^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

1er site français en environnement
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
458 582
Partager
par mail
Jeudi 17 avril 2014, 9 405 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Tchat environnement et sciences

Vous devez être membre du site et connecté
pour afficher le tchat et y participer

Marre de la PUB dans
votre boîte aux lettres ?

Imprimez et collez notre étiquette STOP PUB sur votre boîte aux lettres et respirez !

Sondage Avril 2014

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Un gigantesque "continent" de déchets se forme dans le Pacifique Nord

Dernières actualitésAlerte mailFlux RSS / webmasters

458 582 lectures / 211 commentaires14 décembre 2007 ; révision : 11 novembre 2013, 11 h 58

dechetsDéchets récupérés en septembre 2007
© Oceanographic Research Vessel Alguita

Dans le Nord-est du pacifique, entre la Californie et Hawaï, les déchets produits par les activités humaines et déversés dans les océans sont acheminés par les courants marins vers un nouveau "continent"[1] boulimique dont la taille atteint près de 3,5 millions de km² !

En 1997, le capitaine Charles Moore a été le premier à découvrir cette zone improbable de l'océan Pacifique où les déchets plastiques flottants s'accumulent. Ainsi, selon des observations effectuées depuis plus de 15 ans par l'Algalita Marine Research Foundation, sous l'effet des courants marins, les déchets provenant des littoraux et des navires, flottent pendant des années avant de se concentrer dans deux larges zones connues sous les noms de "Plaque de déchets du Pacifique est" (Eastern Pacific Garbage Patches) et "Plaque de déchets du Pacifique ouest" (Western Pacific Garbage Patches).
Ces deux plaques forment la "Grande plaque de déchets du Pacifique" (Great Pacific Garbage Patch), un monstre dont la taille aurait déjà triplé depuis les années 90 et qui s'étendrait maintenant sur 3,43 millions de km², soit près d'un tiers de la superficie de l'Europe ou encore cinq fois la superficie de la France ! D'après les estimations, cette soupe océanique pourrait être composée de 750 000 débris par km² ; Greenpeace évoquait même fin 2006 près d'un million de déchets par km² dans son rapport sur les débris plastiques et la pollution des océans.

Ainsi, selon Chris Parry, chef de programme d'éducation du public, de la California Coastal Commission de San Francisco, depuis plus de 50 ans, les déchets tourbillonneraient sous l'effet du gyre[2] subtropical du Pacifique Nord (North Pacific Gyre) et s'accumulent dans cette zone peu connue : peu de routes commerciales et peu de bateaux de pêches l'empruntent. A l'image d'un puissant siphon marin, le vortex attirerait vers lui tous les résidus de notre société de (sur)consommation. Toutefois, contrairement au siphon, les déchets ne sont pas "aspirés" mais accumulés et bien visibles.

Le plastique : principal constituant du "continent" de déchets

Jusqu'alors les débris flottants étaient détruits par les micro-organismes mais cela n'est plus le cas avec l'arrivée du fameux plastique. En effet, les plastiques constituent 90 % des déchets flottant sur les océans. Le Programme des Nations Unies pour l'Environnement mentionnait en juin 2006 qu'on trouve en moyenne 46 000 morceaux de plastique par 2,5 km² d'océan sur une profondeur d'environ 30 mètres !
Ce "continent" de déchets plastique ressemble davantage à une soupe de plastique constitué de macro déchets éparses mais surtout de petits éléments invisibles sans une fine observation. C'est en filtrant l'eau que l'on découvre une mixture composée de petits morceaux de plastique qui se sont fractionnés mais aussi des granulés de plastique qui sont utilisés comme matière secondaire pour fabriquer les objets en pastique.
En certains endroits, la quantité de plastique dans l'eau de mer est jusqu'à 10 fois supérieure à celle du plancton, maillon élémentaire de la vie dans les océans (Charles Moore, Algalita Foundation) ! On parle alors de "plancton plastique".

Un "continent" de déchets mortels

Ce qui pose problème c'est le temps nécessaire à la dégradation de ces plastiques (estimé entre 500 et 1000 ans) et la toxicité des éléments qui les composent.

L'exemple le plus classique étant la tortue qui s'étouffe avec des sacs plastiques confondus avec des méduses.
Avec de telles concentrations de plastique, toute la chaîne alimentaire est affectée puisque les plus petits morceaux sont ingérés par des oiseaux, de petits poissons qui seront à leur tour mangés par de plus gros... Ainsi, Greenpeace estime qu'à l'échelle de la Terre, environ 1 million d'oiseaux et 100 000 mammifères marins meurent chaque année de l'ingestion de plastiques.
Selon des scientifiques américains de l'Institut Océanographique Scripps, 3 poissons sur 10 ont ingéré du plastique dans le Pacifique Nord, soit 24 000 tonnes de plastiques boulottées par les poissons chaque année dans cette zone. Rebecca Asch, chercheuse à l'Institut Océanographique Scripps indique que "dans cette zone la plupart des morceaux de plastique sont très petits. Les déchets ont été dégradés par la lumière du soleil et les courants océaniques. Donc ça n'a rien à voir avec une bouteille ou un sac en plastique. Ce sont des tous petits morceaux de plastique de la taille d'un confetti (largeur inférieure à 5 mm). En fait ils ont la même taille que le plancton dont se nourrissent les poissons. C'est pour ça qu'ils mangent le plastique, c'est parce qu'ils le confondent avec du plancton."
François Galgani, responsable à l'Ifremer de projets environnementaux précise que "la dégradation des plastiques est très variable selon le type de polymère qui les constitue et selon leur épaisseur. Certains restent en surface (polyéthylène, polypropylène) tandis que d'autres coulent (polycarbonate, polyvinyle). Les microplastiques sont plutôt issus de la dégradation progressive des premiers".
On compterait des centaines de milliards de microplastiques dans les océans, 250 milliards rien qu'en Méditerranée.

Ce "continent" attire des animaux marins comme les pélicans et les tortues marines dont l'espérance de vie se trouve alors diminuée. Au total, plus de 267 espèces marines seraient affectées par cet soupe colossale de déchets selon le rapport de Greenpeace.

Teaser du projet vidéo Midway. Sur les îles Midway, dans le Pacifique, des dizaines de milliers de jeunes albatros meurent dès les premiers jours de leurs naissance, leur estomac rempli de déchets plastiques provenant de la Grande plaque de déchets du Pacifique, rapportés inconsciemment par leurs parents...

Enfin, ces grains de plastique agissent comme des éponges, fixant de nombreuses toxines dont des polluants organiques persistants (POP), connus pour leur nocivité et leur capacité à voyager autour du globe. Ainsi, Bisphénol A, phtalates, DDT et PCB se retrouvent dans ces morceaux de plastique à des concentrations jusqu'à 1 million de fois supérieures aux normales !

Le principe du vortex nord-pacifique et l'accumulation des déchets selon Greenpeace

Pour voir l'animation relative au voyage des déchets, cliquez sur l'onglet "the journey of trash" puis faites glisser la flèche blanche.

Un "continent" de déchets qui modifie l'écosystème marin

Selon une expédition menée en 2009 par l'Institut d'océanographie Scripps (Université de San Diego - USA) et dont les résultats ont été publiés en mai 2012, ce continent de déchets favorise également certains insectes marins. Ainsi, l'insecte Halobates sericeus (ou patineur de mer) profite des détritus qui flottent pour pondre dessus. En effet, cet insecte dépose naturellement ses oeufs sur des plumes d'oiseaux, des coquilles, des pierres ponces (donc qui flottent)... Cette multiplication de nouveaux supports est donc une aubaine qui contribue à leur développement. Malheureusement, cela devrait contribuer à déséquilibrer l'écosystème marin en augmentant également la population de crabes, friands des halobates...

L'expédition 7e continent

En mai 2013, une équipe de professionnels de la mer menée par Patrick Deixonne, Président d'OSL et membre de la Société des Explorateurs Français, s'est rendue sur place pour effectuer des prélevements, évaluer l'importance du 7e continent de déchets et sensibiliser l'opinion publique à cette catastrophe écologique silencieuse.

Que pouvons-nous faire pour endiguer ce "continent" de déchets ?

Chaque année, environ 250 millions de tonnes de plastique sont produits : plus de 10% se retrouvent dans l'eau, faute de filière de traitement. Dans le même temps, 6 millions de tonnes de déchets sont jetés directement à la mer par les navires. Or, leur durée de vie peut atteindre 1000 ans ! Et les plastiques biodégradables ne représentaient en 2012 que 0,27% de la production mondiale... Dans ces conditions et en l'absence de mesure radicale, le gyre du Pacifique Nord pourrait atteindre la taille de l'Europe d'ici une vingtaine d'années...

Malheureusement, le nettoyage de cet océan de déchets semble insurmontable, la superficie à couvrir est trop importante et les coûts seraient colossaux selon Marcus Eriksen, directeur de recherche et d'éducation à la Algalita Marine Research Foundation : "il n'y a rien que nous puissions faire maintenant, à l'exception de ne pas faire plus de mal." De plus, cela serait dommageable aux organismes qui survivent sur ce nouvel "eldorado".

En attendant d'avoir plus d'éléments corroborant l'ampleur de ce phénomène - notamment par des photos à grande échelle, aujourd'hui introuvables sur les nappes de déchets plastiques - plusieurs missions ont été lancées à l'assaut du "continent de déchets" comme celles de l'Algalita Marine Research Foundation, le projet Kaisei, et celle du CNES. Près de 15 ans après sa découverte, cette abomination colossale engendrée par nos activités semble enfin susciter un peu plus d'intérêt.

Une fois de plus, la surconsommation serait à l'origine de dégradations dont l'ampleur dépasserait la fiction. Et ce n'est pas pour nous rassurer, mais toute l'agitation "verte" actuelle ne semble rien n'y changer... Plus que jamais, nous avons tous un rôle à jouer, notamment pendant les périodes de fêtes où l'opulence frise l'écœurement.

Sources

Notes

  1. Le terme "continent" est bien sûr exagéré, il faut sans doute plus y voir une concentration importante de déchets qui flottent et se regroupent sur une large zone dont la forme et la localisation précises varient au gré des courants.
  2. Un gyre est un gigantesque tourbillon d'eau formé d'un ensemble de courants marins et provoqué par la force de Coriolis. Le gyre subtropical du Pacifique Nord fait environ 22 200 km de circonférence pour une surface approximative de 3,4 millions de km² (CNES)

Auteur

avatar Christophe Magdelaine / notre-planete.info - Tous droits réservés

211 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Commentaires 1 à 25 sur 211

avatar MERLIN MERIGNAC - 14/12/2007, 18:24

JE NE CROIS PAS QUE LA SOLUTION SOIT D'ATTENDRE IL FAUT COLLECTER OR JE CROIS QUE CELLA PEUT DEVENIR RENTABLE SI ON EQUIPE UN ANCIEN CARGO OU PETROLIER EN BATEAU USINE POUR RECYCLE LE PLASTIQUE ET LE DECONTAMINER QUI AURAS L'AUDACE DE REALISER CELA???
ET EMPECHER LES DEVERSEMENTS A LA SOURCE
ON DECLENCHE DES PHENOMENES DONT ON NE MESURE PAS L'INERTIE
CONTINUONS A DISCUTER SANS AGIR ET NOUS ALLONS A LA CATASTROPHE PLANETAIRE

alerte

avatar douds - 14/12/2007, 18:36

"Votre avis n'intéresse que vous... "

Voilà donc l'avis d'un actionnaire de l'Industrie de Noël. Et qui demande en plus, qu'on lui dépeigne la scène en 3D pour oser "penser" et ajouter un élément de plus à sa réflexion sublime.
Saperlipopette, cet élément de réflexion est valide à moins de se boucher les yeux et les oreilles. La France recycle 3 kg/habitant...

il va où ...d'après vous, le reste? Sortez la tête de votre poubelle et promenez vous sur les plages landaises avant d'écrire des énormités.alerte

avatar Paul J. de Graauw/Lentilly/69210 - 14/12/2007, 19:04

Bonjour à vous,
Vu que le précédent lecteur nous signale que "La France recycle 3 kg/habitant", j'ai très envie de vous ajouter quelques chiffres :

Source :l’Agence européenne pour l’environnement (AEE)
Déchets municipaux (2005)

En moyenne, plus de 500 kilogrammes ont été collectés par habitant dans l’UE-25 et l’Efta (dont 560 kilogrammes par habitant en France), et environ 300 kilogrammes par habitant dans l’UE-10. L’UE-15 et l’Efta ont mis en décharge 38% des déchets municipaux (contre 59% en 1995). Ils ont recyclé plus de 40% de ces ordures et éliminé par incinération environ 20% d’entre eux. Dans l’UE-10 cependant, 84% des déchets municipaux sont mis en décharge, les parts de recyclage et d’incinération étant très faibles.

Modes de gestion globale des déchets (2005)

L’UE-25 met en décharge plus de 40% de ses déchets, en recycle plus de 30% et en incinère environ 20%. Le Danemark est l’Etat membre qui recycle le plus ses déchets municipaux (au-delà de 50%), et la Pologne celui qui a le taux le plus élevé de mise en décharge (au-delà de 90%).

Remarque perso finale : Y a t-il une bonne raison pour les danois réussissent mieux que les français, dans l'effort de tri à fournir ?
NON : c'est une question de motivation : plus le consommateur sera conscient des solutions aux problèmes qu'il provoque, plus il "devrait" accepter de corriger ses "mauvais" réflexes (celui de tous balancer dans la même poubelle et de ne pas vouloir savoir...)
Bonne soirée
Paulalerte

avatar Philippe - Québec - 15/12/2007, 17:10

Le recyclage aide c'est évident, mais c'est notre mode de consommation qui pollue le plus. Vous en connaissez beaucoup, je veux dire, un haut pourcentage prêt à ralentir significativement leur consommation pour venir en aide à l'environnement?

C'est à mettre en parallèle avec la surpopulation. Combien de pays sont prêts à mettre des quotas sur les naissances?

Ou je veux en venir, avec la croissance à venir de la population mondiale, le recyclage est LOIN d'être suffisant. C'est un mode de consommation fondamentalement différent que ça prend, un mode de consommation ressemblant à la simplicité volontaire, ou bien aux gens spirituels et à leur mode de vie non matérialiste.

J'ai étudié l'être humain par temps libre, et je crois avoir compris grosso modo pourquoi les gens consomment autant, et un changement radical dans cette habitude n'est pas une mince affaire, voire utopique dans notre monde actuel.

Je crois qu'une immense crise économique, du au déclin éventuel des réserves de pétrole, est ce qui nous ferait le plus de bien. Les gens ne pourraient plus consommer, un taux de naissance extrêmement bas, taux de décès très élevé. Avec en prime une prise de conscience à l'échelle mondiale que la planète ne peut fournir à un tel rythme.

C'est un peu extrême comme vision, mais il n'y a qu'à voir l'utopie des idées, et la réalité sur le terrain, pour comprendre que des changements radicaux vont devoir prendre place.
alerte

avatar Internovice - 15/12/2007, 17:46

Bien sur c' est préoccupant mais ces déchets ne sont pas radioactifs donc aucune chance de mobiliser les opinionsalerte

avatar LILITH666 - 15/12/2007, 18:44

le problème vient d'un SURPOPULATION mondiale
comment une terre déjà surexploitée ,surpolluée ,peut encore voir sa population s'accroitre de 3 milliards ( ce sont des chiffres avancées ) pour dans 20 à 30 ans ! et le pire ce n'est pas ni les industriels ni les religieux qui feront le nécessaires pour mettre un frein a cette folie puisque les premiers plus ill y aura des acheteurs potentiels plus ils seront contents et les seconds puisque c'est cette masse d'aliénés qui fait que les religions existes tout ce petit monde mets en danger la planète et la tue principalement par la déforestation , le massacre de millions d'animaux a des fins de nourriture d'une SURPOPULATION ces deux clans sont les principaux exterminateurs de cette terre ce ne sont que des vulgaires assassins avident de pouvoir et d'argent alerte

avatar Romain France Hennebont - 16/12/2007, 12:49

Ce n'est pas une surprise de voir autant de déchets balancés à la mer . ( flemme de jeter à la poubelle , de contruire des usines de recyclage parce que "le temps c'est de l'argent" ). La solution est de respecter la nature, prendre conscience que la Terre est aussi un être vivant et de réduire sa dégradation. Cela passe par une prise de conscience , de la réflexion ,de l'innovation .
De toute manière , si l'on ne fait rien, la Nature reprendra ses droits, des millions d'êtres humains, d'animaux, de plantes mourront .
Je crois qu'à partir du moment où l'on sait que le soleil finira par s'éteindre et que notre espèce disparaîtra , il vaudrait mieux laisser dans les esprits de chaque habitant de la planète une bonne image de notre espèce où l'on aura appris à vivre ensemble malgré nos différences.alerte

avatar Patrice à MARSEILLE - 16/12/2007, 16:03

Tous les jours on implante des distributeurs automatiques qui pour 24 cl de café " donne" un verre plastique jetable, et qui n'a aucun goût ( c'est un exemple ) . Tant qu'on continuera ce genre de connerie ; on ne fera guère avançait les choses : sur le plan du réel et de la prise de conscience des problèmes de la planète . C'est là en amont que des organisations comme Greenpeace
devrait mettre "le paquet", concentrer son action . C'est vrai on en parlerai moins dans les grands médias ... Il manque une grande
organisation pour agir et sensibiliser à ces niveaux, qui pourrait entraîner derrière elle
des millions de citoyens !
Patrice ALBERT patrice.albert1@gmail.comalerte

avatar Michel Meyer - Swoord - 16/12/2007, 19:27

Une grande Banque internationale a décidé de remplacer ses gobelets en plastiques par des gobelets en carton. Encore un tout petit plus cher mais l'idée est claire. Pourquoi les micro communautés (comme les salariés ou les !! ) ne pourraient pas demander à leurs patrons !! Les gestes eco cytoyens, c'est bien, les grandes messes/ fims de sensibilisation , c'est parfait pour la prise de conscience. Mais nous pouvons accélérer le mouvement, "nettoyons" autour de nous en devenant un peu plus proactif.
Michelalerte

avatar nouet la chapelle-sur-erdre 44240 - 16/12/2007, 22:58

Décontaminer (provisoirement!) à l'aide d'un bateau-usine aménagé (comment?) Puisque ce "continent flottant de déchets" se situe entre Hawaï et la Californie, quel pays serait le plus concerné à votre avis pour cette opération? Les USA signeront-ils un protocole de Kyoto spécial maritime? On peut rêver!alerte

avatar pess-québec - 17/12/2007, 01:51

Si nous regardons le portrait global, réchauffement de la planète, surpopulation, l'eau, les forêt, 90% des poissons commerciaux disparus des mers, et en plus cet énorme dépotoir flottant, c'est vraiment inquiétant. Il faut absolument remettre en question en profondeur notre système capitaliste. Immense tâche, mais on a pas le choix. Recycler est une farce compte tenu de l'empleur des changements que la situation impose!alerte

avatar Denis le havre - 17/12/2007, 10:14

"C'est la faute à la surpopulation"
salaud de pauvres
et là- haut "Leclerc" pavoise....alerte

avatar Denis Poitiers - 17/12/2007, 12:00

L'humain est un animal égoïste et égocentrique, on le constate chaque jour dans une chose aussi simple que la circulation routière, où les instincts se libèrent. Je crois que l'espèce n'est pas prête à se remettre en question. La pollution (notre œuvre), les virus (régulateurs de pullulation), et nos éternels conflits guerriers auront probablement raison de nous. En attendant, faisons ce que nous pouvons avec nos faibles moyens, mais ne nous y trompons pas, c'est mort.alerte

avatar laurence la Chapelle/ erdre - 17/12/2007, 13:50

je suis éberluée de lire qu'il n'y aurait rien à faire !! Je préfère partager l'avis de Merlin à Mérignac qui suggère le recyclage d'un ancien pétrolier ou d'un cargo usine pour recycler ces déchets plastiques... Peut-être que lorsque nous n'aurons vraiment plus de pétrole cela représentera un intérêt... Pour le reste, en amont j'ai passé deux heures l'été dernier à nettoyer une plage espagnole avec mes trois fils : notre "butin" était énorme... Mes enfants ont été très choqué par l'inconscience de ceux qui jettent n'importe quoi n'importe où... En tant que femme, j'ai été particulièrement choquée par le nombre de protège-slips qui jonchent nos plagesalerte

avatar Rozé Montigny le bretonneux - 17/12/2007, 15:57

Merci à Christophe Magdelaine pour cette information qui fait encore un peu plus froid dans le dos. Et il n'est que trop juste de dire que les fêtes de fin d'année à l'échelle planétaire ne sont d'abord qu'une invitation à la surconsommation !
Quand Monsieur Tout le Monde aura t il le courage de s'arrêter de surconsommer? d'éteindre son poste de télévision et de se consacrer à un brain storming sur ce qu'i faut faire dès maintenant pour éviter ou du moins limiter les effets de la catastrophe annoncée ?
de faire marcher ses petits muscles plutôt que de faire ronfler le moteur de sa grosse auto ?
de s'occuper plus longtemps de ses enfants au lieu de leur acheter un joujou clinquant sans réel intérêt pour l'enfant le plus souvent ?
Je pourrais encore énumérer bien des Bonnes Actions en remplacement des Mauvais Achats, mais à quoi bon ? Qui m'écoute et m'entends ?
Olibiobusalerte

avatar Souleymane Dakar - 17/12/2007, 16:07

Je crois qu'on doit mettre ces remarques concernant les réligions de côté lorsqu'il s'agit de termes aussi écologiques. C'est vraiment hors sujet. A mon avis l'humanité n'a pas sérieusement pris conscience de son auto-destruction; la preuve : encore beaucoups de guerres, génocides, etc... surtout pour des profits. Alors la sensibilisation sur l'écologie démeure encore abstraite surtout pour des personnes d'autres cultures. Ainsi on pourrais metre en évidence l'exploitation de ces 90% de plastiques de poubelle. J'ai vu dans un documentaire aux indes qu'une femme chimiste avait trouvé une formule de transformation de plastique en pétrôle. Qu'est ce vous en pensez. Pour rendre vrai l'adage: Rien ne se perd, tout se tranforme.alerte

avatar dyxi-paris - 18/12/2007, 12:25

Communiquer des informations non vérifiées mène à la désinformation. J'ai pris le temps de vérifier ce jour le sujet de cet article. Il se trouve (corrigez-moi si je me trompe), que la pollution en question est due à 90% (jusqu'à 98%) au rejet des petits états insulaires de cette région du monde (industrie, tourisme,...). De là à crier haro de manière irréfléchie sur la société de consommation, il n'y avait qu'un pas qui a été allègrement franchi (pourquoi ?).alerte

avatar Etienne ( de Strasbourg) - 18/12/2007, 18:13

Pour éviter une trop longue intervention, allons droit à la cause principale de tous les problèmes écologiques: la surpopulation. Oui, la surpopulation est le responsable numéro un de toutes les formes de pollution. Non, il ne devrait rien y avoir de choquant à remettre en cause la natalité excessive. Mais une idéologie gangrène notre volonté de réagir comme il le faudrait: c'est l'idée qu'une vie d'homme ou de femme est ratée lorsqu'il n'y a pas eu d'enfant...Il faudrait donc de toute urgence considérer les individus n'ayant pas fait d'enfant comme des gens normaux, et non comme des "looser", comme c'est le cas trop souvent. Cette gangrène idéologique s'accompagne souvent d'un achat de bonne conscience, par exemple accuser la Chine pour relativiser l'impact de la population des autres pays comme la France. N'oublions pas que la Chine a tenté une "politique de l'enfant unique", mais sans grand succès, et avec pour conséquence l'élimination des petites filles à leur naissance, car dans la culture chinoise la valeur d'une fille est moindre que celle d'un garçon.
Les opposants à l'idée de réduire notre natalité vous répondront souvent en utilisant cet exemple. Il ne faut alors pas se démonter, et répondre que notre culture n'est pas celle de la Chine. Par conséquent, si par chance nous acceptions un jour de réduire notre natalité, au moins nous serons préservés du "génocide des petites filles".alerte

avatar Jeannot de Grenoble - 19/12/2007, 11:51

Au lieu de fabriquer des armes pour nous detruire entre nous etres humains de la terre,
sauvons plutot la planete puis aidons nous les un les autres, pour une meilleure qualité de vie.
Jeannot......alerte

avatar Jean-Marie Nancy - 19/12/2007, 15:54

Les chiffres avancés, sur le recyclage, sont tous faux. Par exemple, une ville qui incinère et qui recycle un peu, va annoncer des chiffres faramineux de recyclage. Mais ils comptent l'incinération comme du recyclage car ils recuperent "très peu" de chaleur. Voila comment on passe de quelques pour cent de récupération (pour en faire quoi ?) a un fort pourcentage complètement farfelu. Par exemple Nancy a un fort pourcentage recycle alors que 120.000Tonnes sont incinérée chaque année. Dans tout cela, on ne parle pas, ni des mâchefers, ni des REFIOM dispersés dans la nature d'une façon ou d'une autre. Jean-Marie Grandjean, 35 ans d'incinération.alerte

avatar Peubi (DTC) - 19/12/2007, 20:22

pas d'équivalent dans l'Atlantique?alerte

avatar Peubi (DTC) - 19/12/2007, 20:26


... sinon, on peut envager cela comme une bonne source d'hydrocarbures pour le jour ou la production de pétrole deviendra insuffisante.


Sur qu'à ce moment là, ça ne coutera plus trop cher d'aller récupérer cette chose.alerte

avatar Thierry de Guadeloupe - 20/12/2007, 05:33

Si c'est pour faire des recherches de pétrole ou autre, on ne dit pas que c'est trop cher. Ces compagnies détruisent le Canada et sa foret en ce sens. Mais dès qu'il faut réparer, c'est trop cher. L'homme vend sa mère et donc sa planète pour le fric, son confort immédiat. Il sait qu'il aura le temps d'exploiter une autre planète quand celle-ci deviendra le bagne ou la terre interdite. Nos politiques regardent et n'agissent pas. Et on nous parle des générations futures.. Belle hypocrisie.alerte

avatar KARIN 93 - 21/12/2007, 10:47

DESESPERANT - A PLEURER !!!!!
HOMME QU'AS-TU FAIS DU DON DE LA VIE?alerte

avatar Delphine - 21/12/2007, 14:01

l'espèce humaine : la pire!!!
honte d'y apparteniralerte

Commentaires 1 à 25 sur 211

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus