^ Publicité ^

1er média web de réinformation en environnement, écologie, nature et sciences de la Terre, depuis 2001

rss
15 260
Partager
par email
Mercredi 26 novembre 2014
79 connectés / 8 552 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité ^

Soutenez notre-planete.info

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ?

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité ^

Sondage Novembre 2014

^ Publicité ^

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

100 millions d'hectares sont consacrés aux OGM dans le monde

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualitésProposer un article

15 260 lectures / 2 commentaires24 janvier 2007 ; révision : 23 septembre 2007, 10 h 23

100 millions d'hectares sont consacrés aux OGM dans le monde© C. Magdelaine / notre-planete.info
Selon un rapport publié le 18 janvier 2007 par l'ISAAA (International Service for the Acquisition of Agri-Biotech Applications) (1), la superficie mondiale consacrée aux cultures génétiquement modifiées a atteint 100 millions d'hectares, de très bons résultats pour les OGM (2) qui continuent leur progression alors que leurs bienfaits réels sont très controversés.

100 millions d'hectares en cultures biotechnologiques

Les OGM poursuivent leur inexorable ascension puisque de 1996 à 2006, la surface allouée aux cultures biotechnologiques (autre nom plus "acceptable" des OGM) a progressé de 12 millions d'hectares, soit une croissance de 13% pour atteindre 102 millions d'hectares dans le monde. Selon les données du CIA World Factbook, les terres arables dans le monde représentent environ 1980 millions d'hectares, la part des cultures génétiquement modifiées représentent donc un peu plus de 5%.
Le nombre d'agriculteurs exploitant des cultures génétiquement modifiées a également augmenté passant de 10,3 millions en 2006 contre 8,5 millions en 2005 ! D'ici 2015, l'ISAAA prévoit qu'environ 20 millions d'agriculteurs cultiveront 200 millions d'hectares de cultures biotechnologiques dans environ 40 pays contre 29 actuellement.
L'ISAAA, qui oeuvre pour le développement de ce type de cultures, se félicite de ces résultats en soulignant que "plus de 90% des agriculteurs engagés dans les cultures biotechnologiques sont de petits exploitants aux faibles ressources dans les pays en voie de développement", ce qui participerait à la diminution de leur pauvreté. Ce rapport indique d'ailleurs que la croissance de l'adoption des cultures génétiquement modifiées était nettement supérieure dans les pays en voie de développement avec 21% contre 9% pour les pays industrialisés. Ces premiers représentent à présent 40% des surfaces consacrées aux cultures biotechnologiques.

L'ISAAA place ses espoirs dans la commercialisation du riz biotechnologique résistant aux insectes afin d'améliorer la productivité et les conditions de vie des plus pauvres ; et dans l'essor en cours des biocombustibles. Les fortes progressions dans le monde devraient inciter l'Europe à s'engager davantage, à l'exemple de la France depuis deux ans se félicite l'ISAAA.

Cinq centres de production clés dans le monde

Amériques : les Etats-Unis restent les leaders en la matière avec la plus grande superficie absolue en 2006 : 4,8 millions d'hectares en plus. Le Brésil prend la tête de la croissance en Amérique du Sud avec 11,5 millions d'hectares de soja et de coton en plus.
Asie : l'Inde affiche la plus forte croissance (192%) avec 3,8 millions d'hectares consacrés aux cultures génétiquement modifiées. l'Inde devance dorénavant la Chine et se place comme le 5ème plus grand producteur mondial.
Afrique : l'Afrique du Sud a multiplié par trois ses superficies de cultures biotechnologiques notamment en maïs blanc Bt (alimentation humaine) et en maïs jaune Bt (alimentation animale), devant le leader du continent africain.
Europe : l'Espagne est le premier producteur européen avec 60 000 hectares en 2006. La France, après une interruption de 4 ans, est passée de 500 hectares avant 2005 à 5000 hectares en 2006.

Un enthousiasme trompeur

Au delà de l'enthousiasme de l'ISAAA, il faut bien rappeler que les OGM ne sont pas anodins et que leurs impacts sur l'environnement, la santé et les pays en voie de développement sont réels et accentuent la main-mise d'importants groupes multinationaux au détriment de la spécificité des cultures locales, régionales et biologiques.
En effet, les plantes transgéniques sont brevetées et ne doivent pas être ressemées d'une culture à l'autre sous peine de forte amende.

A ce titre, le rapport des Amis de la Terre International (3), sorti le 9 janvier 2007 montre que les OGM ne règlent en rien les problèmes que rencontrent les agriculteurs dans la plupart des pays du monde. Il rappelle également que deux pays comptent 70% des plantations à grande échelle d'OGM : les Etats-Unis et l'Argentine, ce qui contredit l'argument souvent utilisé par l'industrie biotechnologique selon lequel les OGM sont destinés à aider les pays pauvres à lutter contre la faim.
Ce rapport intitulé "Qui tire profit des cultures GM ? Analyse des performances des cultures GM dans le monde (1996 et 2006)" montre qu'aucun OGM actuellement sur le marché ne bénéficie aux consommateurs, que ce soit en termes de prix ou de qualité. Comme l'indique Nnimmo Bassey des Amis de la Terre Afrique au Nigéria "les OGM n'ont apporté aucune solution à la faim et à la pauvreté en Afrique et ailleurs. La grande majorité des OGM cultivés actuellement sont utilisés comme aliments pour le bétail à prix élevé afin de fournir les populations des pays riches en viande".

Selon le rapport des Amis de la Terre, les OGM commercialisés actuellement ont globalement plutôt augmenté que réduit l'utilisation de pesticides. Et les champs OGM n'ont pas des rendements supérieurs à ceux de semences conventionnelles.
- Aux Etats-Unis, le département de l'agriculture, un grand défenseur des OGM, reconnaît pour la première fois que les rendements des semences OGM ne sont pas meilleurs que ceux des semences conventionnelles. Plusieurs études menées par des scientifiques indépendants montrent même que les rendements des cultures OGM sont inférieurs ou dans le meilleur des cas équivalents à ceux des cultures non-OGM.
- La production de soja a connu une crise au Brésil et au Paraguay due à des rendements inférieurs aux attentes. Monsanto a été obligé de réduire le montant des royalties qu'il demande aux producteurs de soja OGM. Le Ministère de l'environnement au Paraguay a trouvé des pertes plus importantes sur les cultures OGM que sur des variétés conventionnelles montrant ainsi que les OGM sont plus sensibles à la sécheresse.
- Un riz OGM illégal qui avait été testé en champs jusqu'en 2001, mais qui n'avait jamais reçu d'autorisation pour une culture commerciale, a été retrouvé dans des aliments sur 4 continents montrant ainsi l'impossibilité ou le manque de moyens pour empêcher la contamination.

Notes

  1. L'ISAAA est une organisation à but non lucratif financée par les grands semenciers internationaux, disposant d'un réseau international de centres conçus pour contribuer à la lutte contre la faim et la pauvreté en partageant les applications de cultures biotechnologiques.
  2. Un Organisme Génétiquement Modifié (OGM) est un organisme vivant, végétal ou animal qui a subi une modification non naturelle de ses caractéristiques génétiques initiales.
  3. Les Amis de la Terre est une association de protection de l'Homme et de son environnement, démocratique et solidaire.

Liens

Résumé du rapport "Etat mondial des plantes biotechnologiques/GM commercialisées: 2006" de l'ISAAA - avec données chiffrées et cartes (format PDF)
Lire le rapport "Qui tire profit des cultures GM ? Analyse des performances des cultures GM dans le monde (1996 et 2006)" (format PDF)

Auteur

avatar Christophe Magdelaine / notre-planete.info - Tous droits réservés

2 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Mr dupond, neuilly, 4 palace de l'hotel de ville le 22/04/2008, 20:14
Vous vous foutez du monde, tout ce que vous dite est faux : "ce qui participerait à la diminution de leur pauvreté", ils se sucide par centaine, oui!!!alerte
Cassiopée le 09/12/2010, 17:14
Les ogm peuvent aussi avoir des défauts de fabrication allant sur les marchés.

Comme d'autres produits de consommation, les ogm (organisme génétiquement modifié) peuvent aussi avoir des défauts de fabrication lors de sa production.

Ce qui équivaut à proliférer des éléments génétiquements modifiés (et c'est important comme conséquence) sans savoir les impacts que des manquements peuvent avoir sur le Vivant.

C'est à dire que déjà la source de modification est déjà contestable, mais en plus, sa production peut se révéler infructueuse par rapport aux données initiales (rentabilité,ect..). Ce qui équivaut à proliférer n'importe qu'elles substances génétiques, provenant de différents marchés, sur les consommateurs et l'agriculture.

C'est une pollution génétique, qui est souligné dès l'introduction, malgré les plaintes de mr Dupond, "leurs bienfaits réels sont très controversés".

C'est peu dire.alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus