à faire un assainissement collectif en petites section en sortie des fosses !
La phytoépuration dont parle "Eau de là" (paix à son âme)
est bien sûr une bonne solution mais ne supprime pas la fosse et n'est pas acceptée pas tous les élus (entre autre le mien qui est contre les éoliennes mais pour le nucléaire qui "ne pollue pas lui"), de plus il faut un terrain adapté (plus bas que la sortie de fosse qui elle est enterrée ?). Enfin après décembre 2012 nous en reviendrons à l'âge des cavernes et ces questions de pollutions ne se poseront plus.
Cordialement.
Pierre
alerte
neptune le 12/06/2010, 15:04
Bonjour,
Pierre a raison, beaucoup de mesures sont prises sous couvert de mise aux normes, uniquement pour générer de l'activité (faire travailler les artisans, et faire rentrer de la TVA, certes à 5,5% seulement en rénovation). Et tout ça sous couvert de protection de l'environnement. C'est vrai que les filtres à sable peuvent poser problème et se colmater rapidement et cela coûte très cher à refaire.
Par contre, Pierre concernant la phytoépuration vous êtes mal renseigné, l'intérêt de ce procédé est d'éviter le passage par une fosse toutes eaux qui utilise un procédé anaérobie (dégradation par les bactéries lente, incomplète et nauséabonde), et nécessite une vidange tous les 4 à 6 ans (opération coûteuse et polluante).
En France se développent des filières par filtres plantés ou phytoépuration qui sont très performantes semble-t-il. Le recours à une pompe de relevage n'est pas systématique, il dépend de la pente du terrain. J'en ai déjà installé pour une association, et j'envisage d'en installer une aussi chez moi, car en plus d'être écologique et économique c'est très esthétique!
On peut installer ces systèmes avec utilisation de toilette sèche (développé par Eau Vivante) ou aussi avec toilette à eau, mais il faut plus de surface de filtre, environ 4m² par habitant.
Question élus, bienvenue au club, mon maire a exactement la même mentalité que celui de Pierre, pour lui les énergies renouvelables sont des "gadgets" et rien ne remplacera le nucléaire! (mon village de 400 hab. est en pleine campagne....mais Monsieur le Maire travaille chez...EDF!) Son pavillon est le plus éclairé de tout le village, en décembre, et il en est très fier... (je ne sais pas s'il paie son électricité....).

alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus