^ Publicité ^

1er média web de réinformation en environnement, écologie, nature et sciences de la Terre, depuis 2001

rss
27 306
Partager
par email
Jeudi 27 novembre 2014
73 connectés / 1 882 visites

Connexion

Login (email)  
Mot de passe mémoriser
 
Devenir membre Retrouver vos identifiants

^ Publicité ^

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

notre-planete.info sur Facebook notre-planete.info sur Twitter notre-planete.info sur Google +

^ Publicité ^

Sondage Novembre 2014

^ Publicité ^

www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre

La supercherie des plastiques dits "biodégradables"

Dernières actualitésAlerte mailToutes les actualitésProposer un article

27 306 lectures / 26 commentaires27 mai 2011 ; révision : 15 janvier 2014, 18 h 05

sac plastique en merBien que dégradés, les plastiques dits "écologiques" pourraient bien perdurer longtemps dans l'environnement.
© C. Magdelaine / notre-planete.info

Une ruée vers... Une impasse : les sacs en plastique "biodégradables" n'ont pas les vertus environnementales qu'on leur prête. En effet, la version "écologique" du polyéthylène pourrait se révéler beaucoup plus nocive que prévu.

Les sacs de polyéthylène sont l'un des matériaux les plus couramment utilisés au monde, au point que les déchets de sacs plastiques sont l'un des symboles marquants de l'impact de l'Homme sur son environnement. En réponse à la menace écologique des déchets plastiques, l'industrie surfe sur la mode des plastiques dits "biodégradables"[1].

Le plastique "biodégradable" est un plastique qui, en théorie, peut être détruit par des microorganismes (bactéries ou champignons) dans l'eau, le dioxyde de carbone (CO2) et certains biomatériaux. Mais Attention ! Le plastique biodégradable n'est pas forcément produit à partir de biomasse (comme les plantes). Plusieurs types de plastique "biodégradables" sont fabriqués à partir de pétrole, tout comme le plastique ordinaire.

Si ces sacs plastiques "dégradables" se désagrègent en petits fragments dans l'environnement, ces fragments peuvent perdurer très longtemps et aucune étude sur leur évolution à long terme n'est disponible. En effet, ces produits sont qualifiés de "biodégradables" sans qu'aucune référence ne soit faite au temps nécessaire à leur dégradation biologique complète. Ils auront donc tout le temps d'alimenter les "continents" de déchets flottants dans les océans.

"La littérature sur les polyéthylènes dégradables est certes touffue mais personne n'a démontré de forte dégradation," note Ann-Christine Albertsson, principale contributrice aux études critiques et chercheuse au Swedish Royal Institute of Technology (KTH) sur les polymères à Stockholm. "Ces plastiques se dégradent bien en quelque sorte puisqu'ils perdent une partie de leurs propriétés, mais rien ne prouve que ce processus soit bénéfique pour l'environnement."

Des additifs métalliques de transition comme le fer et le cobalt accélèrent l'oxydation des polymères d'éthylène et la dégradabilité ou biodégradabilité de ces matériaux est volontiers mise en avant sur les emballages alimentaires ou les sacs plastiques. Pourtant, une étude publiée mi-avril 2011 dans Environmental Science & Technology[2], nous alerte sur le fait que la "dégradabilité des polyéthylènes" est loin d'être établie.

Les pays en développement comme la Chine se mettent aussi au polyéthylène dégradable, relève la chercheuse du KTH. Les pouvoirs publics indiens, intéressés, ont dépêché un de leurs chercheurs confirmés pour travailler aux côtés d'Ann-Christine Albertsson. Certains pays se tournent vers les produits réellement biodégradables à base de polyactides d'amidon, mais leur coût reste un frein.

Les sacs à base de papier, par ailleurs, ne sont pas souhaitables du fait de la déforestation, à moins qu'ils soient issus de fibres recyclées.

Les plastiques oxo-dégradables : une supercherie

Noreen Thomas, spécialiste des matériaux à l'Université britannique de Loughborough a rédigé en 2010 un rapport pour son ministère de tutelle, le UK Department for Environment, Food and Rural Affairs (DEFRA) sur les plastiques oxo-dégradables[3] : polyéthylènes et certains types de polypropylènes.

Les plastiques oxo-dégradables appelée à tort oxo-biodégradables accélèrent leur décomposition lorsqu'ils sont exposés à la chaleur, la lumière ou sous l'effet de contraintes mécaniques.

Noreen Thomas a montré que la vitesse de fragmentation du plastique dépend essentiellement de la chaleur ambiante et de la durée d'exposition à la lumière – et donc des facteurs environnementaux du site où le plastique a été abandonné. Le rapport du Defra indique que les fragments oxo-dégradables abandonnés à l'air libre au Royaume Uni se délitent en petits fragments dans un laps de temps compris entre deux et cinq ans. Après quoi la biodégradation de ces petits fragments est "très lente", observe-t-elle.

"Nous en concluons que les plastiques oxo-dégradables ne présentent aucun intérêt écologique," rapporte Noreen Thomas au magazine Nature.

Ces plastiques ne sont pas compostables car les fragments dénaturent le compost au point de le rendre inutilisable. De plus, ces matériaux ne sont pas recyclables selon la méthode traditionnelle pour les plastiques car les additifs qui favorisent leur délitement corrompent aussi le produit recyclé. Le rapport recommande ainsi de ne pas utiliser ces plastiques dans le recyclage mais de les incinérer ou de les enfouir... Bref, comme les sacs plastiques traditionnels.

La synthèse du rapport préparée par le Defra souligne que "ces deux options de traitement de fin de vie rendent les propriétés 'dégradables' des plastiques oxo-dégradables totalement superflues."

Notes et références

  1. La référence quant au critère de biodégradabilité sur le marché est la Norme NF EN ISO 7827. Toutefois, celle-ci se fonde sur les conditions de biodégradabilité propres aux compostages industriels qui ne sont pas comparables avec le milieu naturel (sol ou milieu aqueux).
  2. Roy, P. K., Hakkarainen, M., Varma, I. K. & Albertsson, A.-C. Environ. Sci. Technol. publication en ligne anticipée doi:10.1021/es104042f (2011).
  3. Thomas, N., Clarke, J., McLauchlin, A. & Patrick, S. Assessing the Environmental Impacts of Oxo-degradable Plastics Across Their Life Cycle (DEFRA, 2010)

Source

Puzzle persists for 'degradeable' plastics - Nature News.
Traduction pour notre-planete.info : Michelle Vuillerot

Auteur

avatar Christophe Magdelaine / notre-planete.info - Tous droits réservés

26 commentaires

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Marcucci de bx le 27/05/2011, 16:31
comment faire confiance ,quand les spéculateurs industriels du "respect pour l'environnement" ,nous mentent en permanence.
Donner nous des infos et des solutions pour ne pas tomber dans les pièges qu'on nous tend.alerte
Mourad IlmanMourad Ilman le 27/05/2011, 17:09
Dans un composteur en tout cas, les verres en plastiques et les sacs biodégradables, ça ne marche pas. Aucune décomposition apparente pour les verres et très peu pour les sacs (qui ont d'ailleurs tendances à empêcher l'air de passer, pas super pour le compostage).
Encore des fausses bonnes idées !alerte
Stéphane à Bruxelles le 27/05/2011, 23:44
Pourquoi ces mensonges ne sont pas punis?alerte
Alex le 28/05/2011, 12:38
Il faut encore se taire...alerte
St maur des fosses le 28/05/2011, 15:14
bonjour
Stop a la destruction de tout et tout le temps..
Bien sur c'est produit se dégrades sous l'effet de la chaleur et du soleil c'est ce que l'on veut
et oui il se biodéagrde en quelques années dans l'environnement en présence de micro organismes
Je travaille sur les produits oxo biodégradables et connait la formulation de ces additifs
A la suite de ce rapport DEFRA la fédération du plastique britannique à envoyé les éléments scientifiques aux auteurs du rapport qui manifestement n'avaient pas toutes les données
Le CNRS en france a montré la biodégradation des oxo dans l'environnement après fragmentation par des mesures d'ADP et d'ATP énergie de la vie des micro organismes ainsi que de nombreux scientifiques dans différents laboratoires en reference a l'ISO 14855
Pourquoi ne pas les nommés ?
Les produits sérieux type d2w sont testes par des laboratoires indépendants agrées qui émmettent des rapports sur les performances .
Les fabricants sérieux certifient leurs produits en terme d'écotoxicité dans les sols par rapport la aussi aux normes en vigueur dans l'union européenne les tests sont publiés
Rien n'est magique la biodégradation est un phénomène complexe et long
les feuilles la paille mettent des années les oxo environ 3 ans mais c'est mieux que jamais ,l'important est la non toxicité dans les sols et la les oxo répondent à toutes les normes en vigueur .
remettre en cause l'utilité de la biodégradation est une aberration car en fin de vie certains produits se retrouvent dans l'environnement
autant les biodégrader
quand au recycalge interrogez les industriels qui les fabriquent .Ils recyclent .
pour information les produits a base amidon comportent aussi des produits a base fossile pour environ 50% de leur constitution et pourtant ...
Je suis a votre disposition www.degradable.fralerte
Ammigan goussu marie-aline Amiens le 28/05/2011, 21:19
Il faut continuer à fabriquer des produits biodégradables mais il faudrait aussi réussir à trouver les bonnes formules pour que cela ne coûte pas trop cher aux fabricants et aux consommateurs, qui ont de moins en moins de revenus. Pas facile à gérer ! Et l'environnement a bien besoin de moins de toxicité, car la catastrophe est déjà bien amorcée. Il y a sûrement de bonnes formules dans des tiroirs pas encore ouverts...
alerte
Stacy, Bordeaux le 29/05/2011, 00:57
puisque la planète supporte la race humaine malgré nos atrocités alors nous pouvons bien bannir les sacs plastiques et porter nos achats dans la mainalerte
Glagny91 le 29/05/2011, 11:28
Sur mon parasol de terrasse fabriqué en Chine, les cordons de type cordons synthétiques pour voilages d'intérieur, se sont transformés en poussière sous mes doigts, au bout de 3 ou 4 ans rien qu'en restant à la lumière. C'est de la biodégradabilité apparente due certainement aux UV, mais la matière de la poussière, qu'est-elle devenue, de retour dans la nature ?alerte
Richard 01 le 29/05/2011, 14:54
Bonjour,

Il ne faut confondre (Oxo)dégradable et bio dégradable (ou bio-assimilable).

En effet, un élément Oxo-dégradable est un élément qui se décompose en petites molécules. Un Polyéthylène Oxo-dégradable se dégradera n'entrainant plus de polution visible mais les petites molécules résultantes de cette dégradation seront nocives pour l'environnement (Hydrocarbures type huiles minérales). Pour le coup c'est de la poudre aux yeux !!!

Un produit dit bio-dégradable est un produit qui répond à une norme : Il se doit de se décomposer à plus de 90% en Bio-masse (Co2, H2O, N2) en maximum 6mois sous certaines conditions de températures, humidité et présence de bactérie. C'est polymère peuvent devenir une alternative à condition qu'une filière de retraitement soit créée.

En plus de cela il faut ajouter les plastiques bio-sourcés. Merci de ne pas confondre et ne pas les composter.
alerte
St maur des fosses le 29/05/2011, 19:04
richard01
monsieur

une norme sur les oxo doit etre publiée sous peu la date n'est pas confirmée mais la publication oui
elle stoppera cette polémique stérile ...

La dégradation du polyethylene par création de radicaux libres reaction de NOrrish 1 et 2 après oxydation conduit a des matériaux de faible masse moléculaire du type acide gras ,des aldheydes parfaitement bioassimilables et non toxiques pour l'environnement ..donner moi votre mail je vous fais parvenir littérature et tests.
joli jeux de mot pour la poudre aux yeux mais conclusion inexacte ..
pour le fil du parasol meme processus sans doute si c'est du pur polyethylène il s'agit d'une photo oxydation qui conduira à un processus de biodégradation ..
la qualité était mauvaise les anti oxy dants ont été détruits alerte
Glagny91 le 29/05/2011, 22:16
Merci pour l'explication concernant mes ficelles de parasol. Mauvaise qualité pour l'usage, mais bonne biodégradabilité. On ne peut pas tout avoir !

Ai-je bien compris ?alerte
Demoustier - Lisbonne le 02/06/2011, 12:19
Un polymère (polyéthylène et polypropylène) est constitué de longues chaines carbonées (-CH2-CH2-). Ce matériau est hydrophobe.

La dégradation d'un polymère se fait en deux phases.
La première phase est définie par la rupture des chaines polymériques du matériau, cette rupture se fait au niveau des liens carbone/carbone, créant des radicaux libres qui vont s'oxyder. Cette rupture entraine une baisse considérable du poids moléculaire du matériau faisant en sorte que le produit devienne hydrophile. Ces nouvelles molécules oxydées ne font plus partie du groupe des polymères mais des groupes carbonyles. Ces nouvelles molécules de bas poids moléculaires sont accessibles aux microorganismes qui vont utiliser le carbone comme aliment, nous entrons dans la deuxième phase qui est la biodégradation.
Tous les plastiques dans le temps se dégradent et subissent ce même processus de dégradation, il peut durer plusieurs centaines d'années. La dégradation peut être vérifiée de plusieurs façons: De façon visuelle par un changement de couleur, le matériau devient brunâtre. De façon olfactive le matériau acquière une odeur, ceci est l'odeur typique des produits des groupes carbonyle. De façon plus scientifique, par des mesures de propriétés mécaniques, par la vérification/variations du MFI, par la mesure de la variation de la densité optique, etc.
Des facteurs comme la chaleur et les UV accélèrent le processus de dégradation.
Pour éviter que les plastiques ne se dégradent trop rapidement et pour leur garantir une durée de vie utile en fonction des applications et de l'exposition possible aux facteurs accélérateurs, les fabricants ajoutent des antioxydants, ceux-ci peuvent perdre leur efficacité dans le temps. En fonction de la qualité de ces antioxydants le produit fini durera plus ou moins longtemps.

Quelle est la fonction des additifs oxo-biodégradables? Ces additifs vont tout simplement accélérer le processus de dégradation, tout en garantissant une durée de vie utile respectable. Le bon sens fait en sorte que l'on ajoute ces additifs a des produits qui nécessitent une maitrise de la durée de vie. Nous n'allons pas additiver une corde qui tient un parasol, mais nous additiverons un sac plastique à qui nous allons garantir une durée de vie de 24 mois. Ce sac exposé aux facteurs accélérateurs de détruira en quelques mois puis se biodégradera en l'espace de deux ou trois ans.
alerte
PROT Cousances le 05/06/2011, 08:28
faire ses achats(bio) avec un panier...sur les marchés ou en AMAP...
ou en magasin bio...C'est le mieux.... mais pour développer le bio en GMS,ces grandes surfaces nous(producteurs bio) imposent sacs ou filets de fruits préemballés: alors que faut il?: en amidon de maïs ou oxo(bio?)dégradable?
mon mail: prot.bio@orange.fr, merci alerte
Nadine Reynaud le 10/06/2011, 16:04
Bonjour,

Un article que je note pour le lire à tête reposée et que je recommanderais sans hésiter en indiquant votre lien . Merci pour votre engagement.
Nadine.alerte
H2oGabon le 28/06/2013, 14:42
Bonjour,

Nous avons rédigé différents articles sur notre blog sur la problématique des sacs biodégradables et compostables versus les sacs oxo (bio) dégradables qui se développent en Afrique.
Nous venons de republier un texte à un candide au pays du plastique au Togo, client d'un fabricant d'adjuvants aux plastiques traditionnels.
Il faut savoir que la pollution par les plastiques est un problème bien plus important en Afrique qu'en Europe, en raison de l'absence d'une gestion rationnelle et régulière des déchets.
En Afrique, le passage des sacs plastiques aux sacs biodégradables et compostables (sans passer par la case oxo (bio) dégradable) est donc une nécessité absolue.
La première étape se met en place dans la majeure partie des pays : celle de l'interdiction pure et simple des sacs plastiques en PE.
Et les fabricants d'adjuvants Oxo sont bien entendu à l'affut pour proposer leur procédé miraculeux.
http://h2ogabon.blogspot.fr/2013/06/droit-de-reponse-monsieur-donald-sodji.html

h2ogabon@yahoo.fr
www.h2ogabon.blogspot.comalerte
Canada le 10/07/2013, 22:56
bonjour.
L'oxo n'a jamais été un miracle mais une solution provisoire en attendant de nouvelles solutions.
Ceci dit c'est mieux que rien et surtout ceci limite les risques provoquer par le plastique que l'on retrouve dans l'eau et les arbres. Quand je vois des gens promouvoir des solutions d'emballage fabriquées avec des amidons, ca c'est du n'importe quoi.
Nous sommes rendu au stade d'utiliser de la nourriture pour fabriquer des emballages.
Hors la pénurie alimentaire mondiale est galopante et en croissance annuelle.
l'oxo est une solution effectivement environnementale et même si certain n'ont pas encore compris que les fragements une fois rendu dans le sol vont etre bio-assimilé il en résulte une diminue tres importante des riques provoque par les sacs de plastiques.alerte
H2oGabon le 18/07/2013, 21:33
Les sacs biodégradables et compostables ne sont pas fabriqués à partir de nourriture mais de déchets de nourriture.
L'oxo est une menace pire pour l'environnement que les sacs plastiques traditionnels qu'ils ont remplacé dans certains pays car ils se fragmentent en petits morceaux de plastique qui ne devenant plus visibles sont mangés par la faune, voire même l'homme en ouvrant la bouche (!). On cache la poussière sous le tapis sous prétexte que la pollution visuelle a disparu, et on agrémente ceci de nouvelles normes de dégradabilité créées pour la circonstance par des fabricants d'adjuvants chimiques composés de métaux lourds, à l'affut de nouveaux marchés commerciaux.alerte
Fr@ntz le 15/01/2014, 21:58
Même problématique que les cultures sous plastiques.
Vendus par les techniciens agricoles comme "biodégradables à base d'amidon de maïs", ils sont trop souvent juste photofragmentables. ça fait propre mais année après année, ce sont des centaines de kg de matière plastique qui sont mélangées à la terre. Des études ont montré qu'en milieu marin, le polyéthylène finissait par entrer dans le métabolisme du plancton, et de là dans toute la chaîne alimentaire, jusqu'à être détecté dans le placenta de femmes enceintes de la côte pacifique américaines mangeant du poisson.
Ces cultures sous plastiques garantissent de meilleures levées des semis de maïs mais des adventices aussi, d'où une augmentation des consommations d'herbicides. Au bout du compte, plus d'intrants, une rentabilité moindre, un impact environnemental plus fort...
On pourrait parler aussi des épandages de "composts" issus des usines de tri mécano-biologique etc...alerte
Totor le 18/01/2014, 20:22
Haro sur les sacs plastiques! D'autant plus s'ils sont gratuits n'est-ce-pas : il n'y a pas de petit profit pour les grands distributeurs. Et pendant ce temps on continue de vous refiler des tonnages de plastique sans comparaison et bien plus toxiques que le polyéthylène sous forme de bouteilles de d'eau, de lait, de blisters, d'emballages de tout et de n'importe quoi, et comble de l'inutile pour décorer les fruits et légumes vendus en filets. J'ai même vu des camenberts (Coeur de Lion, encore une marque bidon) vendus sous une coque de plastique comme s'ils devaient passer sous un char. Enfin bref un foutage de gueule de plus avec ces sacs plastiques. Si les gens sont assez nuls pour abandonner leurs ordures dans la nature, je préfère encore que ce soit dans un sac plastique que répandues.alerte
Odilerenee le 18/01/2014, 20:57
avant le sac en plastique,chacun avait son panier,son cabas,souvent en tissus,ou le filet en coton,oui connu par les plus de 30ans
alors avec l'arrivé du sac plastic,nous avons oublié tous ses articles
remettons tous ses articles au gout du jour
et répétons nous que le plastic biodegradable ou pas,est toujours un produit nocif.et qu'il n'est pas biodegradable complètement
-- c'est de même pour les polysteren d'emballage,les films plastiques d'emballages,de palettes
PLUS on parle des plastiques,les entreprises les ignorentsalerte
Nanou le 19/01/2014, 12:24
BRAVO à ODILERENEE!!! Il faut remettre au gout du jour les cabas, les sacs coton et les filets pour nos courses. Nous les utilisons depuis longtemps et C'EST CA LA SOLUTION....Plus besoin de sacs plastiques.alerte
Gege le 25/04/2014, 14:25
nanou surement bravo mais que fait on avec les sac a ordures , la viande, le poisson, les fruits les legumes, etc.. etc... difficile de les mettre dans nos poches ou dans un sac reutilisable.
Deja une dame a la caisse d un supermarche avait un sac reutilisable devant moi et j ai du changer de caisse tellement ses sacs donnaient envi de vomir.alerte
Carlucet le 09/05/2014, 12:29
Votre titre est ambiguë! Les sacs oxodégradables NE SONT PAS des sacs biodégradables même pas dits "Biodégradables" cela leur est interdit et constitue une publicité mensongère déjà maintes fois dénoncée à la DGCCRF
(notamment pour certains magasins Leclerc utilisant ces sacs au rayon "Fruits et Légumes " avec la mention "biodégradable).alerte
Philippe michon le 11/07/2014, 08:52
Mr carducet
d'où viennent vos informations . Nul part la DGCCRF n'a interdit les oxo. Bien sur elle peut réprimander un texte abusif de publicite . Un oxo devient biodegradable après oxydation... on peut en programmer sa durée de vie par la formulation des prodégradants

Pour la technologie oxo
9 pays les ont adopté avec des normes de biodégradabilité .L'AFNOR en france ,le BSI 8462,les émirats arabes Unis ,les USA avec l'ASTM 6954 ont publié des normes ou référentiels.
STOP a ces désinformations sur la fragmentation,lisez les publications sur polymer et degradation publication Elsevier vous y apprendrez beaucoup de choses sur le comportement d'un polymere oxydé ..
Donc oui les oxo formulés correctement sont photo,thermo et finalement biodégradable .alerte
Bernard Nouhet le 18/09/2014, 18:20
Pour prouver que je suis un humain, j'ai répondu "Terre" à la question "sur quelle planète vivons-nous." Mais il y a des jours où j'en doute (non pas de la planète mais d'être un humain).
J'étais en recherche de sacs en amidon mais je vais me fabriquer des sacs en toile.
Non ma grand-mère n'a jamais mis de poisson dans un sac en coton réutilisable.
De plus, la toile ça se lave et on avait des lessives non-chimiques qui fonctionnent toujours très bien.
Faut pas croire que la nature dont nous sommes issus nous serait hostile, bien au contraire. Il existe des tas de solutions pratiques et saines mais c'est pas facile de les appliquer en solo. Il faudrait revisiter les méthodes traditionnelles. Certains s'y emploient. Je souhaite aussi vivement que l'Afrique entière revisite ses méthodes ancestrales et pas seulement pour le transport des aliments. Produits artisanaux écologiques = économie sociale.
On a vécu des milliers d'années sans plastique, on doit pouvoir faire sans.
Je salue votre sincérité.alerte
Zani le 11/10/2014, 08:43
Tout est dit !
Le plastique c'est fantastique, quand on y a gouté on ne peut plus s'en passer malheureusement.
Une prise de conscience utile mais qui doit être suivie d'actes dans la vie quotidienne et l'on voit comment les mauvaises habitudes nous facilitant la vie ont été vite prises et adoptées.
Comme il a été dit, les industriels et la recherche y travaillent. A priori, les oxo sont moins pires que les plastiques et la solution reste à venir.
Il est nécessaire de rester en alerte (sans polémique inutile)car un gigantesque continent de plastique a été découvert en 1997 dans le nord est du Pacifique. Surface : 3,5 millions de km2 soit 8 fois la superficie de la France. Il semblerait qu'il ait son équivalent dans l'Atlantique.
La solution doit être collective et mondialisée.alerte

Votre nom ou pseudo :

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

Votre commentaire :

Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur. Votre adresse IP sera conservée pendant la durée requise par la loi pour toute poursuite judiciaire éventuelle.

↑ Haut de page ↑ 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation.

En savoir plus