^ Publicité ^

1er média web francophone en environnement, écologie, nature
et sciences de la Terre depuis 2001

rss
6 007
Partager
par email
Samedi 01 novembre 2014, 1 731 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité ^

Sondage Novembre 2014

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

Cartographie actualisée de l'occupation du sol de notre planète

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualitésProposer un article

6 007 lectures / 17 commentaires28 mars 2014, 18 h 35

Terre Europe Afrique Blue Marble© NASA

Une nouvelle base de données publiée le 17 mars 2014 par l'Organisation Mondiale de l'Agriculture (FAO) rassemble les informations éparses et disparates sur le couvert végétal des quatre coins du monde en une base de données centralisée, actualisant ainsi les informations disponibles sur les caractéristiques physiques de la surface de la terre et l'occupation du sol.

Un des principaux obstacles rencontrés jusqu'à présent pour dégager une vue d'ensemble de la couverture végétale mondiale – servant à connaître, par exemple, l'étendue des superficies cultivées, des terres boisées ou des sols nus – était la diversité des mesures et des enregistrements des données réalisés par différents pays et organisations. Mais pour la nouvelle base de données de la FAO Global Land Cover SHARE (GLC-SHARE), les données provenant de multiples sources et partenaires ont passé un contrôle qualité et ont été harmonisées selon les définitions et normes acceptées à l'échelle internationale, réunissant une mine d'informations au niveau des pays en une base de données exhaustive sur toute la planète.

Au nombre des applications de la nouvelle base de données GLC-SHARE figurent notamment le suivi de l'évolution du couvert végétal, les différentes utilisations des terres en fonction des sols, l'évaluation de l'impact du changement climatique sur la production vivrière et la planification de l'occupation des sols.

Données 2013 sur l'occupation mondiale du sol

La nouvelle base de données de la FAO comprend onze niveaux d'occupation du sol au niveau des surfaces continentales :

Occupation du solPart mondiale
Superficies boisées 27,7 %
Sols nus 15,2 %
Pâturages 13 %
Terres agricoles 12,6 %
Neiges et glaces 9,7 %
Zones arbustives 9,5 %
Végétation clairsemée 7,7 %
Plans d'eau intérieurs 2,6%
Végétation herbacée 1,3%
Surfaces artificialisées 0,6 %
Mangroves 0,1 %

Carte mondiale de l'occupation du sol

occupation du sol mondialGlobal Land Cover Share Database (2013)
© FAO

Importance de la gestion durable des terres

"Il est essentiel de bien comprendre la couverture végétale de notre planète afin de promouvoir la gestion durable des terres (et notamment la production agricole pour nourrir une population en constante expansion), qui permet d'exploiter efficacement les ressources naturelles de plus en plus limitées tout en préservant l'environnement", a indiqué John Latham, de la Division FAO de mise en valeur des terres et des eaux.

"Cette actualisation de la couverture végétale de la terre intervient à un moment crucial", a-t-il ajouté. "Elle sera un outil précieux pour évaluer la durabilité de l'agriculture et soutenir le développement rural durable fondé sur des données probantes, ainsi que les politiques d'utilisation des terres contribuant à réduire la pauvreté. Elle visera également à promouvoir des systèmes agricoles et alimentaires inclusifs et efficaces et à renforcer la résilience des moyens d'existence des populations. GLC-SHARE permettra en outre de comprendre les effets du changement et de la variabilité climatiques sur les principales ressources naturelles, ainsi que la production vivrière".

Une population mondiale en pleine expansion et une demande croissante de nourriture constituent de sérieux enjeux pour l'agriculture qui, au cours des prochaines années, devra produire plus avec moins de ressources naturelles, tout en s'adaptant au changement climatique. La FAO estime que la production vivrière mondiale devra augmenter de 60 pour cent d'ici 2050, pour l'essentiel sur des terres déjà cultivées.

Liens

Données SIG de GLC-SHARE via FAO GeoNetwork

Auteur

Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de notre-planete.info

17 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Jean Weber le 29/03/2014, 07:26
A l'auteur,

Comme d'habitude tout sur le dos le l'augmentation de la population et pas un mot sur les 20 000 milliards de dollars (ce n'est quand même pas rien) de placement à intérêt correspondant au système des retraites par répartition qui participent notamment à l'accaparement des terres du Sud. Les terres ne doivent non seulement nourrir le monde mais aussi supporter les intérêts de la frange la plus riche du monde.

Si actuellement 0,7 % de la population détient 41 % des richesses et 68.7% se contentent que de 3%, ce n'est pas parce que 68% de la population travaillerait 80 fois moins (que 4 jours dans l'année !) mais bien parce qu'on rétribue un riche pour l'unique fait qu'il soit riche.

Pour quelle raisons vous n'évoquez jamais ces faits ? Est- ce Parce que votre employeur (les Nations Unies) encourage le passage du financement des retraites vers un système par capitalisation dans les pays développés et l'impose-t-il dans les pays du Sud (chantage à l'aide) [1] ?

[1]
« De leur côté, les grandes institutions financières internationales (Banque mondiale et Fonds monétaire international) exhortent les pays développés et obligent les pays émergents à entreprendre des réformes de leurs systèmes de santé et de retraites dans le sens d'une libéralisation partielle ou complète »
Jean-Marie Harribey (2005) Mondialisation capitaliste, démographie et protection sociale :
le cas des retraites soumises à la logique financière in Isabelle Daugareilh (dir.), Travail, droits fondamentaux et mondialisation, Bruxelles, Ed. Bruylant, Paris, L.G.D.J., 2005, p. 213-230.
http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/retraites/demo-retraites.pdf

Cette omission systématique d'une partie des faits responsables de la destruction de l'environnement pose la question du role des Nations Unies.alerte
Jean Weber le 29/03/2014, 08:10
Pardon pour la coquille

L'intérêt c'est évidemment sur un système de financement par capitalisation

"20 000 milliards de dollars (ce n'est quand même pas rien) de placement à intérêt correspondant au système des retraites par Capitalisation"alerte
Castagnac2 le 29/03/2014, 11:25
Reste que cela déplaise ou non aux religieux de tous bords que l'on doit limiter les naissances dans tous les pays.La terre ne pourra pas supporter éternellement autant d'êtres humains surtout si l'on se bat pour que chacun puisse vivre "en bien être". L'homme doit rester ( redevenir" un élément de la nature et cesser de se prendre pour un dieu ayant tous pouvoirs sur la nature: nous sommes entrain de scier la branche sur laquelle nous sommes assisalerte
Jean Weber le 29/03/2014, 12:09
Entièrement d'accord avec vous castagnac2. L'attitude des Nations Unies à imposer la capitalisation de la sécurité sociale est d'autant plus incompréhensible que cela bloque tout espoir de transition démographique dans les pays pauvres. Un progrès authentique serait de substituer la dépendance économique des plus pauvres envers leurs enfants par une solidarité intergénérationnelle nationale garante d'une répartition plus équitable du produit du travail. Un tel progrès favorisant la transition démographique est incompatible avec un régime par capitalisation car le revenu des plus pauvres ne leur permet pas de capitaliser et qu'il n'y a pas de catégorie encore plus pauvre qui travaillerait pour les intérêtsalerte
Norton le 29/03/2014, 16:03
EH2O...la formule de l'espoir...

Exemple par l'absurde :
Si l'on vidait complètement le lac Nasser ( barrage d'Assouan...) on aurait une élévation d'environ 1 demi millimètre du niveau des mers...


À contrario :
Si l'on restituait aux terres émergées leur rôle d'éponge pour retenir l'eau douce,nous enclencherions un cercle vertueux qui bénéficierait immédiatement à la production agricole mondiale et nous pourrions exploiter davantage l'énergie hydraulique ( mécanique ou hydrau-électrique ...) tout en augmentant rapidement le potentiel de fixation du carbone par l'intensification possible de surfaces forestières,elles-mêmes productrices de ressources renouvelables mais également,éponges supplémentaires contribuant à la baisse du niveau des mers,donc à la libérations des deltas fertiles et à la régulation du débit des fleuves,maximisant leur potentiel hydrau-électrique...etc...

Le principe d'un cercle vertueux,pour des raisons pratiques,ne peut se décrire que par une seule longue phrase..., mais elle serait infinie,si entre deux virgules,on y précisait chaque avantage qu'il y aurait à s'y conformer...


Ce qui n'est plus tenable :
La première forêt primaire consommée dans sa quasi totalité était européenne,ce qui a permis l'essor de notre civilisation.Aujourd'hui,pour maintenir sa supériorité suicidaire cette civilisation consomme les autre forêts du monde...

L'infiniment gratuit :
L'énergie vraiment gratuite et renouvelable,c'est la convection naturelle qui élève des milliards de tonnes d'eau jusqu'aux nuages et la gravité qui permet d'utiliser mécaniquement sa masse,sans ôter une seule goutte à ce cycle infini.
Seule l'inversion de la dégradation du cycle de l'eau permet une sortie par le haut de notre situation actuelle.
Le cercle vicieux,c'est continuer sans rien changer...
Le cercle vertueux a sa formule : H2O


L'espoir :
Les famines,les inondations,les pénuries énergétiques,les souffrances et les injustices qu'elles engendrent,peuvent cesser si l'on s'y prend mondialement.

La conscience :
Prendre conscience de cela,c'est s'imprégner de la meilleure des raisons de vouloir la paix,car tant que les guerres accaparent nos énergies et nos esprits,nous nous écartons de cette unique solution civilisée.alerte
VERHEGGE le 29/03/2014, 16:56
Ceux qui dirigent vraiment notre humanité qui sont-ils vraiment?Je doute de leur degré d'humanité....L'espèce homo sapiens sapiens ne serait-elle pas divisée en sous-classes où certains auraient le pouvoir de vie et de mort sur l'immense majorité?L'air respiré est de plus en plus pollué et les aliments qui nous servent de nourriture de plus en plus frelatés(pesticides etc).L'eau pure va devenir une denrée rare et la superficie des terres arables est en constante diminution.Les défis de ce siècle me semblent terrifiants.Certains écologistes ne comparent ils pas notre terre au Titanic?alerte
Norton le 30/03/2014, 10:42
@verhegge,

Le défi de 1940 était également terrifiant pour les rares français qui avaient choisi la liberté...
Être efficace malgré la terreur,...là est le vrai défi,le vrai combat,le seul futur.
Je crois à l'exemple national,...je crois qu'un peuple vigilant et ouvert peut devenir un exemple pour le reste du monde.
Je crois qu'il faut commencer par chez-nous...
Sans la paix,l'écologie n'est pas une priorité.
La diplomatie,c'est la voix d'un peuple qui s'adresse aux autres nations.
Elle sera indispensable pour se concerter en vue de mettre en place les principes simples que j'ébauche dans mon précédant post.
Aujourd'hui,se battre pour le progrès écologique,c'est d'abord se redonner les moyens de la dignité et de notre indépendance diplomatique.Une diplomatie non indépendante n'est pas une diplomatie,mais le signe que le peuple est aphone.Tant que perdurera cet état de fait,le progrès écologique sera sans avenir.
Je sais que ce forum n'est pas un lieu pour parler de politique,mais comment parler de solution écologiques sans parler de l'engagement citoyen et des moyens politiques nécessaires pour appliquer ces solutions?alerte
Hassan Ben Salah le 30/03/2014, 20:22
Nous vivons sur une planète menacée des activités humaines .alerte
Jpchy le 31/03/2014, 13:27
@Norton

Vous évoquez l'engagement citoyen comme moteur d'une réponse aux défis qui nous sont proposés. J'observe toutefois une incertitude dans votre raisonnement sur les notions de peuples et de nations. Votre exemple sur 1940 est édifiant. Le peuple français était il alors engagé pour la liberté, certes non, il adoptait pour sa grande part une attitude attentiste voire complaisante à l'égard des acteurs de la terreur. La diplomatie c'est la voix d'une nation qui s'exprime au travers de ses représentants, laquelle nation est elle l'émanation d'un peuple unique est indivisible ? là c'est moins sûr. En réalité les défis sont tels que l'articulation de la lutte sur un substrat nationaliste est vouée à l'échec tout en étant intrinsèquement utopiste, l'interdépendance factuelle de notre humanité nous impose une vision supranationale.alerte
Norton le 31/03/2014, 18:10
En 1940,tout le monde n'a pas été attentiste,heureusement !...Et à part l'UE,dont le fonctionnement a prouvé pour l'instant que la supranationalité n'est rien d'autre qu'un auto blocage stupide,une paralysie consentante dans touts les domaines politiques au sens large et notamment démocratique,le reste du monde est constitué de nations souveraines (qui ne s'en plaignent pas) et qui s'autorisent toutes sortes d'accords entre elles.
Ainsi,si la France était souveraine,nous pourrions developer des programmes communs de recherches en matière d'écologie avec d'autres pays au lieu de payer de très fortes amendes à Bruxelles pour avoir refusé d'autoriser des semences transgéniques ou des molécules Monsanto sur notre territoire.
La supranationalité,l'UE,l'ONU...,ça en fait,des machins...!!!...,des machins pas terribles pour l'écologie...alerte
René le 01/04/2014, 13:06
-L'énergie vraiment gratuite et renouvelable, c'est la convection naturelle qui élève des milliards de tonnes d'eau jusqu'aux nuages et la gravité qui permet d'utiliser mécaniquement sa masse,sans ôter une seule goutte à ce cycle infini.-

Ca mérite quelques éclaircissements, surtout qu'il y a une énorme erreur dans ce qui est écrit.alerte
Hdrass le 01/04/2014, 13:16
La carte mondiale de l'occupation du sol présentée dans cet article est bien grossière.
Je pense que les cartes à haute définition ne sont pas rendues accessibles au public.
J'ai trouvé une autre carte présentant une meilleure définition, mais c'est encore très moyen, sur le site de l'ESA :

http://www.esa.int/var/esa/storage/images/esa_multimedia/images/2010/12/esa_s_2009_global_land_cover_map/9942263-2-eng-GB/ESA_s_2009_global_land_cover_map.jpg
http://www.esa.int/var/esa/storage/images/esa_multimedia/images/2010/12/esa_s_2009_global_land_cover_map/9942263-2-eng-GB/ESA_s_2009_global_land_cover_map.jpg

Si quelqu'un a trouvé une carte plus précise, je serais intéressé.alerte
Christophe Magdelaine le 01/04/2014, 14:30
Hdrass : il y a un lien vers la couche SIG à la fin de l'article, avec notamment la possibilité de visualiser Land Cover 2012 sur Google Earth :
http://www.fao.org/geonetwork/srv/fr/google.kml?uuid=ba4526fd-cdbf-4028-a1bd-5a559c4bff38&layers=GEONETWORK:glc_shv10_dom_47948
Les liens que vous proposez correspondent à Global Land Cover 2009, obsolète.alerte
Christian 75 le 02/04/2014, 16:42
Toujours la surpopulation humaine à l'origine de tout les maux !!alerte
Norton le 04/04/2014, 08:05
@rené,
Laquelle?alerte
Norton le 05/04/2014, 13:55
@ René,

Après avoir fait et refait le calcul du volume du lac Nasser divisé par la surface des océans ( ça en fait des zéros!,...pas vrais ),vous ne répondez pas à ma question...

De quelle énorme erreur voulez vous parler?...,ou bien ne voulez vous plus en parler?...alerte
vanimarmo78 le 14/05/2014, 20:54
peu de surfaces industialisées....alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus