^ Publicité ^

1er média web francophone en environnement, écologie, nature
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
6 536
Partager
par email
Vendredi 19 septembre 2014, 5 171 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité ^

Sondage Septembre 2014

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

L'Europe présente ses plans pour les piles à combustible et l'hydrogène

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualités

6 536 lectures / 2 commentaires16 octobre 2007, 09 h 33

Europe présente ses plans pour les piles à combustible et l'hydrogèneVoiture BMW 745h fonctionnant à l'hydrogène
La Commission européenne a publié sa proposition relative à une initiative technologique conjointe (ITC) pour les piles à combustible et l'hydrogène, dans l'espoir que le nouveau partenariat public-privé accélèrera le développement des technologies de l'hydrogène jusqu'au stade de leur décollage commercial entre 2010 et 2020.

«L'Europe est confrontée à des défis majeurs pour garantir son approvisionnement énergétique, tout en luttant contre le changement climatique, en préservant l'environnement et en conservant une économie compétitive. Des technologies telles que les piles à combustible et l'hydrogène peuvent nous aider à marquer des points sur tous les tableaux», a déclaré Janez Potocnik, commissaire européen en charge de la science et de la recherche. «L'initiative technologique conjointe pour les piles à combustible et l'hydrogène constituera un pas important en direction du programme de recherche, de développement et de déploiement dont l'Europe a besoin pour mettre ces technologies sur le marché».

Ce projet sera mis en oeuvre au cours de six prochaines années grâce à une contribution financière de l'UE de 470 millions d'euros, complétée par un apport identique du secteur privé.

Les piles à combustible permettent de convertir efficacement le combustible et l'oxygène en électricité, chaleur et eau. Elles peuvent trouver des applications dans toute une série de produits, tels que les téléphones mobiles, les ordinateurs portables, les voitures, les bus, les bateaux, les avions et les groupes électrogènes. Toutefois, plusieurs obstacles entravent leur développement et déploiement.

Parmi ceux-ci figurent le coût et la longévité des piles à combustible, la production durable d'hydrogène, ainsi que la distribution et le stockage sûrs et efficaces de l'hydrogène.

La levée de ces obstacles techniques au développement de ces technologies requerra des travaux de recherche complexes qu'une organisation ne pourrait réaliser à elle seule. D'autre part, il n'existe actuellement aucun accord sur un plan budgétaire et une stratégie à long terme visant à encourager les entreprises à allouer plus de ressources à ces technologies. En outre, le programme de recherche de l'UE n'établit pas assez de liens entre la recherche fondamentale et les projets de démonstration européens.

En rassemblant les acteurs publics et privés au sein d'une même initiative, la Commission espère surmonter ces problèmes et faire en sorte que l'UE ne se retrouve pas distancée par ses concurrents internationaux dans ce secteur. Les États-Unis et le Japon ont développé des programmes de recherche sur l'hydrogène et les piles à combustible au sein desquels oeuvrent en harmonie les pouvoirs publics et le secteur privé.

L'ITC pour les piles à combustible et l'hydrogène est la cinquième initiative du genre à être proposée par la Commission. Quatre autres ITC ont été débattues par les ministres de la recherche de l'UE à l'occasion de la dernière réunion du Conseil et devraient faire l'objet d'une décision finale en novembre. Une sixième ITC sur la surveillance mondiale de l'environnement et de la sécurité (GMES) est également prévue.

La Commission a également adopté des mesures pour simplifier la réception des véhicules à hydrogène. Actuellement, les véhicules à hydrogène ne sont pas couverts par le système de réception complète par type de véhicules instauré par la Communauté européenne, selon lequel un véhicule approuvé par un État membre peut être commercialisé dans l'ensemble de l'UE. Dans le cas présent, cela signifie qu'un véhicule à hydrogène approuvé dans un État membre ne peut pas être commercialisé ailleurs.

La nouvelle mesure propose de traiter les véhicules à hydrogène sur un même pied d'égalité que les véhicules conventionnels, permettant ainsi aux constructeurs d'économiser jusqu'à 124 millions d'euros en frais de réception au cours de la période 2017-2025. Afin de garantir la sûreté des véhicules à hydrogène, la proposition établit des exigences techniques relatives aux composants spécifiques des véhicules à hydrogène.

«L'introduction de véhicules à hydrogène est susceptible de rendre l'air plus propre en Europe et de réduire la dépendance de cette dernière vis-à-vis des carburants fossiles», a déclaré Günther Verheugen, commissaire européen en charge des entreprises et de l'industrie. «La fixation de normes communes favorisera l'introduction de ces véhicules et assurera un niveau de sécurité élevé aux citoyens. Elle donnera également un coup de fouet à la compétitivité des constructeurs européens».

Toutefois, l'eurodéputé Claude Turmes (Verts) s'est pour sa part montré critique en remettant en doute la viabilité des technologies de l'hydrogène. «Il existe des solutions réelles aux dégâts environnementaux causés par les émissions des véhicules qui produiront des résultats réels à court terme, telles que le renforcement des normes d'efficacité énergétique ambitieuses ou la promotion des véhicules hybrides. La Commission doit avoir le courage de préconiser ces solutions dans le cadre d'une politique durable des transports et ne doit pas se cacher derrière des écrans de fumée que sont les véhicules à hydrogène», a-t-il déclaré.

Source

European Hydrogen and Fuel Cell Review Days 2007

Auteur

© Communautés européennes, 1990-2013 / CORDIS, http://cordis.europa.eu/

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de notre-planete.info

2 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Matra Arras le 21/10/2007, 00:29
Ca fait déjà très longtemps que je me demande pourquoi on ne fabrique pas de moteurs à hydrogène, qui non seulement ne polueraient plus mais produiraient de l'eau grace à la recombinaison oxygène hydrogène.
L'hydrogène ne coûterait rien puisqu'on la produirait en réalisant l'électrolyse de l'eau de mer, quand à l'électricité nécessaire pour réaliser l'électrolyse, on la tirerait du soleil en installant sur la mer des stations munies de panneaux solaire.
Qu'est-ce qui empêche un tel montage ?alerte
Michel Le-Pont-de-Claix le 18/05/2009, 22:06
parce que énergie pour faire H2O->H2+1/2O2 est dix fois l'énergie récupérée en faisant H2+1/2O2->H2Oalerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus