^ Publicité ^

1er média web de réinformation en environnement, écologie, nature et sciences de la Terre, depuis 2001

rss
31 572
Partager
par email
Samedi 29 novembre 2014
131 connectés / 14 616 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité ^

Sondage Novembre 2014

^ Publicité ^

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Le réchauffement climatique et la pollution ne font pas bon ménage

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualitésProposer un article

31 572 lectures / 12 commentaires10 mars 2008, 11 h 24

Pollution en Chine
Une mauvaise nouvelle de plus concernant les effets du réchauffement de la planète : le dioxyde de carbone (CO2) qui en est la principale cause pourrait aussi aggraver la pollution de l’air partout dans le monde. Une nouvelle étude de modélisation du climat indique que comme le monde se réchauffe, le CO2 devrait engendrer plus de décès liés à la pollution locale. L’effet semble relativement faible mais le rapport ajoute de nouveaux détails pour s’efforcer de quantifier la manière dont le changement climatique pourrait exacerber la pollution.

Le spécialiste des sciences de l’atmosphère Mark Jacobson de l’Université de Stanford à Palo Alto, en Californie, a établi un modèle informatique qui comprend la chimie atmosphérique et les interactions air – océan et qui simule la distribution des gaz, y compris des types de polluants fréquemment rencontrés dans les villes. Il suppose également qu’un monde plus chaud pourrait présenter moins de vents pour dissiper la pollution au-dessus et à l’extérieur des villes, et que l’augmentation des niveaux de vapeur d’eau autour des villes pourrait aider à catalyser la production d’ozone. Formé lorsque la pollution est frappée par la lumière du soleil, l’ozone est le principal composant du smog et peut aggraver les maladies respiratoires et l’asthme.

Pour déterminer comment les variations du CO2 moduleraient ces différentes variables, Jacobson a élaboré son modèle de deux manières : d’une part avec les niveaux de CO2 de 2006, et d’autre part avec les niveaux pré-industriels depuis l’année 1750. Après avoir analysé les niveaux de pollution en ce qui concerne les substances cancérigènes, l’ozone et les particules, Jacobson a trouvé que chaque degré de réchauffement provoqué par le CO2 pourrait être responsable d’environ 1 000 décès sur les 50 000 à 100 000 décès annuels survenant aux Etats-Unis à cause de la pollution de l’air. « On ne voit pas un énorme pourcentage de morts, mais dans l’absolu, ce nombre représente quand même beaucoup de personnes, » déclare Jacobson. Il soutient que la suggestion du modèle selon laquelle le changement climatique a le plus fort impact sur la pollution dans des régions déjà lourdement polluées est encore plus importante que le nombre total de morts.
Rappelons qu'en Europe, la pollution atmosphérique est à l'origine d'environ 400 000 morts prématurées par an.

Cette étude a été rapporté dans une édition des Lettres de Recherche Géographique, publiée le 12 février 2008

« Ce travail ajoute un élément essentiel à notre compréhension globale des liens entre les émissions des gaz à effet de serre et les impacts nocifs sur la santé aujourd’hui » déclare Kim Knowlton de l’Université de Colombia et du Conseil de Défense des Ressources Naturelles à New-York. Bart Croes, un scientifique travaillant pour l’Etat de Californie membre de la Commission des Ressources de l’Air à Sacramento, dit que les conclusions du rapport renforcent l’argument de l’Etat selon lequel on pourrait autoriser des contrôles de la pollution de l’air plus stricts que les critères nationaux, et notamment la limitation des émissions de CO2.
Cependant, l’Agence de Protection Environnementale américaine (EPA) a rejeté définitivement le 29 février 2008 la requête de la Californie au regard du respect de la réglementation. « Nous réexaminerons l’étude si nécessaire, mais la décision d’une dérogation pour la Californie est soumise à la loi», d’après un porte-parole de l’APE concernant le rapport de Jacobson.

Référence

CO2 and Pollution Don't Mix Well - Science / American Association for the Advancement of Science, 29 février 2008 (Traduction de Cécile Matricon)

Auteur

avatar Christophe Magdelaine / notre-planete.info - Tous droits réservés

12 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Brahim Allahi à Tizi-Ouzou ( Algerie) le 12/03/2008, 13:13
reduisons notre gaz à effet de serre qui provoque la destruction de notre couche d'ozone qui nous protege contre le Ultraviolets et aussi elevation de niveau de mer, des inondations plus frequentes en causant une elevation de temperature... Quant on reduit le gaz, on evite tous ces degats.alerte
Nino le 15/03/2008, 18:13
Si tout le monde roulait à vélo, y aurait pas besoin de mettre un masque, n'est ce pas?alerte
BAT Meaux le 17/03/2008, 09:19
Hélas, le monde est malade, la démographie, le pouvoir et l'argent accélèrent notre fin et maintenant le fait de respirer tue ! Trop tard...alerte
Cacamounia le 21/03/2008, 14:46
il devrait y avoir moins de pollution donc moins de voitures! peut etre ke tout ceci s'arrangerais?alerte
Cacamounia le 21/03/2008, 14:48
tout le monde devrait voir ce ki se passe dans sur la terre helas il y en a ki sen fiche totalement! c dommage!!!!!!!alerte
CoinCoin - Belgique le 13/08/2008, 13:01
Le problème du genre humain c'est qu'il pense pouvoir tout contrôler. Il lui est difficile de remettre sa propre existence en question. Et pourtant ...alerte
Beghdadi algerie le 08/11/2008, 19:06
l'homme c'est le premier responsable de le degradation de la nature, il fx une politique mondiale pour protegé l'ecologie.
la protection de l'ecologie c 'est la protection de nos ressurce naturel et notre vie et la vie des generation au future alerte
Brice le 14/09/2009, 11:06
Bonjour,
Je vous propose une représentation de type « nuage de mots clés » des mots associés au C02 et au réchauffement climatique. Cette représentation a été réalisée sur plus de 300 publications scientifiques issues de la base de données Web of Science. Elle permet de voir rapidement les termes de la littérature scientifique associés aux émissions de carbone et au réchauffement climatique. Plus la police de caractères est grande et plus les mots sont couramment cités.

URL de l'image : http://www.knowmade.fr/minidocs/C02_cloud_tag.jpg
alerte
Raphaël Zacharie de IZARRA le 20/12/2009, 18:05
VIVE LA POLLUTION !

La pollution est une réalité plus médiatique qu'effective, à mon sens.

Je ne nie pas la pollution, je prétends seulement qu'elle est insignifiante. Je ne crois pas que l'homme puisse faire fondre les pôles. Et quand bien même il le pourrait avec ses petites fumées, quelle importance ?

Depuis que l'homme est sur terre il n'a cessé de la transformer, de canaliser ses forces, de l'embellir, de la domestiquer à sa convenance.

Bref, de donner un visage humain à la friche originelle.

Agir sur notre globe originel, c'est nécessairement le défigurer.

Creuser le sillon n'a rien de naturel, certes. Mais justement, c'est cela que l'on appelle la CIVILISATION. Fondamentalement le geste est le même entre faire naître un sillon et faire sortir de terre des usines : l 'acte reste un acte de civilisation.

La seule différence est dans la profondeur de la plaie dans le sol occasionnée par le génie humain. Mais le principe est le même.

Pour réduire, voire éliminer radicalement la pollution, il faudrait tout simplement cesser de vivre. Absurde, non ?

Ne perdons pas le nord : vivre c'est polluer. Revoyons plutôt la notion de "pollution", puisque respirer c'est fatalement "polluer". Que ce soit le poumon humain ou le poumon industriel qui rejette du "gaz nocif", fondamentalement quelle différence ? Les deux sont au service de l'homme. La pollution fait partie intégrante de la vie comme la mort, la souffrance ou les morpions.

Excréter, uriner, suer, rire, aimer le beurre, les carottes, son chien, ses enfants, sa femme, sa maîtresse, n'est-ce pas contribuer activement à la "pollution" ? L'écologiste primaire voit les problèmes sans aucun recul, essentiellement à échelle sociale, psychologique et non dans sa globalité, sa complexité, ses nuances. Encore moins sous l'aspect philosophique.

Débarrassée des fumées émotionnelles, la "pollution" ne signifie plus grand chose. A la lumière de la pensée rationnelle cette "pollution" est à reconsidérer car elle n'a plus du tout le même sens vue sous l'angle de la subtile, durable et gigantesque machinerie géologique qui se moque des spéculations humaines...

Je suis persuadé que les fumées d'usine -tout comme les vomissements volcaniques- s'incluent dans la complexe, miraculeuse alchimie des éléments. Selon moi les fumées industrielles ne s'opposent pas à l'ordre : au contraire elles entrent dans la danse géologique. La planète réagit aux agressions comme notre corps face aux virus : elle tire profit des stimulations extérieures pour recombiner ses éléments et s'enrichir, trouver des parades, se complexifier à l'infini.

Elle se réinvente en permanence, se renforce pour mieux tourner, durer, briller avec ses soeurs dans la grande symphonie galactique. A l'image du corps humain qui s'adapte à son milieu et gagne des centimètres, des anticorps, des années de vie supplémentaires avec les siècles et, parallèlement, invente l'agriculture, l'Art, le chant grégorien, les réseaux d'égout, les médicaments, les fusées interplanétaires, INTERNET, etc.

Tout dans la nature nous montre que la vie est un principe auto-régénérateur, auto-réparateur d'une insoupçonnable ingéniosité triomphant de tout, s'imposant partout, émergeant de toutes part sans explication.

N'est-ce pas miraculeux ?

Bien sûr entre l'agression (ou plutôt la stimulation extérieure) et sa mise à profit il faut un laps de temps nécessaire. Plus la machine est imposante, plus elle a besoin de temps pour s'adapter à sa nouvelle condition. Entre la plaie et sa totale guérison il y a la cicatrice. Ce que nous vivons à notre échelle, ce sont les effets immédiats de ces stimulations. Pour faire simple, les plaies, les cicatrices. Pauvres fourmis naviguant sur le vaste paquebot planétaire, nous sommes trompés par notre manque de recul... Mais nos enfants naîtront dans un monde réparé et fortifié.

Le principal défaut des images spectaculaires que l'on nous montre au sujet de la pollution, c'est qu'elles sont spectaculaires précisément.

Le prodige de l'adaptation des éléments face aux activités humaines, volcaniques, telluriques ou cosmiques est, il est vrai, moins clinquant pour l'oeil blasé, moins retentissant en termes médiatiques. Cette merveille des merveilles est plus lente à constater (plus difficile à admettre psychologiquement tant les humains, habitués à les voir, ont tendance à les nier), elle n'en est pas moins réelle.

"Pollution" est un terme dont le sens a été perverti pour servir des causes politiques : sa forte connotation négative agit puissamment sur la psychologie des foules de la même manière que les termes "chrétien", "juif", "républicain", "hérétique" furent en d'autres temps lourds de conséquences pour qui y était sensible.

L'humanité des ânes a un grand défaut : elle réagit comme une girouette au vent médiatique. Il aurait suffit que depuis une ou deux décennies les médias insistent sur les dangers d'une éventuelle collision d'un astéroïde contre la planète (au lieu de focaliser l'humanité sur la pollution) pour qu'aujourd'hui la mode soit à l'hystérie cosmique...

Il se trouve que c'est la pollution qui a "marché" médiatiquement parlant, alors le monde (des nantis) s'est mit au vert. La prise de conscience écologique est purement artificielle, fabriquée de toute pièces par les médias et non pas spontanée, intuitive. La preuve qu'elle n'a rien d'universel, c'est qu'elle est active exclusivement dans les "pays snobs". L'écologie est la morale des nantis, la religion des repus, l'idéal des âmes bernées par les apparences.

A mes yeux le vrai problème de l'écologie c'est l'eau. Le reste n'est que divagations et fumée.

Quant aux fumées d'usines, elles prouvent la bonne santé de l'humanité. Les pays pauvres envient nos émanations industrielles. Que les écologistes aillent tenir leurs discours devant les miséreux des bidonvilles qui bavent d'envie devant nos villes propres et débordantes de richesses ! Ils passeront pour des fous. Pire : des criminels.

Jusqu'à aujourd'hui je n'ai jamais été malade en mangeant des produits issus de la terre, ni été intoxiqué par l'ingestion d'eau, encore moins eu la peau brûlée par la pluie... Au contraire je trouve l'air respirable (même en ville), la nourriture excellente, la campagne enchanteresse, les étoiles magnifiques au-dessus du monde. La civilisation a du bon, tandis que la misère, la sauvagerie, l'ignorance, la régression sont de vrais calamités.

Certes il y a quelques forêts détruites par des pluies acides en Allemagne dont on a fait tout un fromage... Les forêts allemandes ne sont pas les forêts du monde entier. Ce n'est pas parce qu'on montre des images sensationnelles d'un drame local que la planète est en feu pour autant. On ne cesse de nous montrer les parties blessées de notre monde tout en omettant de nous montrer ses vastes parties saines... Quand les Verts mettent le doigt sur les infimes furoncles de la terre, moi je vois les océans végétaux de l'Amazonie encore vierges, je vois les immensités intactes et sauvages de la planète, toutes ces beautés terrestres, cette santé géologique, ces espaces sains, ces réserves naturelles, ces richesses potentielles dont on ne parle JAMAIS.

Raphaël Zacharie de IZARRAalerte
Saphir (algérie) le 19/01/2010, 10:59
je ne veux pas de mal pour ma planéte . mais domage tout le monde sont foute de réchauffement climatique vous de vrez fair attention .je ne veux pas écrire un grand message et donner des éspliquations les ouses e réchauffeument climatique par ce que tout le mondes saves que notre planete et en douger c'est malheure et ca me de la peineque je s'hoite que du bonheure pou ma planete et ma terre alerte
Maylod (lifou nouvelle- calédonie) le 23/07/2010, 04:14
bonjour, je suis d'accords avec saphir parce que, qu'est-que la planète nous a fait de mal, je trouve que ce n'ai pas gentil de laisser notre planète mourir car c'est pour l'avenir d'autres humains qui vont venir dans les temps qui viendront. Sinon, il faut en profiter pour la rendre heureuse. OK je crois que c'est tout ce que j'ai à dire. TAL! TOUL!alerte
HERMET à ST MAUR DES FOSSES le 14/11/2011, 13:11
Et la voiture électrique, c'est pour quand ?alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus