^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

1er média web francophone en environnement, écologie, nature
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
9 066
Partager
par email
Mercredi 30 juillet 2014, 5 643 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité | Surfez sans pub ! ^

Sondage Juillet 2014

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Premier test grandeur nature d'une hydrolienne en Bretagne : une réussite (vidéo)

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualités

9 066 lectures / 19 commentaires16 mai 2014 ; révision : 05 juin 2014, 18 h 06

hydrolienne Arcouette 042014L'hydrolienne L'Arcouest
© DCNS

Début avril 2014, l'hydrolienne L'Arcouest a été relevée avec succès par les équipes de DCNS et de sa filiale OpenHydro, après quatre mois de tests en conditions réelles au fond de la mer au large de Paimpol-Bréhat (Côtes d'Armor). Ces essais concluants ont permis de démontrer les performances de l'hydrolienne en termes de rendement et de fonctionnement, validant le principe du prototype de 16 mètres, étape indispensable avant le développement de fermes pilotes.

Les hydroliennes sont l'équivalent des éoliennes, sous l'eau ! Elles transforment l'énergie des courants marins en électricité. Des turbines sont implantées sur une structure fixée au sol et totalement immergées. Elles récupèrent l'énergie cinétique des courants sous-marins et la transforment en énergie électrique. Plus les courants sont forts, plus les hydroliennes génèrent d'électricité. Par ailleurs, à dimension égale, une hydrolienne produit plus d'énergie qu'une éolienne puisque la densité de l'eau est 800 fois plus élevée que celle du vent. Enfin, l'impact visuel est nul ou quasi-nul.

Le parc hydrolien de Paimpol-Bréhat

Le parc hydrolien EDF de Paimpol-Bréhat a été initié en 2004. En octobre 2008, EDF a retenu la technologie d'hydrolienne développée par OpenHydro.

Le projet final du parc hydrolien EDF de Paimpol-Bréhat sera composé de 2 hydroliennes de 16 mètres de diamètre chacune, dont un rotor de 12 mètres pour une puissance totale de 1 MW. L'implantation du parc aura lieu dans une zone de forts courants marins et à une profondeur d'environ 35 mètres.

2009 et 2010 ont été les années de conception, d'études, de concertation et d'obtention des autorisations administratives. Des tests sur un modèle réduit de 6 mètres de diamètre ont été réalisés en janvier 2011, puis l'Arcouest, la première des hydroliennes est arrivée en juillet 2011 à Brest afin d'être assemblée et testée. Après un retour en Bretagne dans le courant de l'été 2012, l'hydrolienne a donc été de nouveau immergée dans le but de confirmer les dernières améliorations techniques apportées. Parallèlement, un câble sous-marin de 15 kilomètres permettant de transporter l'énergie produite jusqu'à un poste de livraison électrique situé dans l'anse de Launay, sur la commune de Ploubalzanec, a été installé.

Un test en conditions réelles réussi

Pour le test grandeur nature avec raccordement au secteur, l'hydrolienne de 16 mètres de diamètre et de 1 000 tonnes a été immergée à une quarantaine de mètres de profondeur en décembre 2013. Pendant quatre mois, les équipes de DCNS et d'OpenHydro ont étudié son comportement. L'hydrolienne a fait l'objet de nombreuses mesures, électriques et mécaniques. Au total, la turbine a tourné 1 500 heures en continu (contre 500 heures initialement attendues). Selon le DCNS, "ces résultats concluants démontrent le bon fonctionnement de ce prototype de 16 mètres".

Hydrolienne L'Arcouest

Ce type de turbine devrait produire environ 43 GWh par an, l'équivalent de la consommation en électricité de 1 700 habitants, ceci pendant au moins 30 ans, la durée de vie estimée de l'hydrolienne.

La barge Triskell : un système de mise en place unique au monde

Grâce au savoir-faire de sa filiale irlandaise OpenHydro, DCNS a mis au point un système unique permettant d'installer la turbine jusqu'à 50 mètres de profondeur, en toute sécurité et avec une rapidité et une précision optimales. L'hydrolienne est transportée sur son site d'expérimentation à bord d'une barge offshore tirée par un remorqueur. Une fois stabilisée, la barge permet d'assurer le tractage de la turbine au fond de l'eau grâce à des moteurs hydrauliques et à un système innovant de treuils et de câblage. Ce système unique au monde permet d'installer l'hydrolienne au fond de l'eau avec une précision de plus ou moins cinq mètres, sans aucun travail de génie civil sur les fonds marins. L'hydrolienne repose en effet au fond de la mer par la simple force gravitaire. Lorsque la barge est pré-positionnée, il faut moins d'une heure aux équipes pour assurer l'immersion ou le relevage de la turbine.

C'est un atout environnemental important : l'hydrolienne en fin de vie ou en dysfonctionnement peut être facilement récupérée et ne deviendra pas un déchet marin. En outre, l'absence de fondation réduit l'empreinte écologique du système tout en minimisant la dégradation du fond sous-marin.

Une première étape de franchie avant le déploiement de fermes pilotes

La fin de cette campagne d'essais est une étape majeure pour le Groupe. Les tests sur le site de Paimpol-Bréhat ont permis de valider le principe du prototype de 16 mètres, étape indispensable avant le développement de fermes pilotes. Les équipes de DCNS vont désormais analyser toutes les données recueillies pendant ces quatre mois de tests. L'hydrolienne L'Arcouest a été réacheminée à bord de la barge Triskell jusqu'au port de Brest, où chacun de ses composants est minutieusement inspecté. Ce retour d'expérience précieux va permettre aux équipes de DCNS et OpenHydro de finaliser le design de l'hydrolienne de deuxième génération, d'une puissance de 2 MW (contre 0,5 MW actuellement).

A titre de comparaison, les éoliennes off-shore installées actuellement sur les côtes françaises ont des puissances unitaires de 5 MW, mais d'ores et déjà, GDF Suez vient de remporter le deuxième appel d'offres français pour l'éolien en mer avec une turbine Areva d'une puissance record de 8 mégawatts (MW) !

Une ferme pilote sur le site de Paimpol-Bréhat

Suite à ces tests concluant, EDF a annoncé le développement d'une ferme pilote comprenant deux hydroliennes de nouvelle génération sur le site de Paimpol-Bréhat. OpenHydro, fournira les deux nouvelles turbines qui seront opérationnelles dès 2015. D'une puissance unitaire de 0,5 MW, elles couvrirons les besoins en électricité de 1 000 à 1 500 foyers.

"Les évolutions, qui s'appuieront sur les connaissances acquises via le prototype L'Arcouest, sont destinées à garantir la fiabilité mécanique et électrique et permettre à l'avenir une fabrication au standard industriel. Elles viseront à optimiser l'assemblage des parties mécaniques, à améliorer la protection des câbles et à fiabiliser l'étanchéité des composants électriques." nous indique le groupe DCNS.

Cette phase pilote permettra le déploiement à partir de 2016 de fermes pré-commerciales et le développement d'une filière industrielle de l'hydrolien en France, notamment "sur des sites plus énergétiques comme comme le raz Blanchard" (pointe nord-ouest du Cotentin), nous précise EDF.

De plus, DCNS et EDF Energies Nouvelles ont, dans le cadre du Programme des Investissements d'Avenir du Gouvernement français, déposé, le 16 mai 2014, un dossier de candidature pour l'installation d'une ferme de 14 MW constituée de 7 hydroliennes qui pourraient être en service en 2016, dans le raz Blanchard, au large de Cherbourg.

Une autre ferme pilote au Canada

OpenHydro va déployer dès 2015 en Baie de Fundy (Canada), 2 hydroliennes de 2 MW chacune qui fourniront de l'électricité à plus de 1 000 habitants de la Nouvelle-Ecosse.

"Grâce à notre filiale OpenHydro, dont nous détenons 60 % depuis mars 2013, nous sommes le leader mondial des hydroliennes. Avec le nouveau contrat signé jeudi d'une ferme de 300 MW pour les îles anglo-normandes, nous avons pour plus de 1 GW (milliard de watts) de projets engrangés pour l'Arcouest. Nous avons déjà des commandes au Canada, en Écosse et en Irlande", s'enthousiasme Thierry Kalanquin, directeur énergies et infrastructures marines à la DCNS.

Soulignons enfin que la France dispose du deuxième gisement européen d'énergie pouvant être générée à partir des courants marins. Selon une étude prospective de RTE de janvier 2013, le gisement hydrolien français a un potentiel théorique exploitable estimé de 3 à 5 GW selon les sources. Il se concentre dans le Cotentin et en Bretagne nord, sur quelques sites où l’onde de marée est amplifiée par la configuration des côtes (détroits, caps, goulets) : le Raz Blanchard principalement, et dans une moindre mesure, le Raz Barfleur et, près d'Ouessant, le Passage du Fromveur.

Notes

DCNS est un leader mondial du naval de défense et un innovateur dans l'énergie. DCNS conçoit, réalise et maintient en service des sous-marins et des navires de surface. Il fournit également des services pour les chantiers et bases navals. Enfin, DCNS propose un large panel de solutions dans l'énergie nucléaire civile et les énergies marines renouvelables.

Source

Auteur

avatar Christophe Magdelaine / notre-planete.info - Tous droits réservés

19 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Paule le 16/05/2014, 17:45
Et la vie des poissons ???? commment est-elle perturbée avec cela ???? la faune et la flore sous-marines... quelles conséquences sur elles ???????alerte
TIRAVEAU le 16/05/2014, 18:02
Et la pêche on fait quoi pour vivre!alerte
Yvan Perrenoud le 17/05/2014, 08:06
Je vous propose ma page facebook "turbine hélicoïdale": 2 nouvelles hydroliennes qui nécessitent peu d'infrastructures et peuvent fonctionner en mer et en rivière.
https://www.facebook.com/pages/Turbine-hélicoïdale/247999201961048alerte
BB le 17/05/2014, 16:19
Ne dites pas n'importe quoi! L'hydrolienne tourne doucement, pas à toute allure! Et il y a la place entre les pales pour laisser passer les poissons, qui ne sont pas stupides et ne vont pas se fracasser contre les pales, dont la force motrice rotative est celle des courants, entre 2 et 3 m/s, ce qui est faible à l'échelle des poissons. Les utilisations de ce genre d'hydroliennes au Nord de l'Ecosse ou au Cap Nord en Norvège n'ont pas montré de sur mortalité des poissons. Non, ce système est vraiment le plus écologique qui soit. Et 43 GWh sur 1500 heures de fonctionnement, c'est considérable. On peut en installer dans les passes de Sein, d'Ouessant et au large du Cotentin à proximité des îles Anglo-Normandes. Au total on disposerait de la puissance électrique d'une centrale nucléaire! Eh Oui! Alors pourquoi l'EPR de Flamanville, Grands Dieux! Et en plus les courants étant décalés dans le temps entre la Bretagne et la Normandie, on aurait à disposition cette électricité sur les 24 heures. Quant au coût, c'est moins cher que le nucléaire si l'on compte dans le nucléaire tous les frais de maintenance et de démantèlement, ainsi que ceux de l'extraction du minerai d'uranium au Niger.alerte
René le 17/05/2014, 19:02
J'ai eu l'occasion de voir des petites hydroliennes fluviales en Autriche, c'est un concept très intelligent même pour des particuliers.alerte
Stress le 18/05/2014, 01:36
Super...j'adhère complètement !alerte
vanimarmo78 le 18/05/2014, 10:42
la solution de demain!:-)

pratique, écolo, intelligent, peu encombrant, bref que d'avantages!

je m'inquiète un peu pour les poissons, mais je fais confiance à BB.alerte
TERRASI le 18/05/2014, 12:04
J'ai aussi un petit doute sur le plan environnemental. tirer partie de l'énergie des océans, c'est fort bien, mais le procédé ne représente-t-il pas un danger pour les espèces qui vivent au fond de la mer ? Y a-t-il eu une enquête technique ou publique à ce sujet ? Ceci n'est pas abordé dans la présentation et les populations dont de plus en plus préoccupées par l'avenir de la biodiversité à laquelle nous sommes liée.alerte
Michel GUERITTE le 18/05/2014, 12:28
Il faut en mettre partout sur la côte ouest française, et dans le monde entier.
Une énergie gratuite tant que la Lune tournera autour de la Terre...
Et arrêtons vite le nucléaire !alerte
Martin le 18/05/2014, 12:42
Pour les poissons en temps normale ça pourrait être en effet un problème mais juste regardez ceux qu'ils vivent le reste du temps depuis 1 siècle, l'acidité de la mer à augmenté de 30%, bouleversement de la chaine alimentaire par la surpêche, augmentation de la température des eaux. Bientôt la majorité des poissons vont disparaître et ils ont déjà commencé a être remplacés par une mer de méduse. Donc même si ces hydrolienne ont un impact sur la vie des poissons, il reste extrêmement faible comparé aux autre technologie qui pollue, qui d'ailleurs ont aussi pour but de produire de l'énergie.alerte
Christian 75 le 18/05/2014, 19:37
intelligent, écologique, d'une durée de vie comparable avec un réacteur nucléaire qu'ils remplacerons en partie avec les éoliennes et les panneaux solaire !! Tant mieux !! c'est de bonne augure !!alerte
Ketikat le 19/05/2014, 17:20
genial !alerte
Bobby64 le 20/05/2014, 14:10
Et en plus ca évitera nos chers pêcheurs d'aller "gratter" le fond de nos océans et de détruire la flor essentielle pour que vivent nos chers poissons.
Car le seu aspect néfaste (si c'est le cas) c'est que leurs filets (dérivants)pour prendre un max de poissons se prennent dans les hélices . . . à bon entendeur . . .alerte
Hervé le 22/05/2014, 18:16
Voilà enfin une solution crédible cotrairement aux éoliennes!alerte
Ben941 le 22/05/2014, 19:51
C'est un bon complément aux panneaux solaires et éoliennes. Mais n'oubliez pas les moulins à eau !!! Charles Ingalls arrivait à faire fonctionner une scierie avec un moulin à eau en bois (totalement recyclable...). Cordialement.alerte
René le 22/05/2014, 20:14
-Voilà enfin une solution crédible cotrairement aux éoliennes!-

Les éoliennes sont tout aussi crédibles, c'est juste un tout autre élément entrant dans le mix électrique.alerte
Hervé le 25/05/2014, 09:18
la difference entre les éoliennes terrestres et les hydroliénnes c'est que ces dernières marcheront tout l'année alors que les éoliennes terrestres ne tournent en général qu'un tiers de l'année par manque de vent.alerte
René le 25/05/2014, 15:30
hervé,

-c'est que ces dernières marcheront tout l'année-

Bah non, les hydroliennes ne fonctionneront de manière utile qu'à à peine plus de 50% du temps environ et ce hors périodes de maintenance. Et je ne vois toujours pas en quoi ça rend les éoliennes non crédibles.alerte
Eugène Motengo le 31/05/2014, 19:15
C'est ingénieux, la conception! Science en avant!alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus