^ Publicité ^

1er média web francophone en environnement, écologie, nature
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
3 608
Partager
par email
Jeudi 18 septembre 2014, 39 462 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité ^

Sondage Septembre 2014

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

L'évolution est-elle seulement darwinienne ?

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualités

3 608 lectures / 11 commentaires04 juillet 2014, 14 h 36

darwin evolutionDarwin
© Darwin Evolving / USCD-TV

Dans son célèbre et magistral essai « De l'origine des espèces », publié en 1859, Charles Darwin émit l'hypothèse que le processus de sélection naturelle, moteur de l'évolution des espèces, conduisait graduellement à créer de nouvelles espèces. La théorie de l'évolution de Darwin, loin d'être le dogme immuable parfois présenté de manière caricaturale par ceux qui veulent à tout prix la réfuter, n'a cessé de s'enrichir et de se complexifier au fil du temps, grâce notamment aux apports scientifiques décisifs des lois de l'hérédité, formulées par Gregor Mendel entre 1854 et 1870, puis de l'américain Thomas Morgan (prix Nobel de médecine 1933) dont les remarquables travaux confortèrent la théorie chromosomique de l'hérédité. La découverte de la structure de l'ADN, support moléculaire de l'information génétique, en 1953 fut également intégrée de manière très féconde dans la théorie de Darwin.

Pour étayer sa théorie, Darwin s'était appuyé sur plusieurs exemples d'évolution dans lesquels des caractéristiques anatomiques s'étaient progressivement transformées pour donner naissance à de nouvelles espèces. Cette approche « gradualiste », postulait que les nouvelles espèces émergeaient par transformation graduelle des espèces antérieures.

Les adversaires les plus résolus de la théorie de l'évolution invoquent aujourd'hui encore un argument bien connu et simpliste selon lequel l'absence de « fossiles de transition » prouverait que la théorie de Darwin est fausse. Mais comme l'explique un article éclairant et rigoureux publié par l'École normale supérieure de Lyon, « Le déroulement d'un phénomène de spéciation, c'est-à-dire l'apparition d'une ou plusieurs nouvelles formes à partir d'une population préexistante et en passant par des formes qui sont forcément « de transition » peut être détaillé grâce au registre fossile, même si ce cas reste rare en raison des dégradations liées aux processus de fossilisation ».

Il faut également rappeler que Darwin lui-même n'avait jamais exclu la possibilité que d'autres transformations aient pu se faire selon un autre mécanisme que cette évolution progressive dans le temps. Cette perspective scientifique fut explorée au cours du dernier tiers du XXe siècle par le grand paléontologue américain Stephen Jay Gould (disparu en 2002) et son collègue Nils Eldredge. Pour ces scientifiques désormais passés à la postérité, l'évolution des espèces ne se déroulerait pas de manière progressive mais de manière ponctuelle, avec de longues périodes de stagnation entrecoupées par de brusques et courtes périodes de transformation rapide menant à la formation de nouvelles espèces.

Cette théorie des « équilibres ponctués » présente l'avantage d'être en accord avec un certain nombre de faits d'observation paléontologiques qui montrent notamment que certaines espèces fossiles ont connu très peu de variations morphologiques au cours de leur existence (parfois plusieurs dizaines de millions d'années) et se sont brusquement trouvées supplantées par une nouvelle espèce.

Gould, sans remettre en cause le principe de sélection naturelle et l'évolution des espèces, a eu l'immense mérite d'enrichir et de complexifier de manière considérable ce scénario darwinien en formulant son hypothèse de l'évolution par équilibre ponctué. Selon cette théorie, l'espèce se comporte comme un individu darwinien qui sera soumis à tous les éléments de la sélection naturelle, pourra supplanter d'autres espèces, en donner de nouvelles et disparaître à son tour.

La grande idée novatrice de Gould est que la sélection naturelle ne suffit pas, à elle seule, à déterminer l'ensemble des formes prises par les espèces dans le processus de l'évolution. Gould pense en effet, qu'à côté de la sélection naturelle, deux autres facteurs fondamentaux sont à l'œuvre et expliquent l'extraordinaire foisonnement de l'évolution du vivant : les gènes architectes (dits "gènes homéotiques"), qui canalisent le développement des organismes selon les mêmes grandes lignes dans la plupart des embranchements et la capacité de changement au cours du temps de la fonction adaptative.

Grâce au génie conjugué, à un siècle de distance, de Darwin et de Gould, un nouveau concept théorique très puissant a vu le jour : le concept de macroévolution qui considère que les espèces forment, à côté des individus, un niveau d'organisation spécifique qui obéit à ses propres règles de sélection et d'évolution naturelles.

Ce concept de macroévolution s'est trouvé conforté de manière remarquable par plusieurs observations scientifiques récentes. Des chercheurs ont ainsi observé les extraordinaires capacités d'adaptation d'une espèce de lézard, Podacis Sicula, dont cinq couples ont été déposés en 1970 sur une petite île de l'Adriatique. Les individus de cette espèce transplantée sur cette île sont en effet devenus majoritairement végétariens alors qu'ils étaient insectivores sur leur île d'origine. Mais l'observation la plus étonnante concernant cette évolution repose sur le fait que ce basculement très rapide vers un régime essentiellement végétarien a été rendu possible par l'apparition chez ces lézards, en seulement quelques années, d'un nouvel organe de digestion leur permettant de dégrader et d'assimiler leurs nouveaux aliments…

En 2013, une autre étude réalisée par le Professeur Silverman de l'Université de Caroline du nord, a montré que si les cafards se multiplient à nouveau ce n'est pas parce qu'ils sont devenus résistants aux insecticides mais pour une autre raison plus étonnante : ces insectes refusent de manger des appâts contenant du sucre ! Ces recherches ont également montré que cette répulsion pour le sucre était d'origine génétique et se transmettait de génération en génération. Confrontés à un nouvel environnement, les cafards ont développé une nouvelle fonction qui consiste à activer des capteurs sensoriels gustatifs de l'amertume en présence de glucose.

Comme le souligne le Professeur Silverman, "Menacés d'extermination, ces insectes ont réussi en seulement quelques années à modifier génétiquement leur système gustatif et à transmettre à leur descendance ce nouveau caractère acquis, ce qui constitue une extraordinaire démonstration de l'efficacité de la pression du milieu sur les génotypes et confirme de manière éclatante la théorie synthétique de l'évolution".

La vie ayant plus d'un tour dans son sac, il semblerait donc que l'évolution du vivant s'effectue simultanément au niveau des individus et des espèces. Elle s'opère à la fois de manière graduée et ponctuée, selon les périodes, les espèces et les contraintes de l'environnement. En outre, les scientifiques ont également découvert au cours de ces dernières décennies que l'évolution des espèces n'est pas forcément irréversible et qu'il arrive parfois qu'une espèce puisse régresser à un stade antérieur si elle y trouve un avantage compétitif.

À cet égard, il faut évoquer l'exemple remarquable que constitue l'évolution des épinoches à trois épines du Lac Washington. A l'origine, tous ces poissons étaient recouverts d'une carapace protectrice à épines qui avait progressivement disparu à mesure que les prédateurs de ce poisson se faisaient plus rares. Mais en 50 ans seulement, la moitié de ces poissons (contre 6 % en 1960) ont retrouvé leur armure complète car le nettoyage du lac a rendu l'eau beaucoup plus claire et les a rendus plus vulnérables aux prédateurs…

On le voit, la nouvelle conception scientifique globale de l'évolution de la vie qui émerge ne peut plus se réduire à une évolution linéaire, progressive et irréversible des espèces mais doit rendre compte de la phénoménale capacité de diversification et d'évolution « buissonnantes » qu'a montré le vivant sur notre planète, depuis plus de 3 milliards et demi d'années.

Cette nouvelle approche arborescente, complexe et polymorphique de l'évolution des espèces a encore été observée il y a quelques semaines par des chercheurs de l'Institut de biologie de l'École normale supérieure (CNRS/ENS/Inserm). Ces scientifiques, dirigés par Eric Meyer, ont montré que, chez la paramécie, les types sexuels se transmettaient de génération en génération par un mécanisme surprenant qui n'implique pas le génome, mais par de petites séquences d'ARN, transmises par le cytoplasme maternel.

Ces séquences, baptisées « scnARN » possèdent la propriété de pouvoir bloquer certains gènes au cours du développement. Grâce à ce mécanisme, une paramécie peut acquérir un type sexuel nouveau et le transmettre à sa descendance sans qu'aucune modification génétique ne soit impliquée. Cette découverte fondamentale révèle donc un nouveau et remarquable mécanisme qui peut être utilisé par la sélection naturelle pour l'évolution des espèces.

Selon ces travaux, il semble que ce mécanisme "d'extinction" puisse s'exercer sur n'importe quel gène. Les paramécies peuvent donc, du moins en théorie, transmettre à leur descendance sexuelle une infinie variété de versions de leur génome, à partir du même génome germinal. Ces recherches montrent également que, comme cela est le cas pour le mécanisme de l'hérédité darwinienne et génétique, ce mécanisme lamarckien peut entraîner parfois des erreurs de copies pouvant conférer, selon les conditions de l'environnement, un avantage sélectif. Il semblerait donc que le mécanisme de l'évolution des espèces ait à sa disposition, à côté du mécanisme darwinien complété par la génétique, un outil lamarckien permettant la transmission de nouveaux caractères acquis, sans modifications génétiques…

Ces surprenantes observations scientifiques sont peut-être moins étonnantes qu'il n'y paraît si on les resitue dans la longue histoire des différentes théories d'évolution. En effet, contrairement à une opinion largement répandue, le principe darwinien de sélection naturelle ne s'oppose pas formellement à une transmission des caractères acquis et Darwin lui-même proposa en 1868 l'hypothèse scientifique de la pangenèse pour tenter d'expliquer cette transmission des caractères acquis…

En ce début de XXIe siècle, la théorie synthétique de l'évolution des espèces, si on prend soin d'éviter les simplifications abusives et caricaturales, reste plus vivante et plus féconde que jamais mais il est vrai qu'elle a dû, comme son objet d'étude, s'adapter et évoluer de manière extrêmement profonde en intégrant notamment les acquis fondamentaux constitués par la génétique et la biologie moléculaire, sans oublier l'ensemble des découvertes en paléontologie.

Riche d'une nouvelle complexité conceptuelle dépassant enfin l'opposition multiséculaire entre déterminisme et hasard, inné et acquis, individu et espèce, la théorie de l'évolution, telle qu'elle se présente aujourd'hui, reste un outil intellectuel absolument irremplaçable pour comprendre la prodigieuse aventure de la vie et appréhender le vivant dans sa beauté et sa diversité infinies.

Auteur

René TREGOUËT, sénateur honoraire, fondateur du Groupe de Prospective du Sénat / RT Flash

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de notre-planete.info

11 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Jean Weber le 04/07/2014, 17:43
Pour compléter on peut dire que dans son « On the Origin of Species » Darwin utilise des expressions finalistes. Ce sont surtout ces dernières qui ont porté à débat.

Par exemple au lieu d'écrire : « …des caractéristiques anatomiques s'étaient progressivement transformées pour donner naissance à de nouvelles espèces.. »

Il faut écrire :

…de nouvelles espèces sont nées d'une transformation progressive des caractéristiques anatomiques…

La première expression attribue une volonté aux caractéristiques anatomiques tandis que la seconde décrit un mécanisme.

Averroes, Claude Bernard ou encore Gould ont tous insisté sur l'impérieuse nécessité de séparer le naturalisme méthodologique (la question du comment) du naturalisme philosophique (la question du pourquoi). Un des travers actuels les plus répandus, lié au déni du naturalisme philosophique, est de ne pas insister sur cette distinction.

Ceci dit l'article ne tombe pas dans ce piège d'où sa grande clarté.alerte
MF Narbonne le 04/07/2014, 19:42
Merci pour cet article très intéressant. J'avais adoré "Le pouce du panda" de S.J.Gould, paru en 1980. Au-delà de l'érudition, il apparaissait comme un homme bien, passionnant, chaleureux, un de ceux dont on se dit, quand ils disparaissent, que l'humanité perd quelque chose.alerte
Bruno Herblay le 05/07/2014, 13:39
Intéressant arcticle qui rappelle que la théorie Darwinienne si elle n'est pas completement fausse est vraiment dépassée et insuffisante.alerte

universitaire le 05/07/2014, 16:38

Message supprimé par la modération le 07/07/2014 à 21:47. Motif : auteur banni du site pour non respect des règles.

Dupondt le 06/07/2014, 14:34
Article intéressant... J'aimerais avoir des liens pour aller un peu plus loin.alerte

eric le 07/07/2014, 11:41

Message supprimé par la modération le 07/07/2014 à 21:47. Motif : réponse devenue sans objet suite à un message supprimé.

OzWizzard le 07/07/2014, 14:18
Intéressant, mais un abus de langage de taille ...
En effet, il est incorrect de dire que les espèces s'adaptent au milieu de manière volontaire comme cela est sous entendu ici.
C'est la pression sélective du milieu qui favorise certain phénotypes qui finissent par être dominant car ayant un succès reproductif supérieur aux autres. En reprennant l'exemple du cafard, s'ils arretent de manger du sucre c'est parce que, au fil des générations, ceux mangeant du sucre sont tués par les appats empoisonnés, laissant la place aux individus ne mangeant pas de sucre. De fait, génération après génération, le caractère "ne mange pas de sucre" devient dominant dans la population.alerte
Bastien le 08/07/2014, 09:18
C'est à croire que la science à la réponse à toutes les questions.
vous avez jamais entendu dire qu'à chaque nouvelle découverte il y a une nouvelle question qui se pose.
S' il a un système qui fait évoluer, comment il a pu se mettre en place et depuis quand, est ce que c'est voulu, est ce le hasard des combinaisons, comment ça se fait qu'il y a des combinaisons, pourquoi elles répondent parfaitement aux besoins, comment elle force à créer un nouvel organe indispensable à la survie etc ....
Si on dit : c'est Dieu qui à créé l'univers, la vie, oui mais qui à créé Dieu?
Si c'est pas Dieu, d'où vient que l'univers existe ? Comment les lois de la matière ont pu s'établir ?
Comme le dit Hubert Reeves: on a beaucoup de questions et peu de réponses.
et : je crois qu'il y a quelque chose, mais je ne sais pas quoi.
Je suis comme lui, je m'interroge.
Je pense que la réponse viendra des physiciens.alerte
Vilain Rosette le 08/07/2014, 09:55
Ce n'est pas parce qu'il y a quelques modifications que ce sont des nouvelles espèces ! Cela reste !alerte
Christian 75 le 08/07/2014, 13:52
Darwin a vu juste avec l'évolution mais il n'a eu qu'une vie pour toutes ses découvertes ! Il lui aurait fallu "2 ou 3 autres vies" si je puis dire ! D'autres après lui y sont parvenus !alerte
Lynette le 18/07/2014, 12:08
Un grand merci à DARWIN,grand précurseur, qui permet aujourd'hui à nos contemporains d'avancer dans le domaine : ne sous-estimons pas l'énorme travail qu'il a accompli !alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus