^ Publicité ^

1er média web en environnement, écologie,
nature et sciences de la Terre, depuis 2001

rss
10 107
Partager
par email
Samedi 20 décembre 2014
91 connectés / 13 617 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité ^

Sondage Décembre 2014

^ Publicité ^

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualitésProposer un article

Nouveau rapport de l'ONU sur les nuages bruns de pollution dans le monde

10 107 lectures / 4 commentaires16 décembre 2008, 20 h 57

Nouveau rapport de l'ONU sur les nuages bruns de pollution dans le mondeNuage de pollution au dessus de la Chine en 2004
crédit : ESA
Des villes comme Pékin ou New Delhi deviennent de plus en plus sombres, les glaciers dans les montagnes de l’Himalaya fondent plus vite et les phénomènes météorologiques sont plus extrêmes... Ceci est en partie du aux effets combinés des nuages bruns de pollution atmosphérique produits par l’homme et les gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Les nuages bruns, qui résultent de la combustion des énergies fossiles et de la biomasse, dans certains cas et certaines régions aggravent les impacts des gaz à effet de serre à l'origine des changements climatiques, d’après le rapport sur les nuages bruns de pollution atmosphérique du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE).

Cela est dû au fait que les nuages bruns sont constitués de particules comme le charbon noir et la suie qui absorbent la lumière du soleil et chauffe l’air, et de gaz comme l’ozone qui accroissent l’effet de serre.

A travers le monde, cependant, les nuages bruns peuvent neutraliser ou « masquer » les impacts du réchauffement sur le changement climatique entre 20 et 80 pour cent, selon les chercheurs. C’est à cause de particules telles que les sulfates et certaines cellules organiques qui reflètent la lumière du soleil et refroidissent ainsi la surface.

13 mégalopoles dans le monde sont recouvertes par un nuage brun, il s'agit de Bangkok, Beijing, Le Caire, Dhaka, Karachi, Kolkata, Lagos, Mumbai, New Delhi, Seoul, Shanghai, Shenzhen et Tehéran.
5 grandes régions dans le monde sont affectées par ce phénomène, il s'agit principalement de l'Asie du sud et de l'est, mais également le sud de l'Afrique, l'Amérique du Nord et l'Europe. Cependant, les précipitations hivernales dans ces deux dernières régions permettent d'épurer l'atmosphère.

Les impacts sur la santé sont considérables puisque ces nuages contiennent une grande variété d'aérosols toxiques, des particules très fines et cancérigènes.

Le nuage a aussi des conséquences sur la qualité de l’air et l’agriculture en Asie en augmentant les risques pour la santé humaine et la production alimentaire de trois milliards de personnes.

Akim Steiner, Sous-Secrétaire Général et Directeur Exécutif des Nations Unies, du programme PNUE a déclaré que « L’une des autorités centrales du PNUE s’appuie scientifiquement sur l’alerte précoce des problèmes graves et considérables de l’environnement. Je m’attends à ce que le nuage brun soit maintenant résolument sur les radars de la communauté internationale puisqu’il est le résultat du rapport du 13 novembre dernier. »

Le phénomène a été étudié de manière plus intense à travers l’Asie. C’est en partie parce que la région présente déjà de fortes variations climatiques, y compris la formation de la mousson annuelle, et que la région abrite environ la moitié de la population mondiale et est soumise à une croissance massive.

Mais les scientifiques précisent maintenant qu’il y a des nuages bruns ailleurs, comme dans le nord de l’Amérique, l’Europe, le sud de l’Afrique et le bassin Amazonien qui nécessitent également une étude urgente et détaillée.

« Combattre l’élévation du niveau de CO2 et le changement climatique est le défi de cette génération, mais c’est aussi le moyen le plus sûr que le monde aie pour la Croissance Verte, incluant de nouveaux emplois et de nouvelles entreprises issues de l’explosion de l’industrie solaire et éolienne pour alimenter des véhicules, des logements et des lieux de travail de manière plus efficace. Les pays développés ne doivent pas seulement agir les premiers mais doivent aussi assister les économies en développement avec la finance et la technologie propre dont la génération de l’énergie verte et la croissance économique ont besoin» a déclaré M. Steiner.
« En agissant de la sorte, on ne lève pas seulement la menace du changement climatique, mais on arrête aussi l'émissions de suies qui nourrit la formation des nuages bruns de pollution atmosphérique en de nombreuses régions du monde. C’est parce que les origines des gaz à effet de serre et de la suie sont souvent les mêmes – l’utilisation d’énergies fossiles non-renouvelables, la combustion inefficace de la biomasse et la déforestation » a-t-il ajouté.

Le Professeur Veerabhadran Ramanathan, chef de la commission scientifique du PNUE qui s’occupe de la recherche a déclaré : « Je voudrais rendre hommages à mes éminents collègues, issus des universités et des centres de recherche en Asie comprenant la Chine, l’Inde, le Japon, la Corée, Singapour et la Thaïlande aussi bien que l’Europe et les Etas-Unis. »
« Notre estimation préliminaire, publiée en 2002, a déclenché un grand nombre de prises de conscience mais aussi de scepticisme. Cela a souvent été la réaction première à une recherche scientifique nouvelle, originale, d’une portée considérable et contraire au bon sens. »

« Nous croyons que ce rapport éclaire davantage le phénomène du nuage brun et cela doit ainsi apporter une réponse internationale, qui s’attaque à la double menace des gaz à effet de serre et des nuages bruns et le développement non –renouvelable qui soutient les deux », a ajouté le professeur Ramanathan qui est rattaché à l’Institution d’Océanographie Scripps à la Jolla, Californie.

« L’un des problèmes les plus graves mis en avant dans le rapport est le recul certifié des glaciers d’Hindu Kush, d’Himalaya et du Tibet, ce qui approvisionne les sources de la plupart des rivières asiatiques, et par conséquent a de graves implications pour l’eau et la sécurité alimentaire de l’Asie » a-t-il déclaré.

Cette nouvelle étude, en identifiant certains des facteurs occasionnels, donne de l’espoir pour entreprendre des actions qui ralentissent ce phénomène dérangeant : cela pourrait nous alerter sur le fait qu’une incertitude significative demeure dans notre compréhension de la complexité des effets régionaux des nuages bruns et que d’autres surprises peuvent nous attendre. » a ajouté le Professeur Ramanathan.

Référence

Wide Spread and Complex Climatic Changes Outlined in New UNEP Project Atmospheric Brown Cloud Report - UNEP

Auteur

Jewel42

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de notre-planete.info. Elles contribuent au débat

4 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Wendy, Paris le 16/12/2008, 23:22
Surtout pas d'inquiétudes! voyons, chers concitoyens, nous avons nos supers frontières! elles ont déjà mis en déroute un nuage radioactif; alors pensez donc, un petit nuage brun? aaah vives nos politiques et leur communication limpide, rassurante et objective....alerte
Delpech Couëron le 17/12/2008, 05:37
Ne nous étonnons pas qu'il y ait des nuages de pollution au-dessus des mégapoles asiatiques, africaines et autres. Elles abritent les industries qui fabriquent nos jouets mécaniques, jusqu'à nos fourchettes et cuillères. Arrêtons de nous lamenter de cet état de fait, et changeons de fonctionnement économique.

A OUI, MAIS COMMENT LES GRANDES ENTREPRISES VONT-ELLES FAIRE DU PROFIT ?

Vous voyez que c'est très simple. D'un côté, on est content d'acheter de la merde à prix réduit. D'un autre, ce sont nos grands patrons qui ne peuvent plus couler des jours heureux avec leurs joujous à trois milliards.alerte
Albert amiens le 21/12/2008, 20:48
Il est réconfortant de voir les combustions de biomasse citées comme un danger potentiel, au même titre que les combustibles fossiles. Ce qui est naturel n'est pas obligatoirement inoffensif ! Qu'on se le dise !alerte
Aissatlyes@yahoo.fr le 23/12/2008, 09:36
oui vous me desiez que c'est pas normale que les choses vont si bien que les gens ne s'inqiete plus dez l'avenir de notre planéte, c'est pas une question d'argent comme le pense beaucoup de nos mais c'est l'avenir ce cette qui a été si genereuse envers nous, alors c'est comme ca qu'on lui rend le bien, hypocrisie va jusqu'a des limites dont nous n'apercevons plus, allânt soyont humaniste aumoins pour en garder une partie pour nos enfants alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus